Les futurs objectifs du Parti Pirate


#1

Malgré le confinement, les discussions commencent à devenir sérieuses sur ce que l’on va faire pour la suite pour le Parti Pirate.

Déjà les topics qui parlent de cela :

Je pense qu’il va falloir maintenant faire une motion “projets futurs” avec un plan sur les 4 à 5 prochaines années.

L’idée ici est de débattre des objectifs et des projets qui faudra mettre en place, que se soit de suivre telle ou telle élection, de faire l’impasse sur une autre, de choisir de faire un effort sur le recrutement de membre par exemple, etc.

Je vais donner un résumé de mon avis, rapidement, mais je pense que cette réflexion ne peut pas se faire qu’à un seul endroit et en une seule fois. Je propose que l’on se fasse aussi quelques soirées débats informelles (l’objectif étant d’échanger sans FORCÉMENT aboutir à un truc tout fait à la fin), en chat sur discord aussi pourquoi pas aussi … (c’est une discussion de ce genre qui déclenche le post).

Mon idée, non définitive

l’année prochaine, nous avons les élections départementales et régionales. En 2022 Les législatives et la présidentielles. En 2024 les européennes. Faisons un programme au moins pour les quatre prochaines années. Les élections sont ce qui donne le tempo d’un parti, mais nous avons d’autres actions en cours, certaines prennent peu d’énergie ou de manière ponctuelle (le projet bulletin unique en est un bon exemple), d’autre un peu plus (remplir le programme) et certaines beaucoup d’énergie (recruter des gens, organiser notre participation à une élection).

2020 - 2021

Je propose que l’on ne prenne pas de temps pour les départementales et que globalement, l’objectif soit d’augmenter notre popularité globale.
Cela implique un boulot sur le programme (qu’il faudrait un peu arrêter de critiquer en disant qu’il est tout vide, il n’est pas SI VIDE QUE ÇA hein). Cela implique de faire plus d’IRL, plus de concret, plus de palpables (Copyrigt Watto, désolé pour ceux qui n’ont pas la ref).
On a au moins un projet en cous qui pourrait aider (le hackathon), mais on peut aussi tenter d’autres choses (plus de com numérique, mais on a aussi suggéré d’enfin aller à la fête de l’huma par exemple …).

Restent les élections régionales. On sait déjà que l’on ne pourra pas couvrir l’ensemble de la France avec des candidatures, c’est juste inaccessible. Il y a plusieurs possibilités :

  1. Le projet de @Vince
  2. Tenter des alliances plus politiques (mais avec qui, EELV n’a pas la cote en ce moment ici, mais pourquoi se fermer la porte)
  3. Tenter de cible une région (l’Île-de-France semble une cible globalement logique)
  4. Ne rien faire et vraiment se concentrer sur la popularité globale

2022 - Législatives

Vous connaissez presque tous mon avis, l’élection la plus importante en France, les législatives. Il faut mettre le paquet et être prêt très tôt (programme, technique, équipe) pour ne pas perdre de temps et donner les infos qu’il faut, etc.
Je pense que perdre du temps et de l’énergie avec la présidentielle (aller chercher 500 signatures d’élus) ne me semble pas judicieuse.

2024 Européennes

On capitalise sur nos connaissances acquises, on secoue le PPEU pour avoir un programme en 2023 déjà fini ou presque et on déroule au max, en espérant que le bulletin unique soit mis en place d’ici là :wink:

Note de fin

L’idée ici est de lancer le débat, rien n’est fermé, rien n’est prêt à être mis au vote la maintenant tout de suite, mais il me semble qu’il faut que l’on se lance sérieusement pour avoir un plan d’ici l’été. A vous les studios :wink:


#2

J’ai pour ma part renoncé à faire quoi que ce soit pour les départementales et régionales, je vise 2022 maintenant. Je pense que le Hackathon peut être fer de lance de ce que propose Faro dont je partage l’idée. J’explique cela dans ce post.


#3

Bonjour tout le monde,

Pour ma part, le calendrier idéal reste celui que j’avais commencé à présenter un peu avant la fin de ma candidature à Levallois Perret pour les Municipales.

Il s’agissait de construire par étapes :

Hackathon :

Principal objectif de l’année 2020 pour moi, la réussite de cet évènement peut nous faire progresser sur les 3 choses dont nous avons besoin : des adhérents, du programme, de la visibilité.
Je dirais que nous devrions cocnentrer toutes nos forces dessus jusqu’à sa réalisation.
A la fin de ce hackathon nous devrions être plus forts. Les débats, conférences et ateliers qui devraient s’y mener nous auront permis de construire des motions de programme. La communication et l’organisation autour de l’évènement nous auront apporté une image de marque certaine et de la visibilité. Et avec tout cela, on devrait logiquement récupérer des adhérents.
C’est un évènement (et un équipage) hyper-importants pour moi. Il y aura de gros besoins, et de gros projets liés, et ca devrait souder notre fonctionnement (en tout cas je l’éspère).

2021 :

la fin de l’année 2020 nous laissera le temps de digérer le hackathon et construire davantage notre programme. Nous devrions aussi bien avoir avancé sur le site du programme, et arriver début 2021 avec du concret de ce coté là.
C’est une année d’elections, départementales et régionales, mais pour ma part, je pense que nous devrions faire l’impasse. Et lancer notre campagne pour 2022. Dans ma tête, nous devrions avoir des candidats, des équipages et des supports de communication prêts pour les échéances de 2022.

2022 :

Contrairement à @npetitdemange , je ne nous vois pas trop aborder les législatives sans un.e candidat.e aux Présidentielles. Ces élections vont se dérouler sur un trimestre : avril - mai - juin.
Comme tous les autres partis, nous allons avoir besoin d’une proue présidentielle qui fende la glace pour que les candidats des législatives soient le plus visibles possible.
Alors, peu importe le nombre de signatures, l’important sera la communication et notre faculté à promouvoir la logique de nos candidatures dans l’actualités de 2022 et face aux autres partis politiques.


ALLIANCES ET LISTES CITOYENNES

Je garde un souvenir amer des Municipales et de la façon dont le PPFR a été traité par EELV notamment.
Comme je le disais à @Florie sur Discord, le fait qu’il n’y ait que très peu de parti politique proche (dans leurs idées et programmes) du Parti Pirate est à mon avis un très bon signe. J’en suis en tout cas très heureux, et si ca n’avait pas été le cas, je pense que je ne serai même pas là aujourd’hui.

le Parti Pirate fonctionne, vit et construit différement de tous les autres partis. Il n’y a pas de chef, pas de hierarchie. Nos outils sont fonctionnels, efficaces, et adaptés au monde d’aujourd’hui. Nos Statuts sont précieux parce qu’orientés vers la force collective. Et si nous venons tous d’orientations politiques diverses, nous nous retrouvons complètement dans le Code des Pirates.
Quel autre parti en France peut se targuer d’avoir ces choses là dans son core ?

Aujourd’hui, aucun autre parti ne milite autant que nous sur le factuel. Et en cela, nous ne sommes assimilables à aucun autre.

Si le PPFR (en tant que PP) doit donc rejoindre des alliances, il faudra à mon humble avis qu’aucun de nos points de programme soit en ballotage ou en suspens dans nos négociations. Sur le nucléaire, je ne nous vois pas faire une alliance avec un parti qui serait contre. De même sur les vaccins, et beaucoup d’autres choses.

Si en revanche, un pirate souhaite rejoindre une liste, eh bien les pirates sont libres, donc libre à lui/elle de le faire, et libres aux autres pirates de l’y aider ou non.


Je sais pas vous, mais en tout cas je trouve que ce qui se présente devant nous est très motivant. :slight_smile:


#4

On risque d’avoir pas mal de travail car je compte aussi lancer une refonte du programme pirate (je ferais bientôt un post dédié), en effet ayant depuis une petite semaine commencé à traduire le programme (pas encore fini) j’ai eu l’occasion de lire et voir la grande évolution que le PP a effectué entre 2017 (le temps où la grande majorité de notre programme a été voté) et 2019 (où d’autres point ont été voté) si bien que beaucoup des points programmes votés l’année passée rentrent en contradiction avec ceux votés en 2017 (pour ceux qui ne le faisait pas entre eux) et d’autres ne sont carrément plus d’actualité, je pense donc qu’il est impératif au minimum de faire une actualisation (si besoin) des “vieux” points programme pour qu’ils reflètent au mieux notre point de vue actuel (ou les supprimer), le mieux étant en plus de continuer d’ajouter des point programme et d’étoffer ceux déjà votés (et qui conviennent à nos idéaux).

EDIT : il faudra aussi que quelqu’un se tape la relecture de mes traductions :sweat_smile: (bon courage à lui)


#5

Oui pour un plan à 4-5 ans.

Elections

Pour les législatives, l’un des objectifs sera d’atteindre les financements publics des partis politiques soit : présenter des candidats dans au moins 75 circonscriptions, faire 1% dans au moins 50 circonscriptions et bien sûr faire le maximum de voix.

La question d’inclure dans notre plan de campagne / communication un candidat à l’election présidentielle est un point à discuter sérieusement. Dans l’objectif des législatives ça peut prendre un certain sens.

Je suis donc plutôt d’accord de ne pas investir dans les départementales et les législatives (sans pour autant délaisser des pirates qui seraient chauds bouillants bien évidemment).

Fond

La stratégie électorale du PP doit servir nos idées. Aller chercher de la visibilité et des financements n’est qu’un moyen d’élargir notre audience.

Par conséquent, ces objectifs électoraux ne doivent pas être fait au détriment des travaux en cours qui forgent notre ADN.

Bref, faire des calculs pourquoi pas mais nous ne deviendrons pas une machine à subventions.

Les idées d’abord.


#6

Je vais faire le rabat-joie mais pour réaliser la deuxième partie, il faut 200 candidatures …


#7

Merci c’est important de le préciser !

Peut-être que cet objectif est trop ambitieux pour 2022 et que nous devrions n’avoir cet objectif qu’en 2027, je n’en sais rien. Si cet objectif n’est même pas envisageable à 7 ans, cela pourrait remettre en cause l’intérêt de participer en 2022 aux législatives.


#8

Alors non c’est envisageable en 2022 parce que c’était possible en 2017 (et je peux toujours le prouver) mais qu’il faut faire pour ça de la publicité ET s’occuper des candidats… et surtout ne pas changer d’objectif entre temps


#9

On a de la doc qui arrive gentiment par le PPEU avec des études statistiques et sociologiques sur le mouvement pirate. Il faudra prendre le temps de les lire et voir ce qu’on peut en tirer.

Je remets à disposition pour celles et ceux qui n’auraient pas pu y assister (soit 80% de la population actuelle :stuck_out_tongue:) la présentation de notre député européenne Marketa (elle ne l’était pas à ce moment là) sur ce qui a permis au PPCZ de réussir :

Czech Pirates - Slites_Marketa.pdf

Edit : cette intervention avait été filmée mais je ne sais plus par qui ; ni où ça a été rangé… j’ai lancé un appel sur le serveur du PPI, j’espère avoir une réponse positive (ou au moins une piste)


#10

Je vais essayer de traduire ce dossier ce soir en rentrant. Ça vaut le coup.

Ce que tu dis ici a pour moi tout son sens dans le cadre du hackathon.
Notre stratégie peut être un sujet (voire un fil-rouge ?) du Hackathon, et on pourrait très bien imaginer, comme ca avait été discuté pendant les municipales, faire venir un élu tchèque pour en discuter avec nous.


#11

Voilà, j’ai traduit le pdf (leur PDF étant une présentation powerpoint, je l’ai synthétisé).

C’est extrêmement intéressant et j’en recommande la lecture : on a beaucoup à y apprendre et ca peut nous servir d’inspiration / guide.

On y apprend notamment que le PPCZ rencontrait pour les élections parlementaires de 20017 des problématiques assez similaires aux notres :

  • les gens ne les connaissaient pas ou les rangeaient dans la mauvaise case mono-sujet
  • ils manquaient de moyens humains et ont fait des bourdes organisationnelles
  • ils ont pris des paris de communication qui ont payé

PARTI PIRATE TCHEQUE - Histoire du Succès (échecs compris).pdf (81,7 Ko)

Bonne lecture. :slight_smile:


#12

Et voici la vidéo qui va avec : https://youtu.be/8sAfsipaO_I


#13

Moi je suis complètement d’accord avec la vision du PPCZ qui est en gros exactement la même chez nous. Pour moi, j’ai été convaincu d’une chose: les départementales/régionales seraient une perte de temps. Tant qu’on est pas connus comme parti, ça ne nous changera rien.

Si on veut percer aux législatives autant aller au bout des choses. Non l’objectif n’est pas d’obtenir de l’argent par ce moyen la par le financement aux partis. (même si ce serait bien). L’objectif est d’avoir des élus au parlement. Seulement, pour ça, malheureusement la case présidentielles semble inévitable: Je m’explique:
Aujourd’hui, la politique en France c’est des personnes identifiables (méluche, marine, macron…) pour le grand publique. Quelle image on a pour le grand publique? Aucune. On est complètement inconnus. On a beau être en capacité de percer dans une frange de la population qui ne vote pas (au grand damn des vieux cadres soixantenaires de partis) , on est tellement pas connus nous et nos idées qu’aller aux législatives après le ras de marrée que sont les présidentielles du point de vue politique est a mon avis risquer de se retrouver presque sans aucune visibilité, la où les gens voterons pour le même bord qu’au présidentielles

“faut bien que le président ait la majorité” te diront-ils.

Bon maintenant partie complexe: C’est pour nous avantageux d’avoir tenté des choses aux municipales: c’est la dessus que tout va se jouer. Les maires et les 500 signatures. L’objectif est de faire comme du Cheminade: pendant 5 ans, ils travaillent “au corps” les maires pour obtenir des signatures. Cependant, ils ont un avantage qui est d’avoir une figure déjà désignée pour cette tache: leur chef. Si nous on veux faire “pareil” il faut se lancer maintenant et prospecter des maires: Tache complexe et avec un résultat non garanti. ça peut toutefois nous lancer dans une communication spécifique. (tour de France des mairies?)
Chez nous, ça nécessite de désigner quelqu’un au plus tôt qui subira toute la merde que représente une candidature aux présidentielles, mais qui permettra de rassurer les maires qui ne soutiendrons pas une candidature d’une personne inconnue pour eux. Du coup regardez, qui ne connais pas cheminade? Alors qu’on est d’accord qu’il fait des scores inférieurs à ce qu’on peut espérer sur tout le territoire français?

Si on arrive à les avoir, dans ce cas, on sera présent aux présidentiels avec tout ce qui va avec: débat télévisé sur chaîne publique par exemple: ou comment nous montrer au grand public. Moi j’ai hâte de voir une personne candidate pirate nous montrer “son objet fétiche” sur TF1 a côté de Nathalie Arthaud. Ça doit aller avec une grosse communication envers notre tranche d’age “jeunes”. Bref, le but est de nous montrer. Avec un scrutin en deux tours comme il est actuellement, la probabilité que ça aboutisse à quelque chose d’autre pour nous est très faible.

Maintenant deuxième étape: s’aligner réellement pour les législatives. La on aura un impact, une base de notoriété sur laquelle se baser pour faire une campagne où une frange non négligeable de la population votera pour nos candidatures. Ce sera aussi un socle pour avoir des candidats, et des financements. Bref, ne pas subir les législatives après le ras de marée de com politique que sont les présidentielles (et le second tour que sont les législatives). Ensuite on peut commencer a s’ouvrir vers les européennes.


Première Réunion de l'Equipage Hackathon
#14

Agreed. Mais, de mon point de vue, pour faire ce travail, il nous faut des éléments de langages, un point d’ancrage idéologique et/ou des propositions qui représentent notre mouvement. Le PPCZ avait choisis de se positionner sur des questions économiques pour donner de la crédibilité à leur mouvement, tout en communiquant également sur la thématiques de l’anti-corruption.

J’ai moi même encore du mal à présenter ce qu’est le parti pirate aux gens qui me demandent, je ne sais pas si je dois parler de l’origine, de ce que signifie le nom, si je dois parler de notre présence européenne, des points de programme que l’on a, de nos votant, de ce qu’on peut apporter, du revenu de base, des drogues, du numérique, de démocratie liquide ? Enfait je ne sais pas quoi dire, et j’aimerais bien qu’on se pose pour être d’accord sur ce point. J’ai pas envie de faire un exposé de 15 minutes sur notre modèle à chaque interpélation, j’aimerais pouvoir dire par exemple, un truc du style : « Le Parti Pirate c’est un parti plutôt social libertaire, qui milite pour une réforme des institutions pour redonner le pouvoir aux citoyen.s » sans avoir l’impression d’inventer des trucs. J’ai besoin de savoir qu’on serait par exemple d’accord sur cette formulation et que ce point constitue ce qui doit nous caractériser le plus.

J’aimerais aussi pouvoir répondre confortablement à la question, « vous êtes de droite ou de gauche ? » sans avoir l’impression de tourner autour du pot, et de faire des réponses qui s’approchent des éléments de langage de LREM.

À mon avis c’est important de trouver des éléments de langage et 1/2 propositions fortes qui parlent à différents niveaux électorales, même si ce n’est pas pertinent à tous les niveaux, au moins pour donner des exemples au gens et colorer notre parti idéologiquement. Ça permet aussi de ne pas être assimilé à des hurluberlu, ou à des extrêmes.

Enfin, je ne sais pas si on doit forcément attendre des points de programmes pour faire ça. Le mieux je pense serait d’abord des fixer sur un angle de com.

Je veux bien commencer à disséquer le travail, et entamer des réflexions sur différents points, chose que j’ai pu discuter ça et là. Je pense qu’il pourrait même être intéressant de faire passer une motion sur ces questions pour que ce soit clair qu’on se présente de telle manière et que nos PPPP et plus largement nos adhérents sachent quoi dire, sur quels éléments appuyer parce qu’on aura réfléchit auparavant à comment on veut être vu.

À mon avis, une fois que ces points seront clair, on trouvera bcp plus facile et on sera plus enclin à aller démarcher des gens (théorie de la motivation :wink:).


#15

Je suis d’accord à 100% sur le fait qu’on devrait tenter l’aventure de la présidentielle. Mais pour prendre contact avec des maires, il faut qu’on ait un.e candidat.e déclaré.e, on ne peut pas trop appeler même en ciblant pour dire “vous voudriez parrainer un.e pirate en 2022 ?”. À part dans les mairies où on aurait des élu.e.s, ça me semble totalement inutile.

Là où je vais diverger un peu de ce qui a été dit, c’est que ça vaut le coup de se lancer même s’il s’avère que récolter 500 signatures est trop difficile. C’est une bonne occasion de tenter des coups de comm et de faire parler de nous. Des candidat.e.s à la candidature ont été invité.e.s en 2017 sur des plateaux télé (C à vous, etc.). Et l’obtention du financement public devrait être considéré comme une étape ou un objectif secondaire, le principal étant d’avoir des député.e.s.

J’approuve l’idée de conserver des points clés forts. Je pense que le RDB doit en faire partie. Le travail réalisé en ce moment pour bien cadrer la proposition permet d’éviter ce qu’a fait Hamon il y a 3 ans : changer tout le temps de paradigme. La mise en application de la démocratie liquide aussi, mais la définition exacte de ce qu’on propose derrière doit être précisée. C’est un sujet de débat en ce moment. Un troisième point serait souhaitable, peut-être sur le partage de la culture ? C’est le cheval de bataille historique du PP.

J’ai souvenir d’avoir lu quelque part dans notre comm, il y a un ou deux ans, que le PP ne proposait pas de projet de société clé en main. Pour la compréhension de notre mouvement, il serait souhaitable d’au moins proposer une vision de la société. Pas forcément dans le détail, mais pouvoir dire qu’on souhaite une société par exemple libérée de restrictions qui se sont cumulées avec le temps, au sens large. Restrictions de la liberté d’expression, restrictions de facto de libertés individuelles qui sont héritières d’un modèle patriarcal, restrictions d’entreprendre à cause du facteur risque qui serait moins important grâce au RDB, etc. “Libérons notre société - Jacqueline Dupont 2022” (nom pris totalement au pif).


#16

Depuis quelques jours, vous l’aurez peut-être remarqué, j’ai une marotte qui consiste à vouloir comprendre / saisir la cohérence de nos points de programme votés ou nos motions en cours de réflexion / dépot.
C’est à ce titre qu’hier soir lors du débat sur le RDB je questionnais le modèle de société dans lequel nous projetons, individuellement et en tant que Parti politique, nos visions et réflexions.

Ce parti est l’agrégat d’un certain nombre de caractères, de parcours, parfois d’idéologie, disparates mais rassemblées, et dont la cohésion de fonctionnement est garantie par la Démocratie Liquide et l’organisation modulaire du Parti lui-même.
Quand je me pose la question de savoir si je serai encore ici si subordination il y avait dans le fonctionnement du PP, je trouve vite la réponse, et c’est un grand grand non. :slight_smile:

Nous avons donc, je trouve, un premier pilier.
Et c’est la Démocratie Liquide.
Un pilier d’autant plus puissant que, symboliquement, l’équipage dédié est en dissolution, parce que, pour citer @Farlistener son co-capitaine, la démocratie liquide, nous la vivons à l’intérieur de ce parti.

Nous avons aussi une histoire forte, liée aux libertés numériques. Qui sont un peu comme notre porte d’entrée dans le champ politique, et la première protéine de notre ADN.
C’est sans doute le sujet sur lequel nous communiquons le plus, et c’est celui qui semble nous attirer le plus d’adhérents. Je dirais donc que c’est naturellement un second pilier.

Deux piliers, c’est déjà pas mal. Mais je pense que le débat d’hier positionne le RDB comme un troisième pilier. Et pas un petit. J’ai en effet l’impression que nous avançons dans le bon sens, et que notre travail (notamment celui de @Bibo ) porte des sacrés fruits. Je ferais donc bien du RDB le troisième pilier de notre Parti Pirate.

Ce qu’il manque donc à ce triangle, c’est la perspective avec laquelle on s’en sert.
Dans ce parti, un tel est libertaire, l’autre communiste, et celui-ci anarchiste. Et ces trois là discutent avec un commoner, jusqu’à ce qu’un socialiste déboule. Et ainsi de suite.

Je ne nous vois réussir à monter nos projets à moyen-terme qu’en réussissant à construire une perspective commune, qui exprimerait un paradigme de société dont nos trois piliers seraient de grands symboles, et à travers lequel nous aurions un programme (social, économique, agricole, scolaire, spatial, de santé, de commerce et tous les autres aspects de la gestion politique) cohérent.


#17

On parle pas mal de chercher une grande vision de la société qui serait unifiante, des piliers etc… Il me semble que le code des pirates remplis déjà ce rôle à merveille, non ? Est-ce que vous voulez dire qu’il faudrait le décliner en versions plus courtes ? On a déjà un triptique de valeurs. En terme de communication il manque peut-être éventuellement la longueur intermédiaire entre un code des pirates et trois mots, c’est-à-dire une phrase, un sous-titre.

Après, si on parle de mesures concrètes et non de socle idéologique, alors là, effectivement, c’est bien de chercher quelques points phares.


#18

Le code des pirates fournit des pilliers. Mais avec eux tu peux construire différentes modeles de fonctionnements ou de sociétés.


#19

Bonjour à tous.s.e

Je vis aussi la difficulté de présenter simplement le parti pirate à ceux que j’essaie de convaincre de nous rejoindre.
Le retour que j’ai généralement, c’est “oui j’ai été voir, ça a l’air pas mal, mais il faut que j’y retourne pasque j’ai pas eu le temps …” Ou encore “faut que je prenne plus de temps pour regarder”
Conclusion de ce premier point dont vous avez déjà conscience: il faut devenir plus accessible. Peut être un ergothérapeute de l’information dans nos rangs pour simplifier l’immersion des curieux sans passer par la planche ?
image

Le code des pirates est l’axiome à partir duquel tout peut se construire. (on pourrait le mettre dans un coffre en bois d’ailleurs). Quand j’ai lu ce truc je me suis dit “ok, j’adhère à ces valeurs, alors je me jette à l’eau; on peut donc faire le reste ensemble.”

Je dirais que le premier de nos objectifs est de recruter, on a un ADN formidable avec le code, on a quelques grands sujets de programme sur lesquels on a déjà bossé, mais ce qui fait notre force c’est aussi et surtout le formidable outil démocratique que vous avez créé, vous avez fait des fondations à ce mouvement en pierre de taille magnifiquement réfléchies, et maintenant il peut accueillir des milliers de gens pour bosser à construire le programme.

Il me semble que ça doit aussi se mettre en avant, la démocratie liquide, les outils qui ont été ciselés, le fait qu’aucun chef ne pourra tirer la couverture pour servir ses intérêts.

Enfin, le fait que notre programme soit inégalement complet est une force, nous n’avons pas la prétention d’être plus malins, et nous avons besoin de nouveaux pirates, compétents dans leurs domaines pour venir construire le programme.

Un point encore sur lequel j’adhère: tout cela est possible à partir d’aujourd’hui, nous ne sommes pas un parti idéaliste ou révolutionnaire qui exige le renoncement à notre société, nous sommes un vrai parti fait pour gérer et transformer nos institutions, nous pensons qu’un autre monde est possible ici chez nous dès demain.


#20

En effet, les objectifs ne doivent pas se cantonner à regarder les échéances électorales. Je rejoins celles et ceux qui disent qu’il faut mettre en avant des piliers / points saillants de nos orientations politiques. Le code de pirate est très bien fait, mais ne traduit pas grand chose même en terme d’orientations plus concrètes pour celui qui voudrait s’y intéresser - il faut des repères à celles et ceux qui s’intéressent un peu à la politique.
En effet, les motions ne m’intéressent pas, elles sont un empilement pêle-mêle des uns et des autres mais sans forcément s’inscrire dans un global ou plus exactement d’être la déclinaison d’une orientation politique !
Un autre point qui manque clairement, c’est de se positionner sur les grands sujets qui agitent à tort ou raison l’actualité de notre société. Cela fera peut-être grincer des dents, mais c’est en matière de communication le moyen le plus sûre de se rendre visible. Si demain, on parvient à se positionner sur un sujet d’actualité de manière originale et plutôt iconoclaste alors nous aurons l’oreille des média’s et donc du public. Par exemple, se positionner clairement sur le financement de la recherche des traitements et des vaccins contre le coronavirus qui doivent être ouvert et public, que les brevets doivent être libres, que la fabrication et la diffusion doit être partout et en même temps pour le bien commun …
Bon, j’ai écrit vite mon point de vue, mais je pense qu’il y a là des messages à faire passer sur notre conception d’une vision partagée de la recherche et des brevets.