Projet sur des propositions autour de la sécurité

Coucou les pirates,

Je sais que sur la sécurité, on peine à formaliser un truc, notre approche étant plus souvent sur le long terme (éducation, logement) que sur le court terme. Il me semble cependant important de proposer un débat sur le sujet, pour que la sécurité ne soit plus un impensé au parti pirate. J’espère que cela aboutira à une ou plusieurs motions sur le sujet, je me lance en tout cas.

Note : Si besoin, il ne faudra pas que le CVI découpe le sujet si nous partons trop sur un thème précis au détriment des autres, je tente surtout de rassembler mes idées sur le sujet, avec peu de chiffres ou de fait, surtout pour lancer le débat et le boulot sur le sujet.

La sécurité c’est quoi ?

(Source que je résume : http://www.toupie.org/Dictionnaire/Securite.htm)

Étymologiquement : du latin securitas , absence de soucis, tranquillité de l’âme, dérivé de securus , exempt de soucis, exempt de crainte, tranquille.

La sécurité prend en compte :

  • les risques , liés à une erreur, à une faute, au système lui-même,
  • des menaces : criminelles, terroristes, politiques, militaires, financières, environnementales, etc.

On distingue :

  • la sécurité subjective (avec ses aspects psychologiques) de la sécurité objective qui s’intéresse aux causes et aux effets;

  • la sécurité active ou prévention qui cherche à réduire les risques de survenance d’accidents de la sécurité passive ou protection qui vise à diminuer les conséquences d’un évènement dommageable s’il survient.

La sécurité nationale est l’ensemble des moyens de nature civile (politique, diplomatique, économique, juridique …) et de nature militaire mis en oeuvre par un État pour protéger ses intérêts nationaux essentiels que ce soit en temps de guerre, de crise ou de paix.

De même, la sécurité civile a pour but de protéger des populations civiles (personnes morales et personnes physiques), ainsi que leurs biens et activités , contre des risques et des menaces de toute nature, civile ou militaire.

Une approche pirate de la politique de sécurité

Globalement, je dirais que l’on a deux approches qui existent quand on parle de politique de sécurité.

La première, « de droite », c’est ce que je nomme classiquement la politique de « la baffe dans la gueule ». Tu fais une connerie, on te file une baffe plus ou moins forte selon le niveau de ta connerie.
La deuxième approche, « de gauche », c’est la politique de l’éducation. Si tu fais une connerie, on t’explique, on t’éduque.

Naturellement, notre politique de sécurité est toujours un équilibre entre ses deux choix, ce n’est jamais tout blanc ou tout noir (la gauche valliste était plus « baffe dans la gueule » que la gauche hamoniste par exemple).

A nous de proposer notre équilibre.

Notre équilibre

La je vais lancer quelques propositions plus qu’une ligne directrice, il faudra naturellement construire les deux en même temps.

Une justice efficace et juste

Après ses deux mots très « bateaux » on va attaquer le concret : Il n’est pas acceptable qu’une affaire soit traitée en 24 h, il n’est pas non plus acceptable qu’une affaire soit traitée en 5, 6 ou même 10 ans.

Il faut donc une justice qui a des moyens, des bâtiments en bon état pour permettre une justice humaine, que les justiciables soient entendus,etc.

Il faut aussi que soit mis en place un système qui ne place plus la prison comme passage obligé, mais d’autre type de peine (je n’aime pas le mot peine alternative, que je trouve mauvais). Je pense notamment pour les jeunes au fait de les sortir d’un environnement (familiale, scolaire ou de vie) toxique, mais aussi une institution forte et bien financée pour gérer la sortie de prison.

Une police de proximité

On le sait, un des gros problèmes en France, ce n’est pas (sauf cas spécifique) les crimes violents, mais pour beaucoup le harcèlement, les incivilités. Pour résoudre ses problèmes, il faut remettre en place une police au contact ET au service de la population. Cette police de lien, de présence, permettra par sa simple présence de réduire certains faits, mais aussi d’apporter les explications et éducations quand elle est nécessaire.

Il faut aussi donner les outils pour cette police de proximité de sanctionner si besoin certaines de ses incivilités.

Légalisation des drogues

Je pense que c’est un point fort, la légalisation et « normalisation » de la vente de produit stupéfiant. Attention cependant, il faut clairement avoir ici une position sérieuse (qui gère le risque, la conduite sous stupéfiant par exemple).

Conclusion

Voilà, j’ai lancé le truc, à vous de bosser :stuck_out_tongue: pour débattre ou préciser ses positions.

9 Likes

Une vidéo utile :

3 Likes

Je trouve l’idée de débattre sur le thème de la sécurité publique intéressant car nous n’avons pas encore de point de programme suffisamment étoffé pour l’instant. Les constats mis en avant dans la vidéo de DataGueule sont également pertinents.

Nous pirates accordons une grande importance à la « sureté » à créer un environnement sécure qui permette d’écarter les dangers auxquels sont sujets les plus vulnérables surtout nos libertés individuelles. Les FOD servent à cette fin, garantir la sécurité publique et mettant hors d’état de nuire les personnes qui se mettent en danger elles-mêmes ou les personnes autours d’elles. J’ajouterai que selon Abraham Maslow, la sécurité arrive en 2ème position dans sa hiérarchisation des besoins.

La police est bien souvent soumise à des injonctions contradictoires en raison du mille-feuilles législatif. Le soucis étant que nous avons un État qui ces dernières années à tendance à considérer la police comme une milice au service de l’État alors qu’à la base elle doit être au service de l’ordre publique (Affaire Benala, Gilets Jaunes tabassés etc…) Je constate également une baisse des moyens financier aux FOD ce qui forcément produit une baisse des capacité à s’acquitter de leurs missions dans de bonnes conditions. (Je le constate de mon coté aussi, je travaille dans les services sociaux, même problème, faire plus avec moins, la qualité de service ne peut que diminuer) Ce qui me chagrine le + c’est la baisse de la durée de formation initiale, les policiers « en service » déplore déjà un manque de moyens et formations continues et en plus les nouveau arrivant sont formés moins longtemps (et donc moins bien) dans un contexte de défiance des FOD (et des représentant des services publiques en général). De mon point de vue nous sommes clairement sur une problématique de maltraitance institutionnelle. Les professionnels de la sécurité sont acculés, on leur demande de faire + avec - et ensuite on inverse la culpabilité en leur disant que c’est de leur faute. Il y a un problème d’investissement. Je pense que s’inspirer de nos voisins, britanniques par exemple me parait pertinent, l’organisme chargé des mêmes compétences que notre IGPN est indépendant là-bas, et les relations entre population et policiers semble + apaisée.

Mais il faut pour moi commencer par se demander « qu’est-ce que la sécurité publique? » et « Comment créer les bonnes conditions pour garantir celles-ci ? »

4 Likes