[Projet Motion] Pouvoir vivre en ville sans voitures individuelles

Bonjour,

Cela fait un petit moment maintenant que nous avons eu un échange sur la question de la présence de la voiture en ville. Il est temps, je pense, de prendre une décision concrète.

Je rappelle les événements précédents : De le voiture thermique

Suite à ces échanges, j’ai commencé à réfléchir un peu au sujet, j’ai posé quelques arguments sur un pad, et @AntoineArpege est passé par là pour remettre un peu d’ordre, un grand merci à lui.

Je viens maintenant à la pêche aux soutiens pour déposer la motion au vote de notre prochaine Assemblée permanente.

Merci !

Pouvoir vivre en ville sans voitures individuelles

Exposé des motifs

Nous Pirates, militons pour le partage équitable et raisonné des voies urbaines. Ce partage est actuellement inéquitable, en raison de la place déraisonnable laissée aux voitures individuelles, jusque dans l’hypercentre des villes. En effet, la voiture occupe aujourd’hui 50% des zones urbaines (lorsqu’elle y est autorisée), ainsi que de vastes espaces de parkings, pour seulement 1,2 personnes transportées en moyenne, et une utilisation très partielle lorsqu’elle n’est pas un outil de travail.

Cette situation est l’héritage d’une époque où la voiture individuelle était la norme, et un acquis social pour la mobilité de toutes et tous. Elle reste souvent indispensable dans les zones peu desservies par les transports publics, à faible densité de population.

Cependant, dans le cœur des villes les plus denses, l’accumulation des véhicules individuels est devenue source d’embouteillages, de pollutions, de bruits, au détriment des usagers eux-mêmes, et de la collectivité dans son ensemble. Face aux enjeux environnementaux, la surconsommation des ressources pour la construction et l’utilisation des voitures (quelles que soient les sources d’énergie), doit inciter à agir rapidement pour changer de modèle de transport en ville, à l’image des politiques menées dans plusieurs capitales européennes (Oslo, Madrid, Londres, …)

L’interdiction progressive et planifiée des véhicules individuels dans les centres-villes permettra de limiter toutes ces nuisances, mais aussi de réaliser des économies (moins de voies à entretenir, gain d’espace, …), d’améliorer les transports doux et collectifs, et faciliter l’action des véhicules d’urgence. Le calendrier doit permettre aux habitantes, aux habitants, et aux collectivités de s’adapter à ce nouveau modèle. Les récents progrès techniques en matière de transport et de communication, offrent une grande diversité de solutions pour parvenir à cet objectif.

Description de la motion

  • Mise en place d’un calendrier progressif pour l’interdiction des voitures individuelles dans les centres-villes : 5 années pour la mise en place des services, 10 années pour le déploiement progressif des restrictions

  • Plan de financement de services alternatifs : renforcement des transports doux et collectifs, parking-relais (gratuits pour les résidents et travailleurs), flotte de véhicules partagés à tarifs réduits (de préférence autonomes).

  • Interdiction des voitures individuelles prioritairement dans les plus grands centres urbains (Paris, Lyon, Marseille, Bordeaux, Toulouse), puis dans les autres grandes villes. A défaut, mise en place de péages urbains. Mise en place de permis d’accès pour les usages professionnels, déménagements, et autres raisons exceptionnelles. Limitation à 30km/h sauf grands axes.

Source :

Soutiens : @florie, @Bibo, @AntoineArpege, @Xeladaren

7 Likes

C’est un de mes grands sujets du moment donc j’applaudis.

C’est un sujet compliqué parce que ça mérite toujours plein de cas spécifiques. Tu parles de raisons exceptionnelles. Même si ça ne change pas le fond, j’aimerais bien ajouter « et pour tous les usages qui n’ont pas d’alternative raisonnable ».

Limitation à 30km/h sauf grands axes.

Si on ne garde que les véhicules nécessaires (livraison, handicap, urgence, etc.) je ne vois pas pourquoi on aurait besoin de grands axes avec un flux rapide en centre urbain. J’aurais même envie de dire que ça va réduire le flux d’assez bonne façon pour que la vitesse moyenne augmente malgré la limitation à 30 km/h.

1 Like

Quand on parle de centre ville, il y a une définition stricte ou c’est définit par chaque commune/agglo ?

Au niveau budgétaire, une idée pour faciliter ces évolutions ?

Sinon je soutiens :wink:

1 Like

Je soutiens ! Et je retourne le compliment à @Florie , c’est toujours plus facile de « passer derrière » un premier jet de qualité ^^

1 Like

Pour les centre ville, je pense qu’on peut préciser un peu mieux la chose en effet. Quelle serait ta proposition ?

Au niveau budgétaire, il s’agirait de réorienter toutes les dépenses qui concernent l’entretien des routes aujourd’hui, et ces dépenses sont conséquentes parce que les voitures sont extrêmement plus nocives pour les voies que les piétons, donc on a déjà un gros budget. Après on partirait peut-être sur des subventions européennes, peut-être une discussion à avoir sur ce point aussi. Je te laisse proposer ici encore des réponses à tes questions. :sweat_smile:

1 Like

Je te rejoins, on peut aller jusqu’à la suppression des grands axes (je suis très favorable à une éradication pure et simple de la voiture en ville, Antoine a peut être un peu adoucit mes arguments mais je suis prête à aller encore plus loin… :smirk:)

1 Like

C’est un sujet super important, @Paco a aussi souligné les tensions autour de ces enjeux au niveau municipal en libre antenne cette semaine (les pistes cyclables et les arguments de comptoir qui viennent toujours contre).

Ça serait intéressant d’avoir un journal de bord avec des géographes et urbanistes sur ce sujet, en particulier sur l’accommodation des personnes de la périphérie proche et plus lointaine.

5 Likes

Je vous invite à m’indiquer votre soutien sur la motion directement maintenant qu’elle est déposée à l’AP de février : Congressus : Session Février 2022 - Assemblée Permanente - Pouvoir vivre en ville sans voitures individuelles

@AntoineArpege je n’arrive pas à te trouver sur Congressus, donc je te laisse me faire la demande sur la motion (normalement c’est à la place du petit carré sous les noms des soutiens sous le titre, à la place de ce petit carré avec un crayon).

Capture d’écran 2022-01-29 à 19.03.06

Je soutiens également cette motion (même si elle a déjà son quota de Pirates :slight_smile: ).

Et je rejoins le commentaire d’Éric : l’utilisation individuelle d’une voiture diffère tellement d’une personne à l’autre qu’il y a des utilisations auxquelles on ne pense même pas. Par exemple, je crois qu’on devrait ne pas pénaliser le déplacement de voiture à partir d’un certain nombre de passagers (et je pense particulièrement aux jeunes familles et aux familles nombreuses). De même, faire les courses de la semaine pour une famille de 5 personnes n’est pas pensable en vélo ou en bus (surtout si tu rajoutes une poussette dans le lot).

Je propose une version un peu différente (j’ai pris en compte 2-3 remarques) :

Description de la motion

  • Le Parti Pirate propose la limitation à 30 km/h dans toutes les villes de France.
  • Le Parti Pirate propose l’interdiction de la circulation des voitures individuelles dans les villes (au sens administratif) de plus de 50 000 habitants. Cette interdiction est mise en place 5 ans après l’acceptation de la mesure. A cette mesure, est faite exception des déplacements des professionnels (santé, livraisons, situation de handicap etc…), des déplacements exceptionnels et usages qui n’ont pas d’alternative raisonnable (déménagements).
  • Le Parti Pirate propose que, dans ces villes, les budgets dédiés initialement à l’entretien de la voirie dégradée par la circulation des voitures soient systématiquement réorientés vers : le développement de transports en commun, des voies de circulation cyclistes dédiées, des voies de circulations piétons dédiées, le développement de parkings-relais gratuit pour les résidents et travailleurs à l’extérieur de ces villes.

Source :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_communes_de_France_les_plus_peuplées
http://carfree.fr/index.php/2008/04/19/automobile-et-consommation-despace/

1 Like

Ça me va. Tu veux mettre à jour la motion ? Tu as les droits dessus :relaxed:

Attention tout de même car on passe d’une interdiction de « centre-ville » à « ville », et les implications ne me semblent pas du tout les mêmes. Je reprends mon exemple plus haut : faire les courses dans un supermarché, souvent en hors du centre mais qui peut rester sur le territoire d’une grande commune.

1 Like

Oui en effet, je voulais aller plus loin dans la proposition. Le point « sympa » c’est que pour arriver à des villes avec autant d’habitant, il faut une très forte densité de population, ce qui inclue de faire les plus grandes villes avec des systèmes de transports en communs déjà en place. L’autre aspect c’est que ça touche mécaniquement une grande partie de la population sans avoir à se battre sur ce qu’est un « centre ville ».

Pour la question des courses pour la famille de 5 personnes, il y a à mon avis plusieurs réponses :

  • le point revenu de base, bien sûr, plus de temps pour tous, c’est ne pas avoir à optimiser son temps d’achat dans un supermarché 1 fois dans le mois
  • un quartier agréable à parcourir, c’est un quartier dans lequel les commerces de proximités ont plus de chance de prospérer, incitant à l’étalement de ces achats

Pour les acharnés du super-marché une fois par mois pour 5 personnes, il existe :

  • le vélo cargo
  • les livraisons à domicile
  • les voitures partagées
2 Likes

Non, désolé, la réponse est déconnectée de la réalité du quotidien des familles nombreuses. Parmi tout ce que tu proposes, la seule solution viable sans voiture personnelle est la livraison à domicile, et cela a un coût. Le vélo cargo sous la pluie avec un bébé et des courses pour 5 personnes ne ferait rêver personne.

Je comprends et soutiens l’idée de vouloir bannir la voiture des centre-villes, avec des exceptions (professionnelle, handicap, etc). Mais vouloir appliquer ce bannissement sur toute la ville sans réfléchir à toutes les conséquences me semble plus être de l’ordre de l’idéologie que d’une volonté politique réfléchie.

Enfin, je vois très souvent revenir l’argument « oui mais avec le RdB, ça change la donne », à telle point que l’on appelle ça entre nous le point revenu de base. Il y a 2 problèmes avec cela : 1. le RdB ne se mettra pas en place rapidement, et peut-être même pas du tout selon le pouvoir politique en place. Or, le PP doit être en mesure de faire des propositions de loi pour maintenant, sans prendre en compte le RdB (ou attendre que chaque quartier ait des commerces de proximités). 2. jamais, ou pratiquement jamais, je ne vois de mention du RdB dans le corps d’une proposition, quand bien même celle-ci est défendue avec un « le RdB rendra l’application de la proposition plus facile ».

Je propose de revenir à « centre-ville ». Certes, c’est une notion sans doute subjective, moins bien définie que celle de « ville de plus de 50.000 habitants », mais on voit mieux où ça nous mène : un centre-ville reste petit, une grande concentration des services de transports (en commun, vélos de location, etc) y sont présents, avec des arrêts de bus/tram proches de n’importe quel point du centre-ville. Ce n’est pas le cas de la ville, où des habitants peuvent se retrouver loin des arrêts, même après une politique urbaniste en faveur des transports en commun.
Je vois bien l’idée : une ville plus agréable sans voiture, moins de pollution, et j’y adhère ! Mais se lancer dans un point au programme qui interdit les voitures individuelles dans les villes en n’ayant que 3 semaines pour voir et débattre des implications, des cas de figures qui pénaliseront sans doute une partie non négligeable de la population ne me semble pas raisonnable.

Commençons progressivement en interdisant la voiture dans les centres-villes seulement. Déjà, ça me semble plus compliqué que ça a en à l’air : comment contrôler les cas exceptionnels par exemple ? Sans contrôle, tout le monde pourra « tricher » et prendre sa voiture. Obstruer physiquement les rues n’est pas non plus la solution (comment feront les riverains qui prennent la voiture pour aller loin ?).

1 Like

je pense que si on réfléchi à l’étendre à toute une ville, il faut penser par de vaste zones piétonnes , avec au pourtour des zones de stationnement et quelques axes routier. il faut surtout accompagner le tout d’une offre à la hauteur en terme de Transport commun / partagé / doux. Adapté aux besoins et aux contraintes. Après on a bien réussi a adapter la ville à la voiture, l’inverse devrait pouvoir se faire.

Vu l’urgence climatique, pour moi, interdire la voiture individuelle en ville est insuffisant, je serais plutôt pour l’interdire de manière générale. Ma proposition est donc deja un compromis.

2 Likes

Dans ce cas-là, parlons de l’interdiction de voitures à moteur thermique en ville, avec des aides pour l’achat d’un véhicule électrique, notamment pour les familles modestes. Car avec une interdiction simple et brutale, c’est encore elles qui vont être principalement pénalisées : ces familles qui ne vivent pas au centre-ville où tout est facilement accessible, ni dans des quartiers agréablement aménagés avec des commerces de proximité, proche des transports en commun.

1 Like

La motion porte sur une interdiction des voitures individuelles en ville et la mise à disposition d’une flotte de véhicules partagés.

Posséder une voiture est un luxe, surtout en ville, donc je ne vois pas bien en quoi cela impacterait les familles nombreuses à faible revenus qui doivent déjà payer une blinde leur vehicule qu’elles n’utilisent que quelques fois par jour si ce n’est en leur rendant la vie plus facile par la mise à disposition de véhicules partagés à faible coût.

Je suis du même avis que Bibo, je suis pour une interdiction pure et simple des voitures, quel que soit le moteur, donc la proposition faite aujourd’hui est pour moi aussi un énorme compromis.

Et puis dire que les familles modestes pourront s’acheter un véhicule électrique c’est vraiment mal connaître le prix de ces véhicules. Avec la proposition faite ici elles pourront au moins avoir la possibilité de profiter d’une voiture électrique et autonome quand ce sera nécessaire, et seulement quand elles en auront besoin, plutôt que de posséder et de payer super cher une voiture qui squatte une place de parking 90% de la journée et dont elles auraient finalement besoin qu’une fois par semaine pour faire les courses…

1 Like

Juste un détail : le débat a été ouvert sur ce forum en 2019. Des idées ont été posées et le sujet revient régulièrement sur la table dans de nombreux échanges.

Donc on est loin des trois semaines là, on est plutôt sur trois ans…

Rien ne t’empêche une fois encore de proposer un amendement à ma proposition, mais je pense qu’on est quand même tous plus ou moins d’accord sur le principe de base.

Non, posséder une voiture en ville n’est pas un luxe. Ça l’est pour le bourgeois du centre-ville qui a tout à porté de main. Les parcs de voitures partagées est une bonne chose, mais ne résout pas le problème de l’accès : ils ne seront pas à proximité de tout le monde, et sans doute encore moins à proximité des quartiers populaires.

Les familles les plus modestes, celles qui se situent dans la tranche des 20% des revenus les plus bas, possèdent moins de voiture que la moyenne, mais c’est tout de même 1,15 voiture par foyer (contre 1,3 en moyenne) en 2020 (https://www.ecologie.gouv.fr/sites/default/files/Théma%20-%20Les%20voitures%20des%20ménages%20modeste%20-%20%20moins%20nombreuses%20mais%20plus%20anciennes_0.pdf). En moyenne, chaque famille modeste possède une voiture, et il y a des situations régulières où il serait compliqué de s’en passer.

J’ai bien parlé d’aides à l’achat, il me semble.

Mais il n’y a pas que les courses, c’est à chaque fois que tu dois de déplacer en famille, sans transport à côté de chez toi, ou sans passer 1h dans les transports avec une poussette et deux autres enfants. Désolé, mais je vois bien que vous ne connaissez pas les situations dont je parle, et donc vous ne les comprenez pas.

OK, donc en 3 ans on a dû plier la question de comment gérer et vérifier que les cas d’utilisation exceptionnelles d’un véhicule motorisé (accompagner quelqu’un aux urgences, par exemple) respectent bien les critères d’exception. Quelles ont été les solutions proposées ?

3 Likes