Pour ou contre la légalisation de drogues?


#61

si tu veux discuter de ça plus avant ouvre un autre topic parce qu’ici c’est pas vraiment le sujet.

Je suis d’accord que les armes à feu omniprésentes sont une folie et dangereuses pour la société. Je te renvoie à la page de l’arpac si tu veux discuter sur des éléments réalistes autres que les images chocs et les boucheries causées par la deregulation totale des armes (si tu n’as pas compris je suis fermement contre le modèle US mais je suis aussi contre la mauvaise foi qui pousse à dire qu’il n’y a que ça qui existe). Après je peux comprendre que ça soit plus confortable de sélectionner tes citations pour te replier sur “ckomoUSA”

Bon le sujet ici c’est la légalisation des drogues, recentrons.


#62

Mouis bon, le troll, ça va bien mais on en est à 60 messages sur un sujet mainte fois débattus. De plus, les arguments avancés sont des sophismes patents :

  • On parle de légaliser le cannabis, il nous parle d’overdose, de cancer, etc. Le fait qu’un cancer soit possible (et même probable) avec les drogues, qu’il y ait une forme d’addiction ne veut pas dire que c’est une conséquence inévitable et/ou que ce soit le but recherché de la légalisation.
  • Parler des morts, créer de la peur pour les enfants, la famille… les dangers de la vie…
  • Soit on libéralise et on consomme partout comme on veut, soit on interdit… Il n’y a pas d’entre deux.
  • Dire que la légalisation ne soignera pas tous les consommateurs ou tous les trafics n’en fait pas un argument en capacité d’invalider la solution. Celle ci n’a pas besoin d’être absolument sans faille.
  • Orienter la discussion sur autre chose : la sécurité sociale et le remboursement des cancers du tabac (le tabac est légalisé, ça n’a pas vraiment à voir avec la légalisation du cannabis). Et on voit que tout le monde s’engouffre en parlant voiture, travail, arme à feu… Ce n’est pas parce qu’il y a un point commun que c’est pareil.

Bref, ce qui serait intéressant de construire, ça serait de revenir à l’idée de base qui est juste de dire qu’on légalise la vente de cannabis pour permettre de mieux agir sur l’action de prévention, de ne pas engorger les prisons, lutter contre les trafics, autoriser le plaisir, etc. On peut être contre ces arguments mais faut pas partir trop loin. Actuellement, on soigne un malade du cancer, quelqu’en soit la cause. La légalisation en elle-même ne change strictement rien à ça. La différence, c’est que si c’est légal, @Nounours penses que la consommation va augmenter et se faire sans contrôle. Auquel cas, il remets en cause l’argument qui vise à dire qu’on arrivera à mieux régulier quelque chose de légal que quelque chose d’illégal (mais qui est en vente partout, même les jours fériés, et à n’importe quelle heure).

Je ne suis pas sur qu’on puisse argumenter point à point. @Nounours, le 26 juin, y a une journée d’action pour s’informer avec des associations qui travaillent sur la prévention. Voir ici : http://supportdontpunish.org/fr/journee-daction-mondiale-de-2017/ Je pense que ça t’éclairera. Si tu penses avoir un avis déjà tranché, prépare un argumentaire pour la prochaine AG et propose la révocation de ce point du programme.


#63

Très beau texte de Florie, tu pourrais en faire un billet d’humeur.


#64

Merci, je pourrais faire ça tous les jours :smiley:


#65

Hello bonjour,

merci de m’avoir cité et sorry pour le retard j’étais au Teknival à Pernay, j’y ai croisé au moins 30.000 drogués heureux :slight_smile:

Du coup comme j’arrive en retard je vois que la plupart des (contre-)arguments “pro” légalisation de toutes les substances illicites (parce que bon, “drogue”, ca induit des débats annexes sur les addictions qui amènent à des hors-sujets) ont déjà été avancés, je vais résumer en quelque points mes arguments/convictions :

  • le risque 0 n’existe pas : Impossible de prévenir à 100% la consommation d’un produit qu’une personne veut consommer

-> En partant de cette réalité, partir dans les extrêmes (tout ou rien) n’est pas productif, il faut donc une politique nuancée et souple (contrôle du marché et de la production, reponsabilisation de l’usager et des usages, interdiction de produit de coupe, recherches sur les produits psychoactifs…)

  • Le pilier central de cette politique doit être l’usager : Surtout pas des lobbys pharmaceutiques ou d’addictologues !

-> La politique actuelle des drogues veut que la seule solution pour “s’en sortir” quand on est un drogué, c’est in fine l’abstinence totale pour ne plus avoir de poison dans le corps et donc “être en bonne santé”.
C’est la solution facile, tout le monde veut être en bonne santé n’est-ce pas ?
Sauf que si, par exemple, pour maintenir son statut social et donc maintenir un train de vie “sain”, un sportif doit prendre de la cocaine pour affronter la pression quelques heures avant une course/match/etc., est-ce normal de lui détruire sa vie sociale et donc son bien être sous pretexte qu’il se droguait ?
C’est UN exemple parmi tant d’autre, c’est pour illustrer le fait que l’usage de produit psychoactif touche toutes les classe sociales http://www.ofdt.fr/BDD/publications/docs/eisxbrq6.pdf et que les seuls chiffres dont nous disposons émanent des hopitaux (OD), des comicos (arrestations), des douanes (saisies) et des lycées (questionnaires anonymes) donc que des cas où ca se passe mal. La question est donc : combien de personne en France consomment des produits psychoactifs et dont nous ne savons absolument rien ?

Pour conclure : l’usage de produit est défini selon l’individu et pas selon des généralités basées sur la morale qui mènent à la répression et la prohibition.
Pour toutes les questions relatives à la croissance, l’économie, la securité, etc., je pars du principe que si un individu est dans un environnement sain pour lui, il sera beaucoup plus efficace dans tout ce qu’il fera.
Donc, pour moi, une politique des drogues avec l’usager en place centrale de décision permettrait un meilleur bien être de ces derniers (car c’est d’eux dont il s’agit au final) et d’une meilleure réactivité du gouvernement (fin du tabou dans les débats publics) aux risques liés à l’usage de produits.

Je recommande vivement la journée du 26 Juin, qui devrait avoir un fort impact médiatique cette année car il y aura deux évènements : l’un le Samedi 24 et l’autre le Lundi 26. Mais vous en saurez plus le moment venu -^^-


#66

Waouhhhh, alors là Florie… Je reste bouche béeee d’admiration …


#67

Bon, je passe sur les arguments d’une mauvaise foi patentée : par exemple je n’ai JAMAIS parlé d’overdose, mais de temps d"élimination du cannabis, de risque d’accidents augmenté par ralentissement des réflexes, de risque de développement de psychoses qui ne sont actuellement non soignables, etc… Je t’incite à mieux relire mes posts…

Non, je pense qu’avec un accès plus facile, le nombre de personnes qui va y avoir accès va être fatalement plus grand. Je ne pense pas que la légalisation arrêtera forcément les trafics : si par exemple les mineurs (entres autres pour cause de retard de développement du cerveau en cas de fumette fréquente), ils s’en procureront de manière plus ou moins légale, prenant encore plus de risques… Donc même si elle est légalisée un jour, l’équivalent des cofee-shop seront interdits sans doute à certaines catégories d’individus…
Et le risque principal n’est pas selon moi l’absence de contrôle, mais les risques d’accidents de la route et professionnels accrus, sans compter l’augmentation du risque de décès par AVC ou maladie cardiovasculaire dû à une consommation plus fréquente de cannabis par une population élargie…

Quand à la prévention, je ne vois pas en quoi, consommation légalisée ou pas, on ne peut pas en faire. D’ailleurs ça tombe bien, si mes souvenirs sont bons, en cinquième et en troisième on a eu une journée (en fait une demie journée) de prévention contre les drogues… Pourtant ça datait d’une époque lointaine (fin des années 70), où la légalisation n’était même pas une option envisagée… Ils avaient vu les ravages faits dans les années 68 et suivantes pas par que le cannabis, je te l’accorde… Mais il n’en reste que la prévention n’a RIEN A VOIR avec la légalisation de ce toxique…

Et figure toi que je suis chimiste et ai travaillé pour un labo qui faisait des dépistages toxicologiques… Entres autres sur le sang des cadavres d’accidentés de la route… Donc oui, je connais quand même assez le problème des drogues sans avoir besoin d’une “information” de ces journées.

Je suis contre, ayant eu une vue sur les dégâts causés. Mais je comprends très bien que vous militiez pour. Et d’autant plus si vous en consommez déjà… Certains de vos arguments sont vrais et tiennent la route. Mais pour moi, ils ne valent pas les risques courus, que ce soit à titre personnel (comme quelqu’un a dit après tout, c’est votre choix de vous détruire la santé…) et potentiellement ceux que vous faites potentiellement courir aux autres.
Je n’avais pas accès aux infos sur les circonstances des accidents, l’identité des victimes etc, les échantillons que j’ai analysé étant anonymes, juste un code-barre… Mais je suis persuadé que certains prélèvements étaient ceux de jeunes qui avaient perdu le contrôle de leur véhicule ou fait des manœuvres dangereuses et avaient percuté une voiture en face qui elle n’avait rien demandé… Et tout ça pour une soirée trop arrosée et quelques joints…


#68

Ou comment dire qu’il faut arrêter de vivre.


#69

Que l’on soit consommateur ou non nous sommes tous d’accord sur le fait qu’il ne faut pas fumer ou boire ET conduire.
Ceux qui le font mettent leur vie en danger et les nôtres aussi.


#70

Au risque de passer pour un gros facho ronchon, je pense sincèrement qu’il ne faut pas faire l’amour ET conduire en même temps. Je comprends que ça puisse occasionner des sensations intéressantes, mais incontestablement, c’est trop dangereux.
Faut il pour autant interdire l’amour ? Le débat est ouvert…


#71

Non, je pense qu’avec un accès plus facile, le nombre de personnes qui va y avoir accès va être fatalement plus grand.

Aujourd’hui, qui en veut, en a. 24/24, 7/7, même (et surtout) les jours fériés. Trouves moi un tabac ou un débit de boisson qui fait ça, et on en reparle. Ca ne sera pas plus “facile” avec la légalisation. Et ce n’est pas le but.

Je ne pense pas que la légalisation arrêtera forcément les trafics

Pour le moment, l’interdiction n’a fait que renforcer les trafics. Ils ont du pognon, ils ont des clients et ils ont le personnel. Créer une concurrence légal et ils vont devoir chuter les prix, monter la qualité … ils ne tiendront plus le coup.

les risques d’accidents de la route et professionnels accrus, sans compter l’augmentation du risque de décès par AVC ou maladie cardiovasculaire dû à une consommation plus fréquente de cannabis par une population élargie…

Tu veux dire plus que maintenant ? Aujourd’hui on mets un avertissement explicite sur le tabac et l’alcool et qu’on en mettrait pas sur le cannabis. Certaines professions font des contrôles sur le cannabis. Idem sur la route, évidement. En quoi ça change ? Ce serait au contraire l’occasion d’en parler avec moins d’hypocrisie et mettre en place de vrais contrôles.

si mes souvenirs sont bons, en cinquième et en troisième on a eu une journée (en fait une demie journée) de prévention contre les drogues…

Peut-être que je suis trop jeune mais j’ai pas eu ça. Et il faut parler des addictions et pas sur une demie journée avec deux flics en tenue qui te montre de la “marijuana” au tableau à coté du LSD et de l’ectasie et qui te dessine un sens interdit dessus. La prévention, ce n’est pas ça, ça c’est de la persuasion-à-la-con.

Pourtant ça datait d’une époque lointaine (fin des années 70), où la légalisation n’était même pas une option envisagée…

Nan mais sérieux : c’est sur que tu connais ton sujet…
Évite les “informations” comme tu as su éviter toute la culture musicale de ces années là, évite aussi la date de la légalisation aux Pays Bas. Évite l’appel du 18 juin… Évite… nan, en fait, évite, c’est mieux. A la limite, lance un dés et mets une autre date au pif.

… Et surtout, ça n’a juste aucun rapport avec le sujet.

Et figure toi que je suis chimiste […] donc oui, je connais quand même assez le problème des drogues sans avoir besoin d’une “information” de ces journées.

Ah ? Tu connais quoi en fait ?

Je n’avais pas accès aux infos sur les circonstances des accidents, l’identité des victimes etc, les échantillons que j’ai analysé étant anonymes, juste un code-barre… Mais je suis persuadé que certains prélèvements étaient ceux de jeunes qui avaient perdu le contrôle de leur véhicule ou fait des manœuvres dangereuses et avaient percuté une voiture en face qui elle n’avait rien demandé…

Ah oui, au moins, ça ne manque pas d’esprit créatif… Raté pour le coté scientifique mais sinon oui, si tu es “persuadé”, c’est bien. Et comme ça pas besoin “d’informations” vu que tu sais déjà que tu ne veux pas savoir…

Du coup, j’arrête là pour ma part.


Légalisation de toutes les drogues : Alexandre Kauffmann
#72

En fait, tu ne vois que les 90% de cas où ca se passe mal. Et si tu cherches d’autre chiffres, ca sera toujours des cas où ca se passe mal, car la loi de 70 interdit de présenter les drogues sous un jour favorable, ce qui empêche la recherche scientifique de se pencher dessus objectivement.

La prévention, c’est un principe moral destiné aux parents pour pas que leur enfants prennent de la drogue ou baise sans capote.
Du coup tu pourras répondre “si tu ne veux pas de risque n’en prend pas” à quelqu’un qui te dit “qu’est-ce que ca fait si j’en prend?” autant de fois que tu le voudras, non seulement il prendra le produit mais en plus il ne sera pas informé sur ce qu’il prend. Et le mieux : tu n’auras aucun regard sur sa conso.

Evidemment ! Ca fait 50 ans que c’est interdit, tu m’étonnes que je vais aller l’exploser le cofee shop lol C’est l’évidence même que le nombre de consommateur va monter en flèche puisque tous les chiffres dont nous disposons, je le repète, ne sont que des cas où ca se passe mal.
Donc il y aura au moins une certitude dans cette histoire : le nombre de mort sur la route dûs aux produits, lui, ne bougera pas vu que c’est la seule donnée dont nous disposons et que je suis 100% d’accord avec @Mistral : tu peux avoir ton produit H24 aujourd’hui où tu veux, ce n’est donc pas l’existence d’un coffee shop qui va faire découvrir des passions à des millions de personne non-consommatrice d’un coup.


#73

Il ne faut pas non plus contrôler des machines en mouvement, d’outils ou toute tâche cruciale demandant une attention soutenue et une réaction rapide dans les 24h suivant la prise car les effets impactent les réflexes sur 24h…


#74

A mon tour de m’étonner sur le fait que tout le monde m’explique qu’il n’y a aucune prévention alors que je venais de dire que ce n’était pas vrai. Alors que des asso du style info drogues qui se déplacent dans les collèges et qui fait des conférences régulièrement… Et personne ne m’a repris sur le sujet… :stuck_out_tongue:


#75

Ben je te reprends, les informations données lors de ces “Réunion de prévention” n’en sont pas, il s’agit uniquement de propagande idéologique.
Prévenir des risques mal évalués ça ne marche pas.
C’est comme Pierre et le loup, on raconte aux enfants qu’il vont mourir d’un coup si ils prennent du cannabis, hors ils voient leurs potes en prendre, ils savent donc qu’ils ne faut pas croire les adultes.
C’est comme pour le sexe. Dans certains pays, on apprends aux enfants que le moyen de prévention des MST et grosses c’est l’abstinence. Ben non ils vont pas faire ça, vaut mieux leur expliquer les préservatifs et la contraception plutôt que “Le sexe, c’est le mal!”.


#76

Ca marche aussi avec le sexe tarifé, le tabac de contrebande. Et?
Ca voudrait dire que si on légalise ce toxique tu voudrais en plus que l’équivalent des cofee-shop soient ouverts h24?

Je ne pense pas que ce soit le but du gouvernement. Le gouvernement si on en reste dans les hypothèses de base est de taxer à 80% le cannabis, et donc d’être à minimum 50% plus cher que le prix de contrebande… Sans compter que les études faites ne tiennent que compte des économies faites en terme de personnel mais absolument pas des couts de la mise en place des coffee-shop, leur entretien, ni du coût de la main d’oeuvre pour faire tourner le commerce…
D’autre part elle part du principe que tous les anciens fumeurs vont se rabattre dans les cofee-shop, alors que rien n’est moins sûr : on sait ce que l’on quitte, pas ce qu’on gagne…

Oui, en nombre. Accès facilité = plus de monde qui vont être tentés… En pourcentage ça ne changera rien, mais en nombre, ça va un peu piquer les yeux à mon avis…[quote=“Mistral, post:71, topic:1906”]
Peut-être que je suis trop jeune mais j’ai pas eu ça. Et il faut parler des addictions et pas sur une demie journée avec deux flics en tenue qui te montre de la “marijuana” au tableau à coté du LSD et de l’ectasie et qui te dessine un sens interdit dessus. La prévention, ce n’est pas ça, ça c’est de la persuasion-à-la-con.
[/quote]
Ca n’avait rien à voir avec 2 flics qui venaient faire un speech. C’était plutôt du genre retraitée qui venait parler calmement des drogues au nom de drogue info service… Elle n’était absolument pas dans la moralisation, mais plutôt dans l’information…
A peu près le même genre de personne qui venait faire de l’information sur la sexualité et les moyens de contraception…

Je te défie de trouver des groupes qui ont percé à cette époque EN FRANCE défendant la légalisation des drogues et en utilisant ouvertement… Oui, ils en parlaient dans le monde de la pop anglo-saxonne, notamment les Pink Floyd ou les Stones disent qu’ils s’inspirent de délire sous substance pour écrire, mais en France, le seul qui se targue de consommer des drogues est Serge Gainsbourg. Quels que soient les comportements individuels, on ne pas jamais de la légalisation des drogues à ce moment là, désolé…


#77

Parce que tu connais tous les fumeurs de cannabis de France, tu sais tout ce qu’il y a sur une cohorte quels sont les comportements moyens, le nombre de gens qui ont des problèmes avec la justice, ou qui se tuent sous l’influence du cannabis (ou après… Car il y a aussi une période de dépression lors de la chute de l’effet du Cannabis. Comme avec toutes les drogues…)


#78

Non, mais par contre je sais lire des études et des articles encyclopédiques.
Après si ça t’intéresse de voir les récit des consommateurs de drogues non idéologique, tu peux aller sur des forums de prévention des risques (dont certains sont sur le dark web, les forums de préventions des risques sont parfois attaqués en justice pour avoir “présenté des drogues sous un jour favorable” cad expliqué les vrais risques et non pas ceux fantasmés).


#79

Autrement dit les seuls risques que toi ou une autre personne a expérimenté? Crois-tu que c’est une seule expérience qui peut permettre de décrire tous les risques d’une substance? A ce moment, je peux t’expliquer que c’est cool de boire, de fumer, etc… Alors que je fume 2 paquets de cigarettes par jour et que je ne vais jamais voir un médecin…
Bon, j’ai des poumons qui ressemblent à une mine de charbon, j’ai plus de souffle et peut-être un cancer, mais tant qu’on ne le sait pas, c’est qu’il n’existe pas…

Tout ça pour dire que les médecins, avec leurs études statistiques des risques seront plus à même de parler des risques d’une consommation de toxique que n’importe quel utilisateur…
Même en n’ayant pas testé la substance sur eux-même.


#80

Tu sais, @Nounours : si vraiment tu penses qu’il faut interdire le canabis et que c’est un point très important pour toi, honnêtement, même si tu es sympa et tout, que tu argumentes (avec une dose sensible de mauvaise foi mais c’est le jeu), je ne suis pas certain que tu sois bien à ta place chez les pirates. Il ne t’aura pas échappé que dans ce fil tu es un peu seul contre tous ? Ca peut avoir des côtés marrants parce que, objectivement, ce fil de conversation est assez marrant. Mais ça veut quand même dire que tu es en déconnexion totale avec l’immense majorité des militants
A toi d’en tirer les conclusions. Si ça te gêne pas, et bien… bienvenue ! :slight_smile: