Petit guide du militant politique pirate de Papy Bibo


#1

Ça ne fait pas une éternité que je suis au parti, et, pour autant, j’ai l’impression d’avoir tiré quelques enseignements de ces dernières années que je vais tenter de résumer ici. Ce n’est en aucun cas un tutoriel sur comment devenir un bon petit pirate, nous sommes libre, et quand bien même on a parfois la critique facile, au fond, jamais personne n’ira vous reprocher de donner priorité à autre chose. J’espère que vous pourrez vous y référer en période de doute, que ce dernier soit mince, immense, récent ou accumulé après plusieurs années.

Le temps long

J’ai été fasciné de trouver, au départ, en ces lieux, des gens qui partageaient de manière si approfondie bon nombre de mes convictions politiques, ou en tout cas, d’un truc qu’on pourrait appeler valeur, ou encore, manière de voir le monde, si ce n’est dans certains points programmes précis, au moins dans la liberté d’action qu’on ose se permettre. La tentation est donc grande, après une traversée du désert politique, de s’y jeter corps et âmes. C’est en partie ce que j’ai pu faire à un moment et je suis loin d’être le seul. Pourtant, s’engager en de telles proportions a des conséquences, notamment sur nos attentes vis à vis de notre engagement, sur ce que l’on va pouvoir en retirer. Et, inutile de vous dire que plus les attentes sont grandes, plus la déception peut s’avérer importante.
Quand bien même cet écosystème est fascinant, y aller à tâtons, progressivement, durant les premiers mois, voir la première année, permet à mon avis de se donner une bonne idée du cycle de vie du parti et de s’accorder en conséquence. Comme il me semble l’avoir dit ailleurs :

Nous sommes installés pour durer. Installez-vous pour durer aussi. Les sièges sont chauds, le popcorn coule à flow (pour le meilleur et pour le pire). Nous arrivons à faire salle pleine avec des films de grandes qualité de temps en temps, il suffit d’être là, présent au tournant.

Trouver sa place

Réussir à durer, c’est aussi réussir, peut-être, à bien orienter son énergie, histoire que chaque initiative ne se solde pas par un échec cuisant (avant tout pour soi même). Je me sens régulièrement tiraillé entre la volonté d’apporter mon expertise à certains débats et celle d’aller explorer des champs plus lointains qui m’attirent si ce n’est tout autant, parfois plus. En conséquence, bosser sur des domaines dans lesquels je suis expert me donne l’impression d’étendre mes journées de travail et, avancer sur autre chose me donne l’impression que je n’y connais pas grand chose et que je ferais bien de me restreindre à mon expertise.

Je crois que cette difficultés vient notamment de ce qu’on vient chercher dans notre engagement politique. Personnellement, j’y trouve des choses que je ne trouve dans aucune autre de mes activités, quelles soit sportives ou professionnelles, et c’est ça ma motivation première. Je sais que je vais pouvoir faire des choses qui me plaisent et comblent un manque.

La posture la plus relaxante que j’ai pu trouver pour casser cette situation consiste à ne pas travailler sur les sujets pour lesquels je me sens expert (psychologie, éducation), mais me rendre disponible pour répondre à des questions ou donner un avis succinct quand d’autres pirates abordent la problématique. Ainsi, j’ai toujours l’impression d’utiliser à bon escient mes compétences, sans avoir l’impression d’augmenter la durée de mes journées de travail. En parallèle j’ai essayé de me concentrer sur 2-3 sujets en dehors de mon champ d’expertise qui m’intéressent (notamment l’économie, le RDB). Fournir un travail sur ces questions me passionne, et je me sens valorisé pour mon travail sur ces aspects, pile ce que je suis venu chercher.

Discord Jebaited

S’il y a un endroit dans lequel on peut se laisser embarquer pour le meilleur et pour le pire, c’est bien ce fabuleux outil de communication directe. Je n’arrive toujours à savoir s’il s’agit d’un don ou d’une malédiction, sûrement un peu des 2.

La modération y est compliquée, les débats parfois enflammés, le tout agrémenté de son lot de troll réguliers. Il faut à mon avis y aller principalement pour quelques canaux qui vous importe, rendre silencieux le reste, votre santé mentale vous remerciera.

De la dictature à l’anarchie

On pourrait penser que les prises de paroles sur discord et discourse -notamment des membres qui font parties des conseils- ont un poids supérieur quand on a envie de se faire une idée rapide de ce que pensent les pirates, et je crois que c’est une erreur.

Cette erreur vient en partie à mon avis de la représentation de la structure hiérarchique formelle et informelle du parti. La conscience par les membres qui connaissent le mieux le parti de son horizontalité peut les amener à se laisser aller à des commentaires qui sont ceux de pirates comme les autres. Or, ce n’est pas la vision que peut avoir un pirate nouveau ou moins nouveau qui considère que ces postes à responsabilité devraient amener à une certaine retenue.

Il s’agit là sûrement d’une vision politique différente de ce qu’induit une responsabilité, même des plus ingrates. Et je crois que c’est dans cette distinction que vient ce nicher tout un tas d’incompréhensions initiales qui parfois perdurent.

C’est pourquoi l’anarchie rêver laisse parfois l’impression d’être dans une dictature de personnes qui tentent d’imposer des points de vue du haut de leur titre. Je crains que la vérité ne soit entre les 2, ou en tout cas, dans une conception différente de l’anarchie, une anarchie qui ne dispense pas de systèmes d’organisations distribuant les responsabilités et les pouvoirs.

Le droit à la retenue

De la même manière que dans la grande majorité des cas, parole de pirate ne vaut pas position du parti pirate, objet de débat ou d’échange, ne veut pas dire pas forcément dire point de programme ou communiqué de presse.

Il existe un gouffre entre lancer un débat et produire un point programme digne de ce nom, ou encore, rédiger un communiqué de presse, un billet de blog à publier sur le site du parti. C’est une chose que, je crois, on oublie souvent. À mon humble avis, tout discours ne nécessite pas contradiction, et ce, spécialement dans une structure qui a construit un processus bien rodé permettant de faire le tri.

Certains débat et sujet méritent parfois qu’on y accorde aucune attention. Et, quand bien même il est tentant d’aller expliquer en quoi ce sujet ne sert à rien, attendre qu’il en sorte quelque chose de concret avant de réagir est parfois une très bonne étape qui permet de sauver une quantité d’énergie importante.

Le mot de la fin

Essayez autant d’IRL que possible, c’est fou ce qu’un sourire peut changer à la tonalité d’une conversation. Stay long, stay strong, alea jacta est et tout le tintoin, YARRH !

PS : N’hésitez pas à compléter, j’ai la science, mais elle n’infuse pas.


#2

#3

This post was flagged by the community and is temporarily hidden.


#4

Les messages sont sur un fond jaune/beige (exemple) quand la personne en question écrit en tant que ce rôle (je pense en particulier au cas du CVI) et je pense que c’est une très bonne chose de différencier d’une part la modération dans l’exercice de ses fonctions (et donc à qui on peut demander des comptes, on n’est pas à l’UPR ouf) et d’autre part les autres messages de la personne qui est membre du conseil en question.
Le fait d’afficher les fonctions permet selon moi d’une part de voir qui est membre de quel conseil (ceux-ci étant élus par l’AP ou l’AS), et d’autre part rappelle quels sont les conseils.

EDIT : les badges de discourse sont un autre sujet et n’ont rien à voir avec le parti (sauf avis contraire de quelqu’un qui s’y connaît mieux que moi), d’ailleurs on les retrouve aussi sur le forum de Mieux Voter.

Outre le fait que ça permet de voir d’une part le fonctionnement de la démocratie liquide/délégative et/ou d’autre part l’usage de celle-ci au sein du PP, il me semble très important de pouvoir voir comment sont faites ces délégations. Sinon comment tu justifies ça :

  • réponse de vote n°1 : A (100), B (100), C (281), D (100), E (100), F (100), G (100), H (50)
  • réponse de vote n°2 : I (505), J (100), K (220), L (110), M (100), H (50)
    La motion “réponse de vote n°2” est adoptée à 54 %.

#5

Il ne faut pas confondre rôle et pouvoir :wink: avoir un rôle différent ne veut pas nécessairement dire avoir un rôle supérieur (en termes de pouvoir, en l’occurrence). Et normalement, si les statuts sont lus, on sait qu’il y a horizontalité et donc, on sait que les titres ne veulent rien dire d’autre que telle personne a tel poste et… bah c’est tout. Rien de plus compliqué, faut pas voir le mal partout :wink:


#6

Merci papy @Bibo. Beaucoup de sagesse dans ces lignes, qui sont des choses que nombre d’entre nous peinons à expliquer aux nouveaux, et moins nouveaux, adhérents.

[edit : supprimé après rappel à l’ordre bienvenu du CVI]

Coeur sur vous, une chèvre


#7

Veuillez rester dans le sujet initial, s’il vous plaît.
Si vous avez des questions sur le fonctionnement, contactez le CVI qui se fera un plaisir de vous répondre.


#8

Tes arguments @Vesporium m’ont convaincu cela semble important de mettre les rôles et le truc des badges est sûrement une contrainte Discourse.

Après mon post c’était surtout pour remercier @Bibo. (on va encore peut-être flaggé ce mess pour ça mais heureusement on ne va pas retirer mon like sur son post).