Légalisation de toutes les drogues : Alexandre Kauffmann

Sujet intéressant et qui semble remonté de données d’expérience et de stats pour sortir des préjugés.
En tout cas c’est un sujet Pirate :slight_smile:

Maintenant légaliser toutes les drogues, moi même je ne sais pas si je suis pour, mais alors faire passer cela dans la société française … Bonne chance…

Je ne suis pas fan de “libérer” toutes les drogues.
Quant à “légaliser”, faut voir ce qu’on entend exactement par là. Pour moi les drogues sont déjà légalisées vu qu’elles sont interdites.

Après, il faut voir ce qu’on entend par “drogue”, par “drogue douce”, par “drogue dure”. Personnellement-moi-même-je suis d’avis que l’alcool et le café sont des drogues douces. Au même niveau que le cannabis. Sauf que les 2 premières sont autorisées (voire encouragées) alors que la dernière est interdite. Et je n’aime pas du tout quand il y a un cas de deux poids, deux mesures.


NB : Pour ceux qui comme moi ont tendance à mélanger les noms et personnes, l’écrivain cité ci-dessus n’est pas Alexis Kauffmann, fondateur de Framasoft (https://fr.wikipedia.org/wiki/Alexis_Kauffmann)

Je serais asser de ton avis, surtout sur le côté deux poids deux mesure qui est très agaçant.

D’autant plus quand on voit l’inefficacité de la lutte contre le trafic de cannabis depuis des années…
C’est peut-être mon côté hollandais qui ressort :wink:

Malgré tout je trouve intéressant l’idée d’encadrer toute les drogues, avec du contrôle qualité, de la prévention, éducation, information etc…

Après, on a eu une discussion à ce sujet au mois de mai 2017 (moins d’un an, donc) sur ce fil : Pour ou contre la légalisation de drogues?

Oui en effet mais la l’auteur se concentre sur la légalisation de toutes les drogues, alors que l’autre sujet au moins originellement était plutôt sur le Cannabis non ?

Bsoir,

la “légalisation” c’est la vente sous contrôle de l’état comme l’alcool et le tabac, sauf qu’en l’état actuel le trafic “fait vivre” des quartiers ou c’est un des seules “ressource” de survie pour certain, et ça arrange pas mal de politique en place d’avoir des quartiers “d’insécurité” on y envoi les robocops pour faire autoritaire, ou on accuse les prédécesseurs d’avoir laisser faire…

1 Like

l’alcool est une drogue dure, alors que le cannabis non

à titre personnel … Je suis pour que chacun ait le droit de s’injecter le poison qu’il veut dans son propre corps. Et cela à plusieurs avantages ( non pas qu’ils s’injectent du poison mais que ce soit légal ) :

  • Au moins les gens qui le font, le feront en véritable connaissance de cause car il sera plus simple d’informer sur les risques connus sans tomber dans l’exagération. ( à force de caricature, on perds toute crédibilité )

  • Les produits seront plus sûrs avec moins de risques d’avoir des produits ajoutés pour couper qui sont parfois plus mauvais que le produit d’origine, car il sera de fait possible d’imposer des normes.

  • On perds l’attrait de l’interdit

  • Si ils ne sont plus montrés du doigt/criminalisés c’est beaucoup plus facile d’aider ceux qui souhaitent sortir d’une dépendance

  • On tue le commerce illégal ( qui peut parfois servir à financer des choses beaucoup moins “jolie” que la drogue )

Et j’en reviens souvent à ça pour tout ce qui est santé … Mais pour moi la liberté de disposer de son propre corps est inconditionnelle.

5 Likes

J’aime bien ce que dit @Slimane.
Je vais juste revenir sur un point :

Un argument que j’ai entendu contre la dépénalisation du cannabis est : “Des gens fument cannabis parce que c’est interdit, en particulier les ados. Si ça devient autorisé, ils se tourneront vers un autre produit interdit, et sans doute plus dangereux.” Je ne doute pas que cet argument soit justifié. Par contre, je ne connais pas le rapport entre ces usagers de l’interdit et le nombre total de “drogués”.
Alors dans le cadre de “on dépénalise tout”, vous allez me dire qu’il n’y a pas de problème. Sauf que tout dépend comment on gère le concept de “tout”. Si la loi dit vraiment “toutes les drogues”, ok. Si la loi commence à lister les drogues, ben, on risque d’avoir ce problème. Je n’ai aucune confiance en nos législateurs pour arriver à lister toutes les drogues une par une ni pour être réactifs quand il s’agira de rajouter les drogues nouvellement créées à la liste.

En idf on a eu la chance de travailler avec le président de technoplus, une association de prévention des risques liés aux drogues. En gros, une asso qui explique aux gens comment se droguer en limitant les risques pour leur santé.

Il a une formule très intéressante : selon lui, il n’existe pas de drogues dures et de drogues douces. Il y a des consommations dures et des consommations douces. Ca, c’est un critère mais qui est lié aux personnes, pas aux produits.

Un autre critère, lié cette fois aux produits : l’addictivité. Ca varie aussi en fonction des gens mais les graisses, le cacao et le café créent de l’addiction.

Troisième critère : la dangerosité des produits. A quel point tel ou tel produit détruit la santé. Mais il faut distinguer le produit lui même des saletés que les réseaux de trafiquants ajoutent au produit, si on veut comparer intelligemment.

Ces trois critères placent l’alcool assez haut dans la pyramides des produits les plus violents. Et cela tous les psychologues le confirment. Mais ça ne m’a pas empêché, hier, de me prendre une cuite au Laurent Perrier :grinning:

2 Likes

Bjour,

tu oubli le sucre ! (parole de dépendant ):neutral_face:

C’est plus ou moins des choses qui se voient déjà.
Même si le cannabis n’est pas légalisé, il n’en reste pas moins que c’est très répandu et la répression à ce sujet reste concentré sur certaines populations ( suffit d’avoir la bonne tête et de vivre au bon endroit les chances que tu sois condamné ou même juste interpellé pour ça sont quasiment nulles ), résultat les populations un peu plus aisés se tournent plus facilement vers des drogues dites “dure”.

Du coup pour moi il ne faudrait pas forcément faire une liste des substances autorisé légalement et interdire tout le reste mais ne rien interdire dans la simple consommation et autoriser la commercialisation sur des critères stricte mais suffisant ( composition connu de l’utilisateur, étude des risques qui doivent être communiqués, aucune fabrication dans les pays dans lesquels c’est illégal pour ne pas financer n’importe-quoi … ) avec autorisation de fabrication/commercialisation au même titre que le tabac par exemple.

Après c’est sûr malgré les avantages que cela peut avoir en terme de prévention, le blocage morale, que je comprends largement, me semble quand même trop fort pour qu’on puisse passer à cette situation.

histoire de me faire l’avocat du diable, cet article : http://www.lemonde.fr/afrique/article/2018/02/26/casablanca-sous-l-emprise-du-karkoubi-la-drogue-de-la-violence_5262792_3212.html

Je me garderai bien de le prendre pour argent comptant tant qu’un vrai spécialiste ne m’aura pas expliqué ce que c’est que le karkoubi. Cependant, notons à minima, que l’article est crédible. C’est à dire qu’on imagine bien que des drogues qui rendent complètement taré et qui soient en même temps un super pied, ça peut exister.

Donc avec ce genre de truc, on fait quoi ?

Disons que ce n’est pas seulement le cas pour des drogues illégales.

Si on regarde :

Et voile un petit lien pour le débat avec un document de l’INPES dont le titre est “Savoir plus pour risquer moins” : http://inpes.santepubliquefrance.fr/10000/themes/drogues/pdf/savoirplus3.pdf

Cet argument a du poids mais également ses limites : on aura pas à chercher loin pour trouver des prohibitionnistes tout à fait disposés et enthousiastes à l’idée d’interdire aussi l’alcool et le tabac.

Donc la question est : la position des pirates va t-elle être de demander la légalisation de toutes les drogues ? Et sinon, comment on fait le tri ? Sachant qu’existent des trucs franchement monstrueux, comme le machin de l’article du Monde.

Présent !! :smiling_imp:
Cf mon rappel ci-dessous de ce que je disais en debut de fil. :arrow_heading_down:

Moi je serais plutôt pour une autorisation de toutes les drogues avec contrôle stricte, prévention, éducation, régulation, production encadrée etc…

Et pour cela j’utiliserais l’exemple de la prohibition aux USA qui à été une période très propice pour l’enrichissement et le développement du crime organisé.

Je rejoints l’argument de Relf sur le côté deux poids deux mesures…

1 Like

Mon tout premier choix serait aussi quelque chose comme ça, en effet.

Si on échange sur la prohibition, je crois qu’il faut poser les questions suivante: Peut-on l’interdire? Pourquoi l’interdire?

En l’occurrence 40 ans de guerre totale de la plus grande partie des pays du monde contre la drogue tendent à démontrer par le fait que la prohibition n’est pas possible.

Quel serait l’intérêt de la prohibition des drogues:
Contenir les dégâts que peuvent faire ces produit en sur l’individu, dans une perspective de santé publique
Contenir les dégâts qu’elles peuvent entraîner dans une perspective de sécurité publique

On constate que la prohibition est le vecteur du plus grand nombre de problèmes liés aux drogues (sanitaire, sociale, mafieuse…) La régulation au contraire permet d’assurer une moins grande toxicité des produits, d’intervenir en terme de réduction des risques, d’éducation et coupe l’herbe sous les pieds des mafias.

Pour le cas pointé par @Thufir, je pense que cela ne remets pas en cause le principe ici. Comme l’alcool au volant est un facteur aggravant en cas de délit routier, la prise de drogue ne dédouane pas les personnes de leur responsabilités. Si une drogue circule dont on sait qu’elle est susceptible de nous faire faire des passages à l’acte, la prendre est une responsabilité individuelle. C’est différent justement dans le cadre où la prohibition empêche le choix: on prend ce qui circule à ce moment, parce qu’il n’y a que cela.

ça

plus ça

ça constitue une réponse cohérente, en effet

Je continue à me faire l’avocat du diable

Si toutes les drogues sont légalisées, leurs fabriquants auront à coeur d’imiter les cigarettiers et de mettre en place des substances à fort pouvoir d’accoutumance. Les progrès étant ce qu’ils sont, nulle doute qu’on arrivera à des produits vraiment très performants, de ce point de vue. Si on encadre, ça sera sur quel critère ?

Autre question un peu perverse : est ce qu’on abolit la loi Evin ? :smiling_imp: