Vanitas vanitatum... etc


#1

Bon, cela va probablement provoquer un vague sentiment de déjà-vu, mais comme il me semble important que ce soit fait en public, et à un endroit où les écrits ne se perdent pas :

J’annonce formellement que je démissionne de mon mandat de conseiller aux relations publiques, et par association ceux de secrétaire et de porte-parole.
Je ne demande pas la résiliation pas mon adhésion, mais l’idée est similaire.

Ne pouvant pas le faire moi-même, je laisse aux gens qui détiennent les accès le soin d’appuyer sur les petits boutons qu’il faut. C’est une décision mûrement réfléchie, que j’aurais sûrement du officialiser plus tôt. Je ne pense pas avoir bien des regrets; j’aurai essayé, et cela suffira pour mon passage (ou mes passages, en toute vraisemblance) au PPFR. A défaut d’avoir contribué à quoi que ce soit d’utile, j’aurai au moins beaucoup appris.

Mes raisons sont légions, mais je ne pense pas vous ennuyer avec celles-ci dans ce message. Déjà parce que, soyons honnêtes, on s’en cogne, globalement. Ensuite, parce que j’aurais le désagréable sentiment de tirer sur l’ambulance, alors qu’elle n’a déjà plus ni roues ni volant, et qu’elle est partiellement en feu. Enfin, parce que pendant bien trop longtemps, j’ai contribué à nourrir l’hallucination collective consistant à prétendre que cette ambulance avait une destination, ou était seulement capable de se déplacer.

Je dois avouer que quelques personnes de valeur me manqueront probablement, n’ayant plus de prétexte aussi pratique qu’avant à disposition pour échanger avec elles; elles se sentiront concernées néanmoins.

Je souhaiterais bien un bon courage à ceux et celles qui y croient encore assez pour avoir une vision pour le PPFR, mais ce serait bien hypocrite de ma part. J’espère seulement que les personnes qui continueront à s’investir ici réalisent ou réaliseront qu’il s’agit d’un hobby, d’un club, éventuellement un groupe de parole, mais clairement pas d’une structure politique en capacité de provoquer un changement ne serait-ce qu’insignifiant dans notre société. Du coup, je vous souhaite simplement une bonne soirée.

Une chèvre qui a cessé de se forcer à y croire,

@Macavity