Stratégie Pirate à venir

Salut les pirates !
Nous venons de terminer une séquence politique composée de la présidentielle et des élections législatives. Avec la fin de cette séquence prend aussi fin la stratégie actuelle, qui, je le rappelle, était d’accéder au financement public. Stratégie couronnée de succès GG.

Et maintenant ?

Je vous propose donc ce fil pour discuter de la suite.
Est-ce qu’on part sur un engagement stratégique sur 5 ans pour aller aux prochaines législatives ?
Est-ce qu’on vise d’autres élections intermédiaires ? Au hasard, les Européennes.

Est-ce que notre stratégie doit se concentrer sur des points particuliers ? La démocratie, l’environnement, le numérique, le social ?

Est-ce que nous devons nous concentrer sur des problématiques internes, comme le recrutement de militants, le recrutement de femme, la formation des adhérents aux militantismes, la recherche de financement ?

J’oublie forcément des axes et des enjeux, mais ce fil est aussi là pour ouvrir cette discussion.

Pour ma part, puisqu’il faut commencer quelque part.

Je pense que nous devons concentrer nos efforts sur trois points :

Au niveau échéance, l’objectif serait pour moi de viser des élus européens. C’est très ambitieux, mais si nous jouons nos cartes correctement c’est jouable. Il faut par contre choisir UN, voir DEUX sujets de références pour le niveau européen pour ne pas brouiller le message. Je penche sur les sujets des libertés individuelles sur internet, et les sujets de démocratie / fédéralisme ?

Au niveau de la communication extérieure, de manière générale, développer des éléments de langage nous permettant de jouer sur notre principal facteur différenciant : les pratiques démocratiques et la réforme des institutions

Stratégiquement au niveau com, il serait intéressant d’affecter individuellement un sujet particulier à nos porte-paroles pour qu’ielles puissent mener le battage médiatique au lieu de devoir réagir à l’actualité.

Voilà pour mon avis de haut niveau, maintenant il va falloir que je prenne du temps pour développer, mais ça peut faire l’objet d’une réunion de travail ou d’un pad pour faire ça de manière collaborative, et le fil que nous allons écrire en dessous de ce post servira bien entendu à la rédaction de la motion à venir :slight_smile:

À vos claviers !

5 Likes

J’avoue qu’au vu du défi que sont les élections européennes, le financement public obtenu ne me donne pas beaucoup d’espoir sur notre possibilité de faire quelque chose.

Et l’histoire se répète : difficile d’exister sans argent, difficile d’avoir de l’argent sans exposition (notamment pendant les campagnes)…

Je dirais qu’il nous faut consolider notre base militante, et orienter toute notre communication et préparation sur les européennes en bétonnant nos marqueurs et nos interfaces avec les curieux qui seront touchés par la campagne, et en commençant dès maintenant à mobiliser des dons pour les européennes ?

En terme de moyens, il faut tout donner ou presque ? Les 50k€ disponibles via le financement public d’ici l’échéance + les fonds de tiroir + les dons levés ?

On en sait un peu plus sur les modalités de ces élections ?

1 Like

Concernant les Européennes qui sont un moment de la vie politique important qui pourra nous donner de la visibilité je pense qu’il serait pertinent de commencer à y travailler ASAP pour éviter d’avoir à gérer des choses dans l’urgence et la précipitation.

Je pense que l’idée d’aborder la question d’une stratégie sur 5 ans me parait également pertinent (avoir une stratégie pour les européennes et une autre en parallèle sur 5 ans en même temps ne me parait pas incompatible).

D’une manière générale, je dirais que quelques soit l’actualité politique, ce dont nous avons besoin c’est : NOUS FAIRE CONNAITRE. Le PP est inconnu du grand public et saisir une opportunité de faire savoir à la population que nous existons ne mange pas de pain. Surtout qu’il y a une attente voir une demande chez plusieurs personnes de voir émerger une force politique basée sur l’horizontalité et la démocratie interne, ce genre de profil pourrait tout à fait rejoindre le PP et ainsi consolider notre base militante, mais encore faut-il que ces derniers sachent que le PP existe et qu’il fonctionne de façon horizontale, c’est cela que nous devons mettre en avant en permanence selon moi.

1 Like

Très bonne initiative, d’appeler à planifier nos objectifs pour les prochaines échéances.

Très d’accord pour prioriser quelques thèmes de prédilection, pour se faire connaître d’abord.

Cependant, il faut aussi blinder quelques points incontournables dès qu’on parle d’Europe, dans l’optique des élections européennes (quel que soit notre niveau d’implication) : quelle position générale sur la construction européenne, son elargissement (notamment avec le cas récent de l’Ukraine), ses principales prérogatives qui font l’actualité frequente : traités de libre-echange (avec la nouvelle-Zélande récemment), politique migratoire notamment.

C’est notamment un sujet abordé dans l’équipage géopolitique, qui compte bien relancer ses activités après cette période électorale. Viendez nombreux nous aider dans ces tâches #InstantPub

1 Like

Les européennes 2024, c’est un dilemme. La façon dont je vois les choses :

  • On y va pas :
    – (-) On manque une grosse opportunité de visibilité, on perd potentiellement en soutien (des sympathisant.e.s qui seraient déçu.e.s de ne pas nous voir là)
    – (+) On économise pas mal d’argent pour les législatives 2027

  • On y va : quel objectif on vise ?
    – Si on veut passer ce p… de seuil de 5% et avoir des élu.e.s, il faudra vider la totalité de la caisse et réaliser une mobilisation sans précédent, sans aucune garantie de retour sur investissement (tant humain que financier), et de graves risques pour la santé des militant.e.s.
    – Si on veut 1 élu.e, on peut essayer de négocier une place dans le trio de tête d’une liste d’union. Ça veut dire faire jouer les réseaux en interne en avance de phase pour savoir ce qui se prépare. On peut aussi la jouer en mode « sous-marin » si on ne veut pas être publiquement associé à certains partis ou mouvements, en ne disant pas publiquement qu’on est du PP, puis une fois élu, brandir le drapeau. Ça peut être diversement apprécié…
    – Si on ne vise pas forcément l’élection de pirates, c’est un peu compliqué niveau communication : comment on peut mobiliser des troupes en disant « on y va sans trop investir de moyens non plus » ? C’est une vraie question, la configuration sera différente de 2019, le parti aura davantage de ressources tant financières qu’humaines et réticulaires (réseaux de journalistes, élu.e.s, etc.) donc ce sera peut-être moins facile de clamer qu’on joue volontairement petits bras.

Dans tous les cas, d’ici qu’on prenne une décision, on peut sans attendre travailler le programme.

2 Likes

Bonjour à tous,
J’ai été très peu présent pour les législatives, beaucoup moins que prévu en tout cas et ce qui s’est passé m’a agréablement surpris. Je ne pensais vraiment pas qu’on trouverait le moyen d’attendre notre objectif. Je ne savais pas qu’il existait des initiatives comme ce que propose RetS. Elles sont là et à mon avis il faut voir ces initiatives comme un moyen d’obtenir systématiquement les financements tous les 5 ans.

Européennes 2024 ou Législatives 2027

Pour autant, bien qu’il serait beau d’obtenir un pirate à l’assemblée nationale, réalistement, il y a quand même beaucoup plus de chance qu’on obtienne un pirate au parlement européen. Je serais d’avis d’une stratégie qui pour moi est relativement évidente : Participer systématiquement aux législatives pour financer les européennes suivantes.

Cependant, puisqu’on parle budget et que les législatives ce n’est pas gratuit, il faudrait avant tout identifier quel part minimal de budget allouer aux législatives pour s’assurer au moins un renouvellement équivalent du financement, pour savoir quel paquet on peut mettre pour les #législatives.

Répartition du budget

À mon avis, en s’y prenant bien, on pourrait imaginer un budget minimal de 25k€ issus des dons et 25k€ issus de notre trésor pour renouveler l’opération aux législatives.

(Apparté sur la gestion du budget aux éléctions
Je pense même qu’on a une petite optimisation à faire en terme de dépenses, en transférant le budget « Affiche » au budget « Circulaire+Bulletin ». Pour moi, la circulaire c’est la com à la fois la plus efficace et la plus minimale, c’est une entrée dans le foyer des français, le bulletin c’est l’opportunité de pouvoir voter.
Si j’en crois un petit échange discord :
1 bulletin : 0.0064 €
1 circulaire : 0.0089 €
1 Affiche : 1,09 €
Donc 1 affiche vaut à peu près 170 bulletins de vote, aux législatives où chaque voix rapporte des sous, le calcul est vite vu à mon avis. Il y a sûrement des simulations un peu plus avancées à faire à ce niveau, avec le cout de revient d’un type de dépense pour 1 type de circonscription, mais j’ai pas toutes les données, pas eu le temps de m’y pencher et pas sûr que ça donne grand chose :sweat_smile:)

Autrement dit, ça voudrait dire qu’on pourrait consacrer une année de financement aux législatives (~23k€) et 3 à 4 années de financement aux européennes, à savoir entre 75k€ et 100k€.

Quoi qu’on en dise, tous les débats qu’on va avoir ici vont en revenir d’une manière ou d’une autre au débat suivant :
« Comment répartir le budget entre les différentes élections ? »

Communication

Pour moi, il n’y a qu’un seul sujet ver lequel TOUS les sujets portent d’une manière ou d’une autre : la démocratie, enfin l’anarchie en vrai, mais disons pour la bienséance, la démocratie.

Ça parle à tout le monde, on peut toujours partir d’une question sur un sujet particulier pour finir par conclure sur les enjeux démocratiques. C’est rassembleur, c’est hors des clivages, on est compétent là dedans. On a déjà des éléments de langage, du vocabulaire, des expérimentations en interne.

Nos expérimentations en interne, numériques essentiellement, nous permettent d’aborder cette ligne jeune et moderne (et non pas neutre et actif hm pour sont qui ont la ref) qui nous caractérise et qui je pense, peu plaire.

Une ligne politique et de communication sur cet aspect a aussi un avantage, nous faire passer pour des gens compétents, que nous sommes bien sûr, mais disons qu’on a des preuves que l’on sait de quoi on parle, que ce soit sur le fonctionnemnet des différents modes de scrutin, des enjeux du vote en ligne, des opportunités de participation de tout à chacun à la vie collective par le numérique. Il a aussi bien sûr l’analogie code informatique / loi, des gens compétents pour analyser des systèmes etc…

La seule limite que je vois sur cette thématique, c’est l’angle de l’histoire de la politique française, l’histoire du fonctionnement des républiques précédentes, et les détails du fonctionnement de nos institutions actuelles. Des aspects sur lesquels personnelement j’ai l’impression d’avoir de nombreuses lacunes.

PS : Je pense qu’on peut même créer un jeux où le but c’est d’arriver à un moment, avec élégance, à parler de démocratie en commençant le débat/l’échange avec un sujet de société random

Voilà pour moi,
À bien tard,

1 Like

Bonjour à tous,

Je vais livrer mes premières réflexions dans le débat. Nous avons pour ma part plusieurs types d’élections.

Le type d’élection

Européennes et législatives

Les deux élections qui sont au cœur de notre travail depuis le départ.
Les législatives sont les seules élections qui permettent de nous financer hors dons/cotisations. C’est aussi une des seules élections où l’on peut mettre en avant notre programme politique avec un écho national.

Les Européennes sont un peu l’élection de cœur des partis pirates. Le problème avec cette élection, c’est que la méthode d’élection change à chaque élection ou presque. Si c’est la même chose qu’en 2019, déposer une liste est à notre portée largement.

Les départementales/régionales et municipale

Je pense que nous n’avons pas la possibilité d’aller seule aux régionales. Les départementales on peut être dans quelques cantons, mais pour avoir un écho important, il faudrait couvrir tout un département quand même.
Pour les régionales et les municipales, c’est plus simple. Nous n’avons pas les capacités à aller seuls à ce type d’élection. Il faut donc faire alliance.

Le problème c’est que compromis = compromission pour beaucoup trop de monde, et je parle aussi en interne. Si on veut être présent sur ce type d’élection (il faut le faire, je pense), alors nous devons évoluer fortement sur ce sujet, d’autant plus que faire alliance nous a permis d’avoir des élus qui font le boulot (pour preuve à Marseille ou à Besançon).

Présidentielle

C’est une élection de merde sans intérêt (oui je suis d’une souplesse légendaire sur cette élection, mais au moins je suis constant).

Pour aller plus dans le détail, c’est une élection qui ne correspond pas à notre structure et notre mode de communication, nous n’avons aujourd’hui personne qui correspondrait au profil, qui pourrait sacrifier une partie de sa vie pour y aller et qui serait soutenu aveuglément par les pirates (ce qu’il faut dans ce type d’élection).

Sachant que le filtre pour être candidat (les signatures) est inatteignable sans avoir des élus locaux.

Ta conclusion

D’un point de vue technique, le Parti Pirate doit se concentrer sur les Européennes (2024) puis les législatives (2027).
Les municipales devraient être délégués aux équipages régionaux. Cela aurait pour but de renforcer l’importance des équipages locaux, de permettre un dialogue rapide entre les différents mouvements et parti locaux.
Pour permettre aux équipages locaux de fonctionner sur se sujet sereinement, un processus et un cadre doivent être défini bien en avance. 2028 pour les régionales et départementales, trop loin pour y réfléchir pour le moment.

En terme de budget, il faudrait lancer dès à présent une collecte pour les européennes et communiquer lourdement sur le sujet. Bien faire avancer le programme commun européen avec une grosse implication des pirates. Idéalement fini assez tôt pour nous permettre de bien bosser sur le fond.

2 Likes

Sur la forme plutôt ?

Mais sinon je suis plutôt en phase avec ce que tu proposes, en particulier qu’il faut pas traîner pour les européennes et la collecte de dons !

1 Like

En fait un peu des deux. Plus c’est fait tôt, plus facilement on peut participer. Mais oui, aussi, plus facilement on peut ensuite bosser la forme.

Alors je note plusieurs problèmes avec cette approche mais surtout un. Le risque de récupérer un gros paquet de mec d’extrême droite ou très proche.

La ligne dont tu parles, c’est celle d’une grosse partie de ce qui tourne autour de Decidemos, espoir RIC et autres mouvement pour qui LE truc c’est de changer le système pour un truc plus démocratique.
Sauf que cette ligne (on ne parle que de la démocratie) c’est se trainer les antivax par exemple (je suis pas antivax en vrai, je veux juste la démocratie) et autres mouvements autour de Chouard, des complotistes, etc.

Tout ces mouvements ont cette approche, à savoir « l’important c’est que l’on soit tous uni pour un système plus démocratique ». Sauf que j’ai pas vraiment envie d’être associé a eux dans notre combat politique.

Le deuxième problème, c’est que avec cette approche, tu feras 5 minutes avec un journaliste, puis on devra attaquer d’autres thèmes. Pour l’Europe, les thèmes euroépens (économie, coopération, etc.). Pareil pour les législatives.

Et j’avoue que dire « J’ai des solutions sur les problèmes environnementaux et le changement climatique, mais c’est pas important, l’important c’est la démocratie » cela ne le fera pas je pense.

1 Like

Ce n’est pas ce que je proposais. Je pense justement que la différence vis à vis des autres mouvements que tu as cités tiens dans notre capacité à la fois répondre de manière précise sur des questions identifiées ET notre capacité à élever le débat vers le type de société qu’on veut et donc in fine la question démocratique.

3 Likes