Réunion du 09/02/19 à Luxembourg


#1

Bonjour tout le monde !

Hier j’étais à Luxembourg, en compagnie de Pirates d’une dizaine de pays de l’UE, pour officiellement lancer la campagne des élections européennes. Avant tout je voulais vous remercier de m’avoir fait confiance en me nommant PPPP pour cette rencontre importante, et je vais m’appliquer à vous retranscrire les (nombreuses) notes que j’ai prises tout au long de cette super journée. Je vais m’efforcer de vous donner autant d’infos que possibles, c’est pourquoi ce post va être très riche, je vous previens :cat:

Pour des raisons statutaires le PPLU tenait son congrès national le même jour, il a donc été en moyen de louer un superbe espace municipal en périphérie de Luxembourg, ainsi qu’un traiteur, donc on était particulièrement bien installé pour travailler (je vous rassure, je ne demanderai aucun remboursement pour ce genre de frais, mais c’était très bon :wink: )


Nous avons commencé la journée par des discours :

Sven Clément, député luxembourgeois
Un discours à moitié en luxembourgeois et adressé à la caméra télé de RTL présente avec nous, et l’autre en anglais plus pour nous. Il a attaqué le principe d’unanimité au sein de l’UE (quelque chose qui a jusqu’à présent bien servi le Luxembourg comme il l’admet lui même), mais aussi les populistes aux réponses simples à des problèmes complexes, auxquels il nous estime une alternative crédible. Il a défendu les accomplissements trop vite oubliés de l’UE, comme récemment le RGPD et la fin du roaming, mais aussi vanté les mérites de la cour de justice de l’union, contre pouvoir aux dérives à l’intérieur des états. Il a conclu son discours par une annonce pas forcément attendue, à savoir sa démission du poste de président du parti, pour se concentrer sur son mandat de député au parlement luxembourgeois.

Julia Reda, députée européenne
Insistant sur le fait qu’elle n’était pas là pour elle mais pour les futurs Pirates et élus, elle a exprimé sa joie à l’idée que nous avions toutes les chances de voir trois à cinq tchèques entrer au parlement européen, mais aussi probablement un nouvel élu allemand, elle même n’étant pas candidate cette année 2019. Déclarant que nous avions le courage de montrer aux citoyens de l’UE ce qui ne va pas, elle pense que nous pouvons être une opposition constructive, à condition de réussir à pousser les jeunes à voter, et en continuant de tirer la politique dans le bon sens avec plus de transparence et de participation.

Marketa Gregorova, présidente du board du PPEU
Remerciant chaleureusement tous ceux qui ont participé à l’élaboration du programme commun, elle a salué notre progrès depuis 2014, se félicitant du fait que nous n’étions plus un single-issue party, mais désormais une force politique de plus en plus crédible dans de nombreux domaines (sa partie préférée du programme commun restant le programme spatial). Nous ne nous préoccupons pas d’être à gauche ou à droite, mais d’aller de l’avant. Rappelant qu’aucun autre parti n’avait un tel réseau de collaboration en Europe, elle a conclu en affirmant que l’Europe avait besoin de plus de démocratie, de participations, bref plus de Pirates !

Après ça chacun des représentants nationaux a signé la déclaration commune, dans un moment un peu solennel mais toujours bon enfant.

Situation des PP européens présents

A l’exception de quelques petites choses moins importantes, est arrivé le temps de la pause de midi. L’occasion pour moi de faire un aparté sur la situation de certains des autres PP présents; il s’agit d’informations venant de conversations et pas de déclarations officielles (à part pour PPLU et PPCZ), donc à prendre avec des pincettes, mais quand même utiles.

Allemagne : le PPDE accuse un net recul dans l’opinion ces dernières années, mais le seuil de représentativité ayant été supprimé pour les élections européennes, ils ont toutes les chances de rentrer par eux mêmes un député pour succéder à Julia Reda et continuer son précieux travail, ce qu’ils ont bien l’intention de faire.
Belgique : la situation reste encore assez floue, puisque la force du PPBE repose dans ses sections locales. Il n’est pas certain qu’ils alignent une liste.
Pays-Bas : le PPNL ne présentera pas de liste indépendante, mais est prêt à soutenir les candidats qui seront capables d’être incorporés dans des listes d’alliance. La situation est clairement difficile pour eux.
Grèce et Catalogne : motivés mais manquant de forces, leurs plans ne sont pas encore tout à fait définis.
Italie : dans une situation très similaire à la notre, ils sont déterminés à faire le plus de bruit possible pour se faire connaître lors de cette élection, souffrant de grosse invisibilité médiatique dans la pagaille actuelle.
Luxembourg : Surfant sur une reconnaissance médiatique très attendue grâce à leurs deux députés nationaux, ils comptent mobiliser leurs nouveaux budgets pour faire une grosse campagne et réussir à rentrer un député européen, ce qui risque quand même d’être très complexe puisqu’il n’y a que 6 sièges pour le Luxembourg.
Suède : le parti pirate historique compte inverser son lent déclin des dernières années et allant à fond dans cette campagne, derrière une tête de liste déjà assez professionnalisé en politique et très énergique.
République Tchèque : désormais les véritables stars des Pirates, ils évoluent à présent à une toute autre échelle. Leur objectif pour cette élection est de rentrer 5 députés, autrement dit faire 20% et devenir la première force d’opposition du pays. Et le plus impressionnant, c’est qu’ils peuvent le faire ! Ils ont la détermination, les moyens financiers et l’appareil politique pour réussir (et on leur souhaite de tout cœur).

Fin de l’aparté ! On démarre l’après-midi avec une mini-conférence de presse, plus des photos qu’autre chose mais quand même une interview de Julia Reda. Cette dernière en a profité pour introduire les têtes de liste fraichement désignées pour (de gauche à droite) Luxembourg, Allemagne, Suède et République tchèque, avec également Marketa Gregorova (qui est la numéro 2 sur la liste du PPCZ).
Ils ont tous fait une petite déclaration sur un sujet précis, comme la directive copyright pour le PPCZ, la nécessité de garder internet libre et ouvert pour le PPSE, les efforts à faire pour obtenir des gouvernements plus transparents pour le PPDE, et l’urgence du combat contre le changement climatique pour le PPLU.

Un membre du PPI faisant partie de la délégation du PPCZ a fait une courte déclaration pour officiellement souhaiter bonne chance à tous les candidats, et remercier Julia Reda pour son travail.

On arrive à la partie la plus intéressante, les ateliers ! Sans aucune forme de respect pour cette salle si bien rangée, nous avons formé un grand cercle avec les chaises, et participé à deux ateliers qui se sont révélés être des brainstorming très productifs, tout le monde étant écouté et ayant des choses intéressantes à dire, gros parti ou pas. C’est la partie la plus importante de ce post, si vous survoliez jusque là c’est le moment de focus !

Atelier sur la directive copyright, animé par Julia Reda

Le combat contre les articles 11 et 13 n’est pas fini, et mérite d’être continué jusqu’au bout. Je vais résumer les points de consensus, grandement alimentés par la team Reda qui était au complet (avec les trois assistants parlementaires) pour nous aiguiller et alimenter les idées. L’objectif est un sprint final de lobbying auprès des députés européens.

  • Les mails sont désormais inefficaces pour de nombreuses raisons. Il faut APPELER les députés.
  • Appeler en groupe de deux ou trois pour se relayer et se soutenir est une bonne façon de faire.
  • Préférez les mardis et mercredi après-midi.
  • Viser les assistants parlementaires est aussi voire plus efficace que les députés eux mêmes. Ce sont eux qui font le travail de recherche, c’est leur avis qu’utilise le député.
  • Communiquer (Twitter, Facebook, Insta), avec par exemple une photo téléphone en main, est aussi important que le fait même d’appeler.
  • Si un assistant semble réceptif n’insistez pas trop, mais proposez de lui envoyer un mail avec de la doc et plus d’infos (la doc de Reda est dans plein de langues et accessible sur son site internet).
  • Si vous ne vous sentez pas d’appeler, envoyez des lettres manuscrites (manuscrit aussi sur l’enveloppe, important sinon risque d’être ignorée), ou faites du contact direct sur Twitter.

Différentes stratégies de conversation existent, en voici quelques-unes :

  • Pour éviter l’association trop fréquente avec le lobbying de Google, rappeler que notre position est différente : les grandes plateformes sont contre la directive parce que ne veulent pas être responsables, mais se moquent des filtres de contenu; nous sommes foncièrement contre les filtres eux mêmes.
  • Ne pas hésiter pas à dire que vous ne voterez à coup sûr pas pour eux si ils votent pour la directive (manifestement ça en a déjà fait stresser plus d’un par le passé)
  • Dire que vous êtes membres du Parti Pirate, et que vous faites une recherche détaillée pour savoir quels députés soutiennent la directive. Ça sous entend une menace d’offensive médiatique négative, et ils aiment pas ça en général
  • Utiliser des exemples concrets de pourquoi ça va être négatif pour vous et les gens que vous connaissez
  • Les inviter à expliquer eux mêmes les articles 11 et 13 et rebondir sur les points faibles de leur argumentation

Et surtout, dès que vous avez une réponse, positive ou négative, communiquez !

Atelier sur la campagne pour les européennes, animé par Marketa Gregorova

L’objectif ici était de partager nos expériences sur ce qui peut marcher ou pas pour la campagne et en terme de communication en général.

Réseaux sociaux
Nous avions avec nous le stratégiste réseaux sociaux tchèque, qui est un professionnel du milieu embauché récemment.

  • Le PPCZ est prêt à partager sans problèmes ses visuels et ses templates
  • Une idée de slogan global est “Europe needs more Pirates, less […]”, déclinable en toutes les langues, et avec des deuxièmes parties variables
  • Nécessité de bien connaitre l’audience réceptive à nos idées, parler à la base d’abord et aux autres ensuite est essentiel
  • Avoir des bons templates simples et reconnaissables à utiliser tout le temps est efficace
  • Avoir des bons visuels est capital
  • Rester factuel à tout instant et ne jamais répondre aux émotions
  • La stratégie du “fun fact” est un hit facile et reproductible (“le saviez vous ? […]”)
  • Les animaux et les enfants fonctionnent
  • Nécessité d’humaniser les candidats têtes de liste, avec photo, et profil, humanise la com
  • Si un format marche, toujours le réutiliser
  • Les vidéos ont toujours plus d’impact; les vidéos type - photos qui déroulent avec du texte et de la musique sont une très bonne solution pas dure à utiliser
  • En première page du site de campagne, faire une timeline avec des visuels simples en cases (photo + texte) est efficace, à update dès qu’il se passe à truc qui sera alors direct en première page
  • Un channel telegram peut avoir une audience dans notre public
  • Les tchèques n’ont jamais hésité à pousser leurs posts sur FB et Insta en payant
  • En catalogne, sur FB et twitter le compte du parti répond à absolument TOUS les messages, de façon humaine, en cherchant à calmer y compris les messages aggressifs

Annonce importante : actuellement deux comptes du PPEU relaient à peu près la même chose, cela va changer : celui avec 10k followers va être transformé en compte de campagne global où tous les PP en campagne pourront poster.

Relations publiques

  • Nous devons nous battre de toutes nos forces contre l’idée que nous sommes un single-issue party
  • L’utilité des mailings lists aux organes de presse est discutable
  • Conquérir des journalistes est le nerf de la guerre
  • Avoir des amis dans les autres partis est vraiment utile, ne pas hésiter à carrément aller vers eux
  • Proposer des textes aux journaux/sites d’informations pour publication peut surprenamment bien marcher; pour cela viser les journalistes qui publient sur les thèmes en rapport est une bonne stratégie
  • Être capable de citer des phrases des candidats eux mêmes dans notre com est capital pour le lien émotionnel
  • Avoir des Pirates prêts à répondre et à parler de sujets précis est un atout
  • Répondre aux attaques par des mêmes légers est le meilleur moyen de ne pas se faire piéger dans une spirale plus nocive pour nous que eux, et de profiter de l’exposition pour la garder sur nous au lieu de favoriser nos agresseurs
  • Pour gagner en visibilité, la meilleure technique est de loin l’attaque négative des adversaires, mais c’est une stratégie risquée. Une fois visible redevenir gentils et factuels est notre meilleure chance.
  • Ne pas faire ce que tout le monde fait (évidemment)

Ouf, c’est fini !

Voilà voilà, j’ai un peu fait le tour de tout ce que j’avais grappillé d’utile pendant cette longue et belle journée ! encore une fois, merci de m’avoir nominé, j’ai personnellement énormément appris, et j’espère que les infos que je ramène seront utiles, et vous donnerons envie de vous investir dans cette campagne, et plus généralement dans cette grande aventure internationale qu’est le Parti Pirate !

Si vous avez des questions je ferai de mon mieux pour répondre de façon exhaustive. Et d’ailleurs, puisque j’y pense, si @aloxe qui a pris bien plus de photos que moi a envie d’en partager quelques-unes ce sera avec plaisir :wink:

Macavity, out !


#2

Sauf qu’en France … c’est pas légal


#3

@Farlistener dit:

Sauf qu’en France … c’est pas légal

Il me semble pourtant avoir vu de la pub pour certains candidats durant les présidentielles.


#4

Je viens de rentrer. Il y avait une visite de Schengen ce matin. Nous n’avons pas fait de photo de groupe à cause des trombes d’eau.

Comme demandé par @Macavity voici quelques photos ci-dessous

IMG_20190209_144607s
Atelier animé par Julia Reda sur la directive droit d’auteur.

DSC09404s
Présentation des candidats: Chris Bernard (PPLU 5e) Patrick Breyer (PPDE 1er) Mattias Bjärnemalm (PPSE 1er) Marcel Kolaja (PPCZ 1er) Markéta Gregorová (PPCZ 2e)

DSC09421s
Le deuxième atelier

Je n’ai pas grand chose à ajouter au compte rendu. Il est très complet. À noter que la presse était invitée et que seule RTL est venue. Leur motivation première est la départ de Sven se la présidence du PPLU et l’élection qui en a suivit. Il y a maintenant une présidence bicéphale. Voir le reportage ici: http://tele.rtl.lu/emissiounen/de-journal/3151623.html
Notons que RTL suis les pirates LU de près. Ils sont le seul média a avoir envoyé un camion satellite à leur QG quand ils ont été élus à la chambre des députés.


#5

Pour info un article plus détaillé en français sur les évolutions du PPLU


#6

Bonjour,

Merci @Macavity pour ce CR détaillé, rien à rajouter de plus si ce n’est que le PP-IT se propose d’aider le PP-FR sur l’UX-UI de Congressus. Leur délégué me demandait un contact pour en discuter sur un plan technique : qui serait le bon interlocuteur ? @npetitdemange ou @Farlistener ?

Sinon, le PP-LU a attiré notre attention sur le fait qu’ EELV a organisé avec le PP-Fr une rencontre le 24 janvier sur la citoyenneté européenne au Luxembourg. @Macavity qui est expat dans le coin n’en avait pas entendu parler. Est-ce qu’on aurait les contacts des pirates qui ont monté la rencontre ?

image


#7

Pas à ma connaissance. Tu as le nom exacte de la rencontre ?


#8

Conférence sur la citoyenneté européenne
il semble que ce soit A. Chateau-Ducos le point de contact EELV.


#9

Aucune référence sur discourse, ni discord.

Je n’ai trouvé qu’un event facebook, et un groupe facebook associé avec l’image que tu as postés ci-dessus : https://www.facebook.com/events/1494577524009186

Donc, je ne sais pas d’où ils sortent la participation du PP. A priori, ça n’a pas été le cas.


#10

Je connais Alexandre je peux lui demander …


#11

Donc le fin mot de l’histoire : eelv hors de France avait obtenu en 2014 l’autorisation du PP d’utiliser le logo, et depuis ils l’ont gardé.

Est-ce que je demande le retrait de notre logo de leur comm ?


#12

je dis oui. Avoir notre logo sur une conférence dont on ne connaît rien sans en être prévenu me paraît dangereux .


#13

Du coup @Antigone, suite à un échange avec Alexandre, je confirme qu’aucun pirate n’a monté ou participé à la rencontre.