Repartir sur de bonnes bases


#1

Nous sommes pirates. Nous aimons le parti pirate pour sa dimension internationale qui est le vrai échelon politique. Nous aimons le Parti Pirate pour ses déclinaisons nationales et locales qui sont les vrais échelons de l’action militante. Nous portons et nous constituons l’intuition première des Pirates qui interrogent si bien les problématiques contemporaines du pouvoir.

L’Assemblée Générale qui vient n’est malheureusement pas à la hauteur du rendez-vous démocratiques que l’usage associatif attribue à cet événement. La CN, qui en avait le pouvoir, a décidé de ne proposer au vote aucun des amendements présentés aux nouveaux statuts par des militants en dehors de l’appareil. La décision de ne pas donner le choix aux adhérents lors de l’AG a été prise sans consultation des militants des sections. Aucune campagne sérieuse d’information n’a été menée pour sensibiliser les militants à l’importance du soutien des amendements. La démocratie interne a été maintenu à son plus strict minimum légal.

La période de construction des nouveaux statuts a été menée en comité réduit. Malgré les appels répétés à venir y travailler, il n’a jamais été question de la recherche du consensus. Bien au contraire, la violence des rapports que nous supportons entre nous depuis trop longtemps a pris ici un tour nouveau, une dimension systémique. Elle décourage l’action militante. Il n’était pas possible d’apporter de la contradiction dans ce groupe de travail car il n’était pas possible d’y militer paisiblement.

Afin de ne plus rester silencieux ou complaisant devant cette violence des rapports qui nous minent, et bien qu’étant actifs et mobilisés pour le Parti Pirate, pour exprimer notre déception dans l’organisation de la vie démocratique de notre parti, nous ne participerons pas à la prochaine AG.

Nous souhaitons militer de façon normale, c’est à dire joyeuse et conviviale. Toutes et tous d’entre nous avons déjà assez d’ennuis dans nos vies personnelles et professionnelles. Toutes et tous nous voyons assez de noirceur dans le monde. Nous ne devons accepter dans ce cadre bénévole que les débats respectueux et les échanges féconds. Nous restons Pirates et travaillerons désormais avec les personnes de bonne volonté.


Quelle démocratie interne voulons-nous ?
La démocratie respecte la minorité et soigne ses contre pouvoir
Réponse civilisée au message d'insulte
#2

Oui Thomas, tu peux compter sur moi.


#3

Tu peux compter sur moi aussi, tout ceci n’a que trop duré, il faut que les choses changent.


#4

Yop,

retrouvons un peu de joie, et de douceur à militer !

Merci pour l’initiative !


#5

Hello,

C’est vrai, je valide, en revanche, actuellement, vu de ma fenêtre nous en sommes à une dimension zéro. Le PPfr c’est quoi ?
360 adhérents à jour de cot
Une belle signature génétique sur les idées
5 personnes au national qui se bougent
Des sections locales certes
20 visites/ jour sur Discourse
donc en résumé…une grosse équipe de pétanque marseillaise !!
:yum:
Plus un cercle de réflexion qu’un parti politique non ?
Avec tout cela, je dirai pas de quoi pavoiser et surtout pas de quoi se mettre sur la tronche à longueur de post.

Tous OK avec ceci

On n’en sait rien elle n’a pas eu lieu !
Je n’ai participé à rien pour la préparation, mais elle a été préparée par certain(e)s non ? On n’a pas d’IA encore je crois au PP.

Là c’est reparti, comme sur tous les posts actuellement -> c’est ton interprétation et je la respecte mais cela reste de l’interprétation …
Après, tout un chacun pose ses j’aime en fonction de l’équipe choisie, fait ses signalements… pfffft on frise le déplorable.

En conclusion, vu le bouzin général je dirai qu’il faut aller au bout de l’implosion et dissoudre et repartir…ou pas !

Conclusion 2 : c’est dommage…on a un beau drapeau !! (humour)


#6

Je n’ai qu’une question.

Et ensuite ?


#7

Hello :slight_smile:

… ensuite ce serait cool qu’on reprenne le chemin de la réflexion politique et du combat contre les dérives autoritaires de la société où nous vivons, plutôt que de dériver nous-mêmes dans des guerres intestines qui nous font perdre le peu de crédibilité et d’énergie que nous avons encore.

Rassemblons nous ! C’est vital, nous n’avons pas le choix. Nous sommes trop petits pour nous perdre dans des querelles entre-nous.


#8

Oui, ensuite on continue. On milite auprès d’autre. On dépense de l’énergie en dehors, on connecte avec les militants de mouvements connexe. On fait des actions qui nous motive, même qui nous amuse.
Pour ma part je serai partisans de ranimer aussi la flamme punk/rock n’ roll/ grunge / hippie / décalé qu’on peut se permettre en étant au PP.


#9

Je ne comprends pas ta démarche.


#10

Je suis d’accord, on a un super drapeau.

Au propre et au figuré.


#11

Je pense qu’avant un problème de statuts, nous avons surtout un problème de culture. Qu’importe les instances, les réunions, les forums, les outils. Ce n’est pas ça qui aujourd’hui nous empêcherait de nous mobiliser ou de bouger…

Ce qui moi m’a miné pendant six mois, et qui m’a incité à faire une pause, c’est la violence, et la non volonté de consensus, ou de non coopération de certains…

En fait ce post, j’aurais dû le faire il y a cinq ans lors de ma première CN. Première CN, où je me suis retrouvé à la présidence, durant laquelle j’ai dû gérer un coordinateur qui litéralemnet hurlait sur un autre. Ca ne devrait pas arriver au PP… Et pendant cinq ans j’ai cherché à être coopératif avec ce type de personnes, essayer de trouver un consensus, faire avancer le problème, travailler ensemble… et ça c’est répété et répété… bref, c’est pas la CN en tant que CN qui pose ce problème, c’est cet état d’esprit où certains par violence - pas forcément voulue - intimident d’autres, ou même ne pas permettre de s’engager au delà car on a suffisemment du travail pour prendre des coups, on ne vient pas au PP pour ça…

Donc pour la suite, j’aimerais que l’on travaille sur ces rapports qui entre nous nous pourrissent l’ambiance, ou l’énergie militante, et peut être on aurait d’autres rapports, et finalement d’autres statuts qui fassent consensus…

Voila pour la suite, c’est pas des statuts ou d’autres qui posent problème, c’est juste nos rapports entre nous qui ne sont pas conditionnés par nos instances… Bref changeons de culture…


#12

Je soutiens entièrement ce texte et appelle au boycott de l’AG.


#13

Je soutiens ce texte et y adhère.


#14

Alors ma question manquait de précision j’imagine.

Et ensuite, on fonctionnement comment ? Avec qui ?


#15

En dehors de mon amitié personnelle pour Thomas et des liens qui m’unissent à des camarades de combat avec lesquels j’ai de nombreux souvenirs émus, je n’ai pas vraiment de raison a priori de boycotter une AG. Pourquoi pas, mais il faudrait m’expliquer pourquoi ne pas simplement voter contre les propositions qui peut-être vous déplaisent ? Je ne suis pas convaincu par le boycott des élections en Russie, par exemple, qui semble faire plutôt le jeu de Poutine.

Par ailleurs, ce que dit Clément est important à prendre en compte, à mon sens. On ne peut pas accepter la violence comme un principe ou un moyen d’action politique… mais on peut aussi excuser la personne dont le caractère est emporté, ou lui pardonner ses emportements passés ?

J’imagine qu’il y a des enjeux qui paraissent importants aux un.e.s et aux autres, mais en fin de compte, on s’est accommodés de statuts variés, et pour tout dire, je crois que ça ne change à peu près rien au bout du compte. Ce qui est important c’est notre capacité à nous mobiliser sur des questions politiques de fond… Le Revenu Universel, par exemple, ou la lutte contre le système de droit d’auteur.
Si vous aviez vu la salle archi-comble l’autre jour dans le centre culturel où je bosse, remplie d’artistes venus écouter des intervenants des sociétés de gestion des droits d’auteur, vous vous diriez peut-être qu’il y a des combats importants à mener pour faire connaître notre point de vue et qui demandent à ce que toutes nos forces soient unies.


#16

C’est ce genre de réflexion qui casse tout un argumentaire et qui fait que certain.e.s en ont ras la casquette.


#17

La question n’est pas de s’opposer aux statuts qui sont présentés. Si je les pensais nuisibles je ferais campagne contre.
La question est d’une part de s’opposer à une réduction de la démocratie interne à un simple plébiscite, et d’autre part, et surtout, de créer les conditions d’un militantisme paisible qui nous fait défaut.
On peut bien sûr pardonner collectivement les écarts de chacun, tant que ce n’est que cela: un écart. Quand cela devient un mode d’action, quand cela n’appelle aucun changement d’attitude pendant des années, eh bien paradoxalement la volonté d’apaisement mène à ce qu’on banalise cette violence et qu’on la laisse devenir systémique. Et on en voit les dégâts sur le militantisme de terrain.
Car comme tu le dis, en dehors de notre mouvement, nos idées méritent qu’on les défendent. Et c’est bien là dessus que je veux pour ma part me concentrer.
D’ailleurs le 17 à 14h il y a une marche contre les violence d’État à Opéra. Je proposerais bien qu’on s’y retrouve.


#18

@Olivier je me permets de te citer, car ce que tu dis traduit exactement ce que j’ai en tête (tout comme le reste de ton message).

Pour ma part, je pense que les nouveaux statuts, s’ils ne vont pas révolutionner nos pensées, devraient au moins permettre de supprimer un certain nombre de contrainte et de problème qui était de plus en plus présent, mais aussi libérer les énergies et enfin faire disparaitre des oppositions entretenues.

D’ailleurs, ses nouveaux statuts corrigent une bonne partie des critiques émises ici, d’où mon impression que le boycott n’a pas de sens et que soutenir ses nouveaux statuts c’est, justement, repartir sur de bonnes bases.

Pour ma part, j’appelle donc plutôt à une participation massive, pour permettre de soutenir une démarche qui est, à mon avis, vitale pour le Parti Pirate.

Je note cependant mon accord avec @ThomasWatanabeVermorel sur un point. Les violences de toutes sortes doivent être combattues ici. J’ai beaucoup trop d’exemples, en plus de 4 ans, de violence très forte (violence verbale, mensonge, accusation infondée, diffamation, propos inapproprié, manœuvre de déstabilisation) dont beaucoup trop n’ont donné lieu à aucune sanction, aucune remarque même, y compris de ma part.

Il est clair que cela ne se reproduira plus, en tout cas, pas sans que je me taise.


#19

Je ne viendrai pas à l’AG car ce n’est plus comme ça que je veux faire de la politique. Malgré leur qualité, je n’ai jamais imaginé que des statuts pouvaient avoir une importance fondamdentale dans un groupe où ne règne pas un minimum de solidarité et de bienveillance. Si c’est statuts avaient été une oeuvre collective, ça aurait été un acte fort pour fonder un vivre/militer-ensemble. Ca n’a pas été le cas, ils se voteront sans moi.


#20

@Thufir Idem d’accord (c’est chiant les 10 caractères minimum).