Financement presse écrite


#1

Bonjour !

A priori, en France, on donne des sous à une partie de la presse pour qu’elle puisse exister, ça nous coûte entre 580 M€ et 1,8 Md€ selon la cour des comptes.

Sachant que les seuls journaux qui sont considérés comme complètement indépendants sont (j’en oublie peut-être) le canard et médiapart (qui refuse les subventions), à quoi bon continuer à dépenser tout ça ?

Est-ce que les Pirates sont pour la suppression des subventions à la presse écrite ?


#2

Bjour,

je ne sais pas ou ça ce trouve mais on avait déjà soulevé ce “truc” il y a quelques années suite à des critiques de certain journaux (il me semble)
et je suis pour la suppression !


#3

Le point important dans ton post, à mes yeux, c’est “Sachant que les seuls journaux qui sont considérés comme complètement indépendants”.
Une partie de la population confond effectivement “subventionné par l’Etat” et “à la botte de l’Etat”, c’est ça le vrai problème, je pense (en oubliant au passage que dans ce cas, il ne devrait pas y avoir de pluralité de la presse, ils devraient tous dire la même chose… Or, ce n’est pas le cas)
Personnellement, je pense que la suppression de ces subventions est dangereuse :

1/ D’une part, cela risque de faire tomber les médias dans les mains de sociétés privées dont les intérêts peuvent aller à l’encontre du droit à l’information, avec pour le coup, une véritable ligne éditoriale dictée par un grand groupe en fonction de son bon vouloir (vous me direz, c’est déjà le cas, je vais y revenir).

2/ D’autre part, cela pourrait entraîner une augmentation du prix des journaux, et donc une barrière dans l’accès à l’information, ce qui est incompatible avec les valeurs prônées par le PP.

Pour ces raisons, je pense qu’une suppression pure et simple n’est pas envisageable. Cependant, on pourrait envisager une refonte de ces subventions dans le but de ne pas en verser aux journaux détenus par des grands groupes (Libération, Le Figaro, etc) pour les redistribuer vers des journaux factuellement indépendants (Le Canard, Charlie Hebdo, … et peut être d’autres journaux qui profiteraient de cette manne pour apparaitre ?), selon un barème objectif à définir. Tout en faisant cela, il serait nécessaire de ré-ré-ré-ré-réaffirmer l’indépendance de la presse, fusse t-elle subventionnée par l’Etat.


#4

De mon point de vue, donner des thunes à Libé ou au Figaro, c’est réduire le prix de la propagande des grands groupes. Mais je crois qu’on est d’accord là dessus.

Ensuite, Le Canard et Mediapart nous montre qu’il est possible de ne pas dépendre des aides, autrement dit, qu’il existe des moyens, des modèles économiques viables. Mais ça demande notamment de faire de l’investigation.

Peut-être existe-t-il d’autres moyens de promouvoir ce journalisme autrement que par la subvention ?


#5

Bsoir,

je me rappelle que dans la discussion (ancienne) ce sujet avait été soulevé parce que justement certain journaux très “privatisé” bénéficiaient de cette manne.
la liste


#6

Je pense qu’il y aurait une manière un peu plus fine d’aborder le problème qu’une suppression pure et simple des aides.
En l’état, les aides sont absurdes : elles abondent des titres sans intérêt, elles sont réparties par une commission où règne l’entre soi le plus opaque. Ca, on est d’accord.
D’autre part, bien que - et peut être d’autant plus parce que - l’état de la presse n’est pas reluisant, il peut être important d’en prendre soin. Mediapart et le Canard s’en sortent bien, tant mieux pour eux mais ce sont des formats tout de même très particuliers : ils ne se substituent pas aux grands quotidiens nationaux. Ces structures ayant vocation à avoir un rôle à jouer dans le fonctionnement de la collectivité, il n’est pas absurde que la collectivité les soutienne.

Puisqu’on est pirates, ne pourrait on pas imaginer un système où le citoyen voterait pour attribuer X euros au tire de presse de son choix ? Ca pourrait avoir du sens : les journaux seraient alors soutenus à mesure qu’ils sont jugés utiles par les citoyens.