Des universitaires ont réécrit un code du travail allégé mais plus protecteur


#61

En attendant ces des motions dans ce sens qui sont votées, et des motions comme tu le proposes qui sont supprimées.

Au cas où tu ne l’aurais pas remarqué, le parti pirate évolue, et, pour l’instant, tu n’y peux pas grand chose.


#62

Tu as une vision assez étrangement vengeresse de la façon dont on conduit un débat.


#63

Je suis partant pour cela mais ici on parle du motion générale, où on ne peut pas parler de mesures car il faudrait qu’elles soient discutées individuellement.

On peut rajouter :
Cette motion n’est qu’un point de départ vers des discussions pour développer des propositions concrètes.


#64

C’est ce que Bibo avait écrit…


#65

Je ne sais pas à quoi tu réponds exactement.
J’ai bien compris que la motion n’était qu’une base de travail ce qui me semble incompatible avec la dernière réponse de Bibo disant qu’il souhaite des motions programatique directement applicable (par définition une base de travail n’est pas applicable directement)
Je voulais ajouter à cette motion les valeurs pirates qui sont à propos pour rappeler celles qui nous semblent importantes par rapport à notre lien avec le travail, ce que j’ai essayé de faire avec ma proposition en m’inspirant de la DPG et de ce qui est dit ici et sans rejeter ce code du travail allégé comme base de travail.

Ma proposition dit la même chose tout en précisant dans quelle direction on souhaite aller (sans être exhaustif évidemment)

Et même si je peux comprendre l’argument du “directement applicable”, un programme politique n’a jamais été directement applicable, d’ailleurs la loi n’est pas directement applicable car il y a des décrets qui précisent son application (sans parler des jurisprudences), alors oui faisons des propositions les plus “applicables” possibles, bien sûr et reprendre le travail des autres mais il faut quand même que ça soit “pirate”.

Ça tourne en rond, si vous avez des remarques d’améliorations de ma proposition je suis à l’écoute, si c’est pour exprimer un refus total, je pense que ça n’apportera pas grand chose au débat.


#66

Ce n’est pas parce que c’est directement applicable que ça ne peut pas être une base de travail. C’est à dire que ce n’est pas parce que quelque chose est applicable qu’il doit être appliqué … comme quelque chose de mangeable n’est pas forcément mangé ?

Base de travail, pour moi ça veut dire trucs tout prêt ou avec une bonne structure, modifiable.
Applicable pour moi veut dire « potentiellement utilisé comme point de programme », à proposer à un gouvernement, pas une bonne intention, mais bien un truc précis avec des propositions concrètes.

J’ai vraiment l’impression qu’on vit dans des mondes intellectuels différents.


#68

Et etre salarié, ce n’est pas un attrape-couillon ? Quand on entend les gens se plaindre de tout ce qu’ils se plaignent en tant que salariés, c’est à se demander …
Quand à “la seule solution c’est le statut d’auto-entrepreneur” , est-ce vraiment la seule ? auto entrepreneur ou entrepreneur est quand tu cherches une solution personnelle. Quid si tu veux une solution qui soit beaucoup plus collective, parceque par exemple, tu ne veux pas te lancer tout seul(e) ? N’est-ce pas un cas de figure tout à fait légitime ? Dans ce (bon) cas, la solution est la création de coopératives, qui devraient etre, à mon avis, écologiques et autogèrées … Car l’autogestion , ça c’est la solution, si on doit parler de solution.
Parlons maintenant du statut juridique, en France ou en Europe, de ces cadres de création d’emplois (auto entrepreneur ou coopératives). Ils ne sont pas satisfaisants ? Certainement, mais mieux vaut en demander l’amélioration que de les rejeter en bloc et se retrouver grosjean comme devant eṭ-ou … chomeur … De toute façon, on a TOUJOURS la possibilité d’une opposition pratique comme la désobeissance civile. Par exemple, une fois démontrée l’injustice d’une mesure fiscale mençant l’existence d’une coopératve, la greve justifiée d’un impot devient une option, mais encore faut-il que les gens en France soutiennent largement ce refus de payer. Si au contraire les gens pensent que ce refus est injustifié, c’est la défaite guarantie. Donc on en revient à: quelle est la position des gens en France en matière le résorption du chomage ? A mon avis, leur position est : on ne touche à rien. On a décidé que c’était à l’Etat de règler le problème, pas à nous, et donc on … attend … on attend on attend. Le problème est que meme si le gouvernement voulait résorber le chomage il ne le ferait pas car … il ne PEUT PAS, car pour le pouvoir, il faudrait que l’économie lui obeisse … et elle …n’obeit pas … Donc les gens en France sont dans une impasse totale car ils comptent sur des solutions qui ne les impliquent pas et qui sont donc des solutions qui n’en sont pas. D’ou 5 millions de chomeurs depuis des décades …
Pour en sortir, il faut que les gens arretent d’attendre et s’y mettent, en créant des emplois eux-memes quelque soit le format, et sur cette route, qu’ils (nous) remettent en cause tous les obstacles qui se dresseront, juriduques et fiscaux en particulier … La solution c’est la création d’emplois par nous-memes, directement, sans attendre qui que ce soit ou quoi que ce soit … En gros, l’action, pas les mots …


#69

“rendait la création d’emplois difficile” … question: difficile pour qui ? pour le patronat ? honnetement ce n’est pas trop mon problème. J’ai pas le temps de m’occuper de cela, qu’ils se débrouillent. Je ne vais pas en plus chercher à règler leurs “problèmes” quand dehors il y a 5 millions de chomeurs et que à l’évidence ça ne les empeche pas de dormir.
Par contre je suis intéressé par la création d’emplois par les chomeurs eux-memes et tous ceux qui ne veulent pas dépendre uniquement de l’Etat et du patronat. Donc par tous ceux et celles qui ne veulent pas etre uniquement des “demandeurs” d’emplois mais qui, aussi et surtout, du fait de la carence des autres acteurs économiques, veulent etre des créateurs d’emplois…

Donc je suis bien plutot du coté de :
J’aimerais plutôt une motion parlant de promouvoir l’auto gestion, des délégués du personnel au CA (voire sa totalité), de la reprise en SCOP des entreprises, qui parle de la lutte contre les licenciements boursiers, du financement et de la gestion de la formation continue, etc…


#70

Concernant le fait que ça ne résoud pas le chômage : Je m’en fou du chômage.

Outre qu’on écrit : je m’en fous du chomage …ça en dit long sur ton hostilité aux chomeurs, (tu ne dois pas connaitre de chomeurs ni avoir fait l’expérience du chomage), tes intentions douteuses, car écrire un code du travail quand on se “fout” du chomage, faut le faire, et franchement je vais prendre ton “code du travail” avec des pincettes.

Mais comme toujours, réglons nos différents dans la pratique : Montons des Coopérative et EMBAUCHONS, que nous soyons Universitaires ou pas … nos embauches auront dix mille fois plus de valeur que tous les mots meme bien intentionnés sur ce qu’il faudrait faire, au lieu de le faire nous-memes.

Mais dire “le chomage je m’en fous” n’a vraiment rien à faire dans les fils de discussion, au PP … ou ailleurs …


#71

A ce stade (le PP n’est pas au porte du pouvoir) faire des “propositions” c’est un peu comme tirer des “plans sur la comete”.

Pour convaincre il convient de démontrer dans la pratique. La pratique aujourd’hui est de créer des emplois nous-memes et d’exposer tous les obstacles qui se dresseront contre ces créations d’emplois. Face aux réalités, il n’y a pas grand chose à opposer. Contre des “raisonnements”, malheureusement, on peut toujours opposés d’autres “raisonnements” et finir par discuter du sexe des anges …


#72

@Coluche68, je suis au regret de t’informer que tu parles tout seul, et qui plus est fais un hors sujet total par rapport au thème de la discussion. Ce n’est pas la première fois que tu viens nous expliquer que tu as mieux compris le problème que nous, et que tu insistes sur ta solution magique qui consiste à rejeter l’état et l’économie, à savoir la réalité du moment.

Tout avis nous intéresse, mais les leçons que tu donnes avec des grands airs sont assurément superflues. Si tu rejettes le système actuel, je suis désolé mais tu n’es pas au bon endroit. Nous sommes un parti politique, pas une fédération anarchiste, notre but est d’intégrer le système pour le modifier, pas de nous en couper comme tu tiens tant à le proposer encore et encore.

Alors je te prie soit de participer de façon constructive, soit de t’abstenir, mais au moins arrête de venir nous donner des leçons, qui comme tu devrais l’avoir constaté à présent n’intéressent personne.

Pour la modération,
Macavity


#74

J’ai bossé avec un gars, dans un pays anglophone, qui quand il m’a vu pour la 1ére fois, m’a demandé si j’étais français. J’ai dit oui et avec un TRES grand sourire m’a répondu que lui était Ghanéen. Ce à quoi je lui ai dit: “Oh, mais dans ce cas, nous sommes voisins”. Quelle a été sa réaction à ton avis ? Il m’a répondu Oui avec un sourire ENCORE plus grand.
Aux Iles du Cap-Vert, les gens demandent la double nationlité CapVerdienne portugaise. Comme je m’étonnais de cela à un capverdien et que je demandais s’il voulait le retour à la colonisation, il m’a regardé droit dans les yeux et m’a dit que je ne comprenais rien. Depuis j’ai compris, je crois: traiter les gens des anciennes colonies comme des étrangers est une stupidité totale. Ils sont nos égaux, nous sommes dans le meme pays.
Les anciennes colonies françaises sont peuplées de gens qui ont été francisés par la violence et le crime du colonialisme. Mais c’est fait et il n’y a pas de retour en arriére possible. La colonisation nous a mis dans le meme bateau, la décolonisation nous a mis sur le meme pont. Voilà pourquoi, les visas d’entrée en France pour les gens des anciennes colonies est un scandale.
En Ethiopie, un gars m’aborde et me demande si je suis français. Comme je lui dis oui, il me répond qu’il connait bien la France car il y a travaillé. Et quand je lui demande ou , il me répondu ahuri : “ben, à Djibouti”…Je ne savais pas que Djibouti était la France, mais lui le savait. Qui a raison, lui ou moi. Maintenant je réponds clairement : lui.


#75

@Coluche68 Je ne te permets pas de m’insulter. Qui plus est, je ne parlais pas en mon nom mais bien en tant que modérateur, alors je te prie de relire lentement mon message précédent, et d’arrêter de t’écouter parler, merci.


#76

Je ne sais pas ou tu as vu que le plein emploi était mort. En Allemagne, le chomage est à 4% , comme en Angleterre et aux US. Mais dans ces 3 cas, cela n’a rien à voir avec l’Etat et sa soit-disante politique économique, mais avec la société elle-meme (les gens). Les US sont un pays de startups ou comme dans la Silicon Valley on n’attends pas aprés le gouvernment. En Allemagne, le secteur privé est bien plus puissant qu’en France, et ce secteur, du fait de sa taille emploit beaucoup de monde. En Angleterre, aprés des décades de chomage massif, ce pays a retouvé un dynamisme (que je n’attribue pas au tachterisme). L’Etat au mieux accompagne une croissance qui éxiste en dehors de lui et a démarré en dehors de lui. Si je suis très pro coopératives autogèràes c’est parceque je pense qu’il y a la place et le besoin en France d’un nouveau secteur économique pour combler le trou laisser par les secteurs privé, d’Etat et les PMEs. Ce serait une spécificité française, encore que en AL, ils semblent etre trés portés sur les coops et l’autogestion. On n’est pour le chomage le plus souvent quand on a pas a le subir. Il est ainsi connu que la perte d’emploi est le 3ème évènement le plus traumatisant dans la vie aprés le décès d’un proche et un divorce. Le chomage c’est sérieux et c’est grave.


#77

A mon avis, ce sont des questions qui se posent très peu en plein emploi. En plein emploi, les employeurs se battent pour conserver leurs employés. Ils proposent et instaurent des trucs impensables en France ou les salariés n’ont pas le choix de quitter leur emploi facilement.
Un code du travail ne peut pas régler des problèmes nés de la pénurie d’emplois.


#79

#80

#81

Bjour,

heu…
juste quelques chiffres sur la réalité du chômage ailleurs (Et faut pas se faire d’illusion on aussi de astuces en France)
Allemagne

  • “Mini jobs” 400€ par mois sans charges sans cotisation donc sans assurance !
  • “€ jobs” payé 1€ de l’heure travaux d’intérêt public
    -L’aide Hartz IV (euivalent RSA) versé pendant 3 ans passe à 1 pour 6,6 Millions de personnes - dont 1,7 millions d’enfants
    les bénéficiaires soit Les 4,9 millions d’adultes sont en fait des chômeurs, ou ;quasi-chômeurs qui travaillent moins de 15 heures par semaine.
    Ils ne figurent pas dans les chiffres du chômage, qui ne prennent en compte que les bénéficiaires de l’ équivalent assedic/pole emploi.
    Du coup c’est pas 3 millions de chômeurs mais 9 millions de précaire,
    ça fait 20% de travailleurs pauvres

Angleterre
les fameux contrat “0 heure” dont la disposition législative permet d’«embaucher» à un salarié de ce tenir à disposition de l’entreprise en permanence, et être employé d’une à dix heures ou pas du tout dans le mois.
Il faut s’adapter aux besoins de l’entreprise.
9a fait pas loin de 15% de Britanniques qui ne peuvent pas vivre de leurs travail tout en étant pas chômeur.

et pour les US c’est kif kif…


#82

Fermé pour modération en 1er lieu. La motion ayant été voté le sujet restera fermé.