De la place du Télétravail dans le programme du Parti Pirate


#1

Bonjour à toutes et tous,

J’aimerais débattre avec vous, dans ce fil, de la place que l’on souhaite accorder au télétravail au sein du programme du Parti Pirate, actuel et futur.

En effet, j’ai lu dans plusieurs posts que le télétravail était un sujet évoqué :
https://discourse.partipirate.org/t/programme-municipales-2020-le-cadre-de-vie/14806

https://discourse.partipirate.org/t/programme-municipales-2020-economie-et-emploi/14807/4

La version du télétravail que je souhaite soutenir est un télétravail libre (en terme de nombre de jours par semaine et concernant le choix des jours en question) et volontaire (il ne doit pas être imposé par l’employeur pour protéger ceux pour qui ce n’est pas forcement possible, peu importe la raison).

Je pense que l’axe écologique est évidemment un levier majeur pour évoquer le télétravail dans la mesure ou il permet d’éviter un nombre non négligeable de déplacements quotidiens des travailleurs qui ne sont pas dépendants de leur environnement de travail physique.

Je pense aussi que le Parti Pirate pourrait, par exemple, penser à proposer des solutions libres permettant un télétravail efficace et collaboratifs.

Evidemment, le sujet du télétravail résonne aujourd’hui différemment depuis le début de l’épisode du COVID-19. En revanche, je pense qu’il s’agit d’un sujet de fond, que je souhaitais soutenir officiellement depuis plusieurs années.

L’idée serait aussi de se servir de cette actualité triste et inédite pour faire avancer les mentalités sur ce sujet qui impacte le monde de demain, en terme écologique et sociologique pour l’amélioration de notre cadre de vie et celui de nos successeurs.

Ces idées sont des pistes de réflexion, et je vous invite à participer à cette discussion pour centraliser ici vos arguments et vos avis ainsi que les posts existants (en les mentionnant) au sujet du télétravail.

Merci pour votre lecture, et à vos claviers !


Première réunion de l'équipage Logiciels Libres
#2

Peut être est il possible d’intégrer cette idée au nouveau programme ? Si une refonte est envisagée et que l’idée ne séduit pas que moi…


#3

Salut
Il y a beaucoup de sujet en débat, c’est cool mais peut-être aussi qu’on a du mal à suivre les uns et les autres tout ce qui se raconte ici :sweat_smile:
Ton idée m’intéresse mais je dois d’abord terminer ce que je souhaite faire sur le rdb, donc ne lâche pas le morceau, mais ne t’inquiète pas si personne ne répond dans l’immédiat. Il arrive que des sujets soient lancés et attendent des mois avant d’obtenir des réponses… Et si j’y pense j’y répondrai, je crois aussi qu’on devrait aborder la question du télétravail sur le programme pirate mais je crois qu’il faut qu’on parvienne à une réflexion plus globale que de procéder point par point sur des points de détail. Le télétravail peut aussi s’inscrire dans une organisation sociétale différente, et surtout, est-ce qu’on veut vraiment continuer à travailler pour vivre ?


#4

Je ne me sens pas oublié :wink:

Merci pour ta réponse.

Je suis d’accord avec toi pour élargir le débat au sujet du Travail. Surtout que nous sommes tous les 2 actuellement à peu près dans la même situation professionnelle.
Disons qu’il peut s’agir d’un premier pas.
Avant de révolutionner la société dans son ensemble lorsque nous aurons plus d’intentions de vote (Ce que je souhaite volontiers), je pense que commencer par populariser le fait que l’on peut amender a priori facilement le système actuel permettrait de commencer à réduire considérablement la consommation d’hydrocarbure et cela à moindre frais.

C’est la raison pour laquelle je pense qu’il est en effet judicieux de garder cette idée (qui n’est pas de moi…) en tête quelque part pour éventuellement l’intégrer au juste endroit, le moment venu.


#5

Coucou à tous!

Petite update :
Quelqu’un pourrait il m’aider à préparer une lotion (merci mon clavier, tout va bien du côté hydratation pour moi…) une motion sur le sujet pour que ce point puisse être prêt pour un jour être intégré au programme du PP ?

J’ai besoin de structure…


#6

Bonjour.
Étant syndicaliste dans une grande société du tertiaire où le sujet du télétravail va revenir en négociation au moins de septembre, étant également informaticien et intéressé à l’aspect technique, je veux bien travailler avec toi sur le sujet.
Je pense pourtant, comme il a été dit plus haut, que cela s’inscrit dans une réflexion plus globale sur les conditions de travail et même sur la vision sociétale du travail (RdB…). La réflexion pourrait elle jusqu’à mener à la création d’un équipage ? A voir…


#7

Merci pour ta réponse. Toutes les bonnes volontés sont les bienvenues.

Pour ma part, je n’ai pas de velléité, par ce sujet, à créer un nouvel équipage.

On peut déjà proposer un plan par étape ?
Je pense que cela va être difficile de passer de 0 à 1 (je sais qu’on se comprend avec ce genre d’analogie).

Le télétravail libre et volontaire peut en être la première étape.
En tout cas, avec mon esprit simple et prosaïque, j’arrive à en cerner les contours et les avantages, notamment en terme de confort de vie et d’écologie.

Cette première brique pourra être intégrée à un projet plus global si quelqu’un souhaite le rédiger.

J’aurais besoin d’un template de motion pour respecter l’architecture standard de ce type d’écrit et m’en inspirer.


#8

C’est la base, mais il faut se rappeler que tout n’est pas télétravaillable.


#9

Ceci peur te donner une première méthode.

Ensuite, personnellement, je te recommande de regarder la motion de Faro sur la réduction du poids des véhicule qui est très bien faite.


#10

oui, j’entendais par première étape avant de révolutionner la société, comme dans un plan en plusieurs étapes.
Celle dont on parle dans ce fil pourrait en être la 1ère.

J’avais déjà succinctement décrit le coté libre et volontaire au début du fil de discussion, désolé si je me suis fait mal comprendre : le coté libre et volontaire n’étais pas l’étape 1, il est indispensable.


#11

En effet, je l’avais déjà lue.
Merci.


#12

Je pense que le fait qu’il puisse être mis en place uniquement à la demande du salarié est une bonne protection.
Evidemment, il faudrait, dans la mesure du possible que cela soit le fruit d’une discussion constructive avec l’employeur au sujet de la nature du travail du salarié et de la mise en place d’un management intelligent par objectif et non par présence horaire (cette partie de la réflexion est d’ailleurs plutôt du ressort de l’entreprise et de ses salariés), mais en aucun cas l’employeur ne devrait avoir le pouvoir de l’imposer.


#13

Je valide l’attaque par la bande du lien de subordination !


#14

Il faut aussi s’assurer que les conditions de travail en télétravail sont au moins aussi bonnes que celles en travail sur site.
A titre d’exemple, j’ai vu des collègues bosser sur un coin de table de cuisine ou même sur une table à repasser par manque de place.
Il faut aussi une bonne connexion internet (en rapport avec les besoins en bande passante du système informatique de l’entreprise).
De plus même avec des salariés volontaires parce qu’ils gagneraient du temps de transport par exemple, il ne faudrait pas forcément accepter le télétravail si leurs conditions de travail à domicile ne seraient pas suffisantes.


#15

Je poursuis mes réflexions (excusez moi si ça peut paraître décousu, mais je suis en vacances au bord de la plage en famille, donc fréquemment coupé par des jeunes enfants en mal d’activités marines…)
Il y a aussi le sujet du 100% télétravail.
La crise sanitaire imposant la télétravail total pendant plusieurs mois a permis de prendre conscience que pour de nombreuses personnes cette possibilité n’était pas la meilleure.
Une analyse de ma DRH (que je partage pour une fois) indiquaient que pour de nombreuses personnes ce télétravail se traduisait par un accroissement de la productivité parce que chacun se concentrait sur ses savoirs faites. En effet, en étant coupe du reste de son équipe, on se concentre sur ce qu’on sait faire. Ça marche bien à court terme, mais ceci est mauvais pour les projets transverses ou pour les réflexions globales au sein de l’entreprise.
Pourtant, dans des entreprises dont c’est le mode de fonctionnement global, ça semble fonctionner (je connais quelques startup qui le font très bien).

Ceci impose donc une réflexion sur l’organisation du travail pour définir ce qui est faisable ou pas, ce qui est nécessaire ou non… En tout cas ça ne s’improvise pas (comme ce fut le cas dans le situation de la crise sanitaire)
Il faut définir comment on fait en sorte que les équipes continuent à travailler ensemble, à discuter… C’est fou comme le travail avance bien grâce aux moments informels (au détour d’un couloir, à la machine à café, à la cantine…). Il faudrait réussir à créer de tels moments, même à distance, sans que ça fasse trop “artificiel”


#16

Faudra que je vous fasse un retour d’expérience, étant en télétravail depuis pratiquement deux ans et ce de manière très volontaire


#17

Je suis d’accord avec toi.

Je pense en effet que la version du télétravail que je défends n’a pas grand chose à voir avec celui que l’on a connu ces derniers mois, qui a été plus ou moins dicté par la crise du COVID-19.

Il s’agit d’une situation exceptionnelle qui a permis (malgré nous) de faire avancer le sujet, mais nous n’avons pas à nous baser sur cette expérience forcée pour en tirer des conclusions à partir d’une situation d’urgence très particulière.

Je vois par ailleurs les manœuvres de certains RH qui prétendent que comme le télétravail a été parfois mal vécu lors du COVID-19 cela vaut pour argument concernant le télétravail en général, ce qui selon moi est basé sur un postulat biaisé ne permettant pas une analyse objective du dispositif hors situation de crise.

Il ne faut pas oublier que le principe de la DRH est d’être le délégué de la direction en charge de l’application de sa politique (par essence, ce qui n’est pas une critique mais un constat).

Et certains dirigeants souhaitent garder un contrôle “visuel” sur leurs salariés, et demandent à la DRH de trouver des justifications plus ou moins justes pour conserver ce contrôle “à l’ancienne”.

Il est évident que la conduite au changement des mentalités sur ce sujet du télétravail n’est pas chose évidente… Nous nous confrontons forcement à des réticences de part et d’autre qui sont souvent liées à notre conditionnement depuis que l’Entreprise et ses schémas de management existent.