Code des Pirates et application dans la réalité


#1

Bonjour,

Je suis Didier, Pirate depuis le 19 Mai 2020 , et je vous annonce que je ne renouvellerai pas mon adhésion au Parti Pirate à la date du 19 Mai 2021,et donc que je m’en vais.

Je me dois de vous expliquer pourquoi, car cela concerne le Parti Pirate Français dans son ensemble, et le fonctionnement interne de celui-ci.

Voilà de quoi il s’agit :

En fin d’année dernière, j’ai été l’auteur d’un texte intitulé “sécurité et libertés publiques”.

Il s’agissait d’un travail sur l’état des libertés en France et leur évolution depuis la Révolution Française.

Pensant bien faire, j’ai repris de nombreuses sources, je les ai compilé, et cela a donné un texte global, qui a été plutôt bien reçu.

Entendons-nous bien : ce texte était à visée purement interne aux Pirates au départ.

Je n’avais pas indiqué mes sources, pensant que cela ne poserait pas problème.

On m’a demandé si j’en était l’auteur : j’ai confirmé, vu que cette compilation de sources diverses sur le sujet était bien mon travail.

Ce que je ne savais pas, c’est qu’ensuite ce texte allait être diffusé de façon plus large, et que de ce fait, un texte public devait être sourcé(par rapport au copyright des auteurs desdits textes). Cela , je l’ignorais complètement je l’avoue!

Ce qu’il s’est passé ensuite? Eh bien, ce texte a été reformaté, et j’en ai été éloigné fermement, accusé de plagiat pur et simple!

Je n’ai pas une seule fois été plagiaire, et je ne compte pas le devenir. Mais passons.

Il s’avère que j’ai appris, à la suite de mon échec quant à ma candidature comme porte-parole National du Parti Pirate, et par de très nombreuses personnes, que des responsables du Parti Pirate France avaient demandé à ce que je sois blacklisté, et empêché d’exercer toute fonction que ce soit au nom du Parti Pirate,du fait de l’imbroglio lié à ce texte dont j’étais l’auteur,vu que,selon ces personnes, j’étais un faussaire, un plagiaire, et donc indigne de confiance, et de ce fait, à blacklister!.

C’est l’indignation et l’incompréhension que cette décision ont soulevé chez ces personnes qui les a décidées à venir m’en faire part.

Or, ce type de pratiques d’exclusion ou de blacklistage est en violation complète du Code des Pirates.

En effet : (je cite là le code lui-même) :

III – Les Pirates ont l’esprit critique.

Nous, Pirates, encourageons la créativité et la curiosité. Nous ne nous satisfaisons pas du statu quo. Nous défions les systèmes, traquons les failles et les corrigeons. Nous apprenons de nos erreurs.

VI – Les Pirates sont solidaires.

Nous, Pirates, respectons la dignité humaine et rejetons la peine de mort. Nous nous engageons pour une société solidaire défendant une conception de la politique faite d’objectivité et d’équité.

VIII – Les Pirates sont équitables

Nous, Pirates, luttons pour l’égalité entre les personnes, sans considération de genre, de couleur de peau, d’âge, d’orientation sexuelle, de niveau d’études, de statut, d’origine ou de handicap. Nous militons pour la liberté de s’épanouir.

IX – Les Pirates rassemblent

Nous, Pirates, ne prétendons pas avoir la solution à tous les problèmes. Nous pensons que réfléchir collectivement est nécessaire, nous invitons donc tout le monde à s’engager politiquement, à contribuer à partir de ses connaissances, expériences et perspectives. Nous saluons les contributions qui sortent des sentiers battus.

XI – Les Pirates font confiance

Nous, Pirates avons confiance en nous et osons faire confiance aux autres. Nous croyons en la collaboration et contribuons aux communs ainsi qu’aux projets collectifs. Nous portons un regard bienveillant sur la vie en communauté.

Le type de dérive dont j’ai été victime contredit les articles du Code des Pirates que je viens de citer, et y contrevient clairement.

Comment le Parti Pirate Français peut-il espérer être crédible auprès de ses adhérents et des électeurs si certains de ses responsables nationaux se permettent de violer leurs propres régles régies par le Code des Pirates?

Et comment le même Parti Pirate Français veut-il être cru dans son engagement démocratique, collaboratif , avec de telles pratiques ? Comment, de ce fait, croire qu’il tiendra ses promesses électorales , s’il est incapable de respecter son propre code de fonctionnement?

Ce texte n’est pas un réquisitoire, mais un avertissement :

Si le Parti Pirate Français veut être crédible, veut grandir en terme d’adhérents et de poids dans la vie politique Française, ce type de détestables pratiques doit cesser.

Car sinon, ce sera d’autres adhérents de que moi qui claqueront la porte, et au final, le Parti Pirate perdra toute chance de devenir un acteur majeur de la vie politique Française.

Car avec les mêmes pratiques que les autres partis(ces blacklistages et mises au placard de ceux qui déplaisent par leurs instances dirigeantes existent dans les autres formations politiques traditionnelles, j’ai pu en être témoin) , le Parti Pirate sera associé au désaveu total et à la défiance qui touche toutes les autres formations politiques dans notre pays, quant à la perception que s’en fait l’opinion publique.

Je ne sais pas si mon appel sera entendu, mais ce n’est plus mon problème désormais.

J’invite les instances du Parti Pirate à respecter également cet article du Code des Pirates :

XII – Les Pirates font preuve d’audace

Nous, Pirates, n’attendons pas que des solutions viennent à nous mais nous organisons par nous-mêmes pour répondre aux problèmes que nous rencontrons. Nous croyons en la force des mouvements collaboratifs et horizontaux.

Je pense qu’en revenant aux fondamentaux(suivre le Code des Pirates à la lettre), le Parti Pirate Français aura toutes les chances d’avoir un bel avenir et une bien meilleure place,agissante et aux responsabilités, dans le paysage politique Français.

Bonne chance à vous tous et toutes.

Didier.


#3

Salut,

Je ne peux que t’encourager à citer les personnes visées (pas celles qui auraient dénoncé, celles qui auraient voulu te “blacklister”) et expliquer plus en détail de quoi il s’agit. Je dois avouer que “responsables” du PP ça ne me parle pas trop (je suis CTC et porte-parole mais je ne me sens pas “responsable” par exemple). Ça bénéficiera à tout le monde et évitera à des gens de se sentir visés indûment. Crever les abcès est toujours difficile mais jamais inutile.


#4

A vous au PP de crever l’abcès. Moi, ce n’est plus mon affaire.


#5

J’avais lu ton témoignage avec beaucoup d’intérêt. Je me pose les mêmes questions que Vince, et surtout : qu’est-ce qui a été fait concrètement pour te “blacklister” ? Car je ne comprends pas bien ce qui pouvait t’empêcher de convaincre, alors que la démocratie est directe et les outils transparents. Je me doute que ce n’est pas aussi simple, et j’espérais avoir plus d’informations.

Si on avait des réponses à nos questions, ce serait plus facile. Je veux bien “crever l’abcès”, mais il faudrait savoir quoi crever exactement…


#6


AntoineArpege

4h

J’avais lu ton témoignage avec beaucoup d’intérêt. Je me pose les mêmes questions que Vince, et surtout : qu’est-ce qui a été fait concrètement pour te “blacklister” ? Car je ne comprends pas bien ce qui pouvait t’empêcher de convaincre, alors que la démocratie est directe et les outils transparents. Je me doute que ce n’est pas aussi simple, et j’espérais avoir plus d’informations.

DidierBlue33500:

Bonjour, tout simplement, à l’avenir, au sein du Parti Pirate, vous prémunir du fait que quelques personnes puissent décider, au mépris du code des Pirates et de la démocratie liquide, de bloquer toute initiative où candidature de quelqu’un qui leur déplaît. Et donc d’influencer à leur profit des décisions, que ce soit de la publication de textes, où du résultat de votes. Voilà où est le problème sur lequel vous, les Pirates Français, devriez vous pencher afin de le résoudre. Voilà tout ce que je peux en dire de plus. Bon week-end.


#7

The road to hell is paved with good intentions. Je suis persuadé que chaque pirate cherche ce qui lui semble être le mieux pour le PP et les idées que le parti défend. Le mal réalisé dans cette démarche n’est pas forcément voulu, je crois même qu’il n’est pas perçu comme tel.

Une autre chose. Les personnes les plus impliquées sont celles qui ramènent le plus de monde au parti et le font vivre le plus. Cela légitime les méthodes employées, aussi détestables soient-elles. La fin justifie les moyens, parait-il. Et comme l’ensemble donne des résultats, eh bien les pots cassés sont mis sous le tapis et on cherche à protéger les personnes qui apportent tout ce positif. Pourquoi Balkany, Copé et toute la clique de la droite véreuse sont réélus et appréciés ? Parce qu’ils apportent du positif à leur commune, à leurs administrés, à leur clan. Alors les petites magouilles, bon…

Et cet engrenage les conforte dans leurs façons de faire et ils n’acceptent pas qu’on puisse les contredire. Mais n’allez pas croire qu’il y a une volonté de verrouiller ou contrôler qui que ce soit, chacun est libre hein…

Je parle toujours des méthodes de la droite véreuse, bien sûr. Pas de ça chez nous.


#8

Bonjour moi c’est Alexscott membre du CVI. Parmi les rôles du conseil de vie interne il y a entre autres
l’accueil et la formation des pirates et aussi la modération des discussions sur les différentes plateformes.

Par conséquent, nous sommes en première ligne en cas de conflits entre pirates si et seulement si nous sommes sollicités.

Comme beaucoup d’entre vous je découvre par ce post de départ une situation qui m’était inconnu. Je ne fais pas ce post pour retenir DidierBlue qui semble avoir pris sa décision mais pour expliquer à tous les pirates pourquoi il ne doivent jamais se retrouver dans cette situation.

Nous avons des statuts et un règlement intérieur et nos statuts contiennent le code des pirates. Oui des actions contraires à ce code sont répréhensibles et nos statuts le prévoit : si aucune conciliation/rectification d’une situation anormale n’est possible, il faut faire une saisine du CRS pour dénoncer la situation (ou l’inaction du CVI si il a été sollicité) qui pourra déboucher sur la tenue d’un tribunal des pirates.

“Entre Ce que je pense, Ce que je veux dire, Ce que je crois dire, Ce que je dis, Ce que vous avez envie d’entendre, Ce que vous entendez, Ce que vous comprenez… il y a dix possibilités qu’on ait des difficultés à communiquer. Mais essayons quand même…”