Simplification sécu, complémentaires


#21

Une ressource intéressante sur l’évolution du financement de l’hopital : https://www.vie-publique.fr/eclairage/272716-entre-t2a-et-ondam-quel-financement-pour-lhopital

On y trouve ceci :

Pour Jean-Marc Aubert, dans son rapport “Réformes des modes de financement et de régulation : vers in modèle de paiement combiné”, la T2A ne favorise ni la qualité des soins, ni la prévention et elle peut même inciter à la réalisation de soins non pertinents. Dans sa proposition d’un nouveau mode de financement, la tarification à l’activité ne disparaît pas mais elle est combinée à d’autres modes de rémunération forfaitaires notamment pour la prise en charge des maladies chroniques et du grand âge. Cela permettrait de mieux prendre en compte le suivi des malades, la prévention et les activités de coordination des soins. Le financement des soins hospitaliers devrait être modulé en fonction de leur pertinence (vérification de la pertinence d’actes médicaux) et de leur qualité (une dotation financière à partir d’indicateurs qualité).

Les propositions de Jean-Marc Aubert alimente la mise en oeuvre du plan Ma Santé 2022 qui comprend un chantier consacré à la réforme du financement. Pour le gouvernement, l’objectif est d’atteindre un financement assuré à 50% par la T2A et de combiner cinq modalités de financement différentes :

  • paiement au suivi du patient, en particulier pour les maladies chroniques (diabète, maladies rénales, etc.) :
  • paiement à la qualité et à la pertinence ;
  • paiement pour la restructuration de service ;
  • paiement groupé à la séquence de soins pour favoriser la coopération des acteurs ;
  • part de paiement à l’acte et aux séjours.

Ce serait en cours alors ?


#22

Les sources sont intéressantes et oui déjà en cours pour la plupart. Ce à quoi il faut bien faire attention dans ce genre de propos c’est l’impact sur l’ensemble de la chaîne de soins.

Le paiement au suivi du patient, techniquement cela se fait déjà en ville et à l’hôpital même si il n’y a pas forcément un protocole administratif établi obligatoirement.

Le paiement à la qualité et a la pertinence cela s’adresse surtout aux prescripteurs donc la caste médicale pure. Mais qui définit ?

Restructuration de service : pourquoi pas.

Le paiement groupé : attention à la répartition ! verser une enveloppe globale ok mais qu’elles vont être les règles entre l’hôpital, la ville, la rééducation ? Quel intérêt ? Car la coopération devrait déjà se faire (et heureusement elle se fait)

Dans ce plan Santé ce qui m’inquiète et le développement d’une sorte de parcours type pour être pris en charge. Avec à la clé l’absence de choix de la part des patients .

Choisir comment payer les professionnels de soins décidera de comment la pratique de la médecine se pratiquera mais aussi du respect de la personne soigné. On l’oublie trop souvent mais normalement c’est la personne soignée qui a le dernier mot, qui établit Et donne son accord pour une prise en charge grâce aux conseils des professionnels.