Projet Paul & Pauline, citoyens perdus en métropole


#1

Appel à candidatures : Que les pirates intéressé·es prennent contact avec yv_pic en vue de la constitution d’une équipe projet.

Si vous avez des ressources mais ne voulez pas particulièrement vous engager, les signaler par tout moyen utile.

En bref

Lors des prochaines municipales, placer le niveau Métropole au cœur des débats. Celui-ci est le produit d’un processus essentiellement technocratique, peu démocratique. C’est-à-dire que le Préfet y joue un rôle prépondérant, ainsi que la ville centre. La dernière réforme électorale (le délégué métropolitain désigné dans les 2 premiers d’une liste) est la rustine visible d’un “rattrapage” démocratique.

Porté à Rennes (et rédigé pour l’instant dans ce contexte), ce projet peut être fédéré ou remixé par d’autres équipes pirates locales.

Ce projet concerne a priori les pirates des métropoles ou regroupements de communes de Brest, Rennes, Nantes, Bordeaux, Toulouse, Montpellier, Aix-Marseille, Nice, Grenoble, Lyon, Nancy, Strasbourg, Paris, Rouen et Lille (périmètre à vérifier).

Ce projet n’est pas concurrent avec des candidatures aux élections.

Objectifs

  • se constituer une expertise pirate
  • créer un site Web
  • interpeller les candidat·es et les médias

et, peut-être :

  • constituer un label ou une charte “Bonnes pratiques en Métropole”

puis, éventuellement :

  • fabriquer une liste virtuelle métropolitaine pour buzzer le sujet

déroulé

  • phase de réflexion et de documentation (constitution d’une banque de textes et de ressources), avec recensement de cas précis et exemplaires (2018)
  • explicitation de bonnes pratiques pour un élu en métropole en l’état actuel de la législation (2018-2019)
  • recommandations d’évolutions législatives (2018-2020)
  • passage aux actes (2020)

Yv_pic commence à recenser des infos via le tag #PaulEtPauline sur Twitter ou sur le flux https://my.framasoft.org/u/yv_pic/?searchtags=PaulEtPauline (fil RSS possible)

Intentions

Exemples tirés de la situation à Rennes, en vrac et en bref, sujet à traiter en profondeur, à charge et à décharge.

la confusion entretenue bassin d’emploi-bassin de vie-bassin métropole

le cas des portails du métro à Rennes

Aucun élu n’avait ceci à son programme électoral (peut-être FN ?)

entorses aux principes

par ex. la continuité territoriale (approuvée par préfet)

théories en place

le ruissellement

la prospérité de la ville-centre (voire du centre de la ville-centre) est censé tirer le bien-être global. Résultat : une légitimation de tous les travaux de la ville (à Rennes, Jacobins ou hôtels de luxe par ex.)
Conséquences : nettoyage des lieux de vie traditionnels. Expulsion du logement des zones concernées (sauf bas loyers à Rennes, au bon vouloir de la mairie)

théorie de l’amant passif

c’est-à-dire : retenir les flux tentés d’aller ailleurs comme le tourisme et les entreprises.
Conséquences : une compétition entre les villes-métropoles (Nantes et Saint-Malo par ex., voire Brest) (cas de la LGV, Jacobins)

winner takes all

vu le système électoral en place, avec cette variante due à la distribution des fonctions d’adjoint : les partis établis, y compris l’opposition, take all. Les petites communes, souvent élues avec des listes a-parti, peinent à s’organiser dans l’assemblée.
Voir à Rennes la mutualisation des moyens de com ville-métropole.
Le couple élus des partis majoritaires (même en cas d’alternance politique) et techniciens fonctionne à plein : le fonctionnement pénalise l’action des élus qui sont non professionnels ou hors parti.

une communication enchanteresse, arme de guerre

Mise au service de la compétition, la communication institutionnelle est toujours dans le sens “moi–> la com des autres --> qui justifie mon action vers vous”.
Elle est souvent sur la performance (chiffres, comparatifs), donc pensée sur l’idée qu’il y a des territoires perdants et basée sur l’idée qu’on ne vit bien sur un territoire que parce que ce territoire est bien perçu à l’extérieur…

éloignement du citoyen

La moindre démarche nécessite un déplacement à l’hôtel de métropole (ex. vécu d’une déclaration de travaux).
Numérisation des démarches administratives, travaux publics en compétences des communes : une dépréciation de la commune comme administration de vie quotidienne.

Précautions

un échelon utile

Il ne s’agit pas de refuser l’échelon métropole mais d’influencer sur son mode de décision-action, actuellement indirect et technocratique.

Pour les Pirates

Il s’agit de penser la constitution d’un nouvel échelon démocratique.

Infos à collecter

  • liste des compétences transférées et historique (technique, rendre en langue simple)
  • calcul des distances-temps habitant-métropole en fonction des démarches et services.
  • etc.