Projet de communication 'Sensibilisation environnementale sur la conso Web


#1

Lorsque vous recevez un email sur votre messagerie, celui ci est enregistré sur le disque dur d’une machine. Plus vous recevez d’emails, plus vous stockez de données sur les disques dur. Ces disques dur nécessitent de l’énergie pour fonctionner ainsi qu’une bonne dose de refroidissement. De ce fait, si vous ne supprimez pas vos emails inutiles, vous utilisez de l’énergie inutilement.

Vous pouvez pensez que cela représente pas beaucoup en terme d’énergie et là vous avez…tort.

Le coût énergétique d’Internet équivaut à 30* centrales nucléaires
Nombre de centrale en France: 58
Comment sont elles alimenté à ce jour? Les plus grosses structures s’alimente au charbon.

Cependant, les centrales à charbon ont un impact très négatif et lourd de conséquences sur l’environnement. Elles rejettent du méthane (CH4), des oxydes d’azote (les NOx) et du gaz carbonique (CO2). Lors de sa combustion, le charbon émet plus de gaz carbonique que le pétrole et a fortiori que le gaz naturel.
GreenPeace à déjà sonné la cloche, APPLE est d’autres sont les champions de la pollution.

Rapport ASN

Cette énergie du 19e siècle représente la première source d’émissions polluantes dans le monde. Et elle a un impact désastreux sur notre santé et le climat.

Il n’y as donc pas de petites économies, oui des grosses structures dépenses plus que vous, mais est-ce que cela vous empêche d’être intelligent et responsable?

Pour être éco-responsable dans l’utilisation de votre messagerie, il faut donc supprimer régulièrement les emails qui ne vous servent plus à rien. Prendre le réflexe de supprimer ses emails, c’est faire un geste pour notre planète.
Alors quand vous envoyez un email notifié en signature que ce mail peut être effacé après lecture, quand vous en recevez faite de même et si vous recevez des publicités annulez l’abonnement en bas de votre mail.

Cliquer sur 'ne plus recevoir"

Exactement comme vous pouvez le faire avec un post it STOP PUB sur votre boite aux lettres. Tous les sites ont le devoir de pas vous imposer les newsletter, alors cela prend du temps, mais si vous commencez maintenant ça prendra déja le bon sens, jusqu’au jour ou finalement, les seuls mails que vous aurez auront une réelle importance à vos yeux!

*Ce chiffre est croissant avec l’accélération du développement du Cloud

Pour les informations sus nommé et regroupé, je crois que la parti pirate concerné par le monde virtuel, doit avoir une éthique écoresponsable, je crois qu’il serai intéressant, qu’on s’engage déjà nos emails de les supprimer après et d’utilisé des messageries à compensation environnementale tel que Newmanity ou [Ecomail](http://www.ecomail.fr/).

L’hébergement aussi ce peut être propre comme :slight_smile:

et Microheb: https://www.microheb.com/hebergeur-web-ecologie.html

Je propose que le Parti montre l’exemple et établisse une campagne de sensibilisation à ce sujet.

1- Cela démontre de la responsabilité importante, qui mieux que nous qui luttons pour la liberté du web et le libre partage, pour préservé et limiter notre impact?

2- Car, c’est respectueux de l’environnement, c’est juste cohérent pour l’avenir

3- C’est gagner en projection sur la production et l’évolution du net.

4-C’est encourager les energies vertes.

5- Encourager un comportement sain et responsable pour le développement et l’avenir.

6-Prendre les devants, avant que cela puisse nous rattraper.

Propositiion de @simon Save a tree Delete a mail
réduction du spam des grandes entreprises => elles générent une quantité de mail indésirable que le PP pourrait aider à légiférer dessus afin de limiter la charge sur les citoyens // en ce moment c’est un terme récupérer sur l’absence de moral des grandes entreprises.
réduction de la surveillance de masse => moins d’accés à des données stockés donc moins de possibilité de reconstruction à posteriori de ta vie

Donc on pourrai faire une campagne Web à ce sujet avec un message court et explicite avec le logo de notre parti.
Je n’ai pas le monopole, alors j’attend vos réactions et vos idées autour de ce projet qui me semble important.

Au lieu de dénoncer un comportement, nous devrions proposer des comportements. Je vais essayer de chercher un exemple.

Le petit plus naviguer sur le web en compensant sa consommation passe aussi à travers les recherches internets
C’est pourquoi Lilo.org et Ecosia existe, c’est deux portails web permettent de convertir vos recherches ou de la compenser en Projet sociaux ou en plantant des arbres, Cela nous donne un contenu ENORME pour proposer un :slight_smile: KIT de CONSOMMATEURS DU WEB

Avec Lilo

Ne collecte pas vos données lors de vos recherches sur Lilo
Envoi un message “do not track” lors de votre navigation
Désactive le tracking publicitaire

J’espère succiter de bonnes réactions, même si je tremble un peu du genoux :smile::sweat_smile:

@Florent @Pays-de-la-Loire @Bretagne @Ile-de-France


#2

Bonjour

Je trouve l’idée trés bonne car elle permet au PP de parler d’autres choses que d’internet.
Voici comment je vois les sujets que l’on pourrait développer autour de ton idée:

  • réduction du spam des grandes entreprises => elles générent une quantité de mail indésirable que le PP pourrait aider à légiférer dessus afin de limiter la charge sur les citoyens // en ce moment c’est un terme récupérer sur l’absence de moral des grandes entreprises.
  • réduction de la surveillance de masse => moins d’accés à des données stockés donc moins de possibilité de reconstruction à posteriori de ta vie

Si je devais tourner ton projet, je le tournerai de tel manière que le citoyen ne culpabilise pas mais se sente concerné par les abus que les entreprises font des internets.

J’espère que cela va t’aider dans ta reflexion.
Si tu veux, n’hésite pas à me tenir au courant, que l’on commence à faire une biblio afin que chaques chiffres avancés soit étayé d’une études ou plusieurs.

Faut que l’on trouve un slogan du type : Save a tree Delete a mail


#3

Coucou,

Alors je vais être chiant, MAIS en fait … non :stuck_out_tongue:

Je vais juste mettre en avant quelques faiblesses du discours, histoire de l’améliorer.

Premier point, le stockage des e-mails est une chose que l’on fait bien, qui prend relativement peu de place et a un cout relativement marginal si on le compare à d’autres outils informatiques (j’en citerais en fin de message).

Deuxièmement, les Spams. 99% des Spams ne sont pas des newsletters, même un peu “forcé” par tel ou tel commerçant. 99% des Spams sont des courriers qui visent des commerces illégaux (drogue, sexe, médicament, arnaque en tout genre). Ses Spams ne sont pas envoyés par des personnes identifiées, mais en général de réseaux zombies, infectés par un logiciel qui va envoyer du SPAM.

C’est une faiblesse qui vient de l’origine d’internet, quand les gens ne pensaient pas a mal et où envoyer un mail prenait 3 jours (et on donc très peu sécurisé le mail). La technologie a très peu évolué sur le sujet.

Attention, ses SPAMS ont effectivement un cout financier (que beaucoup estiment a plus de 20 milliards de dollars) et un cout écologique (on parle parfois de plus de 10 millions de tonnes de CO2). Mais ce cout écologique n’est pas dans le stockage … Une étude commandée par McAfee indiquait même que 52% de la consommation totale d’énergie liée au spam intervient au moment de l’ouverture et de la suppression du message par l’utilisateur.

Bref, lutter contre le Spam OK, mais la solution, on la chercher encore technologiquement :slight_smile:

Alors maintenant, j’aurais envie de proposer une autre cible, mais attention, ça va faire “mal” avec votre hype à Noël avec tonton René … Les crypto monnaies qui représentent une consommation de pas loin de 19 centrales nucléaires uniquement pour les deux plus importantes


#4

#5

En parti d’accord avec toi.
Oui, les mails ne sont pas les éléments les plus consommateurs d’énergie, mais on s’adresse à qui à Mme MICHU ou à Mr ROBOT.
Mme MICHU ne comprendra pas ce qu’est le bitcoin, mais comprendra l’analogie entre les prospectus indésirables qu’elle a dans sa boite au lettre et le spam dans sa boite mail.
De plus, comme dit, cela peut faire une passerelle sur la notion de vie privé avec le vol systématique des adresses mail par des entreprises publicitaire.

Concernant le spam, désolé de te détromper, j’ai une adresse pro qui est obligé d’être exposé sur le web et je reçois pleins de spam (entre 10 à 20 par jour) et cela ne concerne pas l’achat de drogue ou d’avoir un gros zizi.

L’objectif n’est pas forcément de proposer une solution technique à un problème insolubre, par contre réglémenter les agences de publicités, c’est possible.


#6

Plusieurs points pour moi.

Ce n’est pas parce qu’une analogie est séduisante qu’elle sera efficace. Dire “sauve un arbre, supprime un e-mail”, à part s’attirer les foudres de l’ensemble des techos qui nous suivent et déclencher un bad buzz car on n’aura aucun argument technique sérieux.

Supprimons des e-mails, on va fermer quoi, un datacenter ? deux ? Désolé, mais cela n’aura qu’un impact très très faible, voire inutile. Si vous imposez par exemple à Google de ne garder qu’un mois de mail, les serveurs ainsi libérés vont être automatiquement réattribués à d’autres ressources (stockage cloud, vente de puissance de calcul comme Amazon, etc.).

Concernant les Spams, désolés de te détromper, mais ce que tu dis est faux. Ton adresse reçoit en réalité entre 200 et 400 mails de SPAM par jour. Juste tu ne les vois pas (au boulot on filtre entre 95 et 99 % du SPAM par exemple, le taux de filtrage doit être identique sur les adresses du Parti Pirate via notre fournisseur).

Les mails d’une agence de publicité, ce n’est donc rien du tout sur le volume. Et si tu as une entreprise derrière le mail, tu as en général de quoi de désinscrire, si ce n’est pas le cas, tu dois déjà avoir de quoi râler (et en général cela fonctionne, je viens de regarder les 50 derniers mails publicitaires reçus, j’ai un lien de désinscription sur 38 d’entre eux, et les autres sont plus techniques que publicitaire).


#7

Je rejoindrai Nicolas en pas mal de points. Peut-être juste, Simon et Barbas que vous ne connaissez pas bien les rouages en question dans la gestion des mails (et ce ne serait pas une tare ou un discrédit pour y travailler, au contraire, c’est plutôt cool et faut qu’on confronte les expériences et qu’on trouve un point plus fédérateur).

Alors à tout hasard je vais détailler (en bas de ce message) comment ça fonctionne un peu plus dans le détail que ce qui a été résumé par Nicolas. Après, les chiffres donnés par Barbas sur la consommations des datacenters ne sont pas farfelus et aujourd’hui, nous avons pris l’habitude de consommer l’électricité (car ça semble “propre” -à grand renfort des loobies et des subventions publiques pour réduire le coût réel-).

Ce qui est discutable ici, c’est d’insister sur un point de “détail” où l’impact individuel a peu de prise. Nous pouvons comparer avec le papier recyclé des prospectus (on s’attache plus aux arbres coupés -et souvent replantés- qu’à l’énergie fossile de son acheminement). De même, on recommandera d’éteindre la veilleuse de son téléviseur mais on ne verra aucun mal à ce que ce soit un énorme écran et qui quand il n’est pas éteint consomme en énergie incroyablement plus que cette veilleuse dont on fait tout un foin (sans même parler de sa fabrication et de son recyclage à la fin de son obsolescence)…

Enfin, sanctionner le numérique est à la fois une mauvaise stratégie (on ne peut pas vendre le retour à l’aire industrielle : déjà parce qu’elle était pas très exemplaire au niveau écologique, et ensuite parce que c’est contre l’aire du temps), et à la fois, on est en train d’en discuter sur un service web : y a un petit soucis de cohérence si on ne peut pas se convaincre nous-mêmes. On ne va pas balancer par centaines des illustration sur twitter qui disent qu’Internet, c’est anti-écolo. En plus, objectivement, ce n’est pas si vrai : il y a des mauvaises pratiques mais la proportion d’énergie utilisée dans une technologie (internet) ou une autre (la voiture, le chauffage, les soins médicaux de certaines maladies, le sport automobile, etc) n’est pas un critère suffisant pour le dire que c’est mauvais.

Par contre, on peut proposer des consommations plus responsables :

– Newmanity, ou le service ecomail et d’autres que tu cites, Barbas sont de bons exemples (d’ailleurs je te remercie car on m’a posé la question d’un service mail “plus écolo” et maintenant je saurais quoi proposer).

– Dans les thèmes du Parti Pirate, on parle souvent d’auto hébergement. Ce n’est pas “moins consommateur” que le cloud (clairement pas) mais ça a d’autres avantages non négligeables : la donnée n’a plus à parcourir la planète pour nous parvenir, le fait de ne pas concentrer la consommation d’énergie au niveau des datacenters permets de favoriser l’énergie verte “moins sale” (le fait de répartir la consommation permets de faire des sites de productions plus étalé sur le territoire et donc à la fois plus productifs, et à la fois au plus proche du site de consommation). Enfin, le niveau de service est meilleur, parfois même “sexy”, un secteur de recherche et d’amélioration ne vient pas contre l’aire du temps et de plus en plus, la consommation d’énergie au plus proche du consommateur est un argument durable (alors que lorsque le consommateur ne paye pas “directement” le service, il n’en a même pas conscience).

– Dans le même esprit on parle de réseau “meshé” (comprendre, en filet : chacun étant récepteur et émetteur, la densité du réseau est proportionnel à son usage de manière systématique). C’est (rarement) utilisé en réseau informatique, et c’est très à la mode avec le réseau d’énergie (encore neuf, là aussi). Le lien est facile pour à comprendre pour le citoyen et il y aurait moins d’efforts pédagogiques à faire pour une communication politique sur le rapprochement des deux sujets. C’est compatible aussi avec l’appétence technologique, la neutralité du réseau et sa résilience. Ca ne va pas non plus à l’encontre des échanges de proximité car dans un tel système, envoyer ses photos de vacances à son voisin est beaucoup plus rapide qu’en passant par un tiers aux USA.

Bien sur tout ça reste à retravailler. Juste des pistes lancées comme ça pour le moment.

  • Pour revenir sur les mails

– L’envoi du mail passe généralement par 5 à 10 serveurs. Et du traitement sur chaque serveur pour recevoir, stocker, interpréter (antispam, renvois vers le bon serveur suivant) puis il est “stocké”. Les spams sont généralement interceptés avant (comme dit Nicolas, au moins 90% d’entre eux).
– Là l’utilisateur va le récupérer. Souvent via une plateforme web mais même via un logiciel, ça occasionne beaucoup plus de trafic que la taille du mail lui-même. Il va le marquer en lu, le déplacer, le relire peut-être une fois ou deux.
– Un moment donné (quelques jours) il va être transféré sur un espace de stockage beaucoup moins gourmand en énergie. Il n’est plus lu, il faudra un peu plus de temps pour le récupérer mais c’est peu probable que ça arrive régulièrement (voir que ça arrive un jour tout court, certes). Ici le plus efficace en terme de stockage consiste à placer le document tout à la fin de l’espace de stockage, sans chercher à remplir “les trous” provoqués par les effacements. C’est rapide et de nature à beaucoup moins user les technologies utilisées pour le stockage et la sauvegarde.
– Parallèlement, il y a la compression. Ca coûte du calcule processeur (de l’énergie) mais ca compresse très très bien les mails. A fortiori si ce sont des mails commerciaux envoyés quasiment à l’identique à plein d’utilisateur du même espace de stockage. Le logo de la société qui envoie 5000 mails toutes les semaines, il est déjà sur le serveur, il n’est pas stocké à nouveau mais simplement “lié” virtuellement (et c’est vrai aussi pour les fragments du contenu).
– Dans le même esprit, il y a l’index de recherche qui se génère et qui permets de retrouver ensuite un mail rapidement. Il est lui aussi le plus petit possible pour limiter le stockage.

Alors certes, tout le processus est bien coûteux et si on peut rechigner à payer un timbre, on peut se poser la même question pour le mail quand c’est pas nécessaire. Par contre le stockage en lui-même, une fois que le mail a parcouru tout le processus, il est assez insignifiant. A l’échelle d’une vie même.

Maintenant comparons avec le stockage d’une photo sur facebook :
– Transfert et stockage initial,
– Conversion et stockage des formats (pour la lecture sur différentes taille d’écran)
– Reconnaissance faciales et l’identification automatique pour la modération (photo de nus, droits d’auteur, etc…)
– Notifications tout azimut
– Transferts répétitifs pour la lecture chez tout ses contacts
– De même, il y a compression mais une photo c’est très personnalisée. Le taux de compression n’est pas très efficace car les utilisateurs aiment bien pouvoir garder la possibilité d’imprimer la photo, modifier les données de traitement du développement numérique, etc.
– De même, au bout d’un certain temps, le contenu va rejoindre un espace de stockage moins gourmand en énergie. Ici pas de grosse différence si ce n’est qu’une photo tend vers les 10Mo, alors qu’un mail c’est quelques Ko la plupart du temps.

Ou comparez avec un film en streaming, les photos de chat minions sur twitter, la synchronisation de sa géolocalisation avec les serveur de google (bon là, je troll mais vous comprenez l’idée).

Du coup, je partage mieux l’idée d’une compensation énergétique (ce que tu proposes à la fin de ton message), l’usage d’énergie verte (idem, un peu plus haut dans ton message), la recherche pour optimiser les contenus ou même simplement l’énergie (y a 10 ans, presque tout le monde sauvegardait un serveur en le copiant en entier sur un disque, aujourd’hui plus personne ne fait ça et on sauvegarde ce qui a changé depuis la dernière sauvegarde -les morceaux de fichiers- : ça ne répond pas à la demande des écolos mais des comptables… néanmoins le résultat est là : retirons en partie les subventions sur l’énergie et la recherche d’économie suivra).

Bref, je trouve cette campagne intéressante (mêler l’environnement et la techno qui sont deux thèmes où nous sommes bien identifiés) mais un peu trop spécifique et elle pourrait avoir des effets néfastes :
– Nous intéresser qu’à la suppression des mails (frénétiquement ?) et ne parler plus que de la led de la télévision… en oubliant que c’est surtout l’écran qui lui consomme un max.
– Nous faire moquer par les technophiles qui pourraient avoir la même réaction que Nicolas ou moi (et là dans l’absolu, quand bien même si nous avions tord, ça ne changerait pas grand chose dans la réception de la campagne).
– Donner dans l’écologie punitive. Si vous voulez que vos enfants ait le droit de vivre, supprimez vos mails. Je caricature mais on pourrait assez vite s’enfermer dans un discours qui oppose le numérique avec la survie de l’humanité. C’est quand même loin d’être aussi binaire.


#8

Je vois l’idée, mais c’est une campagne de sensibilisation qui peut être pertinent à mon sens, de la à dire écologie punitive, c’est fort quand même. Ca me rappelle cette redondance, de " c’est les entreprises les méchants nous citoyens, nous avons aucune responsabilité, eux dabord ectera".

Ce genre de discours démontre bien ce qui m’agace dans le comportement Français, car les autres pays me semble plus appliqués, peut être me trompe-je

Moi, je prône pour une responsabilité civile, humaine et dans tout les domaines et si je propose ce genre de campagne, c’est justement pour cela, Pas pour faire la leçon, mais pour informer que si les gens ne ce comporte pas comme il se devrait, c’est qu’il oublient que c’est dans leur propre intérêt et celui de leur enfants avant toutes choses et l’idéologie doit être grandissante et se fait par le nombre. Car tant que la demande ne sera pas grande et oppressante, ce qui détiennent l’argent trouverons toujours le moyen d’esquiver. En arrêtant de consommer un produit, on contracte son marché, reste à celui qui le vend de réduire son prix et de faire des efforts pour que son produit soit d’une réelle qualité ou adapté à la demande.Je sais pas si je me fait vraiment comprendre dans l’idée, mais bon…

Aucune information n’est apporté sur la consommation du Web à la jeunesse et encore moins à la génération d’avant, tout le monde l’utilise et crois que le NUAGE, le cloud, c’est magique presque sans réaliser de son impact.

Alors OK, je vous suit tous, Grouper un ensemble de comportement de consommation néfaste pour l’environnement que cela soit les entreprises comme les citoyens pour cela, le PP met à disposition un KIT de CONSOMMATEURS DU WEB en mettant l’accent sur les plus gros polluants du net. Sans oublié que nous sommes tous responsable du changement et qu’il serait important que nous participons tous à compenser notre utilisation de la même façon qu’on peut réduire notre empreinte carbone.


#9

Merci pour à @Mistral pour le développement.
Pour reprendre un peu le fils de ma reflexion augmenté des reflexion de @npetitdemange, @Mistral et @Barbas

C’était une boutate le slogan, excuse moi si cela t’agacer.
N’empéche qu’il y a plus de Mr MICHU que de Mr ROBOT et qu’il faut que l’on cherche à voir un discour accesible mais juste d’où l’idée de constituer une biblio.
Un point pour @Mistral, ton idée d’énoncer combien coute en énergie une consultation de AssBook permettrait à beaucoup de gens de prendre conscience de leur utilisation et là on pourrait aussi faire prendre conscience du coût énergitique lié à la surveillance de masse.

Pour expliquer les abérrations de la centralisation des moyens de communcation, j’utilise l’analogie des énormes hopitaux, très efficace économiquement parlant mais qui représente un énorme cout de la part du malade pour s’y rendre et des erreurs que la masse peut engendrer.

Merci à @mistral pour les explications sur la sauvegarde de mail, je n’étais pas au courant.

Au lieu de dénoncer un comportement, nous devrions proposer des comportements. Je vais essayer de chercher un exemple.

PS: idée de dernière minute : une vidéo de pornhub, çà coute combien en energie ?


#10

Bjour,

Ça dépend si tu es célibataire ou pas…


#11

J’aurai pas dit mieux.


#12

Pour relativiser

Le Bitcoin a dévoré 30 TWh entre le 1er janvier et le 23 novembre 2017 […] cette consommation électrique du Bitcoin représente plus que celle de l’Irlande en un an, ou celle de plusieurs pays africains réunis.

[…] Si 2 millions de Français se lancent dans le minage[…] nous aurions donc 20 millions de KWh à fournir tous les jours pour ces chers spéculateurs en ligne[…] Soit : 7,2 milliards de KWh : 7,2 TWh. La France produit 416 TWh par an d’énergie électrique nucléaire. Les seuls mineurs de Bitcoin de 2 millions de crypto-spéculateurs demanderaient donc 12 à 13 réacteurs ERP (qui ont entre 900 MWh et 1,3 TWh de production primaire d’énergie par réacteur, donc nécessitent au moins 2 fois cette production pour arriver jusqu’aux consommateurs)

[…] Le sujet n’est pas la seule « consommation et la production dans l’absolu », mais la consommation d’électricité d’un procédé bien particulier : le marché financier de la […]Blockchain. Ce n’est pas parce que le Bitcoin passe par le Net comme Youtube que la consommation électrique du minage de blocs et des échanges de blockchain peuvent être comparés à l’utilisation de Youtube. Ou du mail. Pourquoi : parce que d’un côté Youtube n’est pas en peer-to-peer et n’est pas spéculatif. Youtube ne dépend que des usages qu’en font les gens connectés. Et les serveurs de Google, s’ils dépensent de l’énergie, cette énergie électrique est gérée par Google. Google, Apple, Facebook qui de plus en plus — comme de nombreux data-centers des géants du Net — tentent d’auto-alimenter leurs data-center avec des renouvelables. Donc tirent de moins en moins sur le réseau national où il sont implantés. Le minage de blocs et les centaines de milliers de transactions spéculatives du Bitcoin […], eux, tirent sur les moyens de production électriques nationaux collectifs.

Source : https://reflets.info/bitcoin-energie-et-wtf-twitterien/


#13

Bonjour

Je viens de lire cet article qui reprend des notions par rapport à la consomation de la technologie.


#14

Voici deux articles assez rescent sur le sujet :