Economie contributive et revenu contibutif


#1

Salut,

J’aimerais connaître votre avis sur l’économie de la contribution et le revenu de contribution.

Cette économie réussit à faire la synthèse entre l’economie du numerique, l’ess et systèmes locaux d’innovation.

La théorie est aboutie et une grande expérimentation est en cours sur 10 ans à travers la constitution d’un Territoire Apprenant Contributif en Seine Saint Denis. Le tout chapeauté par l’INRI, l’association Ars Industrialis, la MSH Paris Nord et Plaine Commune.

Cette économie reposerait sur un revenu contributif qui consisterait en l’extension du statut d’intermittent du spectacle à d’autres activités.

Pour la théorie : https://www.cairn.info/revue-innovations-2011-1-page-163.htm#no1

Petite vidéo de présentation : https://www.iri.centrepompidou.fr/recherches/chaire-de-recherche-contributive-plaine-commune/

Une interview : http://theconversation.com/conversation-avec-bernard-stiegler-faire-de-plaine-commune-en-seine-saint-denis-le-premier-territoire-contributif-de-france-65931

Bonne lecture!


#2

J’ai du mal entre un sujet où tu détruis l’intérêt du numérique et limite là où tu l’encenses … il va falloir que tu trouves un juste milieu, parce que c’est un peu déroutant.


Maintenant je t’invite à lire ça : https://partipirate.org/le-travail-vision-du-futur/

Ensuite je t’invite à te renseigner sur le programme et sur le fait qu’on s’est engagé sur la voix du revenu de base (RdB), qui est par essence neutre et qui ne demande rien.


Pour ce qui est de l’économie de la contribution, elle me fait penser avec les mêmes travers au salaire à vie (SaV). Alors on est bien d’accord que ce n’est pas sur le même modèle, là où le SaV se base sur le “diplôme” et non justement sur la “contribution”, l’économie de contribution à l’air de totalement négliger que la contribution dans un monde automatisé demande un savoir, des connaissances et non plus un savoir-faire, des compétences. C’est pour cela que le numérique se greffe si facilement si cette “économie”.
Or, négliger les inégalités des gens face au numérique ou croire que tous les millenials savent couramment parler le langage du numérique est soit une erreur de débutant, soit un choix idéologique dangereux.

Bref la tout de suite, j’ai du mal.

Après sur une analyse sociétale, je pense que cette économie s’appuie sur une vision profondément altruiste de l’être humain et sur une profonde démocratie, ce que ne rejette pas le RdB mais le SaV oui.

Si je devais placer du coup aussi tout ça sur un axe temporel ça serait dans l’ordre une transition au Revenu de Base pour une sortie douce de l’emploi puis un passage possible vers l’économie de contribution (en effet dans un système où l’individu veut connaitre sa place, un système de scoring est toujours intéressant) est envisageable voire souhaitable, si cela ne s’est pas fait spontanément. En passant, le SaV, jamais.


#3

Je ne détruisais pas l’intérêt du numérique…J’essayais de dire qu’il n’était pas le plus utilisé dans son potentiel emancipateur. Mais faisons table rase du post précédent…Je rappelle au passage que cela fait quelques années que j’adhère au PP et que si je n’ai pas le même profil que la plupart des pirates, si on peut se tromper de bateau, ça piquerait un peu de se tromper pendant tout ce tps!

Je ne vois rien d’incompatible avec l’economie contributive, au contraire. Le Mfrb a communiqué sur le revenu contributif: https://www.revenudebase.info/actualites/9294/ Il pense que ce serait complementaire.

Les contributions ne portent pas uniquement sur le numerique. Le langage numérique s’apprend.