ECO The Game, Journal d'une habitante un peu perdue


#1

Jour 1

La vie se déroulait tranquillement dans notre monde. Pas besoin de travail, pas besoin de sérieux. Nous ne faisions rien et nous en étions contents.

Mais un jour, un trouble s’agrandit en une rumeur qui, de personne en personne, devint un fait puis une vérité. Nous avions un problème.

Il faut bien commencer par dire que nous avons eu de la chance, concernant ce problème. Car personne ne l’avait vu, au départ le problème. Un nouveau truc dans le ciel, déjà, il fallait lever les yeux pour le voir (ce qui est quand même bien épuisant, il faut l’admettre) et puis une fois vu ce truc, il fallait savoir quoi en dire.

Mon père me disait « Ma fille, quand tu ne sais pas, fait silence ». Bah je ne parlais pas beaucoup, et pour tout dire, je n’étais pas la seule dans ce cas.

Il semblerait que par chance, l’un de nous en savait plus. Alors nous nous sommes rassemblés et nous avons fait le point, et la conclusion fut terrible, je vais la résumer d’une phrase :

« Le truc dans le ciel est un gros caillou et il va nous tomber dessus, cela risque de faire mal, il faut faire des trucs ! ».

Jour 2

Cette journée était très impressionnante. Tout le monde s’est mis à faire des trucs, partout, un peu dans tous les sens.

Et comme on a vu que cela ne servait pas à grand-chose, on s’est dit qu’il fallait que l’on regarde comment on allait bosser. Une fois que tout le monde avait trouvé son boulot, je me suis rendu compte que moi, bah je n’avais pas de boulot.

Au départ, je me suis dit que c’était cool, que j’irais faire un tour à la plage, histoire de pas les déranger hein …

Et puis on m’a dit « Attends Faro, à la limite, si tu ne sais trop rien faire, ce n’est pas grave, on a une idée. Tu vas devenir coordinatrice ! »

Alors j’ai commencé à donner des ordres. C’était rigolo au départ, de donner des ordres.

« Il me faut ceci ! »

« J’ai besoin de cela ! »

Mais on m’a fait comprendre que coordinatrice, c’était aussi faire des petits trucs pour aider. Je n’avais pas compris cela moi.

Du coup, à la fin de la journée, j’ai porté des cailloux pour aider …

En fait, coordinatrice, ce n’est pas si super que cela.

Jour 3

Les mineurs bossent beaucoup. Je ne comprends pas comment ils peuvent aimer ce genre de boulot …

Pour ma part, j’ai trouvé une astuce pour plus porter de cailloux. Je fais de la couture. Pour le moment, quelques rembourrages de fauteuil … Mais je me suis aussi fait un pantalon qui à la classe. J’ai vu des regards jaloux, mais je n’y peux rien, mon talent s’exprime !


#2

(Note : les jours ne correspondent pas aux jours de jeu réel, c’est une astuce de scénario)
(Note 2 : Le comportement de personnage connu est totalement inventé naturellement)

Jour 4

Ce matin, on m’a dit que comme en tant que coordinatrice, j’écrivais plutôt bien et que je savais compter, je serais aussi ingénieure. J’avais peur d’avoir trop de travail, mais ils m’ont dit qu’il faudrait surtout réfléchir et un peu construire des trucs, alors j’ai dit oui !

Jour 5

MAIS POURQUOI J’AI DIT OUI ?

Les autres ont déclaré que puisque j’étais coordinatrice, il fallait que je finalise les routes dans le camp. J’ai finalisé toute la journée, ce n’était pas super !

J’ai l’impression que parfois on se moquait un peu de moi, mais ils n’ont pas faire les fiers, les autres, quand j’ai fait mon premier moulin à vent. Enfin si, un certain « Farlistener » a dit que cela correspondait bien à ma participation dans le projet… Cela devait être drôle, mais je n’ai rien compris, alors je l’ai ignoré avec mon air le plus méprisant.

Jour 6

On fait une réunion. Heureusement que tata Florie a dit que j’étais la cheffe, ils ont été obligés de m’écouter. Alors j’ai fait un vrai travail de cheffe. J’ai dit qu’il faudrait construire de plus belles maisons dans un coin sympa.

On a choisi un marais, cela à l’air rigolo !

Et pour prouver que j’étais bien la cheffe, j’ai dit que c’était tata qui gérerait la construction des maisons. Je ne peux pas tout faire non plus !


#3

Jour 7

Du travail, encore du travail !

En vrai on n’arrête pas, du tissu, des moulins à vent … Heureusement, on a des cuistos qui commencent à savoir faire autre chose que des bais cramés et des salades de fruits vieux de 15 jours.

Certains chasseurs ont enfin pris le temps de m’apporter les peaux et fourrures que j’avais demandé. J’ai pu faire quelques bottines de fort belle facture, et comme nos chasseurs ne sont pas très doués, je leur ai confectionné des vêtements de camouflage qui devrait les rendre plus efficaces (en espérant qu’ils arrêtent de casser les vitres avec leurs flèches …)

Jour 8

J’ai dû recommencer mon boulot de coordinatrice ce matin. Tout le monde est venu me voir en disant « Faro, on fait quoi ce aujourd’hui ? ». J’ai plus l’impression d’être le chef que la coordinatrice, m’enfin, cela doit être la rançon de mon intelligence particulièrement affinée, ou alors …
J’ai lu dans un livre un peu compliqué que les personnes peu compétentes s’élevaient dans la société jusqu’à une place où elle ne dérangeait plus la structure …

Du coup je ne sais pas si je dois me sentir flatté ou insulté …

Bref, j’ai fait remarquer que les maisons n’étaient pas finies, ils sont partis faire des maisons, mais non sans me dire que certains mineurs avaient besoin de bras pour déblayer les mines. C’était une bonne remarque, et alors que j’allais attribuer cette lourde et importante tâche a quelqu’un, je me suis rendu compte que j’étais toute seule …

En route vers la mine !


#4

Jour 9

On était pas mal fatigué aujourd’hui, alors on a bossé, mais un peu moins. On a quand même retapé une salle de notre future cuisine centrale, nous allons pouvoir faire du pain.

On ne savait pas vraiment ce que c’était que le pain, on l’a inventé un peu par hasard. En fait, Farlistener avait pris plein de grains de blé. Les mineurs en croquent de temps en temps. Mais il a glissé sur une pente, franchement longtemps. C’est que l’on fait de belles mines quand même !

Bref, une fois arrivé en bas, une fois son bras remis en place, il s’est rendu compte que ses grains de blé s’étaient transformés en poudre. Comme il était un peu triste, les mineurs ont fait semblant de dire que ce n’était rien (alors que bon, c’étaient des grains de blé quand même !) et ont dit qu’ils mangeraient la poudre. Et dans la bouche des mineurs, la poudre s’est transformée en pâte.

Du coup on a réfléchi, et comme on n’arrivait à rien, avec nos réflexions, on s’est dit qu’on allait se faire un casse-croute au coin du feu (vous savez, le troisième déjeuner, celui de 15 h 30).

Du coup, nous avons mangé, discuté de tout et surtout de rien et tout à coup, on s’est rendu compte que la pâte était en train de cuire !!!

On avait tous peur de manger ce truc, alors on l’a donné au dernier arrivé, Trankilloman. Il a trouvé cela bon, on lui a dit qu’il serait notre boulanger !

Jour 10

J’ai mis des pancartes partout pour la première grosse réunion d’organisation. Je suis la coordinatrice alors bon, il faut bien que je bosse un peu …

Là où j’ai un doute, c’est de savoir si les autres savent lire, en fait …


#5

Jour 11

Avant que le gros caillou menace de nous écrabouiller, chaque jour ressemblait à précédent, et aucune surprise ne nous attendait le jour suivant. Une vie paisible en somme.

Mais cette menace nous a tous motivés, et on se rend compte que chaque jour peut être une surprise. Avant même la réunion, plusieurs d’entre nous ont pris des initiatives pour aller créer des champs ou l’on irait cultiver nos fruits et légumes, du blé pour faire du pain, mais aussi faire pousser des arbres.

Pour se faire, les mineurs ont créé un grand tunnel qui va nous permettre d’atteindre des zones cultivées, tant de travail, tant d’énergie, c’est vraiment impressionnant !

Pour ma part, j’ai encore l’impression de m’être fait rouler. On me dit grand ingénieur, et je dois construire des pavés pour des routes toute la journée. J’ai presque arrêté la couture, on m’a dit que j’étais trop bon et que d’autres devaient progresser pour que l’on puisse bosser à plusieurs …

Jour 12

Le tunnel vers nos champs est terminé, et pourtant, on a eu un gros débat pendant un grand moment.

En effet, on avait deux groupes qui se sont affrontés après avoir creusé quelques mètres dans le tunnel. En effet, en faisant quelques calculs, certains ont indiqué que notre terre devait être ronde. Qu’en gros on habiterait sur une sorte de « boule » de terre et d’eau ! Et que donc, il fallait prendre cela en compte dans notre manière de creuser. D’autres trouvaient cela totalement ridicule.

Comme le conflit ne donnait rien de mieux que des débats sans fin, j’ai trouvé une solution, c’est un peu mon travail de coordinatrice quand même !

Donc je leur ai dit « Moi je propose que l’on creuse comme le demandent ceux qui disent que la terre est ronde. S’ils ont raison, on aura un beau tunnel pour aller planter nos champs, si on se trompe et que l’on s’enfonce dans la terre, on trouvera des minéraux et on ira planter plus tard. ! »

Après d’intenses, mais courtes réflexions, tout le monde a dit oui … Mais je ne sais pas s’ils ont fait cela car mon idée est bonne, ou si certains des mineurs sont très avides de trouver du minerai …

Jour 13

Eh bien on en a confirmation, on vit sur une boule de terre … En effet, les calculs étaient bons, le tunnel est sorti exactement à l’endroit prévu par ceux qui disaient que la terre était ronde.

En tant que coordinatrice, j’ai voulu prendre des mesures simples, comme le fait d’avoir toujours une corde avec un gros caillou accroché au pied, au cas où la boule se renverserait, mais personne n’en a voulu.

Pour ne pas avoir l’air idiote, j’ai laissé mon caillou à la maison, quand je suis rentrée, Ricocotam en avait fait des pavés pour la route, c’est malin …


#6

Jour 14

Je vais prendre le temps de décrire ma journée type, je pense que c’est important. Tout d’abord, un peu de nettoyage, histoire d’être fraîche pour le petit déjeuner. Après avoir mangé un bon steak avec des légumes et une petite salade de fruits, et on est prêt pour une bonne journée de travail.
Je commence en général par un peu de construction, des améliorations par ici, un petit assemblage de pavé par là.

Je reste très sérieuse, mon travail n’est interrompu que pour mes 3 autres petits déjeunés du matin.

L’après-midi, je coordonne. Certains m’appellent cheffe, c’est rigolo ! Mais souvent, une fois que j’ai donné des ordres, je dois participer aussi. J’ai la nette impression que ce n’est pas le travail d’un chef, mais bon …

Cependant, cela semble de plus en plus compliqué de coordonner les gens. Tout le monde donne son avis, cela discute, bref … On va faire une réunion pour discuter de notre manière de discuter !

Jour 15

J’étais de bonne humeur ce matin. Florie m’a demandé de l’aider à faire un tunnel. Comme je n’ai pas l’habitude d’aider les mineurs (et que la dernière fois Seringue m’a quand même presque enseveli sous les minerais de fer …) je me suis préparée, un peu d’étirement, quelques pompes et hop, prête pour l’aventure !

L’aventure, tu parles. Après une bonne matinée de boulot et alors que j’avais fini de manger, alexscott est venu nous aider. Nous aider, tu parles ! Il m’a forcé à tirer des chariots toute l’après-midi, puis à poser des routes, à terrasser le terrain. Il ne pouvait pas le faire qu’il disait, il avait « trop de talent pour faire cela ».

En plus, à chaque fois que je devais réparer mon outil, il avait déplacé la table de travail. Une fois à gauche, une fois à droite, une fois derrière un arbre. Il rigolait bien le coco. Il rigolera moins quand je lui aurai donné son pantalon et sa chemise, faite juste pour lui, avec une taille de moins que prévu !

Je vais lui en donner moi, du talent.


#7

Jour 16

J’ai passé ma journée à préparer la réunion. Mon travail dans cette réunion, c’était de savoir ce qu’il me faudrait pour trouver de nouvelle compétence. Car même si on a bien progressé, on se rend compte que l’on ne pourra pas faire grand-chose avec ce que l’on sait, contre le gros caillou.

Alors j’ai pris mon courage à deux mains, ou plutôt ma tête entre mes deux mains, et j’ai réfléchi. Je pense avoir trouvé plein de super idées, mais pour cela, il va falloir plein de ressource, plein de travail, de tout le monde !

Quand j’ai annoncé cela à la réunion, tout le monde à accepter ce que je disais sans rien dire. Ils ont dit qu’ils se mettraient au boulot dès que j’aurais donné les ordres. J’ai l’impression qu’ils me font confiance, alors que moi, je n’ai pas du tout confiance en moi !

Ou alors, ils se sont dit qu’il valait mieux bosser avec moi que de devoir suivre les ordres de Florie. Car après moi, Florie est venue avec une liste. Elle a dit « j’ai une petite liste de truc qu’il faut faire ». Et elle a sorti une grande feuille … En fait, elle trainait par terre tellement elle était grande, la feuille.

Pour soutenir Florie, j’ai fait semblant de l’écouter avec un air très sérieux. Parce que comme elle donne des ordres tout le temps, il suffit de suivre le dernier ordre pour bien faire, avec Florie. Mais j’ai l’impression que tout le monde a fait pareil … Bah, on verra bien !

Jour 17

Comme j’avais un peu de temps, j’ai écrit un texte qui décrit comment on doit prendre des décisions ensemble, j’ai appelé cela une constitution. En fait, c’est super facile, d’écrire une constitution. J’ai écrit plein d’articles pour dire « Quand il faut décider un truc, tout le monde a le droit de donner son avis, c’est la majorité qui gagne » et voilà !

Au moment du vote, on a entendu un bruit énorme et inconnu. On est tous sortis pour voir ce que c’était, et c’était Ricocotam, encore lui, qui faisait son malin. Pendant la nuit, il avait monté la première voiture à vapeur de notre communauté.

Autant vous dire qu’après cela, tout le monde a vite voté « oui » à mon idée de constitution pour aller faire un tour en voiture. Quand Ricocotam a vu que j’étais un peu en colère, il a vite été voté. Il sait de quoi je suis capable quand je suis en colère !

Jour 18

A priori, les voitures à vapeur, cela plait à pas mal de monde, tout le monde en veut, des grosses ou des petites. Les agriculteurs en veulent aussi pour moins se faire mal au dos quand ils travaillent.

Moi je pense que, en tant que coordinatrice, je devrais avoir un véhicule à moi, pour coordonner quoi … Mais personne n’est d’accord …

Par contre, on vient de se rendre compte qu’autour du haut fourneau, les arbres deviennent un peu gris, c’est un peu étrange. Par contre, la rivière prend une jolie couleur rose depuis quelque temps, c’est trop beau, même si les poissons n’aiment pas trop, a priori.


#8

Jour 19

Après vérification, la couleur de la rivière, ce n’est pas top. Les poissons ne sont pas très bons quand ils sont passés dedans. Ricoco qui est un malin a mis une « unité de filtrage ». L’eau est beaucoup moins rose maintenant. J’ai poussé seringue (mais quel nom bizarre il a lui) dans l’eau pour rigoler, il n’a pas trop rigolé (et il a vomi après).

Du coup on a rajouté un deuxième haut fourneau. Moi je suis contente, je peux plus travailler et moi, j’aime bien cela !

Jour 20

J’ai l’impression qu’en voulant produire de plus en plus, on génère aussi un peu de conflits. Il faut dire que l’on a tous besoin d’un truc qu’un autre fait. S’il ne va pas assez vite, on doit attendre. Et personne n’aime vraiment attendre dans notre communauté. Et puis le gros caillou n’attend pas, lui …

Ricoco m’a offert un arc, il m’a dit que je pourrais attraper quelques bêtes pour les bouchers, pour aider. Ou alors c’est pour m’éloigner des hauts fourneaux, il est un peu possessif le bonhomme. Cependant, les autres n’ont pas eu l’air très contents que je puisse me balader avec un arc et des flèches. Je suis déçu par leur manque de confiance.

Jour 21

La chasse, au début je trouvais cela un peu nul. Me promener dans la nature c’est sympa deux minutes, mais bon, il arrive un moment où après avoir monté 3 collines et traverser deux rivières, on se dit que tout cela ne vaut pas la part de tourte à la myrtille quoi …

Farlistener par contre, a été très sympa. Il m’a dit que pour chasser, il fallait que j’aille très loin. Alors il m’a donné un tricycle à moteur. Comme cela je peux aller plus loin sans trop me fatiguer. Ou alors, c’est pour que je reste loin de lui quand je chasse ? Il ne peut pas m’en vouloir encore pour cette flèche dans son atelier quand même …

Jour 22

Je commence à prendre gout à a chasse. Il faut être attentive, à l’écoute et patiente. Et j’avoue que le silence de la chasse, c’est presque reposant. En plus, si je vise bien, je tue mes cibles en une seule flèche, c’est bien mieux que de courir après un daim ou un cerf !

Mes trophées de chasse commencent à être accrochés dans plein de maisons. Je suis assez fière de moi !

En revanche, Florie m’a embêté ce soir. Elle m’a empêché de tirer une flèche sur seringue, qui n’arrête pas de me taquiner. Elle m’a dit que « j’y allais un peu fort quand même » et que « seringue c’est un mec sympa ». Ouais ben le mec sympa il a poussé ma voiture dans le fossé et il a voulu m’écraser aussi.

Du coup, on m’a offert un petit camion, que je pilote à la perfection !

Jour 23

Je suis la coureuse des forêts, la grande chasseresse à l’arc d’acier. Dans les grandes plaines que nous allons bientôt transformer en champ bien propre, je chasse, bisons après bisons cerf après cerf, daim après daim sans jamais faiblir, avec mon courage et ma détermination.

Les bouchers et les cuisiniers sont impressionnés par les quantités de viande que je rapporte, je leur donne du travail pour des journées entières !

Jour 24

C’est bizarre, je n’ai pas croisé de bisons aujourd’hui, je me demande bien pourquoi …


#9

Jour 25

Je pense que certains complotent secrètement derrière mon dos. Alors que je sortais de la boucherie où j’avais fait plaisir à ses ouvriers amoureux de nos nouvelles traditions culinaires, voilà que l’on me plante un de mes beaux graphiques sous le nez.

Alors oui, d’accord, la population de bisons est en chute importante, mais bon, on fait comment pour bien manger si je ne chasse pas !

Jour 26

Bon, après quelques discussions, j’ai convenu d’arrêter de tuer des bisons pour quelques jours. Je leur ai dit qu’ils feraient moins les malins à manger de la viande de coyote, mais bon, c’est comme cela.

D’un autre côté, notre travail avance bien. Comme on n’est pas très doué en organisation, on construit et reconstruit souvent les bâtiments, mais à chaque fois c’est mieux qu’avant, alors on est assez content de nous quand même !

Jour 27

Aujourd’hui, comme je m’ennuyais un peu, j’ai fait des tours avec mon camion. Après quelques heures, les mineurs m’ont fait remarquer que les prochains morceaux de charbon, j’irais les chercher moi-même. Eh bien vous savez quoi, j’y vais de ce pas !

Jour 31

Je m’étais perdu dans la mine de charbon. Non, mais alors franchement, vous verriez ce travail. Déjà tu as des trous partout. Pas de lumière ou d’éclairage, rien. Un ascenseur qui fonctionne mal.

Bref, j’ai trébuché, je suis tombé dans un trou, j’ai cherché la sortie, mais rien. Enfin si, a un moment, j’ai croisé un vieux bonhomme qui marmonnait des trucs du genre « flamme d’Udun », « Balrog » et d’un « crétin de Touq ». Je me suis bien gardé de lui indiquer son chemin.

Bref, après un moment, j’ai trouvé une sortie, je suis rentré au village et j’ai vu que personne ne s’était inquiété pour moi, il n’avait même pas remarqué que je n’étais plus là depuis quelques jours. Ce n’est pas plus mal, s’ils s’étaient rendu compte de mes erreurs, ils se seraient moqués de moi pendant des jours !

Jour 32

Pour être utile, je me suis dit qu’il fallait que je travaille un peu plus sur la recherche. Et après avoir passé un peu de temps sur la table à dessin, j’ai eu une idée superbe. Tout le monde va être très content !

Jour 33

Je l’avais prédit, c’était prévu, on a trouvé du pétrole. Nos ingénieurs ont commencé à préparer les machines et je pense que l’on va pouvoir faire vraiment plus de choses avec !

Je me suis portée candidate pour gérer ses machines, je suis super enthousiaste. Bon, j’ai bien vu que certains pensaient que l’allais encore faire plein de pollution ou casser des trucs, mais ce n’est pas mon style !

Jour 40

La première raffinerie est posée. Elle fait une belle fumée bien noire !