Communiqué post-confinement


#1

Bonjour à tous !

A été évoqué rapidement sur discord la volonté de faire un petit communiqué post-confinement, qui critiquerait peut-être la gestion de la crise, mais aussi qui donnerait des leçons à tirer de tout ça, et elles sont à mon avis nombreuses.

Je vous propose de faire par de vos idées/impressions/envies ici. On a blaska, sur discord qui propose de commencer un pad, je ferais en sorte qu’il me le transmette en privé si vous êtes intéressé, vous pouvez bien sûr aller le voir directement, la discussion à eu lieu dans « accueil-aide ».


#2

“j’espère que cette crise changera nos habitudes sociales et hygiéniques et que nous serons plus responsables face à l’epidemie de grippe saisonnière de l’année prochaine : 2x moins de morts ?”


#3

Parler de Bachelot et de son stock de 1 milliards de masque en prévision de H1N1 (2007), du vaccin contre la grippe A (2009), qui a été inutile mais qui était une putain de bonne idée en termes de prévention. C’est comme une assurance : ça sert à rien… jusqu’à ce que ça serve.

Souligner la schizophrénie du maintien du premier tour des élections, par pur calcul politique (les opposants qui veulent profiter de la crise de l’exécutif pour placer des élus + le gouvernement qui ne veut pas donner l’impression de repousser une élection qui leur aurait été défavorable) et de la volonté de ne pas stopper l’activité professionnelle, tout en interdisant d’aller dans des parcs.

Parler de la crise des hopitaux, y compris dans les DROM-COM (pour dire que nous, on les oublie pas) (Edit : Merci Vince pour la correction), qui réclament des moyens depuis longtemps, au moins 2018. Même principe que les précautions de Bachelot : c’est pas quand (voire après le passage de…) la pandémie est là qu’il faut mettre des moyens, faut les mettre avant, tout le temps : on ne sait pas quand une crise sanitaire peut arriver.

Féliciter la transparence des forces publiques sur le nombre de cas, de décédés… encourager le peuple à s’approprier cette transparence.

Voilà, c’est mes idées en vrac, j’en aurai p’t’et d’autres en cours de route.


#4

Pour ma part, il faudrait parler de cela :

et de l’impôt donc :wink:


#5

Aussi oui, et p’t’et en profiter pour glisser un p’tit skud sur les niches fiscales… :slight_smile:


#6

lesquelles niches fisacles ? (le top 25 2020 vu par un courtier par ordre de taux de réduction : https://www.francetransactions.com/impots/top-25-des-niches-fiscales.html )


#7

Bonjour,

je suis nouveau et peut-être pas trop au courant de comment ça se passe. Je suis venu ici en cherchant quel pouvait bien être l’avis et la position des pirates en ce qui concerne les changements nécessaires après la fin “officielle” confinement. Je pense par exemple, que même si les autorités décident d’y mettre fin, ça ne fera disparaître ni le virus, ni l’épidémie, ni ses conséquences sur la société.

Notamment, il me paraît peu vraissemblable que la “fin du confinement” sera soudaine. On va vivre plusieurs mois (peut-être même années ?) pendant lesquels les rassemblement seront encadrés, le port du masque imposé et les voyages strictement limités (par exemple , j’ai l’habitude de me déplacer souvent aux US pour le boulot, et je pense que je peux faire une croix là-dessus pour un bon moment)

Comment faire pour adapter la société ? J’espère que personne ne pense qu’on va reprendre le petit train-train consumériste, par exemple… On risque de subir un énorme chômage de masse, de gros virages identitaires et ou autoritaires, tant de choses qu’on ne peut même pas encore envisager…

Qu’est-ce qu’on va faire ?

Par exemple, ma réflexion me porte à croire que le secteur tertiaire sera forcément obligé de changer fondamentalement la façon de travailler. Plus de télétravail, moins besoin de se déplacer matin et soir, des millions de m2 de bureaux devenus inutiles qui pourront être transformés en logements moins cher et plus spacieux pour faire des espaces de travail dans les appartements, moins de voitures et moins de bouchons, etc…

Pour que ça arrive, on peut imaginer que les pouvoirs publics incitent les entreprises à changer leur organisation… par l’impôt par exemple, en taxant plus les bureaux, en incitant le télétravail, en rendant la connexion par fibre aussi indispensable que le téléphone dans les années 60, en nationalisant toutes ces infrastructures… on peut aussi imaginer qu’enfin, les gens qui font tourner la société, les soignants qu’on applaudit en ce moment, les gens qui sauvent, les gens qui nettoient, les gens qui “passent derrière”, ceux qui enseignent seront plus valorisés que les cadres sup à “bullshit job” (dont je suis)…

J’aimerais bien connaître la position du parti dont je suis fraîchement adhérent là dessus… ou participer au débat. Si ça n’est pas le bon endroit pour parler de ça…


#8

Hello,

Il faudra également reparler de toutes ces lois sécuritaires passées en urgence, des FAI et fournisseurs de services qui balancent de la donnée a la volée et de l’éventuelle application de traçage ou de distanciation si elle existe.

Également de cet espèce de schisme entre tous les smicards qui continuent a travailler sans chefs dans les usines. Pas toujours parce que c’est des héros, mais juste patr ce que la probabilité de crever sans salaires est une urgence beaucoup plus visible.

Je pense (et j’espère) que cela aura un impact (positif) sur la façon de travailler et les relations sociales personnelles et professionnelles.

Je pense que cela aura un impact aussi sur les façons de consommer. Avec par exemple les producteurs locaux qui se mettent au drive ou font des sortes de regroupements en cluster. On avait discuté sur le discord de comment améliorer la consommation / production locale. Je pense que ça peut être un débat intéressant a continuer.

Pour l’instant je trouve encore difficile de se projeter sur la suite car il y a encore tellement d’incertitudes. Notamment sur la durée du confinement qui aura un impact fort sur l’économie. Les relations internationales, l’Europe c’est aussi clairement n’importe quoi en ce moment…

A suivre mais voilà déjà mes premières pensées

++


#9

Nous n’avons pas de position sur la sortie de crise. L’Assemblée Permanente reprend le mois prochain, ce sera le moment d’en parler, mais on peut (et on doit) en parler ici aussi donc oui c’est le bon endroit pour ça.


Du coup, si on veut communiquer sur le sujet, j’y suis très favorable, mais je pense qu’on doit s’employer à lister toutes les atteintes à nos libertés que cette crise à provoqué et tout ce qu’on a pu voir d’abusif se produire, à commencer par les arrestations massives et souvent injustifiées, la suppression du passage devant un juge, et bien entendu, on doit sourcer à fond, donc si vous avez des choses à raconter que vous avez vu passer, c’est le moment d’en parler, on en fera part dans la communication qu’on produira.

EDIT : Je note une idée ici en passant proposée par Farlistener à l’instant : Abrogation des brevets, pourquoi on n’a pas décidé ça ? Pourquoi le gouvernement n’a pas abrogé des brevets pour justement rendre open source tous les dispositifs qui permettent de sauver des vies ?

EDIT à nouveau : On est sur un questionnement au sujet du port de masque interdit dans l’espace public, on gère ça comment ? https://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_interdisant_la_dissimulation_du_visage_dans_l’espace_public

EDIT encore : Et la détention sans juge, on en parle ? https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/04/04/coronavirus-le-conseil-d-etat-valide-la-prolongation-de-la-detention-provisoire-sans-juge_6035548_3224.html


#10

En effet, cela apparaît comme une évidence à nous pirate, mais cette idée semble difficile à faire passer !

Au-delà, et alors que le gouvernement nous a re-confiné au moins partiellement, j’entends ici et là de très nombreuses critiques. Il y a une réalité sanitaire, médicale et donc scientifique implacable qui montre clairement que nos hôpitaux sont submergés par cette seconde vague que certain.e.s tentent de minimiser au nom de leur pseudo-liberté qu’ils ont pourtant vendu il y a bien longtemps au GAFAM. Pour autant, certain.e.s mesures semblent bien liberticides, et si il faut être prudent sur les intentions du gouvernement qui relèvent sans doute bien plus de leur panique et de leur impréparation que d’une volonté réelle de restreindre ad-vitam nos libertés.
Bref, que pensez-vous de l’équilibre nécessaire à trouver pour empêcher celles et ceux qui sont dans le déni de cette pandémie et, celles et ceux qui sont prêt.e.s à renoncer à toutes nos libertés et surtout s’asseoir sur notre démocratie au nom de la lutte contre le virus ?