Censure en France d'un site nazi : position du Parti Pirate


#1

« Les femmes n’ont aucune conscience collective. La problématique des femmes est de grimper l’échelle sociale en se saisissant de toutes les opportunités possibles pour améliorer leur position. Ce qu’elles font en attirant l’attention des hommes de pouvoir, par tous les moyens, pour écraser les autres.»
Ne riez pas, ce n’est pas du second degré et il y a d’autres perles du genre « les juifs sont à l’origine de tous nos malheurs » et les insultes racistes fusent dans tous les sens. Le summum était ÀMHA l’attaque contre les trisomiques.

Bref, il s’agit vraiment d’un site raciste, homophobe, nazi et surtout, qui s’assume ouvertement comme tel. Son nom est démocratie participative, mais vu le contenu, il ne fait guère de doute que cette participation est réservée à la race supérieure, les autres étant des sous-hommes. Sérieusement, ils ont le chic pour pourrir des concepts qui leurs sont totalement antinomiques, mais passons.

Or, ce site vient assez récemment d’être censuré en France. Comme on tient là vraiment une belle pièce, je voulais demander l’avis du PPfreu sur la question : êtes-vous pour ou contre cette censure ?

Ma position est qu’il faudrait pirater le premier amendement de la constitution américaine (ou l’équivalent chez les Suédois), donc que cette censure est malvenue et c’est cette position que le Parti Pirate devrait, selon moi, défendre pour pas mal de raisons comme la contre-productivité de la censure (je ne connaissais même pas l’existence de ce site avant l’effet Streisand), sa facilité à être contournée (Tor, VPN, changement de DNS, changements successifs d’URL comme le site le pratique désormais, versions PDF téléversés à droite et à gauche pour une diffusion inarrêtable, etc.) mais surtout parce qu’une telle censure étouffe le débat et donne le mauvais exemple (on se souvient des vaines tentatives de punir par la loi les négations du génocide arménien, aussi, chacun voulant son exception à soi).

Ceci dit, je doute qu’il y ait un consensus sur le sujet. Il y avait eu une discussion il y a 6 ans sur l’ancien forum et là, on a un cas concret, donc je me suis dit qu’il pourrait être utile de débattre de la question.

PS : Le lien du site devrait être bloqué par les FAI français, mais ceux et ceusses qui veulent y accéder pour savoir de quoi on parle peuvent le faire tellement facilement que je ne vois pas de nécessité à s’étendre là-dessus.


#2

Bonjour à toi, mon ami, ma sœur, celui ou celle que je ne connais pas, mais qui tous les jours peut s’exprimer grâce à moi ou qui voudrait s’exprimer mais qui ne le peut point.

Je t’écris en ce jour parce que je suis fatiguée. Ces derniers jours, tout le monde me martyrise :
Ceux qui abusent de moi pour proférer telle ou telle atrocité ;
Ceux qui veulent me faire taire parce que j’autorise la propagation d’idées subversives ou abjectes.

Je ne suis pas là pour défendre un Dieudonné, un Soral, un Copé, un Valls ou une Le Pen.
Je ne suis pas là pour dire qui a raison ou tort.
Je ne suis pas là pour juger le contenu de leurs paroles.
Mais je rappelle aussi que (et je fais un clin d’oeil à ma soeur Justice) :
Je ne suis pas là pour faire des amalgames ;
Je ne suis pas là pour propager des menaces ;
Je ne suis pas là pour faire étalage de la haine.

Mais je ne condamne pas, je ne veux pas que les gens se taisent. Le Censeur est mon ennemi juré, il force les gens à penser d’une certaine façon, il cherche l’unification de la pensée et, de ce fait, biaise tous les raisonnements. Le Silence qu’il apporte n’a rien à voir avec la Morale mais avec le Pouvoir.

Le Silence, les non-dits entraînent le secret et la fermeture des esprits quand ce n’est pas la fermeture des cœurs. Comment partager, comment changer, comment faire évoluer les esprits si tout ce qui est dit doit être avalisé par le Pouvoir en place ?

Alors toi, Politique, Journaliste, Esprit éclairé, pourquoi veux-tu me faire taire ? Pourquoi me mets-tu face à mon aimée-Démocratie en disant que si je ne me tais pas, elle mourra ? Pourquoi ce chantage affectif ? Pour … quoi ?
Pourquoi as-tu peur de ce qui peut-être dit ? Pourquoi n’essaies-tu pas de comprendre pourquoi cela est dit ?

Si tu veux, je te présente d’autres amies : la Fraternité, l’Education… Tu sais celles que nous sommes en train de perdre parce que malgré toutes nos richesses, nous en sommes à devoir nous battre pour avoir un toit, alors que cette préoccupation ne devrait plus être aussi alarmante à notre époque, dans nos sociétés. Parce que certains nous divisent pour asseoir leur Pouvoir, encore Lui. La Fraternité t’aidera à accepter que nous sommes tous différents, L’Education t’aidera, quant à elle, à construire tes raisonnements mais aussi ceux de ton prochain, te permettant ainsi de véhiculer des idées et ainsi lui faire comprendre ton point de vue, s’il est valable et juste.

Si j’existe, mon ami, ma sœur, c’est afin que :
les gens puissent dire ce qu’ils pensent, quand bien même leurs pensées ne te plairaient pas ;
les gens puissent véhiculer de nouvelles idées, quand bien même leurs idées te heurteraient dans tes croyances ;
les gens puissent choquer avec leurs arts de la langue, de la plume, du pinceau, …, quand bien même leurs œuvres te déplairaient.

Sache malgré tout que je suis de ton coté, car je suis ton arme la plus puissante. Ta parole contre la leur. Contre le Populisme, l’Education. Contre l’Atroce, la Résolution. Si tu veux me supprimer, je pense sincèrement que soit tu n’as pas d’arguments à mettre en face de leurs propos, soit tu es au Pouvoir et tu es dans le camp des Censeurs. Dans tous les cas, pour moi, tu utilises une violence excessive.

Alors je t’en conjure, si tu aimes ma Démocratie autant que moi je peux vous aimer, arrête de vouloir me racornir à cause des dires du voisin. À la place, je t’en prie, argumente avec lui. Accepte le débat. Prouve aux autres que ta façon de concevoir les choses est meilleure que la façon de concevoir de celui que tu considères comme un barbare sans nom.

Et si les masses n’acceptent pas tes propos, dis-toi que tu as tort peut-être. Ou bien que ton combat est rude. Mais si tu veux pouvoir combattre leurs idées demain, fais en sorte qu’ils puissent s’exprimer aujourd’hui, aussi répugnant cela soit-il pour toi.

Bien à toi, avec tout ce que je peux t’apporter,

La Liberté d’Expression


https://partipirate.org/lettre-ouverte-de-la-liberte-dexpression/


#3

Salut, sujet vaste mais qui pour moi, à une réponse très juste dans le texte ci dessus.

Depuis 30 ans on ne discute pas avec les extrêmes et on condamne les paroles.

Cela à comme effet de ne pas contrecarrer dans l’argumentation. Du coup nos politiques de tout bord se sont « ramollis » et ne savent plus quoi répondre mis à part un arsenal juridique qui n’a aucun effet. On combat une parole et pas une idée.

Du coup la liberté de parole à 100% permet d’ouvrir le débat et de combattre les idées et non les paroles.

Et hiérarchiser ce qui doit être dit ou pas par un arsenal juridique peut, le jour où des neo nazis viennent au pouvoir par exemple, leurs laisser une boulevard que nous auront construit nous mêmes.

Pourquoi dire que les chambres à gaz existent si nous avons interdit de dire qu’elle n’existe pas. Voilà le type de chose qui arriver en cas de victoire des extrêmes. Réviser la vérité et ne pas avoir la possibilité de contre dire.


#4

Il y a des sujets qui peuvent être théoriquement intéressant à défendre. J’entends par là la liberté d’expression totale vs la liberté bornée par certains principes de la loi.

On dit toujours qu’il est interdit de nier l’existence des chambres à gaz, et que c’est une restriction de la liberté d’expression. La loi en fait interdit la négation des faits établis par le tribunal de Nuremberg… Ce qui n’est pas tout à fait la même chose.

Maintenant, il est des sujets dont il faut avoir les épaules solides pour les mener et éviter de se faire accoler l’épithète défenseur des nazis. Je pense notamment à Noam Chomsky et son texte qui a servi à défendre Faurisson un peu contre son grès.

Il s’avère que Chomsky a toujours été associé à cette image de négationniste, surtout pour ceux qui voulait le discréditer facilement. Or les débats actuels - on ne peut que le regretter - se gagnent en disqualifiant l’autre et non en répondant à ces arguments de manière rationnelle - il suffit juste de regarder une émission politique… J’imagine même pas comment le PP gérerait une telle image.

Du coup, il serait dommage que le PP tombe dans un piège aussi bien tendu. On peut être d’accord sur une liberté de parole totale, mais on peut juste choisir ses combats pour la défendre, et éviter d’aller aider des gens avec qui on ne souhaite pas être accolés car des forces bien plus puissantes sauront nous le ressortir à un moment ou un autre.


#5

Du coût cela soulève pour la question des fake news ta réflexion.

Prouve moi que j’ai tort : nous vivons à l’intérieur du ventre d’un chien géant.

Si tu ne peux pas prouver le contraire, c’est donc vrai.

Du coup tout devient possible.

Et au delà encore de ça tu prends la mécanique quantique et son mode de fonctionnement, tu émets une hypothèse sur un truc que tu comprends pas et il te reste plus qu’à prouver que ton hypothèse marche pour qu’elle devienne vraie. Et ce mode de fonctionnement à fait avancer les choses super loin parce que le milieu scientifique à alors commencer à remettre en cause les dogmes et ouvert des débats super forts. Du coup imagine si on avait interdit de remettre en cause certains principes fondamentaux par la loi. On serait encore au procès de Galilée. Et la terre est ronde, c’est une idée qui a été débattu, mais interdite au départ, sans débat pas de progrès.

Dans la liberté d’expression cela fonctionne à l’identique, prouve moi que j’ai tort. J’emet Une hypothèse, l’alunissage de 69 est réalisée en studio, prouve moi que j’ai tort. Ça c’est le mauvais côté. La terre est plate, prouve moi que j’ai tort. Galilée l’a prouvé (pas que lui) et on est passé à autre chose.

Donc oui la liberté d’expression à une limite, la bêtise humaine, mais comme dit Einstein : Deux choses sont infinies : l’Univers et la bêtise humaine. Mais, en ce qui concerne l’Univers, je n’en ai pas encore acquis la certitude absolue.

Du coup c’est compliqué d’interdir certaines paroles, hypothèse farfelue ou autre parce qu’au final, cette idée passera par une autre porte, pour le bon comme pour le mal.


#6

Note que même aux États-Unis, la liberté d’expression n’est pas totale. Tu n’as pas le droit d’appeler au meurtre, de diffamer ou de crier « au feu ! » dans une salle bondée. Mais sorti de ça, le premier amendement garantit une protection très forte. Et à mon humble avis, cet amendement est très intelligemment rédigé. Je me permets de recopier la traduction de Wikipédia : « Le Congrès n’adoptera aucune loi relative à l’établissement d’une religion, ou à l’interdiction de son libre exercice ; ou pour limiter la liberté d’expression, de la presse ou le droit des citoyens de se réunir pacifiquement ou d’adresser au Gouvernement des pétitions pour obtenir réparations des torts subis. »

Cette rédaction est largement supérieure à la version c’est libre, mais dans les limites encadrées par la loi du coin, ce qui revient à dire qu’avec le temps des limites s’empileront certes avec les meilleures intentions du monde, mais s’empileront quand même : le racisme c’est mal, hop une exception. La haine, ce n’est pas glop, hop une exception. L’homophobie c’est mal, hop une exception et ainsi de suite.

Donc je ne pense pas qu’on devrait attaquer le sujet sous l’angle de la liberté d’expression totale mais en demandant à pirater le premier amendement de la constitution des États-Unis.

C’est pourtant exactement, précisément ce que c’est : une restriction de la liberté d’expression. Tu peux le prendre par le bout que tu veux, ça ne changera rien au schmilblick, tribunal de Nuremberg ou pas. Ce n’est pas à un État de définir la vérité. Et c’est justement pour cette raison que tu peux prétendre aux States qu’il n’y a pas eu de génocide durant la Seconde Guerre, le premier amendement garantit ton droit à dire des âneries. Et fort heureusement, ces âneries ne rencontrent qu’un écho infime.

Il n’y a pas de piège tant que tu défends la liberté d’expression pour tout le monde, par principe. Si par contre, quelqu’un défend la liberté d’expression des nazis et pas des autres (c’est exactement ce que fera un site comme le si mal nommé démocratie participative qui fait semblant d’oublier le coup du « Ein Volk, ein Reich, ein Führer » ), pas besoin d’un piège, on ne sera pas d’accord.

En fait, il suffit de citer Chomsky : « Je ne pense pas que l’État devrait avoir le droit de déterminer la vérité historique et de punir les gens qui dévient de cette vérité. Je refuse de donner à l’État un tel droit […]. Si vous croyez en la liberté d’expression, vous croyez alors dans la liberté d’expression pour les opinions qui vous déplaisent également. Goebbels était en faveur de la liberté d’expression pour les opinions qu’il aimait… Et Staline était pareil. […] Si vous êtes en faveur de la liberté d’expression, cela signifie que vous êtes en faveur de la liberté d’expression pour les opinions que précisément vous méprisez. Sinon, vous n’êtes pas en faveur de la liberté d’expression. »

Non, les principes ne doivent pas être à géométrie variable. N’empêche que je comprends la crainte que peut inspirer un lynchage médiatique. La seule solution que j’entrevois, c’est de bien comprendre ce qu’on défend, de rester fermes dans les principes et de ne pas plier. Comme le disait je ne sais plus qui, la vérité ne triomphe jamais tout de suite, mais ses adversaires finissent par mourir.

Pour finir, je ne connaissais pas le billet d’humeur posté par Farlistener, mais il me convient parfaitement. S’il représente le consensus au sein du PP, il faudrait voir comment il pourrait être intégré dans le programme mais n’étant pas adhérent mais juste sympathisant, mon rôle s’arrête ici.