Affaire Mila : Liberté d'expression, liberté de blasphème


#1

Bonjour

J’imagine que vous êtes tous au courant de cette affaire qui s’est déroulée récemment en France.

Une jeune femme, Mila, 16 ans, ouvertement lesbienne, était en train de faire un live sur sa passion, le chant, quand un homme a commencé à la draguer de manière très insistante.
Elle l’a recadré, ce qui a l’a énervé, il s’en est donc pris à elle en l’accusant de racisme et d’islamophobie.
Excédée, elle a ensuite publié une vidéo où elle commence par dire qu’elle déteste la religion et en particulier l’Islam qu’elle considère comme une religion de haine.
Suite à ça, elle a reçu un flot continu d’insultes, de menaces de viol et de menaces de mort, son adresse a été envoyée, elle a été déscolarisée car en danger et ne peux plus aujourd’hui mettre le pied dehors.

A ce jour, les seuls personnalités publiques (politiques) qui ont pris sa défense sont des membres du RN ou de la droit islamophobe qui revendiquent, comme on pouvait s’y attendre, le droit de faire valoir leur islamophobie. Le silence des autres partis politiques est assourdissant.

On touche ici à une liberté fondamentale qui est la liberté d’expression. On touche également à un autre problème qui est la haine sur Internet, mais pas la haine vis-à-vis d’une religion, non, on parle ici de la haine qui est tournée vers une jeune femme qui a fait l’erreur de, en voulant se défendre suite à une agression (de la drague insistante sur un live avec un recadrage à la clé et qui donne lieu à des insultes, j’appelle ça une agression), blasphémer.

Je crois qu’on doit en parler.
Notre parti politique prône la liberté d’expression, parmi les libertés individuelles il s’agit d’une liberté fondamentale.
J’ai peur que cette jeune femme soit définitivement récupérée par le RN, que ce soit la seule entité politique qui ose se positionner de manière ferme sur la question de la liberté d’expression.
J’ai peur qu’il se passe quelque chose de grave, d’irreversible.
Pour tout ça, je vous ouvre ce fil et j’espère que vous aurez le courage d’aborder avec moi cette question.
J’aimerais prendre position sur ce sujet, et j’aimerais le faire de la manière la plus intelligente et la mieux argumentée possible.

Merci pour vos réponses


#2

Alors déjà pour moi on va clore le chapitre qu’elle serait coupable d’une incitation à la haine :

Hop là ça c’est fait, donc oui elle avait le droit de dire ce qu’elle a dit.

En fait on se retrouve toujours dans la problématique de l’identification et des glissements sémantiques :

  • Tu fais de la merde => Tu veux comprendre que tu es une merde
  • Ta religion dit de la merde => Tu veux comprendre que tu es une merde

En l’occurrence ici toutes les attaques qu’elle a subit depuis sa sortie prouvent qu’elle a raison. Où sont les soit-disant paix et amour prônés par l’Islam “parce que non vous vous trompez” ? Pas ici en tout cas.
On parle ici de l’Islam parce que sa communauté est connue comme étant LGBTphobe mais ça n’empêche pas de la mettre dans le même sac que le christianisme et les autres religions (oui oui les bouddhistes aussi peuvent être racistes, violents et islamophobes …), religions qui s’appuient sur de la morale et des connaissances qui ont plus d’un millénaire, quand on sait qu’électromagnétisme moderne n’a qu’à peine 150 ans. Elle est où l’humilité des croyances face aux changements apportés par la connaissance ? Bah a priori dans le cul de Dieu.

On le voit bien que les religieux de tout bord sont LGBTphobes, d’ailleurs c’est l’un des rares sujets où ils sont tous d’accord :

  • Pas de mariage pour tous,
  • Pas de PMA,
  • Pas de GPA,
  • Pas d’avortement,
  • Pas de suicide…

Bref, les religions sont un carcan moral dépassé et si l’on peut dire que le capitalisme est un système mortifère, que le communisme une boucherie, que l’écologie politique un dogme suicidaire, je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas dire que les religions véhiculent des messages de haine et que ceux qui disent qu’elles prônent paix et amour expurgent facilement la moitié de leur Livre de tous les passages de mort, de haine, de racisme, d’esclavage autorisé, … au final qui mentent ou se voilent la face.

Cela ne veut pas dire qu’un croyant est automatiquement un connard LGBTphobe, il a juste un carcan moral qui l’incite à l’être et c’est son libre arbitre qui lui permet de choisir d’accepter le tout ou effectivement de prendre que les messages positifs de sa religion. Et c’est la différence entre critiquer une religion, dire que c’est de la merde et dire qu’il faut brûler tous les croyants parce qu’ils pensent de la merde. C’est fondamentalement différent.

Ne pas prendre parti au final pour Mila est une faute morale. Pas parce que c’est une femme, pas parce qu’elle est jeune, pas parce qu’elle est queer et lesbienne. Mais parce qu’il est fondamental qu’on puisse critiquer, et qu’en tant que pirate cela fait partie de notre ADN :

I – Les Pirates sont libres.

Nous, Pirates, chérissons la liberté, l’indépendance, l’autonomie et refusons toute forme d’obédience aveugle.
Nous affirmons le droit à nous informer nous-mêmes et à choisir notre propre destin.
Nous assumons la responsabilité qu’induit la liberté.

III – Les Pirates ont l’esprit critique.

Nous, Pirates, encourageons la créativité et la curiosité. Nous ne nous satisfaisons pas du statu quo. Nous défions les systèmes, traquons les failles et les corrigeons. Nous apprenons de nos erreurs.

VI – Les Pirates sont solidaires.

Nous, Pirates, respectons la dignité humaine et rejetons la peine de mort. Nous nous engageons pour une société solidaire défendant une conception de la politique faite d’objectivité et d’équité.

VIII – Les Pirates sont équitables

Nous, Pirates, luttons pour l’égalité entre les personnes, sans considération de genre, de couleur de peau, d’âge, d’orientation sexuelle, de niveau d’études, de statut, d’origine ou de handicap. Nous militons pour la liberté de s’épanouir.

Bref


#3

Je crois qu’il y a trois volets à discuter ici.
D’abord, est-ce qu’on a un positionnement clair sur les propos de Mila ? Personnellement ce qui a été écrit par @Farlistener , @Florie et d’autres juste avant me convient très bien, à savoir un soutien sans ambiguïté à cette jeune femme qui exerçait sa liberté d’expression dans le plus strict respect des limites imposées à cette liberté. Elle n’a formulé absolument aucun appel à la haine envers une communauté, mais une critique directe envers un dogme religieux.

Ensuite le point, soulevé par @Florie , est de ne surtout pas laisser le monopole de la défense de Mila au RN (pour le dire vite). Là aussi, je suis entièrement d’accord avec ce qui a été dit.

Enfin, ça serait aussi super d’avoir des propositions au-delà de la condamnation, de ce qui nous semble adéquat pour que Mila retrouve une vie normale. C’est un problème difficile qui ne peut pas se régler à coup de protection policière à mon avis.
Aussi pour éventuellement corriger les failles qui existent dans notre système qui permettent qu’un tel évènement ait lieu. Là par contre je n’ai pas vraiment d’idée car c’est, à mon sens, un combat qui doit être culturel plutôt que basé sur la loi. Sachant que la loi est déjà très claire sur tout ça puisque la procédure contre Mila a déjà été classée sans suite.

Pour terminer, je crois, du point de vue de la pure communication, qu’il serait avisé de préciser que le PP n’a pas vocation a réagir à la dernière polémique qui enflamme les réseaux sociaux (comme le font souvent les autres partis) mais que la situation est ici très grave et implique désormais les propos de la ministre de la justice, ce qui justifie une réaction du PP, réfléchie et concertée.


#4

Les propos de la ministre en question dans la vidéo dans le tweet (le tweet en lui même lui enlève tout intérêt) :


#5

du coup j’ai bien aimé ce petit cadrage gratuit sur l’intervention de la ministre


#6

Je vais rajouter un truc. Ça serait bien qu’on puisse faire à tout le moins une petite communication officielle, car le silence est tel qu’on serait audible.


#8

C.Viktorovich résumé bien mon avis sur la question :


#9

Justement, c’est un peu facile de ne pas prendre parti. Surtout que Clément V. est plutôt du genre à s’indigner pour pas grand chose… En plus d’être lâche, cette position est une diversion pour ne pas affronter le problème du rapport de la religion avec la femme.


#10

Ce n’est pas ne pas prendre parti dont il s’agit. C’est refuser l’injonction à prendre parti entre deux positions extrêmes d’identification brute et pure.