Reflexion ecolo : stockage de l'energie


#1

J’ai récupéré sur facebook les réflexions d’un ami qui bosse chez EDF. Il aborde 5 points lié à l’écologie. Je pense que ce sont de bonnes pistes de réflexions qu’il nous faudrait creuser pour éventuellement intégrer à notre programme.

Quand on parle énergie, il y a toujours plusieurs visions, certaines technocratiques, financières pures. D’autres écologiques et pleines de sens. Certaines qui veulent un retour en arrière qu’il n’est, m’est avis, pas possible à penser pour un monde si dépendant de technologies.
3) Relançons la recherche sur les moyens de stockage de l’énergie électrique - les barrages ne suffiront pas et posent le problème que les demandes d’énergie de certaines régions ne pourront pas être adaptées à cette solution - que l’ont peut d’ailleurs rendre plus efficace…

Le stockage de l’énergie : oui ? non ? Pourquoi ? Comment ? Existe-t-il en France (ou en Europe) des entreprises (ou des États (hahahah… :expressionless:)) qui font de la recherche dans ce domaine ? Existe-t-il déjà des batteries efficientes grand public ? Elon Musk avait présenté un “mur” de batteries, pour fournir de l’énergie a des maisons privées. Qu’en est-il ?


#2

C’est pas pour toute suite. Le stockage d’électricité par batterie c’est tout pourris et ça consomme des métaux rares qui viennent de pays du tiers monde (ça pollue et ça fait des guerres), les bobines de supraconducteurs il y a encore pas mal de boulot, les condensateurs, pareil, le piles à combustible, ça a pas un super rendement (surtout pour la durabilité, la production et le stockage de H2). Un des seuls stockages utilisés (à grande échelle), c’est en cas de surproduction d’électricité de pomper de l’eau dans les vallées pour la remonter dans les barrages :stuck_out_tongue_winking_eye: (rendement pas top, vous vous en doutez).

Sinon, oui, il y a des recherches en cours sur toutes les techniques que j’ai cité (plus des truc bizarres du genre gonfler des ballons sous des lacs)

Le gros du boulot dans le domaine de l’énergie en ce moment, c’est de construire un grand réseau des pays scandinaves jusqu’au Maghreb pour échanger du courant et mieux répartir la production (l’heure des pics de consommation dépendent des pays)


#3

Le stockage est effectivement la grande recherche des futures décennies…

La scénario notamment Negawatt suppose que l’on capable de faire du power to gaz : transformer une production électrique à un moment t en gaz (H2) via de l’élec pour la rebruler quand on en a besoin… Cette techno aujourd’hui n’est pas mature (nécessite de matériaux résistants à hautes températures) et le rendement inconnu… Mais typiquement tous ces scénarios Ademe/negawatt ont des limitations techniques que l’on ne sais pas aujourd’hui résoudre…

Concernant les Step (barrage aval/amont) il n’y a plus trop de sites dispos en France pour le faire. La Norvège le fait avec l’electricité danoise pas cher des éoliennes… pour le revendre l’élec au plus cher quand le danemark n’a plus de vent…

Après sur l’interco Magrheb/Europe, les dernières news ne sont pas bonnes et pas forcément pour des raisons technos mais des raisons politiques. Quel politique souhaiterait rendre l’Europe dépendante du Maghreb pour son élec ?

Bref sur le stockage de l’énergie, il en faudra… mais la meilleure des solutions c’est de baisser la conso


#4

Amen!! Là,effectivement, on a de gros gros gros progrès à faire.


#5

Le problème est technique/économique aussi : transporter du courant sur de telles distances est relativement absurde en terme de déperdition (plusieurs milliers de km de désert+ plusieurs milliers de km de mer). Les calculs faits par Desertech étaient largement sous-évalués en ce qui concerne les coûts.

De plus, à titre personnel, je pense que le Maghreb devait utiliser cette énergie pour lui-même. Le pétrole de l’Algérie ne sera pas éternel. Investir dans un projet de transfert électrique de cette envergure pour finalement priver des territoires d’une ressource dont ils auraient besoin pose des soucis, non seulement en termes humains mais également en termes de stabilité politique.

Bref, pour revenir à la question du stockage : en Allemagne tu as pas mal d’université et de centre de recherche mobilisé sur la question. Pour les germanistes, je vous renvoie à ce site : http://forschung-energiespeicher.info/

Et le MIT creuse aussi de son côté la question : http://web.mit.edu/mit-mi-cp/research/projects/flagship07.html

Pour finir, +1 avec l’idée de faire d’abord un gros travail sur la définition de nos besoins et d’agir aussi sur la demande et pas seulement sur la production/stockage d’énergie.


#6

Pile or not to pile, that is the question ! :smiley:

Sinon, si on doit réfléchir à intégrer un truc à ce sujet à notre programme c’est ce qu’a très justement rappelé @clement : [quote=“clement, post:3, topic:3775”]
baisser la conso
[/quote]


#7

Step les step c est pas mal, et les centrale solaires par concentration. DIRE qu on était leader…


#8

Pour le stockage local, pas mal de technos en devenir. Pile à lithium au top pour les voitures mais polluant et efficacité diminue. Stockage dans des électrolytes circulant, pile à hydrogène, et envoi d’hydrogène dans réseau de gaz. On est pas mauvais côté recherche. (On a 2,3 des 10meilleurs chercheurs au monde sur le sujet) et côté industrie (Saft, Bolloré). Avenir pour moi= mini prod en local et interconnexions en national. Grosse problématique de big data et de fichage de données (compteur «intelligent»). Je peux faire des fiches sur le sujet si vous voulez.


#9

Je prends, avec plaisir


#10

Penser Énergie mécanique, car toutes ces technologies, posent soucis au niveau des mines et minerais rares lithium et platine etc. STEP avec microbarages, énergie comprimée cf mdi et son superconcept micro-usine delocalisable, ( ce qui enlevé de l absurde au travail ouvrier fordisé,puisque l artisant voit son oeuvre de bout en bout). Énergie avec les volants mécaniques en béton! Et là il y a du stock :-)( énergie cinétiques)


#11

Pour lithium, pas trop de souci, et ça peut être remplacé par sodium a terme. Non, le problème des terres rares est plus important car nécessaire aux aimants pour fabriquer les turbines. Recyclage problématique en plus. Niveau énergie, c’est un peu choisir entre un mauvais choix et un choix pire. :smiley:


#12

Je m’y mets. :smiley::muscle:


#13

Pour le néodyme il me semble qu il peut être fabriqué par nucleosynthes.

Envoyé de ProtonMail mobile

-------- Message d’origine --------
On 9 sept. 2017 17:39, SylvainG a écrit :


#14

Bjour,

pourquoi se focaliser sur le stockage (hormis pour les moyens de déplacement) ?
il y a des formes de mouvements perpétuels qui pourraient absorber le surplus, comme des pompes qui remplissent des réserves d’eaux qui lorsqu’il y a besoin sont relâchées pour faire tourner des turbines.


#15

Le problème c’est que le mouvement perpétuel n’existe pas ; il y a toujours des pertes. Plus tu fait de transformations (ici on a deux conversion : électricité —[pompe]–> énergie potentielle —[turbine]–> électricité), plus tu as de pertes et à la fin tu te retrouve avec une très faible fraction de l’énergie vraiment récupérable.
Si tu as un gros surplus d’énergie comme EDF la nuit qui peut pas arrêter ses réacteurs nucléaires (et qui a déjà des barrages avec turbines), c’est toujours ça de gagné. Mais si tu veut créer un modèle “renouvelable”, il faut faire en sorte que les coûts énergétiques de production de tes générateurs d’électricité (éolienne, panneau solaire,…) + de tes moyens de stockage (pompes + barrages + turbines) + du gaspillage d’électricité dues au stockage soient très supérieurs à l’énergie produite par ton système. Sinon, ça vaut pas vraiment le coup écologiquement parlant…


#16

oui le sodium :grinning::wink: tre.s. bonne avancée ,toujours au top nos alchimistes


#17

A ne pas confondre avec le bicarbonate, bien sûr. :stuck_out_tongue: nudge nudge @bouletcorp


#18

Oui le sodium solide ça aime moins l eau… Mais y a du stock! Voir l énergie qu il faut pour le fabriquer

Envoyé de ProtonMail mobile

-------- Message d’origine --------
On 27 nov. 2017 09:29, SylvainG a écrit :


#19

Effectivement les volants d’inertie c’est une solution en plein développement (il sont plus en béton, cela dit). Dans les biomasses aussi il y a plein de choses à faire.
En plus des pertes liées aux déplacements il faut aussi considérer les pertes liées à la transduction (passage d’une forme d’énergie à une autre), on est encore dans le tout électrique alors qu’on a plus besoin de chaleur et d’énergie mécanique.


#20

Bjour,

au sujet de volant d’inertie personne n’a encore essayé d’utilisé les secousses sismiques ?