Reflexion ecolo : ferroutage


#1

J’ai récupéré sur facebook les réflexions d’un ami qui bosse chez EDF. Il aborde 5 points lié à l’écologie. Je pense que ce sont de bonnes pistes de réflexions qu’il nous faudrait creuser pour éventuellement intégrer à notre programme.

Quand on parle énergie, il y a toujours plusieurs visions, certaines technocratiques, financières pures. D’autres écologiques et pleines de sens. Certaines qui veulent un retour en arrière qu’il n’est, m’est avis, pas possible à penser pour un monde si dépendant de technologies.

  1. On veut arrêter la pollution des voitures - passer au tout électrique. Alors soyons logique et continuons le raisonnement : passons aussi au transport par voie ferroviaire le plus possible, diminuons les transports par camion sur les longues distances et évitons tant que faire se peut les transports aériens et par voie maritime.

Le ferroutage : oui ? non ? Pourquoi ? Comment ? Comment concilier notre combat pour les circuits courts et pousser au ferroutage ?


#2

On peut (doit ?) penser le transport comme un bien commun et, je ne vais pas le cacher, on peut le penser à travers des automates au service de la société (sachant que les constructeurs de camions ont déjà testé l’automatisation et que ça fonctionne très bien).

Pour moi le principe serait effectivement d’utiliser le réseau de chemin de fer (et on a un réseau assez dense) pour la longue distance, et pour la desserte locale passer à la route en mode automatisé.

Il faut à mon sens du coup tester l’hyperloop, promis par Elon Munsk, comme alternative même du chemin de fer, plus avantageux sur son empreinte au sol.


#3

Bjour,

du temps du forum j’avais causé du fluvial,on dispose du 1er réseau européen, qui devait être développé avec la liaison Rhin /Rhône et Seine /Escaut le 1er projet a été enterrer et l’autre est toujours en cours …

voila le tableau comparatif:
http://www.cnba-transportfluvial.fr/images/thumbnails/images/images/05_schema_cout_transport_v2-648x415.jpg


#4

Premièrement, il faut bien différencier le fret ferroviaire et le ferroutage. Le ferroutage désigne uniquement le transport de camions sur un train, qui est en fait composé de 2 catégories, le ferroutage d’obstacle (Eurotunnel) et le ferroutage longue distance (plus de 1000 km).

Concernant le fret ferroviaire, je vous conseille cet article :
http://www.fakirpresse.info/le-rail-sacrifie

Pour les circuits courts, effectivement le train n’est pas forcément le meilleur choix mais il y a forcément des marchandises qui font de longs parcours, donc promouvoir les circuits courts et le fret ferroviaire ne me semble pas incompatible.

Concernant, la conduite automatique de camions, j’y crois moyen, déjà on a toujours pas réglé le problème de la motorisation non polluante, les camions électriques aptes à la longue distance n’existent toujours pas.
Et surtout, le seul moyen de transport entièrement automatique aujourd’hui est le métro avec le critère le plus important, c’est que la ligne soit entièrement protégée des intrusions, ce qui est bien sûr impossible sur route, ou alors il faut un conducteur qui est prêt à reprendre les commandes à tout moment, ce qui réduit à néant l’intérêt. Il existe des métros entièrement automatique mais avec une présence humaine, où l’intérêt est que l’automatisme permet des fréquences de métros bien meilleures que l’humain qui n’est pas totalement constant dans son attitude.
De plus, si on admet que le camion est seulement pertinent pour faire des courts trajets, l’automatisme n’a plus d’intérêt sur des courtes distances.

Bon ça répond pas vraiment à la question “comment concilier le ferroutage et les circuits courts” mais c’est pas parce qu’on a rien à dire qu’il faut fermer sa gueule :slight_smile:


#5

Il y a des projets pour équiper des camions de moteurs électriques et de rajouter des caténaires sur le plafond des tunnels.

Le principal problème du ferroutage, c’est qu’il faut deux camions pour 1 benne qui prend le train (1 cabine avant le train et une pour après le train) et que le pilote est payé lorsqu’il ne conduit pas (ou pas).


#6

Alors franchement, non, croire ou pas n’est pas la question.

N’est pas le problème dans l’automatisation, c’est un autre problème. (Sachant que si tu mets des camions automatiques, tu peux avoir des économies avec la qualité de la conduite voire avec l’aspiration entre les camions)

Va dire ça à Volvo qui développe aussi du Camion Poubelle automatique.

Alors justement si on a deux camions aux deux bouts, pas besoin de le payer ou qu’il soit présent durant le transport ferroviaire. Ensuite, c’est seulement parce qu’on veut ENCORE mettre des gens au volant qu’il faut des “pilotes”.

Ce qu’il faut voir aussi là dedans, c’est qu’il va y avoir une disruption massive entre ceux qui auront des camions et ceux qui n’en auront pas. Les camionneur-e-s sont amenés à disparaître comme les chauffeurs de taxi.

Bref


#7

Entre les annonces et la réalité il y a un grand pas.

Pour Mercedes : “Dans chacun d’eux, un chauffeur était prêt à reprendre la main en cas de problème.”
Pour Volvo : c’est un site fermé et contrôlé, et ça ne contredit pas ce que je disais

J’ai jamais dit que techniquement c’était impossible, mais pour qu’une technologie soit mise en place, le techniquement possible n’est pas suffisant, il faut que ce soit économiquement viable et politiquement acceptable.
Il y a des villes qui ont gardé les conducteurs dans le métro pour éviter un conflit social alors que techniquement le métro est complètement autonome.

Il est automatique que pour les manœuvres à 5km/h et sur la vidéo il y a un éboueur qui supervise et qui peut reprendre le contrôle en cas de besoin, donc pas grand chose à voir avec le transport de marchandise

Taxi autonome à Tokyo : “Notons toutefois que selon de nombreux spécialistes du sujet (dont Honda), il ne sera pas possible de se passer complètement de chauffeur avant 2025…”

Je suis pragmatique, je crois que ce que je vois.
Je pourrais citer plein de chose techniquement possible mais qui n’existe pas dans la réalité ou de façon marginale.

Et je répète, on a toujours pas de solution pour une propulsion propre et viable pour les camions/voitures (et mettre des caténaires sur les routes, ça coûte très cher, ça serait très compliqué et en plus ça ne résout pas le problème de la production d’électricité).


#8

C’est pourtant simple !:smile:
plus de camion qui puisse circuler sur une distance supérieure à 50 km de sa base, hormis certain transport spéciaux et les régions pas ou mal desservie par le rail ou le fluvial,hé… oui j’y reviens, 1 moteur diesel de 400cv peut déplacer de 12 à 14 camion de même puissance pour le plus petit automoteur fluvial !


#9

Un autre problème des camions sur route ce sont aussi l’usure des routes, et les camions usent beaucoup plus les chaussées que les trains les rails et quand on sait avec quoi on fait les routes, le ferroutage est pas forcement une mauvaise idée…
On parle d’user jusqu’à 10 000 fois plus qu’une voiture.

Et je croit pas que ce coût là soit indiqué sur le graphique en terme de coût externe (peut-être est-ce le cas…)

Quand aux camions autonomes, je reste très perplexe, comme les voitures sur les soucis de sécurité informatique et de responsabilité qu’il y a derrière…


#10

D’une manière générale, au delà du seul ferroutage, si on est écolo on favorisera la réhabilitation des rails pour le développement du tram, du train local et du tram-train. Je suis pour, comme @Farlistener, considérer les transports en commun, le rail notamment, comme un bien commun.

Pour le ferroutage, je vous invite à voir ce qui se passe autour du Grand Projet Inutile Lyon-Turin, le ferroutage c’est bien, mais pas toujours, donc pas sure que ce soit si pertinent d’en faire de suite un point de programme. A mon humble avis, il faut plutot étudier le cas par cas mais privilégier ce mode de transport plutôt que la voiture me semble déjà tout à fait raisonnable.


#11

Je viens ajouter mes 5cents.

Je ne vois pas en quoi ça pose problème, les camions existent déjà, étant moins necessaire pour les grandes distances ça n’entraînera pas une augmentation du nombre de camions nécessaires.

Il faut d’après moi privilégier le ferroutage pour les points suivants (vous l’avez déjà dis) :

  • Moins vecteur de pollution/accident.
  • Moins d’impact sur la voirie (nids de poules).
  • Décongestion des rocades des grandes villes.
  • Le réseau français le permet (les gares sont les plateformes multimodales les mieux développées)

Je vois bien la chose comme ça :

Les deux entrepôts seraient intégrés aux gares et le camion jaune serait remplacé par le ferroutage.
Ensuite pour la liaison Entrepot-Magasins et Usine-Entrepot il faut favoriser les transports mois polluants.

Enfin j’aimerai rebondir sur un questionnement de @Relf

L’un n’empêche pas l’autre, les circuits courts doivent remplacer certains circuits classiques, mais ne pourront pas tous les remplacer.