Programme Municipales 2020 : Culture


#1

Site Vie Publique :

Dans le domaine culturel, la commune crée et entretient des bibliothèques, musées, écoles de musique, salles de spectacle. Elle organise des manifestations culturelles.

Question : Quelle est la place que les Pirates accordent à la culture dans la gestion d’une commune ?


Déjà sur le pad, à sourcer et développer :

  • Ouverture des médiathèques municipales le samedi, au moins le matin

  • avec des agents municipaux pour les villes de plus de X habitants

  • tenu par des volontaires/des parents/des jeunes pour les villes de moins de X habitants


#2

Tout dépend de la taille de la commune et de son patrimoine à disposition je dirais, à minima

  • favoriser la lecture publique, l’accès aux savoirs pour la jeunesse mais pas que.
  • favoriser la découverte du patrimoine local au travers du développement du tourisme industriel et artisanal. Découverte des métiers en lien avec les thématiques de l’enseignement et les sorties scolaires

il y a aussi ces phrases que j’aime bien:

  • démontrer que la créativité n’est pas une fonction du génie artistique ou d’un statut auto-proclamé mais qu’elle a son origine dans le principe de « réalisation de soi » et dans une vision pluraliste de l’art.
  • promouvoir un partage avec les habitants et non décider d’une « offre culturelle » qui leur serait imposée
    https://www.cairn.info/revue-l-observatoire-2008-1-page-22.htm

#3

En concret : ouverture des médiathèques municipales le samedi, au moins le matin, avec des agents municipaux pour les villes de plus de X habitants et tenu par des volontaires/des parents/des jeunes pour les villes de moins de X habitants

(L’idée derrière est : peut-être que les plus petites communes ont moins d’agents pour faire ces heures en +)


#4

Je pense qu’on pourrait aller encore plus loin avec les médiathèques (dans le cas où il y a une médiathèque).
Bon je vais prendre l’exemple de ma ville de naissance parce que le maire à été plutôt loin dans le développement de la médiathèque.
Déjà pour cadrer la situation c’est une ville de 2800 habitants, la médiathèque est ouverte 4 jours dans la semaine (demie journées environ) et elle est tenue par une employée et une trentaine de bénévoles.

Ce qui est proposé dans la médiathèque de ma ville :

  • la consultation sur place des livre/dvd/magazines est libre et gratuite.
  • Wifi gratuit, avec une zone ou il est possible de venir avec son ordinateur par exemple.
  • ordinateurs mis à dispositions gratuitement.
  • Adhésion et emprunt de tout type d’objets proposés : livres, dvd, jeux de société, jeux d’extérieurs, jeux de consoles … est complètement gratuit.
  • organisation de divers ateliers artistiques gratuits.
  • ateliers/cours d’initiation à l’informatique disponibles moyennant une adhésion à l’année (20€/personne ou 30/famille).
  • Groupe de joueurs sur consoles et pc dédiés aux jeux en réseau (adhésion : 10€/personne).

(Vous trouverez quelques infos ici : https://www.crevin.fr/jeu-2-mots/ et je vous laisse un article de presse sur l’augmentation d’inscrits, la médiathèque compte aujourd’hui plus de 1000 personnes : biblioeuropresse20190819105312.pdf (138,4 Ko))

Ce que je pense pourrait être repris comme idées :

  • généralisation de la gratuité de la consultation, de l’adhésion et de l’emprunt dans les médiathèques.
  • généralisation de la mise en place d’un accès wifi gratuit et d’une zone permettant l’usage d’appareils numériques dans les médiathèques.
  • mise en place d’ordinateurs équipés de logiciels libres en libre service dans les horaires d’ouverture des médiathèques (pourquoi ne pas proposer un nombre en fonction du nombre d’habitants ?).
  • la mise en place d’ateliers / formations au numérique en favorisant les logiciels libres (j’ai vu que ce point était déjà dans le programme mais il serait bien de préciser la médiathèque comme outils/lieu).

Je vais essayer d’intégrer ces différents idées/points dans le pad dans la partie culture.


Programme Municipales 2020 : Numérique
#5

Je ne suis absolument pas d’accord avec la gestion des médiathèque par des bénévoles. Le métier de bibliothècaire est un métier a part entière, les bibliothècaires sont formés et leur boulot ne consiste absolument pas à ne faire que de l’accueil et des prêts…Aurait on l’idée de demander des benevoles pour faire la comptabilité de la commune ou demander a des citoyens de faire le ramassage des ordures ménagère de manière gratuite et bénévole…La culture à un coût mais pas de prix,et ce n’est pas parce qu’une vieille aime la lecture qu’elle pourra remplacer un professionnel…Si c’était le cas , j’ai 3 enfants donc je pourrais faire instituteur ou professeur des écoles.


#6

Je suis totalement d’accord avec toi,

Mais malheureusement, la réalité est toute autre, je prend l’exemple de ma ville, 3000 habitants, dans la campagne du 77, penses tu vraiment que la mairie a les moyens, et que la mediatheque a l’affluence nécessaire pour embaucher une bibliothécaire professionnelle à plein temps ?

Je suis parfaitement d’accord, dans de “grosse mediatheque”, la bibliothécaire est indispensable, et ayant été un vrai rat de bibliothèque dans mon enfance, je suis conscient de ce qu’elle ont put m’apporter.

Mais dans des “petites mediatheque”, j’ai bien peur que ça ne soit juste pas possible. Aussi bien du fait de la faible affluence, que du manque de moyen de la commune.
Donc la solution des bénévoles (ou des agents municipaux) , qui au fil du temps connaissent la bibliothèque et ces livres comme leurs poches me paraît enviable à pas de mediatheque du tout.

Voilà mon humble avis de campagnard :slight_smile:


#7

Je rappelle que c’est un critère de recrutement : https://vocationservicepublic.fr/devenir-enseignant-sans-master-c-est-possible


Pour le reste je suis d’accord avec @Dadourlou, il faut voir la capacité de recrutement et la densité de la zone à desservir.


#8

Attention Deeoon n’a pas parlé d’inclure un principe de bénévolat dans ses propositions, il en parlait comme d’un exemple pour sa ville de naissance.

pour la mise en place de formation au numérique il y a les points d’accueil numérique et espace public numérique http://www.netpublic.fr/net-public/espaces-publics-numeriques/presentation/

Il y a ce mémoire qui est bien : https://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/notices/65114-accompagner-les-citoyens-dans-l-acquisition-d-une-culture-numerique-le-role-des-bibliotheques-de-lecture-publique-dans-la-formation-au-numerique

Notamment de la page 50 à 61 avec la liaison entre epn et bibliothèque


#9

Dadourlou: c’est bien pour cela qu’il ne faut plus entrevoir les mediathèques par le petit bout de la lorgnette communale, et davantage axer sur les interco, qui permettent d’avoir une vision d’ensemble dans la politique documentaire, notamment lors des aquisitions, cela eviterait par exemple d’avoir 3 fois le meme titre dans 3 bibliothèques de communes de 2000h distantes de 10 km…;sachant que la moyenne de frequentation nationale est d’environ 15% cela ferait des économes d’echelle sur le materiel , et non sur le personnel, qui lui aussi pourrait etre tournant…(exemple : reseaux des bibliotheque vallée de la creuse)…
Dans certains cas , mieux vaut aussi rien du tout , plutot qu’un dépot de livres défraîchis, bon pour le desherbage, , qui décourage la lecture , plus qu’elle ne l’encourage…
Voila mon humble avis d’adjoint territorial du patrimoine, responsable d’une médiathèque en milieu rural dans une commune de 1400h (comme quoi c’est une volonté politique ou non , d’avoir des professionnel formés en milieu campagnard)


#10

Farlistener, sans master et avec 3 enfants il te faut le concours…sinon essaie de t’inscrire sur le Siaten, ta candidature sera prise en compte, mais tu risque fort de ne jamais etre appelé…
Et quand tu dis:

je réponds que ce n’est pas parceque tu vis à la campagne que tu as moins le droit d’avoir un service public de qualité sous pretexte qu’il n’y a pas assez d’argent, c’est une rupture dans l’égalité des chances…tout est une question de priorité, si il y a du fric pour le feu d’artifice ou la fete à l’andouillette, il doit y avoir du fric pour la culture


#11

Je suis, mais alors parfaitement d’accord avec toi, surtout sur le fait de travailler en Interco et avec les villes voisines.

Mais nous parlions du personnel de ces mediatheques. Dans la mediatheque dont tu as la charge, et dans les mediatheque environnantes, est ce qu’elle sont toutes gérer par des bibliothécaires professionnelles ?
Si j’ai bien compris, le personnel pourrait lui aussi être tournant, dans ce cas, qui les paierais ? Et comment s’arranger pour les horaires de week-end par exemple ?

Ce sont des vraies questions de curiosités, je ne suis pas du tout un expert du domaine, j’aimerais donc ton avis (qui m’a l’air bcp plus renseigné) s’il te plaît.

Ps : C’est vrai que le sujet des Interco n’as, je crois, pas encore été abordé, je ferais ça demain, merci beaucoup :slight_smile:


#12

Si je prends l’exemple du sud Touraine qui est très rural, non toutes les bibliothèque ne sont pas toutes gérées par des professionnels, chacune dépend de sa commune, mais il y a des reseaux qui se sont formés , grace a la bibliothèque départementale d’Indre-et-Loire (BDT).
C’est pas facile à clairement tout expliquer, mais je vais essayer de faire simple: La BDT à 3 Antennes (Tours, Loches, Chinon), ces 3 antennes ont du personnel payé par le département, et la mission de la BDT est de promouvoir la lecture publique et de developper les structures…perso je depends de l’antenne de Loches , mais pas directement, car il y a aussi un système de BMA (bibliotheque municipale associées) , et qui comme son nom l’indique , sont des bibliothèque communale, avec un gros fond de documents appartenant au conseil départemental…Donc dans le Lochois, il y a 2 BMA dont une à Preuilly/claise et c’est la ou j’echange des livres appartenant au département et à Preuilly meme…en résumé c’est un système de ruissellement pyramidal, (par contre, moi je ne prete pas les livres de mon fond propre…j’ai un budget d’acquisition et du coup j’ai un fond propre. du coup cahque commune garde sa competence et meme si il y a de l’entraide , ce qui est deja tres bien , il n’y a pas d’echange total…J’ai les meme fournisseur que Preuilly et du coup il y a des document qui sont acheté et par le departement, et par Preuilly et par ma bibliotheque, ce qui au final fait un taux de rotation de documents d’environ 6 à 7 en moyenne…les bibliotheque qui ont des benevoles tournent moins bien, car la presence est moindre, ce qui est normal, car on ne peut pas obliger un benevole à concevoir une poldoc sur le long terme
par contre dans le chinonais, les communes qui sont en interco ont décidé de faire un seul réseau donc une carte unique, et chaque emprunteur peut prendre un livre ds une bib et la ramener ds une autre de ce meme reseau…l’avantage est qu’au niveau de la poldoc, il n’y a qu’une prise de decision concernant les acquisitions , ce qui pousse à un taux de rotation des doc entre 15 et 20, et evite aussi l’acquisition de doublons inutiles (ok pour avoir le dernier Musso en 2ex, mais inutile d’avoir en 2ex , l’histoire de charles quint)
Et donc pour répondre aux questions, c’est la com-com qui paie les agent, et organise le service pour que l’amplitude d’ouverture des bibliotheques soit la plus grande possible, car appartenant au meme réseau peu importe le lieu, ill y a une des bib ouverte…et le departement agit toujours , car elle prete aussi des livres a ces bibliotheques…
J’espere avoir ete clair, et si il y a un point obscur n’hestes pas à le dire…
Bonne fin de soirée


#13

Il y a un autre point qui n’a absolument pas été abordé lorsqu’on parle de culture: analphabétisation et l’illetrisme qui touche environ 10% de la population (perso je dirai 15%)…Il faut donc que dans le programme figure aussi l’dée d’une grande campagne de sensibilisation, afin d’eviter l’exclusion, et favoriser l’inclusion de ces personnes…le role d’un elu étant de fixer un cap aux bibliothécaire, il faut mettre l’accent pour que dans les lieux de culture, il y ai des sections d’ouvrages “facile à lire” ou " bilingue""
Cela doit s’accompagner d’une large campagne d’information sur le sujet, car il est extremement difficile de faire venir ces populations dans les médiathèque.et une fois qu’il viennent de fornir une offre adaptée (cela fait 2 ans que ds ma bibib, j’ai mis en place une section “facile à lire” pour les adultes composé de romans courts, nouvelles et quelque livre gros caractère,ainsi que de certains livres selectionnés par des spécialistes de l’apprentissage de la lecture, et l’acquisition de roman spéciaux dyss pur les enfants…
c’est pas facile, mais ca peut etre un axe de proposition…
Et bien sur la gratuité dans les bib pour les prets


#14

L’idée des médiathèques en réseaux est une très bonne idée à développer, peut-être ajouté un point dans le programme mentionnant qu’on porte un intérêt a la mise en réseau des bibliothèques ?

Pour ce qui est du bénévoles, ils doivent être vu comme un outil permettant d’aider dans les médiathèques et bibliothèques mais des professionnels sont plus adaptés. Mais il est certain qu’il faut aussi considérer que des communes n’ont pas les moyens financiers et que les bénévoles sont la seule solution.


#15

Le site est vraiment pas agréable d’utilisation, et impossible de faire fonctionner la carte :confused:

Bon j’ai lu rapidement, et ce que je retiens c’est que les EPN semblent complètements abandonnés depuis plusieurs années et que les fusionnés avec les médiathèques/bibliothèques semble être une bonne solution.


#16

oui le site est quasi à l’abandon. Souvent sur les sites des régions ou villes tu peux retrouver des cartes locales mais il n’y a plus la carte nationale.Ils sont en “transition” ils ont aussi ouvert des sortes d’espaces numériques pour faire tes démarches en ligne vu qu’ils vont vers le tout dématérialiser mais cela n’a pas de mission de formation ou de sensibilisation. Souvent c’est juste un poste mis à disposition et basta …


#17

Pour les bibliotheques numériques des plateformes existent…En Touraine nous avons "Nom@de " mais pour y acceder , il faut etre inscrit dans une bibliothèque du réseau départemental…


#18

En effet , les bénevoles peuvent etre pris comme un outils permettant d’aider, mais, car il y a un mais, si on veut elargir les horaires d’ouvertures des bibliotheques, il faudra faire gaffe , car je ne connais aucu(e) benevole qui veut tenir des permanences le dimanche, et du coup ca sert a rien de dire ouvertures samedis et dimanche (comme le préconise le rapport Orsenna) si on a pas du personnel a mettre devant le public, et désolé de le dire , cela va créer plus de problème que ca n’en résoudra, et ce n’est pas des amplitudes enormes qui feront grossir le nombre de pret, ca diluera la frequentation, et on arrivera à l’effet inverse: a la place de devenir des “3èmes lieux”, les bibliotheques deviendront des sorte de supermarchés ou on va gratuitement prendre ses livres…
Il y a un point que beaucoup ignorent, mais les bibliotheques sont aussi des lieux de rencontres et d’echanges…En ce qui concerne ma bibliotheque je suis passé de 12h d’ouverture hebdo à 16 h (répartis sur 5 plages) sans compter les accueil de classes, et mon nombre d’adherant n’a pas augmenté, mais au contraire chuté (tendance generale depuis quelques années un peu partout…) et perso j’adore qd les lecteurs discutent entre eux, meme lorsqu’ils ne se connaissent pas, mais avec les plages élargies moins de chance de se croiser…
Et les benevoles dans tout ca, j’en avais 5 , mais ils ont tous vieilli et cesser de venir (tenir une permanence 2 h est plus simple qu’une de 4 h)…du coup, il faut faire attention aux “benevoles” et surtout aux élus qui s’en servent pour faire des économies car contrairement a un salarié , un benevole peut dire stop a tout moment, et c’est pas la pseudo charte qu’ils signent, qui les empeche de dire , “jpeux pas, j’ai les ptits enfants en vacances”
Donc j’aurais aussi une question a poser: Selon toi quelle type de commune n’aurait pas les moyens financier pour financer un salarié? j’attends ta réponse pour savoir comment expliquer ma vision (que de nombreux bibliothécaires ont aussi) de la lecture publique.