L'écologie et les populations défavorisée ? Quelles solutions ?


#1

La question de l’écologie se transforme vite dans la tête des gens en écologie punitive. Nous payons notre énergie, notre eau potable, notre essence, bien en dessous de son coût réel (pour l’avenir de l’humanité, les infrastructures, la rareté, etc).

On ne peut pas trop faire autrement que de favoriser :

  • Les subventions pour inciter à une consommation plus responsable (isolation, ampoule à led, entretient des piscines individuelles, voiture plus écolo, etc etc).
  • L’augmentation des tarifs à l’usage de ces ressources vitales (et les moduler comme le permets maintenant linky, et on aura la même sur les autres types de compteurs par la suite)
  • Les subventions à la recherche pour d’autres formes d’énergie, l’incitation à la production individuelle, …
  • La sanction par des normes environnementales drastiques.

Cependant, tous ces aspects sont tournés vers des personnes qui en ont les moyens. Réduire la consommation d’eau de sa piscine n’est possible que si on a une piscine. De manière plus commune, passer d’une voiture énergivore à la location n’est acceptable que si cette voiture énergivore ne nous coute pas beaucoup moins cher que la location d’une voiture (une LOA à 250€ / mois + assurance ça permets de louer une voiture sans problème mais tout le monde ne dépense pas 3000€ par an + assurance dans sa voiture). Prochainement, les contrôles techniques devraient ajouter beaucoup de normes de contrôles supplémentaires. A priori aussi sur le plan écologique. Ca va obliger à “nettoyer” le parc.

La solution : la gratuité des besoins vitaux

Pour le moment, une idée est qu’on puisse instaurer de la gratuité. Par exemple sur les premiers m3 d’eau, sur les transports en commun, etc. Ainsi on augmente les tarifs fortement (punition) uniquement pour ceux qui veulent continuer à consommer trop. Et ça finance la gratuité pour les autres.
D’autres formes équivalente : sous conditions de ressources, tarif progressif, etc.

Bon, c’est une étape. Néanmoins on finance l’isolation d’une maison par des aides fiscales mais quelles aides donnent-on aux locataires ? (ne pas parler des APL, non ne pas le faire).

Une bonne mesure pourrait être de supprimer ces aides (toutes) et de juste laisser faire l’économie de marché en augmentant les prix avec une zone de gratuité sur les besoins vitaux. Cependant si on augmente le prix du diesel aux entreprises, cela se répercute immédiatement sur le prix en supermarché.

Alors y a peut-être d’autres mécanismes possibles ?

Personnellement, je vois plusieurs sujets qu’on peut amener sur la table :

  • Dans le cadre du plafonnement des loyers : instaurer un critère pondérant le loyer max en fonction des dépendances énergiques de l’installation.
  • Gratuité ou prix progressifs obligatoires pour les délégations de services et régie publique gérant ces ressources vitales
  • Aide à la location de voiture partagée sous condition de ressources (financé via une taxe plus importante du diesel et une fois que le marché ce sera adapté, étendre ces taxes à toutes les voitures individuelles) et gratuité des transport en commun (ou bien une carte d’abonnement donnant des droits pondéré aux revenus et aux pratiques sous la même forme que pour les besoins en eau ou en électricité)
  • Maintient des aides (défiscalisation) des transports de marchandise, des rénovations d’isolation, etc… pas très juste mais c’est une incitation efficace. Par contre bien limiter ces mesures :
    • une construction réalisée avant 1970 : on offre la déduction sur l’isolation jusqu’en 2020, après y en aura plus jamais. La limitation des loyers fera de plus perdre en valeur de revente du bien.
    • Un transporteur y a droit seulement s’il transporte des marchandises à TVA réduite et s’il s’emploie au ferroutage
    • Les aides ne sont plus seulement des réductions d’impots mais du crédit d’impots pour que tout le monde en profite quelque soient ses moyens.
    • On finance via de la création monétaire ou empreint à la banque européenne : on dévalue la monnaie pour financer cet effort ce qui est une forme d’imposition équitable selon le capital possédé

Ce sont des pistes. Je me doute qu’il y a probablement des choses inapplicables, déjà dites ou potentiellement néfastes mais je propose ça au débat. Vous auriez une autre approche ? Que pensez-vous de la mesure sur le plafonnement des loyers puisque c’est un sujet d’actualité ?


#2

Pourquoi faire si long quand on prône les biens communs ? Pourquoi réinventer la roue ? Trouvons plutôt de vrais scénarios proposer par des groupes de travail qui en savent beaucoup plus et beaucoup mieux sur ces sujets.