Élections municipales tchèques de 2018


#1

Do0zJyUXUAAjK6d
Les Tchèques étaient appelés aux urnes, ces vendredi et samedi 5 et 6 octobre 2018, pour les élections municipales.

Le Parti Pirate de République Tchèque, qui comporte actuellement 830 adhérents, à présenté 3000 candidats dans 160 villes. Ils obtiennent 358 élus dans toutes les villes régionales à l’exception de Liberec où ils n’ont pas présentés de candidats. A Prague, les pirates sont deuxièmes (17.07%), derrière l’ODS (17.87%).
Les Pirates, Praha sobě et les « Spojených » (Forces alliées) discutent d’une possible coalition.

ANO (la formation du Premier ministre d’Andrej Babiš ) arrive en tête dans toutes les autres grandes villes, à l’exception de Liberec et de Prague.

Débandade totale des partis de gauche : La social-démocratie, déjà très affaiblie lors des législatives de l’automne 2017, et associée au mouvement ANO dans le gouvernement de M. Babiš, a connu une nouvelle déroute lors de ce scrutin, en recul presque partout. Les communistes et les Verts ont également vécu des élections très difficiles.

Au niveau des éléction sénatoriales (qui se déroulait en même temps), seul 3 candidats pirates (sur les 13 candidats) seront présents au second tour.

Do5LHZpXkAAFGlv


#2

Merci pour cette actualité @Zidjinn, et heureux de te relire ici, cela faisait un moment :slight_smile:


#3

bonne nouvelle donc mais je n’arrive pas à comprendre le “830 adhérents, à présenté 3000 candidats” ? il y a eu des alliances ?


#4

Il est aussi possible d’avoir des listes ouvertes ou des personnalités non encarté te rejoigne sur ta liste.


#5

Si @aloxe peut passer par ici nous débriefer, on en serait super heureux.


#6

Vous faire un topo sur le panorama politique tchèque n’est pas chose aisée, j’en découvre encore… Mais je vais répondre à vos questions brièvement. Sur les 3 sénateurs pirates encore en lice le seul qui a une petite chance est celui de ma circo (Lukaš Wagenknesht) alors je vais encore donner un petit coup de main pendant une semaine.

Honza m’a dit qu’il avait traduit le programme en anglais mais je ne l’ai pas trouvé je vais donc le partager ici quand je l’aurais mais sinon le lien en tchèque est bon.

Les municipales sont à la proportionnelle avec panachage possible un un algo impossible à expliquer de décompte des votes préférentiels. Il est bon de présenter une liste complète même si tout le monde ne le fait pas mais ça explique les non-membres qui arrivent en soutient sur des places peu éligibles. Il y avait aussi des listes de coalition avec des pirates. Elles n’apparaissent pas encore dans la liste des résultats ici https://volebnimodely.pirati.cz/index_komunal.php qui ne liste que les pirates partis seuls. Les listes de coalitions sont arrivées en tête à Prague 4 (un grand arrondissement).

Il n’y a pas de deuxième tour et les discussions actuelles se font avec tous les partis ayant des élus pour tenter de rallier une majorité à un projet. Les pirates sont convoités mais il y a des conditions. (pas d’extrémistes (cocos et fachos exclus), pas de cumul de mandats, pas de gens sous le coup de poursuites judiciaires.)

La nouvelle qui a le plus de sens à mon avis Marianské Lazně, première ville au monde avec un maire pirate dans une région ou le parti de gouvernement ANO est arrivé en tête partout. La liste pirate est à nouveau arrivée en tête.

La participation a été de 47% ce qui est bien pour la République tchèque (sic) mais un peu moins à Prague parce qu’il a fait beau et que les gens sont partis à la campagne pour le week-end (resic).

La déroute de ČSSM, les socio démocrates s’explique selon moi par leur participation au gouvernement depuis 2014 avec un Andrei Babiš du mouvement ANO (parti démagogue) qui monopolise l’attention médiatique et récolte la réputation du mec qui se mouille. Coopérer avec Babiš c’est le baiser du diable mais depuis que son parti ANO est arrivé en tête et lui premier ministre ce sont les même qui rempilent au gouvernement avec lui. Ce gouvernement a aussi le soutien des communistes mais on a l’impression que c’est que Babiš qui gouverne. La sanction est immédiate, les sympatisants qui ne veulent pas de Babiš sanctionnent leur parti en votant ailleurs (peut-être pirate) et ceux qui veulent du avec Babiš votent directement pour lui.

Le cas Prague:

Prague est découpée (un peu) comme Paris ou Lyon avec des arrondissements qui sont des municipalités et possède un conseil (Zastupitelstvo hlavního města Prahy) qui est élu à part le même jours que les conseils municipaux.

Il se trouve que la mairie de Prague était déjà géré par ANO avec le soutien de partis comme ČSSD, les verts, chrétiens démocrates. La maire, Adriana Krnáčová a été placée là par Babiš himself mais la gestion de l’équipe sortante était si peu appréciée qu’elle n’était pas sur la liste ANO cette année. ANO a présenté sa liste assez tard avec le changement pour thème mais je pense que pas grand monde a été dupe.

En 2014 les pirates ont eu 4 élus. Leur boulot dans l’opposition a été plutôt cool puisqu’il y a eu plein de connerie de faites. Ils ont même levé un scandale de gros sous. Ils ont aussi fait de l’open data parce que les autres élus ne comprennent rien à l’informatique. Trois d’entre eux ont été élus députés en mars dernier et ont rendu leur siège de conseiller où leurs remplaçants pirates on pris la relève. Le non cumul des mandats étant sur le programme, c’est un point qui est crédible.

La grosse surprise est celle de Jan Čižinský du mouvement Praha Sobě. Ce mec a pris la mairie de Prague 7 en 2014 sans parti mais avec une super équipe qui donné un coup de fouet au quartier. Pour présenter une liste à la primature de Prague, il faut soit être un parti, soit un mouvement citoyen ayant récolté un certain (gros) nombre de signatures. Depuis plus d’un an, le mouvement Praha Sobě (Prague à soi) récolte des signatures devant les bureaux de votes ou dans les kermesses ce qui le rend visible depuis plus longtemps que les autres. C’est un chrétien démocrate et son programme est ambitieux et pas polémique sauf pour les affairistes il est pirato-compatible. Il a fait une bonne campagne pas mal sur Internet mais aussi dans la rue comme tout le monde et il a aujourd’hui autant de sièges que les pirates au conseil de Prague. Chapeau. Le seul hic avec les pirates c’est qu’il a aussi été confirmé dans l’arrondissement de Prague 7 (avec 54% ! des voix) et que s’il ne veut pas cumuler il lui faudra choisir.

Čižinský et les pirates sont deux mouvements jeunes et ambitieux, une alliance des deux à la mairie pourrait être un super ticket gagnant. Mais le compte n’y est pas.

Le vainqueur des élections à Prague est le parti ODS (droite). Pour résumer, il était au pouvoir quand le premier ministre a été obligé de démissionner suite à un scandale financier. Leur campagne praguoise était une débauche de fric sans message clair https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10155875559947005&set=a.10150541906137005&type=3&theater J’ai reçu dans le metro une brochure en papier glacé avec des photos et slogans piqués dans les forums facebook ou se mèlent complaintes de comptoir et fake news… En gros, pas mal d’électeurs praguois ne voulaient plus d’ANO et ČSSD se sont jetés dans les bras de ce parti affairiste parce qu’ils n’ont pas osé les autres nouveaux mouvements.

Un mot sur l’alliance qui pourrait rejoindre les pirates et Čižinský. Il s’agit d’une coalition de partis comprenant TOP09 (centre droit) qui a été siphoné notamment par les pirates aux dernières législatives, STAN, le récent parti des maires indépendants, KDU-ČSL, les chrétiens démocrates pour les trois plus gros. J’espère qu’ils rejoindrons les pirates parce que dans ce cas le compte y est.

830 adhérents, à présenté 3000 candidats
Oui et il y a aujourd’hui à peu près 400 pirates élus dans tout le pays ! Ce chiffre peut surprendre mais le parti pirate n’a jamais cherché à augmenter le nombre de ses adhérents. Les adhérents c’est lourd à gérer et le groupe de copain du début est suffisamment impliqué pour que ça tourne bien. Les dotations d’état reçues en fonction du score des précédentes élections permettent de financer correctement les campagnes surtout quand on n’a pas perdu l’habitude de faire ça avec des boutes de ficelles… Après le succès des élections de mars, il y a eu un afflux de demandes d’adhésions et c’était utile d’accueillir ces gens là pour se lancer pour les municipales. Seulement chaque adhérent passait sur le grill avant d’être accueilli comme membre. À Prague il y avait des rendez vous ou les gens se présentaient et où des anciens ou des élus posaient quelques questions. L’adhésion était formalisée ensuite. C’est peut être trop tôt pour l’affirmer mais ça a sûrement pas mal évité l’entrisme, les trolls et autres emmerdes.

Seuls ou en coalition

La plupart des listes pirates ont choisit leurs candidats en interne et en local avec élections pour chaque rang. Il est possible qu’il y ait eu là des non membres mais pour être adoubé par les membres c’est que généralement ou mériterait de l’être. Passé un certain plancher, la liste était complété avec des fans, supporters, amis et relations qui étaient approuvés un peu plus rapidement par l’équipe locale afin de compléter la liste (en incluant une réserve de 3 ou 4 personnes à chaque fois). Le bulletin de vote indiquait d’ailleurs si le candidat était membre d’un parti ou non.

Si l’équipe locale était un peu courte, inexpérimentée ou avait de bonnes raisons, il était possible de faire une liste de coalition. Je ne sais pas quelles étaient les modalités de la constitution de ces listes mais il doit y avoir un mélange de négo entre partis et d’élection entre membres. C’est une coalition pirate-vert qui a fait face à Čižinský à Prague 7. Il y a aussi une coalition “pirate et indépendants” qui a gagné à Prague 4 mais je connais pas le détail de cette liste.

Les personnalités non encartés sont généralement candidates au sénat. Ces personnes contactent les partis dont ils aimeraient avoir le support et leur exposent leur programme et leur circo de dévolution puis ils reçoivent la réponse. Chez les pirates c’est passé par un grill suivit d’un vote. Souvent les personnes qui contactent les pirates sont des gens de qualité et les discussions portent plutôt sur le choix de la circo ou la stratégie de campagne.

Bon je ne vais pas me relire donc désolé pour les fautes mais si vous avez des questions n’hésitez pas.


#7

Merci pour le topo @aloxe
Ce qui semble notable, c’est que les pirates s’enracinent profondément à l’échelon local en république Tchèque. Ca signifie qu’ils vont durer.
Je retiens aussi ce passage :

C’est presque marrant en ce sens que c’est l’opposé de ce que le PPfr a essayé et échoué à faire. Les situations ne sont pas transposables et le PPfr n’a jamais connu même un début de succès. Il n’empêche que ça interroge…

Du coup, c’est quoi le mode de scrutin des sénatoriales et comment expliquer, d’après toi, le repli des pirates au Sénat Tchèque ?


#8

Je contexte est différent. Ici les élections législatives sont à la proportionnelle avec un scrutin pour 5 à 28 sièges selon la région. Cela permet un meilleur pluralisme et les gens ne sont pas gênés par des histoires de vote utile etc. ce qui fait que depuis plusieurs années il y a un électorat pirate qui dépasse le nombre de partisans. (en France c’est le contraire non?) Le succès n’est pas dût qu’à ça mais aussi à la très bonne stratégie lors des dernières législatives et aussi avant où ils se sont fait remarquer en manifestant parce qu’ils n’étaient pas invité à la télé par exemple. Ensuite, presque toutes les élections permettent de recevoir une dotation d’état en fonction de son score, même s’il est en dessous de 5%. Mine de rien ces petits budgets ça aide…

Les sénateurs tchèques sont élus par scrutin uninominal à deux tour au suffrage universel. Comme les députés français. Ce sont donc souvent des notables locaux. Il y a cependant des personnalités qui se lancent dans la course en fonction de leur histoire et qui dans ce cas demandent à des partis de les adouber ou de les aider pour leur campagne. Le premier ayant fait la demande au PPcz est Libor Michalek il y a 4 ans et il a été élu. Il ne sera probablement pas réélu cette année malgré son bon boulot parce qu’il a en face de lui Hilšer, un ancien candidat à la présidentielle qui est passé à la télé plein de fois en début d’année. Ironie de l’histoire, le sénateur Michalek a publiquement soutenu ce candidat durant la campagne des présidentielles. Les thèmes du parti pirate sont encore limités, le canabis et la lutte contre la corruption sont les plus connus et n’attire pas les foules des notables locaux… Il y a quand même eu pas mal de demandes et à chaque fois le parti pirate a fait passer des entretiens avant de prendre la décision. Certains candidats à la présidentielle sont venus nous voir mais aucun n’a eu le label pirate. Dans ma circo par exemple il y a eu deux demandes et il a fallu choisir. Le choix s’est arrêté sur Lukaš W. qui a un peu le même profil que Libor Michálek.

La faiblesse du PP aux sénatoriales s’explique par le mode de scrutin qui est le même obstacle au développement des pirates en France ou au Royaume Uni. Seuls les notables locaux les superstars et les encartés des gros partis peuvent l’emporter. Les pirates tchèques, jeune parti atypique, n’ont pas ça en stock.


#9

La faiblesse du PP aux sénatoriales s’explique par le mode de scrutin qui est le même obstacle au développement des pirates en France

C’est comme en France avec un système de grands électeurs ou c’est en suffrage direct ?


#10

Donc comme les législatives d’où le


#11

oui, …au suffrage universel direct.


#12

Les bureaux de vote viennent de fermer à 14h. Les résultats tombent.
Lukáš Wagenknecht est élu dans ma circo. il y a eu moins de 18% de participation (comme d’habitude) à 70% des votes décomptés Lukaš gagne avec 54% des voix \o/

Les deux autres candidats pirates en course ne sont pas élus, comme prévu ils s’inclinent devant des anciens candidats à la présidentielle de mars qui font des scores de généraux staliniens. À noter parmi eux l’ancien ambassadeur de République tchèque en France, francophone et francophile, Pavel Fischer.


#13

Je vous présente le maire de Prague…
IMG_20180520_170137


#14

Tête de liste du #Partipirate Zdeněk Hřib (@ZdenekHrib) sera le prochain maire de Prague. Il succèdera à Adriana Krnáčová, membre du mouvement ANO dirigé par le Premier ministre Andrej Babiš, qui est en poste depuis 2014.

Médecin de formation âgé de 37 ans, spécialiste en technologies de l’information après ses études, Zdeněk Hřib s’est engagé dans la vie politique au printemps dernier précisément dans l’optique des élections communales.

La coalition tripartite est composée des Pirates, du nouveau mouvement local Praha Sobě et de l’alliance des « Forces alliées pour Prague », qui rassemble des membres des partis TOP 09, chrétien-démocrate et STAN.

Les Pirates avaient fait de l’attribution des fonctions de maire à Zdeněk Hřib une condition à leur participation à la coalition, dont la formation est l’aboutissement de négociations compliquées.
Screenshot_20181026-071942__01


#15

Petit article du Monde…