Débats 2021-03 : Stratégie : Des listes pour les élections régionales 2021


#1

Exposé des motifs

Considérant l’attente de nos soutiens, qui espèrent avoir la possibilité de voter pour notre parti politique à l’occasion de chaque élection ;

Considérant que sans aucune communication coordonnée par notre parti politique, en seulement une semaine nous avons déjà rassemblé, à l’instant où nous écrivons ces lignes, un peu plus de 40 candidatures réparties dans plusieurs régions pour les élections régionales de 2021 ;

Considérant le fait que nous n’avons pas les moyens de financer à la fois la campagne des régionales/départementales 2021 et les campagnes de 2022 ;

Considérant la décision prise lors de la création de l’équipage élections 2022 de se focaliser sur les échéances électorales de 2022 et donc de faire l’impasse sur les échéances électorales de 2021 ;

Considérant le fait que nous soyons déjà en campagne pour 2022 ;

Considérant l’absence d’opportunité de voir des Pirates se faire élire aux régionales et aux départementales, que nous ayons ou non des listes déposées dans toutes les régions et des bulletins de vote pour y parvenir ;

Considérant nos maigres chances de parvenir à constituer des listes de candidatures complètes et le fait que nous soyons parfaitement conscients de notre faible capacité à y parvenir ;

Considérant le fait que gagner les élections régionales et départementales ne soit pas notre objectif, et que nous focalisons toute notre énergie et notre argent pour mener les campagnes électorales de 2022 ;

Considérant le fait que vous parvenir à atteindre nos objectifs en 2022, nous devons être en capacité de mener et financer les campagnes électorales d’un maximum de personnes dans un maximum d’endroits différents ;

Considérant la visibilité médiatique qu’une élection donne aux personnes qui s’y présentent, au moins pendant la durée de la campagne officielle, dès lors que les listes sont officiellement déposées ;

Considérant le fait que le système électoral actuel ne soit pas du tout favorable à une petite organisation telle que la notre ;

La proposition de stratégie suivante est soumise au débat et à la décision de l’Assemblée Permanente.

Contenu de la proposition

Stratégie : Des listes Pirates pour les régionales 2021

Rappel : Comment fonctionnent les élections régionales ?

Les élections régionales sont des élections au scrutin proportionnel de listes paritaires à deux tours avec prime majoritaire pour le vainqueur.

Autrement dit, malgré le système proportionnel de ces élections, système sensé permettre une répartition équitable des sièges pour une recherche de consensus dans une assemblée, avec un premier tour éliminatoire et la prime majoritaire au vainqueur sur cette version de la proportionnelle à la française, il y a un seul gagnant et tous les autres sont des perdants, et il y a toujours, dans chaque région, une majorité majoritaire, et une ou plusieurs oppositions très minoritaires et ce quels que soient les scores du second tour.

Pour accéder au second tour sans avoir à négocier avec une autre liste, il faut faire plus de 10 Pourcents des voix.
Si vous faites plus de 5 Pourcents des voix, vous obtenez la possibilité de demander à une autre liste qui a fait plus de 10 Pourcents de fusionner avec elle pour avoir des élus, mais sans un accord avec un autre parti, vous ne pouvez pas participer au second tour si vous ne dépassez pas 10 Pourcents au premier.
Si vous faites moins de 5 Pourcents, vous êtes éliminé.

Pour pouvoir participer à la campagne officielle, campagne qui dure un mois jusqu’au jour du premier tour, il faut être en capacité de déposer une liste complète de noms (autant de candidatures que de sièges à pourvoir, autant d’hommes que de femmes, avec une alternance entre chaque genre sur la liste) pour couvrir le nombre total de sièges du Conseil Régional.

Liste de conseillers régionaux dans chaque région :
Auvergne-Rhône-Alpes : 204
Bourgogne-Franche-Comté : 100
Bretagne : 83
Centre-Val de Loire : 77
Corse : 51
Grand Est : 169
Guadeloupe : 41
Guyane : 51
Hauts-de-France : 170
Île-de-France : 209
Martinique : 41
Normandie : 102
Nouvelle-Aquitaine : 183
Occitanie : 158
Pays de la Loire : 93
Provence-Alpes-Côte d’Azur : 123
La Réunion : 45
Total : 1910, 955 hommes et 955 femmes.

Nous pouvons déposer des listes dans certaines régions seulement, et pas dans toutes, pour participer à ces élections, mais si nous déposons une liste dans une région, nous devons fournir des candidatures dans chaque département de la région concernée.

Une fois une liste complète déposée dans une région, elle obtient une visibilité médiatique, normalement plus ou moins égale avec les autres listes des autres partis, et ce sur la période de la campagne officielle, soit sur un mois à compter de l’annonce des listes déposées par la Préfecture jusqu’à la date du premier tour.

Quoi que nous fassions, même en lançant une campagne aujourd’hui, même en allant tracter dans la rue, nous n’aurons a priori aucune (ou très peu) visibilité médiatique avant d’avoir déposé une liste complète. En effet, personne ne parlera de nous tant que nous n’aurons pas prouvé que nous sommes capables d’aligner autant de noms que nécessaire dans chaque région.
Pour rappel, lors des européennes en 2019, la presse n’a parlé de nous qu’après que nous ayons réussi à déposer 79 noms d’hommes et de femmes volontaires en préfecture, et ce même si nous avons commencé à mener la campagne bien avant ce moment fatidique.

Déposer une liste constitue la première (et peut-être la seule si nous n’y parvenons pas) étape importante du processus de candidature pour une organisation telle que la notre.

Il faudrait trouver donc 1910 personnes réparties dans tous les départements du pays pour pouvoir déposer des listes aux élections régionales partout. Il faut que les personnes candidates soient inscrites sur les listes électorales des régions dans lesquels elles se présentent. Il faut un certain nombre de candidatures réparties par département en fonction des tailles des départements.

Pour présenter une candidature à cette élection, ainsi qu’à toutes les élections françaises (sauf la présidentielle qui est un peu particulière), c’est à la tête de liste que revient la charge de fournir les bulletins, les circulaires et les affiches. Cette tête de liste ne sera remboursée de ces frais si et seulement si elle dépasser 5 Pourcents des voix au premier tour.

Un parti politique peut aider un candidat à obtenir des documents de campagnes, et un parti politique peut recueillir les dons pour financer les documents officiels aux candidats. Notre organisation (le Parti Pirate) a déjà joué ce rôle lors des élections européennes, nous avons réussi à rassembler quelques fonds avec l’opération #partagetaramette qui invitait les électeurs à payer et/ou apporter les bulletins pour le Parti Pirate dans leur propre bureau de vote ou dans leur ville entière, ce qui est parfaitement autorisé par la loi.
https://europeennes.partipirate.org/

C’est également à la tête de liste que revient la charge de déposer le dossier de candidature en préfecture, elle peut mandater quelqu’un pour le faire mais elle devra intervenir de toute façon dans cette étape.

La tête de liste, et de préférence la deuxième personne de la liste, doivent donc être particulièrement investies sur la partie administrative de la campagne pour permettre le dépôt des listes en bonne et due forme.

Une campagne nationale

Si nous voulons être efficaces sur ces élections, compte-tenu de nos capacités humaines et financières, nous devons nous concentrer sur une campagne nationale centralisée avec une communication unique et simple pour chaque liste que nous parviendrons à déposer. Nous pouvons reprendre les éléments de communication des européennes (même affiche, même bulletin de vote, même circulaire) en les mettant à jour avec nos éléments de programme pour le niveau régional.

Les candidatures seront toutes centralisées sur une plateforme nationale, classées par région, et en fonction des documents fournis par les personnes candidates pour constituer les différentes listes, cela nous donnera une visibilité globale du nombre de listes que nous parviendrons à déposer et des endroits où nous manquons de noms pour y parvenir.

Etant donné le nombre de personnes en capacité de gérer une campagne (nombre très faible au sein du Parti Pirate), il est plus pertinent de mettre nos compétences et ressources en commun au niveau national plutôt que de gérer tout cela région par région.

La présente motion stratégique propose de donner mandat à @EquipageElections2022 pour la constitution des listes et les choix stratégiques de la campagne.
@EquipageElections2022 organisera des réunions de travail ouvertes au public tout au long de la campagne sur le serveur Discord.
Son rôle, dans le cadre de cette mission qui lui est confiée, sera principalement de recueillir et classer les candidatures pour créer les listes et il travaillera dans le respect de la présente stratégie.
@EquipageElections2022 se dotera d’un ou plusieurs seconds, élus comme le prévoit le code de fonctionnement de l’équipage, qui auront la responsabilité de gérer les candidatures et les données personnelles des candidats.
Les modifications des modalités de fonctionnement de @EquipageElections2022 prévues par la présente stratégie prendront fin au lendemain du second tour des élections régionales.

Notez bien : @EquipageElections2022 est ouvert à tous les membres du Parti Pirate qui souhaitent le rejoindre.

Un programme politique simple

Il serait très ambitieux de réaliser un programme entre le moment où la présente motion sera adoptée, à la fin du mois de mars 2021, et le premier tour de ces élections prévu en juin 2021. Notre meilleure option serait donc de reprendre des éléments programmatiques sur lesquels nous sommes déjà pertinents et attendus : Le numérique, l’open data, la transparence, la démocratie, le partage.

Pour chacun de ces points, nous devons préparer des argumentaires simples que chacun pourra prendre en main et utiliser à son niveau.

Par ailleurs, nous devons préparer des éléments de langage sur le fonctionnement de l’instance régionale, injustement élue et peu représentative.
Si nous devons faire campagne, si nous parvenons à déposer des listes, et comme il nous sera difficile de fournir les bulletins à nos électeurs, ce sera principalement sur ces questions d’injustice d’un système inadapté à notre société présente que nous serons interrogés par la presse et que nous devrons axer notre campagne. C’était le cas pendant les européennes, la presse ne parlera que de nos difficultés à faire campagne et très peu de notre programme politique.

En outre, nous devons mettre en avant la campagne des législatives sur laquelle nous travaillons déjà et en priorité, et nous inviterons toutes les personnes qui nous soutiennent et nous rejoignent à nous aider à travailler sur ces échéances de 2022, parce que, conscients de nos maigres chances de les remporter, les régionales ne sont et ne restent qu’un prétexte pour faire parler de nous et des idées que nous défendons plus largement sur un plus long terme.

Cette campagne des régionales (et départementales si nous y participons) s’inscrit pleinement dans notre stratégie de communication actuelle et future, stratégie que nous sommes en train d’étudier et de déployer par ailleurs, visant pour l’heure à mettre en avant notre fonctionnement et à dénoncer le système électoral inadapté au présent.

Constituer des listes

La première étape fondamentale de cette campagne est de constituer nos listes pour les élections régionales, et de parvenir à les déposer dans le plus de régions possible.

L’idée n’est donc pas d’aller chercher des électeurs pendant les premiers mois, pas tant que nous n’avons pas constitué nos listes, l’idée c’est d’abord d’aller chercher des candidatures, et pour chercher des candidatures et éviter de partir trop vite sur une campagne de communication fastidieuse, nous allons limiter notre communication à nos réseaux personnels et sociaux et à la diffusion de la présente stratégie pour la transmission d’informations aux potentielles personnes volontaires.

Nous devons constituer des listes d’un certain nombre de candidatures.
Ces listes doivent être paritaires (autant d’hommes que de femmes).

Les bénévoles qui se sont manifestés pour participer à cette campagne ont presque tous indiqués qu’ils ne seraient pas très disponibles pour une campagne (même si nombreux sont ceux qui ont affirmé ne pas savoir ce que cela représente exactement).

Le premier (et pour le moment le seul) investissement qui sera demandé aux candidats sera d’aider à trouver suffisamment de monde pour compléter les différentes listes dans les différentes régions.

Il n’y a que deux prérequis pour être candidat à une élection française :

  • être inscrit sur les listes électorales ;
  • être éligible à l’élection en question.

Nul besoin d’avoir fait l’ENA pour être candidat.
Le seul autre frein qui est à considérer dans une candidature, c’est le fait que l’identité de la personne candidate sera reliée au Parti Pirate pour une durée indéterminée et sans aucune possibilité d’y remédier.

Nul ne sera considéré comme pas assez compétent pour être candidat, tout le monde est capable d’être candidat, et n’importe qui peut être élu.
Les personnes qui se posent la question de déposer leur candidature sont priées de bien vouloir ranger leur syndrome de l’imposteur dans un placard et de fermer le placard à clé.

Nous rappelons à toutes les personnes potentiellement volontaires que les autres partis politiques et leurs candidats ne se posent pas la question de leur capacité à être candidat ou élu quand ils se présentent, si c’était le cas nous aurions des élus compétents et aucune raison de présenter des listes.

Si vous vous demandez si vous êtes capable d’être candidat : La réponse est oui.
Si vous vous demandez si vous êtes capable d’être élu : La réponse est oui.
Si vous avez peur de faire campagne parce que vous manquez de temps : Notez que nous en sommes tous là, et que nous ferons une campagne minimum, seulement pour participer, pas pour gagner.
Si vous avez peur de faire campagne parce que vous avez peur d’être élu : Ne vous inquiétez pas, nous cherchons des noms pour 100 Pourcents des places sur nos listes avec 100 Pourcents de chances de ne pas être élu.

Organisation de la constitution des listes

Les deux premiers de liste seront désignés par département, sur candidature, au jugement majoritaire dans le cadre d’une procédure accélérée auprès de l’Assemblée Permanente et dont la date sera déterminée, une fois le nombre de candidatures reçues suffisant pour constituer une liste complète, entre le début de la semaine précédant la semaine dépôt des candidatures en préfecture et l’avant-dernier jour du délai officiel de dépôt des candidatures.
Cette procédure accélérée octroiera à nos têtes de liste le rôle de porte-parole départemental pour les têtes de liste départementales, et de porte-parole régional pour le binôme tête de liste régionale pour les élections régionales sur la seule période de la campagne régionale.

Les 10 premières places qui suivent les deux premiers seront tirées au sort parmi les personnes candidates pour le début de liste.
La fin de la liste sera désignée par tirage au sort parmi les volontaires.

Les personnes candidates pour le Parti Pirate aux régionales pourront s’exprimer au nom du Parti Pirate dans le cadre de ces élections à la seule condition qu’elles demandent le mandat de porte-parole auprès de l’Assemblée Permanente. Toute personne candidate sur une liste Pirate mais n’étant pas membre du Parti Pirate ou pas porte-parole ne pourra s’exprimer au nom de notre parti politique, mais pourra s’exprimer en son nom propre.

Notre parti politique se réserve le droit de se désolidariser des propos tenus par certaines personnes candidates sur nos listes.

Les deux premiers de chaque liste dans chaque région auront la responsabilité d’effectuer toutes les tâches administratives qui sont nécessaires pour déposer la liste pour qu’elle puisse concourir aux élections régionales : Les deux premiers de la liste régionale auront la charge de déposer les candidatures en Préfecture et de porter la communication du Parti Pirate pendant ces élections.

Nous devons garder à l’esprit que nous n’avons rien à perdre, tout à gagner, mais surtout très peu de chance d’avoir des élus.

Cette campagne, nous la faisons d’abord pour la communication de nos idées, pas pour la gagner, et c’est pour cette raison que nous décidons, avec cette stratégie, de ne pas entrer dans des négociations avec les autres partis politiques avant le premier tour.

En ce qui concerne le potentiel second tour et les potentiels accords que nous pourrions envisager, il est proposé que nous envisagions cette option dès le moment où nous aurons déposé nos listes, si et seulement si nous avons réussi à le faire.

Si la question se pose, dès lors que nos listes seront déposées, alors nous déposerons nos demandes auprès de @EquipageElections2022 qui se chargera d’organiser la ou les décision(s) d’alliances potentielles en son sein.

Mener la campagne

Cette étape ne commencera qu’à partir du moment où les listes auront été déposées afin de ne pas travailler pour rien (et éviter les faux espoirs), c’est-à-dire un mois avant le premier tour, en mai. La campagne officielle ne dure qu’un mois pour le premier tour, et est prolongée d’une semaine dans le cas d’un second tour. Il en sera de même pour la campagne du Parti Pirate.

Le Parti Pirate n’ayant aucune ressource à mettre à disposition de cette campagne, nous devons nous concentrer sur ce que nous avons déjà, ce que nous faisons en ce moment et ce que nous sommes capables de faire en peu de temps et à moindre coût.

Par ailleurs, notre monde traverse une pandémie, nous ne serons pas tous vaccinés en juin au moment de l’élection. Il ne serait pas responsable d’aller distribuer des tracts et nous n’aurons de toute façon pas les moyens de les imprimer.

Comme nous l’avons sous-entendu dans l’exposé des motifs, l’argent que nous récolterons pendant cette campagne sera intégralement consacré aux échéances de 2022.

C’est donc l’occasion rêvée pour notre organisation de mener une campagne 100 Pourcents en ligne.

Pour ce qui concerne nos documents officiels de campagne (bulletins, affiches, circulaires) nous pouvons reprendre la base graphique des documents de campagne des européennes et réutiliser le principe de #partagetaramette pour l’impression des bulletins.

Par ailleurs, notre expérience actuelle des outils de streaming nous permettra de réaliser différentes émissions en live avec les candidats partout dans le pays pendant tout le mois que durera cette campagne.
Nous pouvons par exemple envisager de présenter les têtes de liste de chaque région, voire de chaque département, à l’occasion de soirée en live tout le long du mois de juin.
Ce travail de communication pourra être mené par @EquipageElections2022 avec l’aide de @EquipageRadioPartiPirate.

L’investissement pendant la campagne portera surtout sur les binômes tête de liste de chaque département qui seront invités à participer à au moins une soirée en live durant le mois.

La campagne porterait donc principalement sur le fait de devoir imprimer des bulletins pour voter pour le PP, en rappelant l’injustice de devoir imprimer ses bulletins soi-même ou le principe de la prime majoritaire pour ces élections, prime qu’on ne pourra changer qu’en modifiant la loi, par le parlement, donc par les échéances de 2022.

Nous profiterons donc de ces élections pour continuer de préparer ouvertement les élections législatives en invitant les gens à continuer à contribuer, comme d’habitude en permanence, au programme du Parti Pirate. Les régionales seraient une sorte de vitrine de notre préparation des législatives, de notre fonctionnement et du fonctionnement que nous aimerions voir appliquer dans notre pays.

Pour ce qui est du programme, nous avons déjà des axes programmatiques pour les élections régionales, nous n’avons pas les forces vives pour y retravailler mais les échanges restent ouverts sur le forum et en permanence par le biais de l’Assemblée Permanente et les membres du Parti Pirate qui le souhaitent peuvent y contribuer.

Nous n’avons pas besoin d’aller plus loin, personne ne nous attend sur d’autres sujets et nous devons nous concentrer sur les législatives lors desquelles nous pourrons sortir de nos sentiers battus. Cela ne nous empêche pas de rappeler que l’élaboration de notre programme est ouverte en permanence et pas seulement pendant les élections, que notre programme est évolutif et que nos élus potentiel s’engagent à le porter avec la possibilité qu’il évolue pendant la durée de leur mandat.


Lien vers Congressus : https://congressus.partipirate.org/construction_motion.php?motionId=2598

    Rapporteur : @Florie

Stratégie : Des listes pour les élections régionales 2021
#2

Je soutiens cette motion et suis en phase avec cette stratégie :slight_smile:


#3

Je soutiens également cette motion et la stratégie me parait à la fois réaliste et réalisable.
Il faut que je vois si je suis inscrit sur les listes électorales, et ou, et si c’est possible de le faire à temps et je pourrais peut être proposer mon nom si jamais il manque quelqu’un dans les yvelines.


#4

Je suis d’accord sur le fait que le PP doit être présent lors des échéances de 2021 (régionales et départementales). Le but est de se faire connaitre encore un peu plus pour les législatives de 2022.
Par contre je suis mitigé sur le fait de faire des listes totalement autonomes. Je pense que la campagne est largement lancée pour les autres partis, et qu’il faut essayer d’intégrer des listes déjà préexistantes. Surtout qu’il y a des régions ou nous sommes sous représentés.
Enfin je suis contre le fait de passer du temps à essayer de monter des listes juste pour monter des listes, l’inclusion dans une autre liste permettrai de passer directement à l’étape électeurs/électrices et le gain de visibilité serait supérieur à des listes inépendantes. D’un autre coté le fait d’intégrer des listes éviterait d’être totalement absent du second tour…


#5

ALors j’ai des questions concernant ce programme :

  1. Les alliances déjà en jeux doit on les arrêter en cas de vote positif de ce programme ?
  2. En cas d’élus, est ce que nous mettons en place une gestion style PP ( vote de l’assemblée ou d’un équipage ) sur les décisions que devrons prendre nos élus ? du coup comment cela se passera pour des élus qui ne seront pas membres du parti pirate ?

#6

S’il y a des alliances déjà en jeu, alors l’Assemblée Permanente n’en a pas été informée et aucune décision n’a été prise, donc elle n’ont pour l’heure aucune existence réelle (et pour le moment il n’y a à ma connaissance aucune alliance en jeu, en tous cas officiellement). Ceci dit, rien ne vous empêche de faire voter à l’Assemblée Permanente une autre stratégie pour une région en particulier, si j’ai pu le faire vous le pouvez également.

Si je propose cette stratégie c’est parce que pour le moment personne n’a engagé le PP où que ce soit de manière officielle et que je sais qu’il y a une attente pour aller dans ce sens. En tous cas, ce que je sais c’est que nous devons montrer à nos électeurs qui nous reprochent qu’on n’est pas candidat ou qu’on fait des alliances pour avoir des élus que ce n’est pas si facile de participer à une élection.

Oui.

Eh bien, c’est là où la question de l’alliance doit se poser correctement.
Si je propose des listes 100% PP c’est aussi pour éviter la question, et parce que je sais que la réponse à cette question n’est ni simple, ni évidente, et comme j’ai fait une proposition 100% PP je ne vois pas trop pourquoi ce serait à moi de répondre à cette question.

Donc je vais te laisser répondre à cette question, ou toute personne qui proposerait des faire des alliances. Dites-nous, comment vous faites pour que les partenaires respectent nos orientations et surtout l’évolution que nous pourrons avoir sur notre programme pendant un mandat ?


#7

Plus globalement, je rappelle que la stratégie que je propose vise à nous afficher comme indépendants des autres partis politiques, c’est à dire nous en désolidariser, nous en détacher pour nous donner une existence réelle dans le champs politique.

Il ne s’agit pas seulement d’une stratégie électorale pour les élections régionales et départementales de juin prochain, il s’agit d’une stratégie globale, d’un choix politique que nous devons faire à un moment ou à un autre, parce que soit nous restons des supplétifs, soit nous assumons notre différence et notre indépendance.
Je pense que c’est le moment idéal pour faire ce choix, nous avons le vent en poupe, et nos électeurs n’accepteront plus de nous voir nous allier avec ceux pour qui ils ne veulent plus voter.

Quelle visibilité aurions-nous en nous alliant à un ou plusieurs gros partis ? Qui cherchons-nous à atteindre ? Et comment voulons-nous être connus de quelle cible ?
Est-ce que nous voulons que les électeurs de nos concurrents, alors alliés de circonstance pour ces élections comme certains le suggèrent, sachent qui nous sommes selon ce que nos concurrents/alliés voudront bien dire de nous, et ce avec tout le mépris qu’ils ont pour nous, ou malgré le peu d’informations dont ils disposent à notre sujet ou avec tous les a priori qu’ils ont sur nous, ou bien est-ce que nous voulons trouver et convaincre nos propres électeurs à notre façon et selon nos propres moyens ?

Je pense qu’à force de vouloir essayer d’exister dans l’ombre des autres partis politiques on ne fait que brasser du vent, personne ne nous voit, et nous ne sommes qu’un logo parmi une masse informe de logos sur un bulletin, ce qui ne nous donne aucune visibilité réelle, ou en tout cas pas la moindre plus-value.
Je ne crois pas que notre objectif soit d’avoir une visibilité auprès des électeurs des autres partis politiques, or c’est tout ce que nous gagnerions à associer notre logo à ces autres partis politiques.

Dites-moi, comment peut-on revendiquer le fait que nous ne sommes pas un parti traditionnel, et que nous voulons changer réellement le système, si on continue à jouer aux petits jeux de négociations de ces partis traditionnels que nous dénonçons ?
N’est-il pas temps que notre organisation prenne son envol seule, avec tout ce que ça implique par ailleurs ?

A titre personnel, je préfère ne pas participer aux élections mais conserver ma liberté de critiquer les autres partis politiques plutôt que de m’allier avec eux et devoir hocher de la tête bêtement lorsqu’ils disent les pires conneries.

Si je propose cette stratégie, c’est parce qu’elle me motive et me donne envie de nous aider à y parvenir.
Une autre stratégie visant à faire des alliances avec des partis que je fuis et pour lesquels je refuse de voter me motiverait beaucoup moins à m’investir… J’imagine que je ne suis pas la seule dans ce cas.


#8

La stratégie d’avoir des listes autonomes; n’est pas mauvaise en soi, mais il faut avoir les moyens de ses ambitions, et pour le moment nous n’avons pas les moyens humains et financiers pour l’appliquer.
Les arguments de Florie sont très largement défendables dans le cadre d’une élection nationales, mais pour les régionales on sait tous que le premier tour permet a chaque parti de récolter des voix qui créeront un rapport de force pour les alliances du second. Je comprend aussi largement la volonté d’émancipation face aux autres partis.
Comme elle le dit bien, ce mode de scrutin donne une prime démesurée à la liste arrivant en 1er au second tour. Le but d’une élection c’est aussi d’avoir des élus qui une fois en fonction pourront influer sur les décisions, mais rien n’empêche un élu d’une liste “technique” de parler librement. C’est pour cela que beaucoup de partis créent déjà des alliances des le premier tour, alors qu’ils ont des divergences. Cela s’appelle le compromis politique.
Ceux qui ont fait le pari de la totale indépendance en souhaitant être hors des autres partis en gardant une pureté idéologique stagnent électoralement et sont considérés aux yeux des gens comme des sectes politiques (cela fait 50 ans que Lutte Ouvrière stagne à 2 Pourcents et n’apporte rien au débat, la seule fois ou ils ont dérogé à cette règle, ils ont eu des élus).
C’est donc pour cela qu’il nous faut des élus, qui serviront de modèles et d’exemples afin de crédibiliser le PP dans l’opinion publique (sans renier les points du programme), et pour avoir des élus, il faut intégrer des listes de rassemblement dès le 1er tour. C’est de l’intérieur que nous pourrons changer le système, car actuellement le seul parti reconnu hors système c’est le RN.
Pour répondre à une autre question, si nous avons des élus, rien n’empêchera de discuter à l’avance des ordres du jour, 90 Pourcents de la dotation des régions sont déjà soumises aux contraintes liées aux compétences obligatoires des collectivités territoriales, du coup le débat au sein du PP peut avoir lieu en amont, et les consignes de vote à nos élus pourront être aussi données en amont.
Quand je me rappelle comment on a eu du mal à monter une liste de 80 noms pour les européennes, j’imagine mal comment on pourrait faire des listes totalement autonomes par régions. Ce pari est risqué, et le risque est d’être totalement absent de cette élection, ce qui serait catastrophique en terme de visibilité et nuirait à la préparation de la campagne des législatives qui est l’objectif principal de ces prochaines années.
D’un autre coté, “Boucher” les listes avec des personnes qui n’ont pas forcément la mentalité pirate est un très gros risque en cas de dérapage, et nous savons bien qu’une fois le dérapage acté, il est très dur de redresser la barre. Mieux vaut des pirates formés et présent sur des listes multipartites, que des candidats incontrôlables, ou tout simplement des trolls recrutés juste pour boucler la liste. Sans parler de trolls, rappelons nous de nos colistiers de la France Ensemble.
Pour conclure, je dirai que la proposition initiale serait parfaite si nous étions dans un système politique et médiatique équitable, mais ce n’est pas le cas, et du coup on doit composer avec le système actuel même si on doit faire quelques concessions par rapport à nos idées.


#9

Je suis pour la stratégie liste unique avec clairement l’objectif des législatives de 2022 ou pour ne pas participer.

Il me semble que d’autres stratégies auraient pu être possible mais en s’y prenant il y a 6 mois au moins pas maintenant.


#10

La demande pour être sur nos listes est publique, donc on peut avoir potentiellement des personnes non pirate qui s’y inscrivent, c’est pour ça que je posais la question de comment on les gère par la suite.

Ensuite, d’un point de vue globale je serais plutôt partant pour cette stratégie, d’un point de vue plus local j’ai quelques bémols dont un très fortement lié a mes convictions politiques. Si je me suis engagé au PP, c’est pour voir la trame commune qui nous anime se propager dans notre pays voir au delà. J’ai été candidat sur les élections européennes, candidats sur les municipales sur une liste d’association de partis et collectifs. J’ai été élu sur les municipales. j’y ai découvert les travers que Florie d’écrit, l’impossibilité d’assurer a minima un fonctionnement démocratique et transparent dans l’interaction avec les autres partis. Mais j’ai aussi obtenue la première marche de ce je penses être un des objectifs du PP, être dans la machine, avoir la possibilité de pirater le système de l’intérieur. Fort de ça, avec cette stratégie je m’efforcerais de trouver les candidats pour pouvoir déposé la liste. Si on fait ça dans notre région, on vas enlever des voix à d’autres listes. Hors dans cette région il y a une forte probabilité que l’extrême droite fasse un gros score voir l’emporte. Je ne voudrais pas leur ouvrir la porte par cette action. C’est une des raisons qui m’ont poussé à entamer bien avant l’annonce de cette stratégie des discussions d’union avec d’autres partis.
L’équipage PACA à donc ouvert au vote une demande de positionnement pour cette stratégie et j’encourage les autres équipages régionaux à en faire de même que l’on puisse avoir une vision des point de vue local qui enrichirons ce débat et la stratégie à adopter.
Et pour répondre à quelques questions posées ici, pour moi une alliance ne m’oblige nullement à arrêter tout esprit critique envers mes alliés.

Je me tiens a la disposition des pirates pour en parler sur discord en audio car je suis demandeur de point de vue la dessus.


#11

J’ai aussi du mal à me positionner sur ce point de manière générale. A mon avis, c’est une bonne stratégie de court terme, c’est à dire que ça a un intérêt si et seulement si c’est ponctuel et qu’en parallèle on s’attaque à travailler plus profondément sur l’offre politique et la manière de faire de la politique (redonner confiance).

Or, la gauche en France en est toujours au même point, incapable de proposer autre chose. Le peu de tentatives de renouveler l’offre politique se termine comme dans toute situation de monopole, en finissant par être avalé par ceux qui l’ont, ce fut le PS, LFI, maintenant EELV, des machines verticales travaillant pour un homme providentiel qui doit s’élever des rangs, quand ce n’est pas lui même qui les crée.

Les tractations entre partis s’effectuent comme il y a 50 ans (https://www.lemonde.fr/politique/article/2021/03/06/les-elections-regionales-creent-des-tensions-entre-la-france-insoumise-et-les-communistes_6072175_823448.html), rien n’a changé et après ils viennent gueuler que le FN monte.

Sur le long terme, cette stratégie de barrage est à mon avis à tous les coups perdante. Une analyse similaire sur la question : http://www.slate.fr/story/204692/barrage-republicain-chronique-naufrage-collectif-macron-gauche


#12

https://twitter.com/KarimaDelli/status/1369967409457692672

image

Je préviens, je voterais non à toute proposition qui viendrait toute ficelée avec des accords où le Parti Pirate n’aurait pas été partie prenante.


#13

Je vous informe qu’un membre du bureau de Volt vient de prendre contact pour discuter notamment de cette échéance électorale des régionales.
J’essaie d’organiser une rencontre avant la fin des débats sur cette motion pour peut-être proposer un amendement qui irait dans le sens d’une alliance avec eux…


#14

Comme mon hypothèse sur ce qu’est volt n’est pas la bonne (voir discord), je pose ici le lien vers le site de volt France https://www.voltfrance.org/


#16

Je vous propose une rencontre avec Volt ce week-end, dimanche à 17h sur Discord, est-ce que ça vous intéresse ?

  • Je serai là
  • Je ne serai pas là mais j’aimerais un compte-rendu
  • Je ne serai pas là et ça ne m’intéresse pas

0 votant


#17

Je ne sais pas si je pourrai être là dimanche à 17h
Par contre en regardant sur le lien de trakilloman je n’ai rien vu concernant dans leur programme quelque chose ayant rapport de peu ou de loin avec les compétences des conseils régionaux (ou alors c’est bien planqué).
En plus , ils ne se concentrent que sur 3 régions.
Je persiste à dire que c’est une erreur stratégique de ne pas s’impliquer dans des listes d’union comme celle des Hauts de France, le PP y aurait toute sa place, et on ne risquerait pas les attaques du genre :“Vous faites le jeu du RN en multipliant les listes”


#18

Par contre entreprendre des pourparlers avec volt est une très bonne idée pour préparer la campagne des législatives. car la, hors de question de s’effacer devant les plus gros partis


#19

À choisir entre des attaques comme :

Et des attaques qui diraient qu’on vend notre cul au plus offrant pour des places, je préfère encore les premières auxquelles j’ai déjà une réponses toute trouvée :
“Si vous, la vieille gauche, aviez fait correctement votre boulot, le RN ne serait pas aux portes du pouvoir aujourd’hui et on n’aurait pas besoin de se présenter comme une alternative à vos conneries.”

Non, au contraire, je pense que c’est parce que ces partis font des alliances entre eux et qu’ils renient leurs valeurs fondamentales pour avoir des places depuis trop longtemps, et que le système électoral qu’ils auraient pu changer est toujours le même, je pense que c’est pour ces raisons là qu’on en est là aujourd’hui.

Donc moi les attaques du genre “vous faites le jeu du RN” je les attends de pied ferme et j’ai hâte de pouvoir y répondre.
Par contre ça va être difficile de devoir répondre à l’attaque “vous vendez votre cul pour des places” si on renie tout ce qu’on a essayé de construire jusqu’à présent pour nous démarquer des autres pour faire des alliances opportunistes.

Et moi, je suis porte-parole, il va falloir que j’explique ce choix si on me pose la question et je sais qu’on me posera la question. Et je n’ai pas envie d’avoir à répondre à cette question.
Maintenant peut-être qu’on a des porte-parole que ça ne dérange pas de devoir expliquer qu’on a vendu notre cul pour des places alors qu’on a passé du temps à essayer de se détacher des partis traditionnels…

Par ailleurs, je doute que nos électeurs votent pour nous si on décide de s’allier à des partis qu’ils refusent de voir au pouvoir. Je doute sincèrement que nos électeurs nous suivent si on décide de s’allier à EELV ou à la FI, et je doute que si on décide de faire ça maintenant, nous ayons des places éligibles et je doute vraiment que nos électeurs reviendront vers nous en 2022 si on trahit nos idées en vendant notre logo en 2021. En outre, on aurait l’air de quoi à se pointer au dernier moment pour mendier des places éligibles dans un accord avec des partis qu’on passe notre temps à pointer du doigt parce qu’il disent et font de la merde ? N’avons-nous donc aucune fierté ?
Non, clairement, je pense que la stratégie qui vise à rejoindre les partis traditionnels dès le premier tour est perdante à tous les niveaux.
Et en fait, j’irai même plus loin, on devrait carrément dès maintenant empêcher toute alliance au second tour.

Je préfère encore prendre le risque de ne pas avoir de liste aux régionales, et ne pas avoir de candidatures Pirates et de ne pas avoir d’élus ce coup-ci, plutôt que prendre le risque de perdre toute la réputation qu’on essaie de se forger et reniant nos idées pour suivre des partis avec lesquels nous avons de profondes et irréconciliables divergences.


#20

Je viens d’échanger avec un membre de Allons Enfants, nous avons décidé de vous proposé une rencontre entre nos deux organisations dans le cadre de ce débat sur notre stratégie régionale mardi à 19h05.

Nous avons donc deux rencontres prévues :
Dimanche à 17h avec Volt.
Mardi à 19h05 avec Allons Enfants.

Il nous faudra des volontaires pour prendre des notes sur un pad pendant les rencontres, je vous transmettrai le pad le jour de chaque rencontre pour cela.

Inscrivez vous pour mardi 19h05 ici :

  • Je serai là
  • Je ne serai pas là mais j’aimerais un compte-rendu
  • Je ne serai pas là et ça ne m’intéresse pas

0 votant


#21

Je suis tout a fait d’accord sur le fait qu’il est peut être un peu tard pour s’interroger sur le fait d’intégrer ou non des listes de partis traditionnels. plus les jours passent et les alliances se font, moins nous avons de marge de manœuvre pour peser sur les listes.
Par contre , Florie même si tu as les bons arguments pour contrer les attaques type faire le jeu du rn, tu sais qu’une fois l’attaque lancée, c’est parfois difficile de démentir et redresser la barre, et qu’il en reste toujours des traces.