Débats 2020-06 : Le Parti Pirate pour la fin des violences policières


#41

Alors question bête, c’est quoi le droit des minorités ? Je connais des droits qui ne sont pas respectés pour les minorités mais pas de droit des minorités.


#42

Je faisais référence à la “Déclaration des droits des personnes appartenant à des minorités nationales ou ethniques, religieuses et linguistiques” voté à l’ONU en 1992 qui n’est pas ratifié par la France.

C’était un exemple pour illuster mon propos et c’est peut-être aussi maladroit qu’hors sujet.


#43

C’est une motion pour laquelle je me suis porté soutien, mais qui n’est pas parfaite, et qui me rappelle celle sur le RDB, dans la mesure où nos objectifs, nos horizons, ne sont pas forcément intégralement compris dans ce que nous allons voter en l’état.

A ce titre, j’aimais beaucoup, dans la première mouture de cette motion, la notion de “motion de direction”, ou quelque chose dans ce genre. Ce détail s’il revenait dans le game, aurait le mérite de présenter le travail comme en cours, avec un point de départ, et un angle d’attaque pour la suite.

Pour ce qui est du dialogue comme fondation de la doctrine du maintien de l’ordre, je pense que vu le contenu de ce passage, soit le sous-titre n’est pas idéal, soit il faut approfondir, notamment sur la question des échanges entre FDO et manifestants.
Je propose donc de scinder cette partie en deux :

  • démilitarisation d’une part => désarmement progressif et méthodique des FDO en fonction de leur champ d’action
  • nouveau paradigme du maintien de l’ordre d’autre part => avec par exemple un accent mis sur la formation continue des agents, tant sur un aspect martial (techniques, MAJ des techniques, etc) que sur un aspect psychologique (discours, ressorts, self-control, …)
    Parce qu’en fait, je trouve que c’est la disproportion entre l’armement et la formation qui pose le + problème en ce moment chez les agents, chaîne de commandement mise à part. De tout ce que j’ai vu et lu ces derniers temps, j’ai dans la tête l’image de gens pas du tout formés, et surarmés au delà de leur compétences. C’est donc forcément foireux, dangereux, et dramatique.

Pour ce qui est de la réforme de l’IGPN, ne pas oublier d’y joindre l’IGGN. :slight_smile:


#44

Depuis la semaine dernière, j’ai bien réfléchit à la question, et j’ai murit mon point de vue sur le sujet et je me permets de poser un argumentaire plus complet sur la question, en espérant que personne ne le prendra à titre personnel ni comme une agression, ce n’est clairement pas mon intention.

Tout d’abord je tiens à m’excuser de m’être emportée. J’étais en colère de n’avoir pas pu travailler sur cette motion qui me tenait à coeur avant qu’elle ne soit déposée, et en colère qu’on m’ait mis le couteau sous la gorge pour débattre en deux semaine d’un texte que je trouve encore trop insipide (j’ai vu que d’autres groupes politiques avaient proposé des choses similaires entre temps, et même initié une pétition sur la question, ça m’a confortée dans mon opinion, nous n’allons pas assez loin).

J’ai épongé ma colère depuis, mais c’est parce que je ne souhaite pas laisser filer une occasion de faire entendre mes idées sur la question que je me suis concentrée sur le sujet ces derniers jours, mettant plusieurs autres projets en suspens, et que j’ai pris le temps de lire des documents, de regarder des documentaires et de poser quelques idées pour approfondir ce point de programme (j’en ai encore d’autres que je n’aurai pas le temps de proposer avant dimanche, tant pis ça attendra, pas d’urgence de toute façon).

Si on doit ajouter un point sur le fonctionnement de la police à notre programme, et j’y suis évidemment très favorable, alors il doit être, comme tous les points de programme que nous ajouterons à l’avenir, ainsi que nous nous y sommes engagés tacitement il y a peu, argumenté et complet, et faire suite à un débat interne et/ou avec des personnes concernées, et ne pas se limiter à nous donner une simple orientation dans un débat que nous n’avons pas encore engagé.

Si ce point de programme, proposé par Bibo, qui n’a jamais fait l’objet d’un échange entre les Pirates ou avec l’extérieur, point largement incomplet et qui devra faire l’objet de modifications dans les prochains mois, venait à être ajouté à notre programme à l’issue du vote de la semaine prochaine, alors nous ne ferions que faire perdurer des pratiques que les abrogations de points de programme proposés à l’ordre du jour de l’Assemblée Permanente de Juin par l’équipage agriculture illustrent justement.

Nous ajouterions à notre programme un point incomplet qui ferait office de belle promesse à ouvrir un débat que nous avons de toute façon déjà ouvert. Mais cette motion, quelle que soit la volonté qui en a permis le dépôt, et quelles que soient les modifications mineures qui sont suggérées quant à son contenu, n’engage en rien les Pirates à faire perdurer le débat. À vrai dire, rien ne saurait engager les Pirates à faire perdurer quelque débat que ce soit… Les Pirates sont libres… :slight_smile:

Cette motion aura peut-être même tendance à fermer le débat, au moins pour un temps, sur ce sujet en particulier, au moment où nous en aurions le plus besoin. J’aimerais avoir tort. Le passé du PP me conforte malheureusement dans ce point de vue, d’autres plus anciens que moi confirmeront sans doute.

Que s’est-il produit ces derniers jours ? Un débat qui aurait pu bien se passer sur un sujet dont nous devons vraiment parler ensemble, en prenant le temps de poser des bases de travail saines, a dégénéré parce que plusieurs personnes (moi compris) ne se sont pas comprises entre elles, des personnes ont décidé de travailler dans leur coin dans une urgence que je ne comprends pas (nous sommes un parti politique, pas une agence de presse) sur un sujet sur lequel plusieurs personnes voulaient travailler en collectif… Une motion a été déposée par une personne, avec, à mon sens, un objectif discutable (sauf erreur, il s’agissait de créer une base programmatique pour communiquer à tout prix sur une actualité) pour ajouter un point de programme incomplet sur un sujet qui n’a jusqu’alors jamais été débattu au sein du PP.

Je vous le répète, je souhaitais travailler sur cette motion dans le cadre d’un travail collectif avant qu’elle ne soit déposée au débat, on ne nous l’a pas permis en nous coupant l’herbe sous le pied par le dépôt précipité d’une motion sortie de nulle part, ça m’ennuie, ça me frustre, ça me met en colère en fait, parce que je le prends comme un profond manque de respect pour toutes les personnes qui ont manifesté l’envie de travailler sur ce sujet.

Preuve, s’il en fallait une, que nous ne sommes pas encore prêts à travailler en bonne intelligence tous ensemble et que nous avons besoin de nous appliquer à nous même certaines méthodes de travail que je pensais pourtant acquises (notamment après l’épreuve du débat sur le nucléaire que nous avons passée plutôt bien l’an dernier).

Si toutefois nous décidions de reporter le vote de ce point de programme au mois d’octobre, en nous contraignant à ce que ce vote ait lieu au mois d’octobre, en l’inscrivant dès à présent à l’ordre du jour de l’Assemblée Permanente d’octobre (ce qui est tout à fait possible et ne nécessite pour cela qu’une décision des porteurs de la motion de la retirer du vote en juin et de la reporter en octobre), alors nous pourrions le compléter, nous pourrions sans doute continuer nos échanges dans un climat plus apaisé, nous laissant assez de temps pour aborder méthodiquement chacun des sujets abordés par la question des violences policières et pour amender la proposition initiale de Bibo. Ainsi, nous pourrions organiser des rencontres avec des personnes concernées, des spécialistes des différentes questions abordées, nous pourrions consacrer l’été à échanger sur la question afin de fournir, en octobre, des réponses politiques à la hauteur des enjeux que la question des violences policières pose, nous pourrions indiquer à nos soutiens, au grand public, que nous attendons leur aide pour construire notre programme ensemble, comme nous l’avons fait à plusieurs reprises ces derniers mois.

Et ça, c’est ce que nous faisons au Parti Pirate, c’est comme ça que nous militons, c’est pour cela qu’on nous apprécie, on ne fait pas de la politique opportuniste en ajoutant des points de programme en fonction de l’actualité, mais bien en ouvrant le dialogue, le débat, sur les sujets qui font l’actualité, et en prenant le temps qu’il faut pour échanger sur les sujets qui nous intéressent même si à l’issue de nos échanges ils ne sont pas aussi suivi médiatiquement qu’à leurs débuts, afin de construire des propositions claires, pertinentes, de trouver des réponses adaptées à des problèmes posés. Pourquoi vouloir à tout prix décider de quelque chose d’incomplet aujourd’hui quand nous pourrions décider de quelque chose de bien plus complet en octobre ? Ou même plus tard si nous avons besoin de plus de temps, rien ne presse malheureusement, il y aura toujours des problèmes avec la police à la rentrée de septembre, ce n’est pas en 3 mois qu’on règlera un problème que des années de laisser-faire général et d’impunité globale ont contribué à créer.

Je me refuse à laisser une motion type “voeu pieux” être ajoutée notre programme alors que nous nous mobilisons depuis des mois, (années maintenant), pour que ce genre de points de programme, que nous tous jugeons insipides, soient retirés ou complétés. Cette motion reste une simple promesse que les Pirates feraient, en l’état elle ne fait que reprendre très partiellement des propositions d’autres partis politiques mais n’apporte rien de nouveau au débat sur le sujet, aucune nouvelle réponse politique, et surtout, elle n’est pas une réponse à la hauteur de ce que nous, Pirates, sommes capables de proposer ni à la hauteur des enjeux, aussi je voterai contre cette motion.

Cependant, comme les porteurs de cette motion semblent souhaiter la maintenir au vote, puisqu’ils n’ont pour le moment pas donné de réponse positive à ma demande répétée de report, nous privant ainsi de ce temps de débat préalable à l’élaboration d’un point de programme construit et complet, et comme je refuse que nous prenions le risque d’intégrer à notre programme un banal voeu pieux vide de sens et de substance, incomplet même si suffisamment sourcé et sur lequel personne d’autre que le rapporteur n’a pu travailler, je propose un certain nombre d’amendements que les porteurs pourront décider ou non d’intégrer. Ces amendements ne sont pas complets, pas suffisamment sourcés, ils mériteraient d’être largement complétés ou modifiés, mais ils ont le mérite de donner quelques pistes de réflexion sur une autre orientation que nous pourrions prendre dans ce débat sur les violences policières, une orientation qui ne serait pas celle visant à copier simplement des idées d’autres partis politiques, aussi piratocompatible que soit le principe de copier des idées qu’on juge pertinentes, une orientation que nous pourrions envisager dans un avenir proche, que cette motion soit ou non adoptée, une orientation originale, pertinente, percutante peut-être, mais que cette précipitation à déposer une motion en juin ne m’aura pas permis de suggérer dans le cadre des débats que nous aurions pu avoir sur la question avant de fixer une première pierre dans le programme et de très probablement fermer ce débat pour un certain temps.

Je précise cependant que même si les porteurs intègrent mes suggestions d’amendements, ce que je leur déconseille de faire notamment pour les deux plus récents qui sont clairement insuffisamment sourcés, je voterai contre cette motion, en espérant qu’une fois complétée de toutes les propositions issues de nos futurs débats et échanges sur la question, elle soit soumise à nouveau au vote en octobre prochain, en espérant que des débats soient organisés par les porteurs et nombreux Pirates motivés par le sujet dans le courant de l’été pour que nous puissions échanger avec des personnes concernées et compléter ce point de programme comme il doit l’être, en espérant qu’on nous laisse le temps de produire un point de programme construit, complété de nos réflexions nombreuses sur la question. Et si on me rétorque que « tout le programme est incomplet » alors je dirais qu’il est peut-être temps de justement cesser d’ajouter des points incomplets et de commencer à se respecter les uns et les autres, à respecter nos idées communes, à respecter le temps politique et surtout le temps du débat démocratique, et à produire un travail à la hauteur de ce que nous sommes capables de faire. Si on se donne du temps, si on se laisse le temps d’un débat, alors peut-être qu’on parviendra enfin à produire un programme pertinent et qu’on arrêtera de passer pour des clowns aux yeux de nos rivaux.

Oui, c’est la méthode qui me pose problème, mais à travers elle c’est la faiblesse du contenu de ce point qui me dérange, et si on essayait pour une fois de travailler sérieusement sur un sujet qui, de surcroit, par son importance, l’impose ?

Enfin, par l’urgence de son dépôt et de son vote, je regrette que cette motion apparaissent finalement à notre public, qui commence à peine à être habitué à notre long temps démocratique mais qui l’apprécie particulièrement et qui nous apprécie pour cela et pour le sérieux avec lequel nous traitons nos sujets, comme une vaine tentative de récupération politique d’événements tragiques, transformant ainsi notre parti politique en ce qu’il n’a pas vocation d’être : une banale agence de comm pour idées en vogue.

PS : Notre parti est composé en majorité (très très large majorité) d’hommes blancs. Je ne pense pas qu’il soit pertinent que j’indique pourquoi je l’écris ici, mais comme ça, je l’ai dit, ça me démangeait depuis un moment de le rappeler.


Mes amendements sont donc les suivants :

Ces amendements sont bien surs largement perfectibles, et mériteraient d’être sourcés. N’hésitez pas à m’indiquer votre soutien (ou non) ou vos corrections d’ici dimanche.

Bonne lecture.
Merci de votre attention.


#45

Je comprends ton désarroi et en effet il faudrait plus de temps pour ce sujet à fleur de peau dans cette actualité.
D’ailleurs certaines réflexions, que je trouvais absolument dénuées de sens jusqu’à maintenant, finissent par m’interroger, comme une société sans police en lisant cet article: https://theconversation.com/peut-on-abolir-la-police-la-question-fait-debat-aux-etats-unis-140477
Merci de nous cadrer et d’exprimer ce qui t’a froissé.


#46

Au vu de la dureté des échanges qu’on suscité le fond et la forme de cette motion,
Au vu de l’absence de prise de position en faveur de cette motion de la part d’un PPPP, ou membre du CRP qui pourrait assumer la gestion de la communication qui suivrait l’adoption de ce texte,
Au vu de la consultation effectuée auprès de plusieurs soutiens,
J’ai décidé, en tant que rapporteur, de ne pas procéder à la mise au vote de la motion.


#47