Débats 2019-10 : Le parti pirate se positionne pour une transition énergétique décarbonée


#61

Bjour,

Je suis désolé mais la fermeture de Fessenheim n’est pas POLITIQUE !

Elle est TECHNIQUE, toutes les centrales sont soumises à un contrôle strict du ASN, hors cette centrale n’est plus du tout aux normes minimales de sécurité.
Ci-dessous une liste non exhaustive des défauts et équipements non conformes:

  • Risque sismique
  • Risque de submersion (canal qui la surplombe de + de 8m)
  • Pas de groupe électrogène ultime secours (obligatoire depuis Fukushima)
  • Radier trop fin
  • Piscines non bunkersisées
  • joint des 163 traversées du bâtiment réacteur

EDF a donc préféré nous tromper une fois de plus en lançant une fermeture anticipée pour ce sortir de cette affaire et demander à l’état des fonds en compensation, non pas pour remettre en état mais pour boucher les trous de la dette causée par l’EPR et autres.

Je réitère ma demande que la partie nucléaire soit retirée de cette motion,.

Et je propose qu’un audit soit lancé afin que l’état réel des centrales ainsi que leur coût et leurs états de sécurité soit connu de tous, que les responsabilités, soient révélés côtés publics et privés sans se limiter aux lampistes qui pourraient être donnés en pâture.

Source:
Fessenheim.pdf (978,7 Ko)


#62

Est-ce que le mieux ce serait pas plutôt que tu proposes un amendement argumenté de cette motion ? Il semble que telle quelle elle convient à pas mal de membres donc le plus démocratique serait de soumettre les deux au vote.

Par ailleurs, je ne pense pas qu’un journal satirique soit une source crédible sur un sujet technique comme ça. Je trouverai un lien vers le rapport de l’ASN dont il parle plus pertinent. En l’occurrence il est impossible de vérifier les affirmations de l’article.


#63

Même les écolos d’eelv savent et admettent que la fermeture de Fessenheim est politique. Il faudrait voir à ne pas trop verser dans la mauvaise foi sur ce point là.
On l’a dit hier, ils en sont conscients. Localement personne ne s’opposait à Fessenheim sauf une poignée de militants écologistes qui en veulent la fermeture. Mais c’est un accord passé en 2012, et j’étais même présente le jour où cet accord a été passé entre le PS et Eelv, qui a entraîné la fermeture de cette centrale.

Moi j’ai assisté à la partie des négociations concernant le nombre de sièges, mais je peux te donner le nom de ceux qui ont participé à la négociation sur la fermeture de cette centrale. L’un d’entre eux s’appelle Denis Baupin.

Donc si on pouvait arrêter de tergiverser sur des faits, et aller de l’avant.
Merci.


#64

Bjour,

Je vais essayé, parce qu’effectivement moi aussi je suis pour cette motion, hormis la partie nucléaire, mais pas sur que mon amendement rentre dans le “cadre”.

Alors qu’il soit satirique il le revendique, néanmoins à ce jour toutes les enquêtes publiées sont vérifiables puisque s’appuyant sur des rapports officiels ou “caché” et là on rentre dans la catégorie lanceur d’alerte.

Je suis entièrement d’accord d’arrêter de tergiverser mais les faits ne sont pas des vues de l’esprit ils sont réels et vérifiables, alors je termine en supputant que lors de la négociation de 2012 la réalité de l’état de la centrale a été soigneusement camouflé par EDF.


#65

Sérieux Gna ? Un complot ? Les négociations politiques entre EELV et PS, dont j’ai été témoin, seraient liées à un complot ?

Restons sérieux un peu là… S’il-te-plaît.
Comment veux-tu être pris au sérieux si tu hurles au complot tout le temps…

Édit : un article qui explique que Fessenheim aurait pu rester ouverte selon l’ASN qui aujourd’hui empêche l’EPR d’ouvrir. Même l’ASN le dit que c’est politique Gna. Les faits sont les faits.


#66

This post was flagged by the community and is temporarily hidden.


#67

J’en viens à défendre le nucléaire…

Un ingénieur m’a expliqué un jour que ce rapport était dû au fait du changement de direction, et donc que la nouvelle direction avait pris le parti de notifier tous les incidents sans exception, quand la direction précédente ne notifiait que les incidents graves.

Donc dans ce rapport il y a tout, de la petite coupure avec une feuille de la secrétaire à son bureau jusqu’à la petite migraine de l’employé de bureau, et aussi tout le reste.

Le problème c’est qu’à la fin on a l’impression que ça fait plein d’incidents, sauf qu’en fait la direction respectait la loi qui précise qu’elle devait tout notifier.

À force de suivre comme des moutons les associations qui prennent pour argent comptant tout ce qui peut les aider à leur donner raison, et les pires sont les partis politiques écolos, on finit par perdre de vue la réalité et les faits.

Aujourd’hui, c’est un fait, on a 58 réacteurs en activité.

Eelv veut tous les fermer mais eelv n’a aucune solution pour gérer les déchets, et s’oppose à toutes les solutions proposées alors qu’on a des déchets et qu’il va bien falloir les traiter, ça aussi c’est un fait.

Greenpeace est sur la même ligne.
Demandez leur comment on gère les déchets ils vous répondront que si on les avait écouté il y a 40 ans on n’en aurait pas.

C’est un fait. On ne peut que leur donner raison sur ce point.
Mais 40 années sont passées, et aujourd’hui on a 58 réacteurs en activité ou qui peuvent l’être.
Donc potentiellement un tas de déchets à gérer.

Et par ailleurs, notre empreinte carbone est très basse quand on ne considère que la production d’électricité.

Donc, on peut continuer à s’opposer au nucléaire comme il y a 40 ans et refuser d’admettre qu’on a 58 réacteurs en activité et plonger la tête dans le sable comme le font eelv (même la responsable de leur commission énergie nous l’a dit hier) ou on peut prendre une position claire et adulte en fonction des faits d’aujourd’hui.
Est-ce qu’on peut se mettre d’accord sur les faits ?
58 réacteurs, des déchets à gérer qui sont bel et bien là, et une nécessité d’éviter la production d’énergie carbonée pour limiter le réchauffement climatique, ça ce sont les faits.


#68

:rofl:
Ne me fait pas dire ce que je n’ai dit !
Si touts les malfaçon connu par EDF avait été immédiatement révélé, l’EPR ne serait pas plus avancé, mais la plupart des défaut auraient été corrigé et je ne hurlerait pas !:sweat_smile:

Je prépare un amendement comme ça peut-être je serais plus clair :wink:


#69

On parlait de Fessenheim en 2012, et ci-dessus aussi, pas de l’EPR.
Évidemment si tu mélanges tout comment veux-tu que je suive…


#70

Cet article de septembre 2018 montre que seule l’ASN connait les incidents qui surviennent dans les centrales. Il doit en être de même pour le gouvernement en fonction et EDF.
Les associations, les partis et le public n’ont à priori pas connaissance de ces accidents.

On apprend qu’une député allemande a joué le rôle de lanceur d’alerte en communiquant un rapport de l’ASN sur les incidents de Fessenheim à mediapart. Ce ne sont pas des defauts mineurs… L’épaisseur du radier, par exemple, est un défaut de conception. L’article parle d’ “évènements précurseurs”

Ces incidents s’échelonnent de 2004 à 2014. Aucun rapport n’est accessible pour la période 2015/2018.
Les directions ont changé 3 fois en ce laps de tps.

De tte façon pour que Fessenheim fonctionne en tte sécurité, il aurait fallu des millions (milliards?)

https://france3-regions.francetvinfo.fr/grand-est/fessenheim-centrales-nucleaires-plus-touchees-dysfonctionnements-document-mediapart-1540752.html


#71

Bsoir,

Je mélange pas tout je pense juste qu’il y a depuis des décennies des mensonges par omissions d’EDF sur les constructions/fabrications de centrale, tant à Fassenheim, qu’après à Flamanville.
ça ne remet pas en cause le sérieux des participants aux diverses négociations puisqu’ils ne connaissaient pas la réalité, et de fait trompé.


#72

1er jet d’un amendement à cette motion:

De l’électricité

Avant toutes chose il faut réaliser toutes les économies pouvant être mis en place pour réduire notre consommation et ne pas produire plus que de nécessaire avec les moyens dont nous disposons aujourd’hui, pour cela il faut en connaître les besoins réels
Dans ce cadre, la poursuite de l’activité des centrales nucléaires en France nous semble pour l’instant inévitable du fait de sa production la moins carbonée…
Néanmoins au vu des scandales sur les mensonges par omission sur les malfaçons, l’extension indéfinie des délais, et de la gabegie financière liée à ces travers
Il ne semble pas envisageable dans l’immédiat de prôner la continuation du nucléaire, sans avoir auparavant effectué un audit sur l’état réel des centrales et de la responsabilité des personnes tant privé que publique, des malfaçon et dépassement de budget, ensuite évaluer les besoins pour mettre aux normes de sécurité les centrales actuelles ce qui permettraient de les faire durer le temps de la recherche d’alternatives.
On préconise aussi le développement d’installation solaire sur les toitures disponibles dans le respect de l’environnement. Dans le cas d’autoconsommation le surplus de production est injecté dans le réseau commun gratuitement sans taxation (TURPE) celle-ci ne s’appliquant qu’en cas de vente à des fournisseurs.

Du nucléaire

Il semble donc nécessaire de mettre aux normes de sécurité les centrales nucléaires actuelles, de fermer les centrales à charbon et à gaz (autres que celles à bilan carbone nulle

Mise en route de l’audit et d’un système de contrôle à la charge des constructeurs et non des exploitants, solution qui assurera la stabilité financiére pour les prochaines décennies.
Le Parti Pirate préconise, au vu des dispositifs technologiques dont nous disposons, une gestion des déchets qui soit géologique en attendant que de nouvelles solutions soient trouvé comme le recyclage, etc,
Il préconise également de mettre en place des mécanismes de cogénération (récupération de la chaleur émise par les centrales pour le chauffage, l’industrie) afin d’optimiser les productions de ces centrales. Enfin il préconise de privilégier le développement de systèmes aéroréfrigérants limitant ainsi les prélèvements d’eau des cours d’eau sans réintégration directe.
La mise aux normes du parc nucléaire ne doit pas se faire pour produire et consommer toujours davantage mais doit être proposée comme l’alternative du passage des énergies fossiles aux énergies renouvelables.
Dans le cadre de ses propositions le PP supprime toutes subventions autres que celle pour soutenir la recherche et le développement de nouvelles technologies renouvelable et décarbonée.
Enfin les consommateurs doivent payer l’électricité à son vrai prix de production, cela encouragera à la modération.


#73

Bonsoir,

désolé du retard pour la réponse mais j’ai eu besoin de déconnecter 2 jours.

Comme le souligne Farlistener ce n’est pas forcément le pouvoir qui pose problème à L’ASN.

la sureté nucléaire telle qu’elle est organisé repose sur 4 principes :

La mission de l’ASN s’articule autour de quatre grands principes intangibles : la responsabilité de l’exploitant, l’indépendance vis à vis de l’exploitant, la mise en place d’une stratégie de sûreté fondée sur la « défense en profondeur » et la prise en compte permanente des événements de terrain.

extrait de cette page qui définit ces principes

De mon simple point de vue, et en dehors des inspections routinières de l’ASN, le problème principal vient du fait que l’exploitant (donc le bénéficiaire économique de la production) est chargé de la déclaration des incidents (de tout niveau) et il peut être tenté de les dissimuler (négliger, ignorer,…) pour n’importe quels raisons (lourdeurs administratives, évènements non signifiants, contraintes budgétaires, corrections en interne,…). Ici, l’exploitant , est dans une réelle position de conflits d’intérêts, ce qui rend le premier principe fragile.

on peut observer ici que pour au moins une centrale il y a eu des négligences de l’exploitant vis a vis de l’ASN. A cela se rajoute la cacophonie des échanges entre les deux parties. (+ état + assos)

En solution, je dirais que l’on peut imaginer une augmentation des moyens humains et financiers de L’ASN pour une meilleure couverture du parc, et même imaginer la présence en continu sur l’ensemble du parc nucléaire d’une permanence de cette autorité indépendante ce qui permettrait d’améliorer le suivi et la prise en charge, et de s’assurer de la transparence de l’exploitant.

D’autant plus que dans le projet de loi énergie climat, la sureté ne fait pas partie de l’équation.

Pour la partie équilibre financier, maîtrise du budget , farlistener dit que c’est dans la motion mais je ne lis qu’une phrase qui ne précise pas les contraintes, règles , obligations de l’exploitant. Actuellement il se précise un projet d’une filiale nucléaire 100% publique …être plus précis sur l’aspect économique de ce secteur me semble être le moment opportun… peut être cela fera t’il l’objet d’une autre motion ? L’état gèrera t’il mieux ?

merci de m’avoir lu.
Bonne soirée.


#74

farlistener dit surtout que dans la motion il est traité de la problématique de la dérive budgétaire concernant la construction des centrales et en particulier celle de Flamanville que gna n’arrête pas de mettre en exergue, comme la plupart des partisans de l’arrêt du nucléaire, qui est imputables aux fournisseurs et non aux exploitants et c’est de cette partie là que la motion “encadre” sans, il est vrai rentrer, dans les détails (tout comme elle ne rentre pas dans le détail du reste, sinon il faudrait sortir un papier complet …).

Pour le reste et concernant Flamanville en particulier, il faut noter la capacité auto-réalisatrice à l’injonction “on ne sait plus construire des centrales, il faut donc arrêter le nucléaire”, car c’est en grande partie pour faire plaisir à cette vision des choses qu’on a arrêté de construire des centrales et donc jeter à la poubelle l’industrie nécessaire pour les faire. Bref, il faut écarter cet argument qui est par construction circulaire.


#75

Bjour,

non ce n’est pas une question de faire plaisir ou pas, c’est un constat !
On l’a sous les yeux depuis 2007, la centrale devait produire en 2012, hors ceux qui disaient avoir les capacités techniques de le faire et donc d’en suivre la construction et la mise en route sont passé totalement à côté, et je viens d’apprendre que les"fournisseurs" ayant posé le plus de problèmes n’étaient autres que Framatome (ancienne Areva) ou EDF était actionnaire, pour finalement en prendre le contrôle et comme la ficelle devient un peu trop grosse on se tourne vers les Japonais pour le matériel.
Comment faire confiance dans ces conditions.
Et il y a le problème des délais de construction et mise en route.

Dans la série responsable ou impliqué, un certain Édouard Philippe a été de 2007 à 2010 Directeur lobbyiste chez AREVA…


#76

La question que je me pose du coup c’est : " il restera quoi comme énergie pilotable ?"


#77

Bjour,

Mettre aux normes de sécurité les centrales actuelles ce n’est pas les fermer, et pour le reste je n’ai regarder ce qui était prévu dans la motion originelle, puisque j’étais d’accord sur le fond.
Et la technique avance dans la batterie au sodium, j’en avais parlé et on la trouve dans le commerce batterie verte


#78

J’ai posé cette série de questions sur Twitter à Julien Bayou (porte-parole d’EELV) qui parlait justement du retard de l’EPR en affirmant qu’on ne pouvait pas financer le nucléaire et les EnR.

Voici mes questions :

Pourquoi ne peut-on pas développer le nucléaire et en même temps, les renouvelables?
Comment on fait pour vivre avec les EnR ?
Quelle solution pour stocker l’électricité ?

Comment produire de l’électricité en continu les jours sans vent et sans soleil ? Et les nuits sans vent ?
Comment transporter les ENR électriques de leur lieu de production à leur lieu de consommation ? (exemple de l’énergie marémotrice et de l’absence de mer en Alsace)

Quelle solution pour le stockage des déchets nucléaire ?
La France n’a-t-elle pas une “responsabilité” à poursuivre les recherches sur le nucléaire pour aider la Chine a réduire son usage du charbon et ses émissions de gaz à effet de serre ?

Comment faire face à l’exploitation massive du sable pour produire du béton, les ENR étant grosses consommatrices ?
Comment faire face aux besoins importants en métaux rares pour les unités de productions ENR et pour les batteries électriques ?

J’attends une réponse de leur commission énergie sur le sujet.
Mathilde Tessier m’a transmis le numéro de téléphone du “Monsieur Energie” de Greenpeace que j’aimerais appeler mais pas seule pour éviter de me laisser berner vu que je n’y connais pas grand chose. Est-ce que ça intéresse quelqu’un de m’accompagne à un rdv téléphonique ?

Pour les Pirates que ça intéresse, voici le tweet de Julien Bayou :

Et ma première réponse, qui donne lui à une multitude de réponses toutes (ou presque) très intéressantes :

J’aimerais vraiment qu’on intègre la partie sur les véhicules dans la motion, je pense qu’on ne doit pas se limiter à la production d’énergie et qu’on doit ouvrir à une transformation de la société en donnant une vision plus politique à la motion en cours de débat. Le nucléaire est loin d’être le seul problème en France, et j’aimerais vraiment qu’on intègre la proposition que Farlistener et moi avons faites. Je regrette qu’elle n’aille pas plus loin sur la partie sur l’isolation des bâtiments mais au moins on aborde la question de l’automobile qui reste l’un des principaux producteurs de carbone en France.


#79

Aussi, souvent on me renvoie vers le scénario Negawatt, et je ne retrouve pas l’argumentaire de @npetitdemange qui en avait fait une petite étude, ça m’aiderait, si vous savez où c’est.


#80

Je me demande bien pourquoi l’économie circulaire n’est pas mentionnée dans le “consommer moins” de la motion…Les économies d’energie ne seraient pas négligeables.
Le projet de loi anti-gaspillage pour une éco circulaire qui résulte de la feuille de route pour une economie circulaire dont j’ai parlé dans un autre post, a été débattu au sénat fin septembre et retoqué par ce dernier qui se targue de l’avoir enrichi:https://www.lepoint.fr/politique/projet-de-loi-antigaspillage-le-senat-rejette-la-consigne-des-bouteilles-27-09-2019-2338203_20.php

L’avis d’une asso:https://www.zerowastefrance.org/loi-anti-gaspillage-au-senat-des-reculs-sur-le-plastique-des-avancees-concretes-pour-la-seconde-main/

Si le réemploi/recyclage était la norme dans tous les secteurs de l’economie et des services publics, les besoins en energie ne seraient pas les mêmes! On continue a produire des objets neufs que l’on détruit.Certains parlent de mines urbaines à propos de tous les métaux rares de nos appareils electroniques usagés.

On n’est plus ici dans le produire mieux que le produire moins.
Je défends l’idée que les deux ensembles, renderaient possible un sénario de production d’energie plus “verte” sans, ou avec le moins possible de nucleaire.

Sinon, @Florie on parle un peu du négawatt à la fin de ce post:Comment réduire la consommation d'énergie (eau, élec, etc..) ?