Débats 2019-10 : Le parti pirate se positionne pour une transition énergétique décarbonée


#21

J’aime bien.


#22

Pas très chaud pour les baisses de cotisation : ça crée une pression sur des budgets comme ceux de la sécu.

Pourquoi pas pour l’exonération de taxe foncière.


#23

Rahlalalalala hier on s’arrêtait parce qu’il était tard et parce que je voulais pas tout mettre (parce que là on parlait que de la mobilité mais avec @Florie on a plein d’autres sujets)

On aussi eu, je cite discord :

Donc il faut qu’on sache où s’arrêter, ce qui n’est pas facile. Si d’autres on envie de continuer sur la lancée, je suis pas sûr de m’interposer :smiley_cat:


#24

Certes, mais qui dit baisse de pollution dit baisse des dépenses publiques pour contrer les effets de cette dernière (maladies liées à la pollution, par exemple), donc, avec un calcul de l’allégement des charges dont j’avoue ignorer la teneur, on devrait pouvoir se retrouver avec un bilan nul, voire positif, au final.

@Farlistener, je me suis tâté à ajouter ce point, d’autant que je le trouve très transverse en fait. Sinon, ce serait peut être mieux de fonctionner en motions séparées pour ce genre d’ajout ?

[Edit : ajout du Rapport sur le coût économique et financier de la pollution de l’air pour utilisation ultérieure]


#25

De toute façon on va devoir continuer à travailler dessus, après avoir voté cette base. Donc si tu ne l’ajoutes pas là on le fera le mois prochain.


#26

Mois prochain alors, maintenant j’aimerais faire une motion plus complète sur la décentralisation :stuck_out_tongue:


#27

OK, argument bien vu : faudra essayer de chiffrer ça plus précisément pour pouvoir assurer qu’en effet ça ne pèse pas, et dans ces conditions ça me va.

+1 pour en faire une motion séparée. +1 pour faire plein de petites motions pour compléter la motion kernel de ce mois-ci :wink:


#28

Bjour,

j’avais pourtant anticpé:

Tout d’abord sur les arguments non sourcés ou de source qui ne seraient pas fiables ?
je demande lesquelles parce que je ne ois pas ou et en quoi ?
Je sais que Greenpeace n’est pas reconnue par certain, neanmoins le chiffres dont il parle sont confirmé par le canard qui les tiens de la cour des comptes !
Pour le WNIR:même ici il en cause

Heu…il me semble avoir dit a plusieurs reprises:

Et je suis pour réduire la conso ,les transports propres etc
Quand il y a 40 on n’avais pas le 100eme d’info qu’on a aujourd’hui sur les risques, les déchets, et les milliards que ça couteraient


#29

Pourtant les écologistes avaient déjà pris position contre le nucléaire il y a 40 ans.

En fait, il y avait déjà des informations contre la surconsommation énergétique (et contre la surconsommation en général) qui circulaient il y a 40 ans, mais les gens étaient alors trop aveuglés par leurs petits intérêts personnels et prenaient les gens qui parlaient de ça pour des fous…

Je dois t’avouer que j’éprouve pour les personnes de ta génération et surtout celles de la génération précédente beaucoup de rancoeur, ils nous donnent des grandes leçons de morale, de vie, mais si on en est la aujourd’hui c’est à cause de leur inaction et de leur crédulité.

Ah oui, vous avez connu le plein emploi, c’est quelque chose que nous ne connaîtrons jamais, quoi qu’on fasse, quoi qu’on pense, plus jamais nous n’aurons cette chance que vous avez eu de ne pas avoir de chômage… Alors ce n’est pas le sujet ici, mais ce que je veux dire c’est que c’est trop tard maintenant pour revenir sur ce qui a été fait, qu’il faut vivre avec. Le nucléaire est aujourd’hui une source d’énergie fiable et décarbonée, ah c’est sur que ça produit des déchets mais on peut les stocker, et on le fera même si on doit tout démanteler, parce que ça ne disparaîtra pas comme ça en claquant des doigts. Alors oui, aujourd’hui, alors que je suis une fervente opposante au nucléaire, je dois bien admettre que les discours d’il y a 40 ans que personne n’a écouté ne sont maintenant plus d’actualité, aujourd’hui on doit vivre avec les conneries que nos aïeux ont laissé faire, et on doit tout faire pour survivre, ne pas mourir asphyxiés par la production d’électricité, et ce que Greenpeace et EELV prônent aujourd’hui c’est finalement choisir entre la production carbonée et le retour à la bougie.

Moi aussi j’ai envie de profiter de ce que la vie nous offre, les technologies, Internet, je dois m’en priver parce que les gens de ta génération n’ont pas su faire les choses bien ? Parce que les gens de ta génération veulent aujourd’hui sortir du nucléaire et par là même nous empêcher de pouvoir utiliser de l’électricité ?

Vous (ta génération, ceux d’avant aussi) avez joué aux cons, maintenant c’est à nous tous d’en assumer les lourdes conséquences.


#30

A mon avis, faut pas rentrer dans la division générationnelle. Les générations précédentes auraient pu prendre conscience plus tôt des enjeux environnementaux, peut-être, mais c’était aussi une autre époque (et de toute façon, on ne refera pas le passé).

Quant à mes grands parents (ou les votres), c’est pas eux qui prenaient l’avion pour aller se faire 3 jours à Libsonne ni eux qui changeaient de smartphone tous les 2 ans.

On est tous dans le même bateau, et si on doit avancer, c’est tous ensemble ;p

(j’arrête maintenant avec ce hors-sujet par rapport au sujet initial, que je lis avec intérêt)


#31

Oui désolée. Mais ça m’énerve tellement de lire qu’il n’y avait pas autant d’infos il y a 40 ans, les Verts ont fait leur première campagne en 1974 en France, des infos ils en avaient, le véritable problème c’est que personne ne les écoutait. Et maintenant ils prônent toujours les mêmes choses, les gens les écoutent mais c’est trop tard, c’était il y a 40 ans qu’il fallait les écouter…


#32

Je suis content de voir une motion plus complète, même si j’ai des critiques.

Je vais faire dans l’ordre de la motion modifiée.

Les formulations me semblent à revoir mais ce qui me gêne surtout c’est qu’on semble reporter à plus tard sur des technologies qui ne sont pas prouvées et qui ne seront peut-être pas économiquement intéressantes (fusion nucléaire et solaire spatial) tout en parlant de technologie prouvée mais à développer (réacteur nucléaire de 4ème génération), on pourrait d’ailleurs déplorer explicitement l’abandon (ou suspension) du projet ASTRID et attendre des batteries performantes pour les EnR, ce qui ne veut pas dire grand chose, surtout qu’il y a plusieurs sources de stockage d’énergie possibles et qu’une consommation intelligente limiterait grandement la nécessité de stocker l’électricité.

Très satisfait qu’on note que notre énergie provient majoritairement des énergies fossiles malgré le nucléaire, qu’on dise clairement qu’une transition ne pourra se faire sans diminuer notre consommation.
Cependant je dirais que les changements sociétaux sont nécessaires au lieu de dire “peut également se produire grâce” ce qui laisse penser qu’ils sont facultatifs.

“Développement” semble indiquer une augmentation de la production électrique d’origine nucléaire, il faudrait clairement indiquer ce que cela signifie, il y a une grosse différence entre maintien des centrales actuelles, diminution sans abandon ou jusqu’à l’abandon, renouvellement avec ousans augmenter la puissance.

Pourquoi renouveler le parc nucléaire (j’ai dû loupé l’explication) ? L’EPR utilise la même technologie que ceux actuels pour un coût très important, son apport en sécurité de me semble pas justifier le coût et ça voudrait dire démanteler les réacteurs actuels ce qui a un coût alors qu’il peuvent encore fonctionner. On pourrait éventuellement dire, remplacer les anciens réacteurs qui sont arrêtés par des réacteurs EPR sans augmenter la puissance installée. Un contrôle strict des dérapages budgétaires me semble appartenir plus au rêve plus qu’à la réalité, le surcoût reviendra toujours aux français.

Pourquoi mélanger CIGEO et la cogénération dans le même paragraphe ? La cogénération n’a rien à voir avec le stockage des déchets nucléaires et peut être associée à d’autres sources d’énergies, de consommation et de stockage.
Je suis contre le stockage géologique, principalement par son irréversibilité qui est rédhibitoire de mon point de vue. L’entreposage à sec en surface me semble plus judicieux en cas de nouvelles technologies de traitement ou de valorisation. Il y a un épisode de Last Week Tonight sur ce sujet (désolé c’est en anglais).
Parler de système aérofrigérant me semble superflu mais bon…

C’est très bien de rappeler que les EnR ne sont pas sans impact néfaste.
Pourquoi seulement parler du power2gas ? Il y a d’autres méthodes pour stocker l’énergie, voir sur wikipédia

Il y a aussi un oubli dans ce débat c’est qu’on pourrait produire des énergies “fossiles” synthétiques, il existe déjà des carburants de ce type (E85 par exemple pour les transports routiers) et même s’il faut des recherches pour espérer à obtenir qqch d’acceptable, on pourrait avoir une source d’énergie “propre”.

Voilà, je pense avoir dit mes principales critiques.


#33

Pour répondre sur ce dernier point, à mon avis, faut prendre en compte la globalité de comment on produit ces biocarurants et où. Par exemple, en France, le colza est l’une des cultures les plus traitées : est-ce utile de polluer l’environnement pour produire des plantes qu’on va transformer en énergie ?

On consomme de l’énergie pour produire de l’énergie et on rentre en compétition avec la production de cultures alimentaires. Si on considère aussi les intrants (engrais de synthèse, phytos, carburant du tracteur etc.), je ne suis même pas sure qu’on arrive à un bilan énergétique positif (mais si quelqu’un a des études de synthèse sérieuses et chiffrées la-dessus, ça m’intéresse :slight_smile:)

Sans compter qu’on crée des problèmes diffus et non-quantifiables (les phytos dans l’environnement, leur impact environnemental et le cout des services éco-systémiques non fournis : c’est très très compliqué à chiffrer)

Je rejoins ce qui a été dit au dessus par plusieurs personnes : il faut réfléchir à consommer moins d’énergie et pas seulement à produire autrement (même si c’est aussi nécessaire)


#34

Bjour,

répondre à coté puis s’emporter ne fais pas avancé les chose mes sources ne sont pas fiable.j’attends de savoir lesquelles.

Ensuite jusqu’en 1974 on avait l’ ORTF (office de Radio Télévision Française) c’est à dire radio/ télé sous contrôle et censure de l’état pour ceux qui avaient la télé,et il faudra attendre 1981 pour que l’info soit "libéré, pas de réseau sociaux pas d’internet ;

Et pense aussi que les décisions qui sont prise aujourd’hui même par d’autre sans que tu puisse influer pourront t’être reprocher dans 40 ans.

Là c’est vraiment n’importe quoi !!

Je répète on n’arrête pas le nucléaire on arrête les conneries de l’EPR est les milliards que ça coute on les mets pour entretenir l’existant et préparer la conversion .


#35

Le rapport Brundtland, c’est 1987. Le rapport Meadows, c’est 1972.

Des sources d’informations existaient déjà et auraient pu alerter si la majorité de nos dirigeants ne se disaient pas que le changement climatique allait bien attendre demain pour leur (nous) tomber dessus.

(Il ne s’agit pas de blâmer un individu lambda en particulier, par contre, collectivement, en tant que société, ça a quand même grave merdé et ça continue : il serait plus que temps que la prise de conscience soit réelle)


#36

Merci de faire attention à ne pas partir en hors sujet :slight_smile:


#37

Deuxième calcul de la journée : L’empreinte au sol (hors raccordement, ça serait encore plus drôle)

Un réacteur nucléaire type EPR, en étant méchant, tient sur 1km², on parle d’un truc de 1500MW, facteur de charge 80%
Une grosse éolienne, c’est toujours 2MW avec un facteur de charge de 30%

Donc un réacteur nucléaire produit 1280MW lorsqu’une éolienne produit 0.6MW (en moyenne toussa toussa). Il faut donc 2100 éolienne pour produire la même quantité d’énergie qu’un réacteur d’EPR.

Maintenant, regardons la disposition des éoliennes entre elles. Si l’on part d’un postulat de sécurité de 300m entre chaque éolienne, on en met 10 dans un km².
Si on range toutes les éoliennes dans un carré, il faut un carré de 210km² (soit un carré d’environ 14km de côté) avec QUE des éoliennes. Ou alors une ligne ininterrompue de 630km.

Et ça pour chaque réacteur que l’on voudrait compenser. Hors stockage, hors raccordement.

Si on voulait remplacer 50 réacteurs type EPR (soit l’équivalent dans le calcul précédent de l’énergie consommé par les véhicules légers), il faudrait :

  • 100.000 éoliennes
  • 10.000km² de surface (soit un carré de 100km de côté)

Toujours, hors batterie, hors raccordement.

On ne parle vraiment pas de la même chose.

Pour l’anecdote, Europacity, jugé pharaonique et inutile, c’est moins d’un kilomètre carré.
Paris c’est 100km²


#38

Re:

Je l’ai dit plus haut les moyens d’information d’aujourd’hui sont à des années-lumière de ceux de ces années-là, poser la question aux personnes de votre entourage qui l’ont connu, il y avait encore une classe ouvrière qui en 1974 _ pouvait faire jusqu’à 50h par semaine (j’ai pratiqué) alors s’intéresser à l’écologie…

Pour l’éolien effectivement il n’y a pas photo !
Par contre le temps de construction mise en route EPR à ce jour 10 ans d’attente SI tout va bien !
Et il y a aussi le photovoltaïque, l’hydrolien, la marémotrice, etc…


#39

Je comprends pas ce que ça veut dire. On parle d’un programme éducatif ou de sensibilisation public ? Ou dautre chose ?


#40

A priori je dirais les deux, mais on peut le préciser…