Débats 2019-04 : Point de programme : Des “menus verts” dans l’ensemble des institutions publiques de l’État


#1

Lien vers Congressus : https://congressus.partipirate.org/construction_motion.php?motionId=1541

Rapporteur : @Phokopi


#2

Salut,

@Gobelin_nounours a proposé l’amendement suivant sur Congressus :

Les ressources utilisées devraient aussi être locales et respectueuses de l’environnement. Car rien ne sert de manger “vert” si cela vient du bout du monde et qu’on à raser une forêt équatoriale pour le faire pousser (je pense à l’huile de palme).

Je suis tout à faire d’accord pour privilégier une alimentation locale dans les cantines et restaurants des institutions publiques de l’État, mais je pense qu’il s’agit là de deux propositions différentes.
L’une vise à proposer des menus visant à réduire la consommation de produit carné, pour des raisons de santé, d’écologie voire d’éthique, et le consommateur aurait alors le choix du menu. L’autre traite uniquement d’un problème écologique, et il faudrait peut-être imposer aux cantines et restaurant de se fournir en local, ce ne serait pas un choix pour le consommateur, cette responsabilité de proposer du local reviendrait à la charge de l’institution.
Les deux traitent de l’alimentation, de ce qu’on pourrait proposer dans les institutions publiques, mais je pense qu’elles doivent être traitées chacune de leur côté.

Par ailleurs, il n’existe pas aujourd’hui de catégorie “Alimentation” dans notre programme. Une restructuration du programme est à prévoir selon moi, avec un fonctionnement par plusieurs “tags” plutôt que par unique catégorie (ce dont on a pu évoquer sur Discord ces derniers jours).
Un point comme celui de manger local se retrouverait alors avec les tags “alimentation” et “écologie”, et celui sur les menus verts serait par exemple associé aux tags “alimentation”, “écologie” et “santé”.

Peut-être donc ne pas suivre cet amendement, et le garder pour un futur point de programme, parce que c’est une proposition très intéressante !

Qu’en pensez-vous ?


#3

Bjour,

Faut arrêter de se cacher derrière son petit doigt !:smile:
L’alimentation “verte” et à la base des propositions de VEF .
Je plussoie cette l’utilisation de manger local, dans les cantines et autre lieux parce que demander des alternatives végétale aux produits laitiers comme boissons, yaourt à base coco, etc, est une aberration !
Sauf les Dom-Tom je ne vois pas nos paysans Français cultiver la noix de coco , cela veut dire que ces produits proviennent de pays lointains par bateaux avions,
et qu’il n’y a pas que la coco, il y a aussi le quinoa, les avocats les bananes etc.
Alors dire d’un coté qu’il ne faut plus manger de viande parce que ça pollue , mais faire venir des fruits et légumes de l’autre bout de la terre et tout aussi polluant.

Maintenant je suis d’accord sur le fond que ceux qui le désire puisse manger autre chose que de la viande.


#4

Hello,

Je pense que ta réponse est un peu hors-sujet, il n’était pas ici question de remplacer le lait animal par des alternatives, mais, puisque le sujet est lancé, je pense que cela pourrait pourtant être intéressant, quand on considère la part (bien loin d’être négligeable) de personnes qui sont intolérantes au lactose (En France, 10% pour les études avec les résultats les plus bas, plus de 40% pour les études avec les résultats les plus hauts), notamment dans le Sud de la France.

Loin du lait de coco ou du yaourt à la coco, on trouve pas mal de produits qui, soit permettent de remplacer les produits laitiers, que ce soit visuellement (“laits” de soja, amande, riz, avoine…), soit permettent d’en remplacer les apports nutritionnels. Et il y en a pas mal qui sont meilleurs pour l’environnement, même en France métropolitaine !

Pour en revenir à l’idée d’amendement de @Gobelin_nounours, je pense également que ce serait plutôt à transformer en motion à part entière, car l’idée est très différente de l’idée de cette motion comme l’a bien dit Phokopi (i.e., ici, on cherche à donner un choix aux personnes souhaitant réduire leur consommation de chair animale pour une raison X ou Y, qu’elle soit santé, éthique, environnementale, économique…, tandis que dans l’amendement proposé, on cherche à modifier l’alimentation dans son ensemble en se basant uniquement sur l’impact environnemental).
Par contre, si cela est fait, il faudra bien définir la notion de “local” (produit en France ? Quid des Outre-mers, ou des régions frontalières ? Produit régionalement ? Cela risque d’être un poil compliqué)


#5

Je propose qu’on aborde la question du local dans le cadre d’un prochain débat de l’Assemblée Permanente sur ce sujet là. @Gobelin_nounours je t’invite à travailler cette proposition pour en faire un point de programme à part entière. C’est une proposition qu’on pourra alors porter pour les élections municipales, la municipalité est notamment un des lieux où ce type de décision peut-être prise. Et là on se concentre sur le sujet qui est la réduction de la part carnée dans les cantines.


#6

Je ne sais pas comment ajouter une nouvelle proposition mais je vais chercher. Merci pour vos retours.


#7

Il faudra attendre le prochain dépôt des motions, ça arrive dans un peu moins de deux mois dû à une pause d’un mois en Mai.
Ça te laisse le temps d’en faire une motion bien ficelée et construite, tu peux faire un topic sur Discourse pour proposer ton texte et demander des conseils dessus :slight_smile:


#8

Alors moi j’ai juste un problème avec ce point là c’est dans le contenu de la proposition pour le structures à moins de 50 couverts : j’ai besoin de précisions sur la demande individualisé … cela me semble juste ingérable pour une petite structure en terme de coût et d’ organisation.

Après je ne connais que le fonctionnement d’une restauration scolaire.


#9

Si tu prévois en avance les repas, tu peux individualiser pour les petites structures. 50 couverts, c’est une petite structure. On prévoit les repas pour la semaine la semaine d’avant dans les structures scolaires, on pourrait limite appliquer cette proposition aux plus grosses avec un peu d’effort, il suffit de s’organiser assez tôt, de demander aux gens ce qu’ils veulent manger en proposant des choix par exemple via une application mobile ou des bornes de saisie informatiques. Moi ça ne me parait pas si ingérable. Une structure de 50 couverts ou moins se gère comme un petit restaurant.


#10

Alors oui pour le programmation des repas. Tout dépend d’ailleurs si tu fais cuisine sur place, liaison froide ou chaude etc . Tu peux proposer à ceux qui le souhaitent un menu alternatif (végé ou carné ) en avertissant le traiteur / cuisine centrale avec le nombre de repas mais pour cela on doit prendre en compte la gestion administrative + importante, le coût forcément plus élevé du menu qui sera en moindre quantité, … alors pour la restauration scolaire publique et privé en contrat le faible tarif est uniquement lié aux collectivités, pour les écoles hors contrat cela influera sur le prix du repas de même pour les petites entreprises.

De plus du côté cuisine, il sera très difficile pour les petites cantine / traiteur de pouvoir suivre cette alternance car moyens réduit / coût plus élevé et donc non compétitif par rapport aux plus grosses structures sodexo & cie.

L’idée générale est bonne, mais il ne faut pas ignorer le surplus de travail et le surcoût que cela entraînera automatiquement de manière plus importante chez les petites structures. Et le fait de voir les Grosses boites de restauration absorber encore plus le marché…

Et volontairement je ne parle pas d’individualisation des repas qui serait juste impossible (pour une logistique et un coût raisonnable ) car tout ce que l’on a dit se rajoute à la gestion des allergies et intolérances avérées.


#11