Débats 2018-11 : Européennes : stratégie zéro euros


#1

Lien vers Congressus : https://congressus.partipirate.org/construction_motion.php?motionId=1099

Rapporteur : @Thufir


[CR] Réunion du Secrétariat - Semaine 1 - Novembre 2018
[CR] Session Novembre 2018 - Vote du 18/11/2018
#2

En ce qui me concerne et si je puis me permettre, je suis d’accord avec la façon de proposer le vote, avec les trois options : stratégie zéro euro, stratégie on va jusqu’au bout, NSSP.
Je tiens à préciser que j’ai lu le CR Européenne en détail avant de proposer cette motion qui se veut, effectivement, une alternative à ce que propose l’équipage Européenne.


#3

Lire, ce n’est pas « prendre en compte » au sens où la remarque du secrétariat est émise.

Il n’y a eu aucune concertation avec l’Équipage en charge de cette thématique. En cela, leur travail n’a pas été pris en compte.


#4

Nous ne nous sommes pas concertés avec l’équipage européenne mais c’est bien en prenant en compte leurs travaux que nous avons construit cette motion qui a, comme le secrétariat l’indique, vocation a être une alternative à leur proposition.

Entrons dans le vif du débat, donc. Les deux choix qui se présentent aux pirates (en plus du choix nul), sont :
Stratégie à zéro euro : https://congressus.partipirate.org/construction_motion.php?motionId=1099
Stratégie pour les élections européennes que, par plus de clarté, je me permets de renommer par “stratégie on va jusqu’au bout” selon les mots de @npetitdemange : https://congressus.partipirate.org/construction_motion.php?motionId=1109

En préambule, je tiens à dire que je trouve la stratégie “on va jusqu’au bout” très courageuse. Mais également tout à fait surdimensionnée par rapport à ce qu’est le Parti Pirate en novembre 2018.

Je vais un peu jouer au vieux radoteur mais je suis sans doute un des militants qui a suivi et participé activement au plus grand nombre de campagnes pirates depuis 2012 [Edit : la modération me demande de préciser : j’ai donc fait les législatives 2012, deux législatives partielles, les municipales 2014, les européennes 2014, les régionales 2015 et j’ai animé la section IDF en 2017] . Cela ne me donne aucune autorité particulière mais j’ai la mémoire des choses et me permets donc de rappeler quelques faits :

- En 2014, le Parti Pirate, alors bien plus puissant et bien plus visible qu’il ne l’est maintenant, participe aux européennes et essuie son premier gros fiasco électoral. La France est découpée en sept super régions mais le parti n’a les moyens humains et financiers d’être présent que dans deux d’entre elles, l’Occitanie et l’Ile de France. Les autres régions font du témoignage poru nous permettre d’avoir le clip de campagne. Et encore : on paie les bulletins et pas les professions de foi, on ne couvre pas tous les panneaux d’affiches. Bilan : les deux listes émargent péniblement à 0,5% après une campagne qui a laissé les militants épuisés [Propos modérés - allégations sans preuves].[ https://wiki.partipirate.fr/CN_CR:Reunion_du_2014/06/12#Question_soutien_financier_de_la_liste_européennes_SO_Pirate ]
- En novembre 2016, le parti pirate compte deux fois plus d’adhérents qu’aujourd’hui. L’objectif des 1% de votes dans 50 circo est dans toutes les têtes pour les scrutins législatifs de 2017. Ca sera une puissante motivation quand il s’agira de mettre la main à la bourse et de mener la campagne de dons fléchés. Cette dernière se passe d’ailleurs plutôt bien et le parti récolte plusieurs dizaines de milliers d’euros. La section IDF se trouve même en fort bénéfice et en capacité de subventionner beaucoup plus de candidats que prévu. Moyennant quoi, nous échouons à décrocher les 50 circos à 1%.

Ma conclusion : même si on parvient à récolter autant de fric en 2019 qu’en 2017 (et ça serait déjà un exploit important : on est deux fois moins nombreux et les enjeux font qu’on va être beaucoup moins motivés pour donner), nous plafonnerions au mieux à 0,5% car nous pourrons à peine payer les bulletins sur le territoire. Au mieux : car nous avons moins de visibilité et de militants actifs que nous en avions en 2014.

Les campagnes de dons tous azimuths, malheureusement on a déjà essayé et ça ne permet de récolter que des pécadilles. C’est décevant mais c’est comme ça : le parti pirate ne dispose pas d’une base de sympathisants bien large. Il ne raconte pas une histoire qui donne envie à de non militants de mettre la main au porte monnaie en ce sens qu’il est encore très loin de la victoire. En ce sens , comparaison avec les Tchèques ne fait pas raison.

Je conseille à celles et à ceux qui vont voter la stratégie “on va jusqu’au bout” de réfléchir à la question suivante : où va t-on trouver l’argent ? Combien êtes vous prêts à donner ou à demander à vos proches ?

Le ticket d’entrée, pour les européennes, se situe aux alentours de 400k€. Pour ce prix, on a bulletins, affiches et profession de foi. On a pas encore payé de meeting, on a encore aucune chance d’avoir un élu. Mais il n’y a aucun chemin réaliste qui peut permettre au parti pirate de rassembler cette somme d’ici six mois.

Voilà, je vous propose qu’on discute déjà de ces points là. Ensuite, si vous le voulez bien, j’exposerai les bénéfices positifs qu’on peut tirer d’une stratégie à zéro euro.


#5

Bien, je vais rester dans le cadre demandé par l’auteur même si c’est un peu étranger pour défendre sa proposition de d’abord attaqué l’autre proposition. Mais c’est dans l’air du temps …

Nous avons effectivement deux stratégies. Pour ma part et pour commencer, ses stratégies étant en opposition, il est important de dire qu’effectivement, il faudra les opposer lors du vote.

Pour les flegmards, voir à la fin le résumé dans ma conclusion - TL;DR

Maintenant, je vais faire un point rapide et je pense qu’il faut commencer par poser des bases.

Information de base

Note : L’ensemble de ses informations a été recherché dans les textes de loi (Loi 77-729 du 7 juillet 1977 actualisé au 14 octobre 2018) + info parlement européen pour le nombre de candidats.

Circonscription

Seuil pour avoir un siège : 5% à la proportionnelle suivant la règle de la plus forte moyenne
Circonscription : La République forme une circonscription unique.
Nombre de sièges pour la France : 79 (74 + 5 pour le Brexit)

La liste

Nombre de candidats sur la liste : 79 (en alternance femme-homme)

Les Dates

Date de l’élection : 26 mai 2019
Date limite de dépôt de la liste : 26 Avril 2019 (calcul pas sûr, j’ai pris de la sécu je pense)
Date pour le mandataire : On pourrait déjà déposer sans problème

Information diffusion TV

Spot TV : 3 minutes (WARNING, le ministère de l’Intérieur dit 2 min)
Si on veut plus : Une durée d’émission de deux heures est répartie entre les listes mentionnées au I au prorata du nombre de députés, de sénateurs et de représentants français au Parlement européen ayant déclaré les soutenir.

Financement

Remboursement du R-39 : Seuil à 3%
Nombre d’électeurs : 45.5 Millions au 1er mars 2018
Taille du bulletin : inconnu, mais au vu du nombre de candidats, on va partir sur du A4
** Estimation du cout :** 1 € = 170 bulletins imprimés. On peut partir sur 270.000 € pour l’impression des bulletins.

Conclusion à ce niveau

Concernant le comparatif entre les élections européennes de 2014 et 2019

Comme nous l’avons dit lors de nos discussions de l’équipage européennes, on ne peut pas comparer les élections européennes de 2014 et celle de 2019. Cela n’a aucun sens, tant en termes de communication que de gestion des fonds.

Puisque @Thufir revient sur 2014, l’échec du Parti Pirate est en partie, à mon sens, la résultante de plusieurs points :

  • La légèreté presque maladive d’une partie des pirates dans la gestion de plusieurs moments de la campagne (dépôt des listes au dernier moment, faible campagne sur certains points, erreurs stratégiques)
  • L’explosion de la section Alsace (indépendante de toutes personnes ici présentes)

Si la gestion financière n’a pas été à la hauteur, elle est imputable aux coordinateurs de l’époque et dans le système représentatif de l’époque, à nous tous (et non pas a une seule liste, accusée de tous les maux alors que c’est la seule qui a en réalité suivi les objectifs fixés initialement).

Merci de noter que n’a aucun moment je n’indique que notre stratégie en 2014 a été une réussite hein, je dis simplement que cela n’est pas comparable.

Concernant les comparatifs avec les législatives 2017

Je pense que certaines plaies sont inutiles a rouvrir aussi tôt, mais encore une fois, la comparaison n’a ici que peut de sens. Nous parlons de campagne très individuelle, ou nous n’avons pas couvert toute la France. Pour les Européennes, nous n’avons qu’une liste, 79 noms ont trouvé et “voilà”.
De même, la gestion financière est sans commune mesure avec ce qui peut être réalisé ici (impossible en 2017 de dire : “Donner de l’argent et voter pour un pirate” alors que nous n’avions pas des pirates partout).

Si on tient à faire le comparatif d’un point de vue purement financier, avec les 60.000 € récoltés si je ne me trompe pas en 2017 pour les élections (sur moins de 100 circos hein) on imprime plus de 10 millions de bulletins de vote et on peut couvrir les grandes villes de France.

Ma conclusion - TL;DR

Les comparaisons entre différentes élections sont toujours casse-gueule pour reprendre une expression d’une des deux propositions, et ici cela semble vraiment être le cas. Ces élections sont incomparables.
Si nous devons tirer bénéfice de nos erreurs passé, nous ne pouvons et ne devons pas les utiliser pour ne pas tenter de réussir.

C’est un peu l’impression que me donne la stratégie zéro euro. Une fuite , un abandon, une vaine tentative de “faire autrement”. Beaucoup de termes m’alertent, cette stratégie “est casse-gueule” dit la liste, je ne peux qu’être d’accord.

Je me permets un petit hors sujet en indiquant que si la stratégie pour les Européennes 2018 présenté par l’équipage Européennes vous intéresse en termes de débat, nous avons un topic ici pour en discuter : Débats 2018-11 : Stratégie pour les élections Européenne 2019


#6

Je tiens à préciser, ici, en tant que ancien Coordinateur d’ile de france, j’avais fait voter ça : https://wiki.partipirate.org/IDF:Réunion:Réunion_du_06/06/2014 (j’ai gardé une capture).

Par ailleurs, et là ça sera sans preuve mais très riches souvenirs, cette séance de la CN avait été une des plus désagréables que j’ai eu à vivre avec une pression réelle et une quasi violence orale (j’euphémisme) pour faire voter le dégagement de sommes assez significatives. Les méthodes d’annimation de réunion à ce moment là pour faire voter ça étaient pour le moins à la hussarde…

Côté section locale, nous l’avions fait, après une semaine, en ayant respecté les formes de démocratie locale. Je ne le regrette pas aucunement la méthode proposée alors de différer d’une semaine le déblocage des sommes le temps à la section de s’exprimer sur le bien fondé de l’utilisation de sommes qui ne m’appartenait pas en gestion - en tant que Coordinateur.

J’espère que le blocage de @thufir a été fait dans les formes par quelqu’un ayant réellement le rôle pour le faire, et que cette personne avait pris le temps de fouiller un temps soit peu dans les archives. Il est des fois où la charge de la preuve doit être renversée - surtout quand il y a des traces (je peux aussi proposer des liens vers légifrance).


#7

Et sinon les deux projets sur les Européennes 2019, tu en penses quoi @clement ?

Je te remercie de ton lien qui démontre bien que la position de la section locale d’ile de france était d’apporter un soutien aux pirates qui avaient tout donné sur le terrain, pas des gens qui ont balancé le pognon par les fenêtres.

Pour finir, j’ai un souvenir très net de cette réunion, et celle-ci n’était ni violente, ni à la hussarde. Le secrétaire se la coordination nationale de l’époque avec certes des défauts, mais pas celui de laisser passer ce genre de chose. La réunion était d’ailleurs présidée par la CODEC.

Note : Le wiki n’oublie rien, c’est le principe du Wiki, on l’utilise pour cela, la transparence n’est pas un vain mot.


#8

Alors je vais faire court … parce que ça ne mérite pas plus

https://wiki.partipirate.org/IDF:Réunion:Réunion_du_06/06/2014 : IDF:Réunion:Réunion du 06/06/2014

6 JUIN 2014

Motion : La section IDF reconnait l’investissement militant sur le terrain, et souhaite donc qu’une solidarité nationale se mette en place pour les militants qui en exprime le besoin. Elle propose, par 20 voix, que le parti prenne en charge 20% du reste à charge de la section MidiPy (à hauteur maximum d’une somme de 5000€ pour ne pas oblitérer les capacité du partis pour les prochaines échéances). Néanmoins, la section souhaite que ce don a posteriori ne serve pas de précédant pour les prochaines élections. La CN devra donc clarifier les modalités d’engagement ou soutient financier des listes locales avant les prochaines échéances électorales.

https://wiki.partipirate.fr/CN_CR:Reunion_du_2014/06/12#Question_soutien_financier_de_la_liste_européennes_SO_Pirate : CN CR:Reunion du 2014/06/12

12 JUIN 2014 (Soit six jours APRES)

La section IDF par son coordinateur Clément propose de mettre au vote une motion pour soutenir à hauteur de 5000€ la section Midi-Pyrénées

Tu peux m’expliquer ?

Tu as bien : https://wiki.partipirate.fr/CN_CR:Reunion_du_2014/05/29#Remboursement_des_dépenses_engagées_en_Sud-Ouest (le 29 MAI 2014), pas de vote, juste un état des lieux.


JAMAIS


#9

Bonjour,

Le point d’argumentaire du Thuffir concernant les européennes 2014 a été discuté. Chacun peut allé fouiller dans le wiki les informations dont il a besoin pour ce faire une idée. Nous ferons particulièrement attention à ce que ce fil ne tourne pas en un échange sans fin sur comment les réunions passée ont été ressenties.

C’est moi qui ai banni Thuffir 12h et son ban n’a pas à être discuté ici. Ceci est une demande CLAIR ET EXPLICITE. Vous pouvez le faire, juste, PAS DANS CE FIL. Voilà les infos pour aller y réagir ailleurs : Le ban n’a pas de rapport direct avec les données des archives mais bien avec l’interprétation fallacieuse qu’il en faisait, que je lui ai demandé de ne pas faire, considérant que cette dernière ne rendait pas compte des données des archives. Le ban fait suite à un contournement de ma modération de ses propos.

Dernière chose, ton propos laisse entendre que des actions de modération sont effectuées par des personnes qui ne devraient pas. Ça laisse à penser qu’il y a des personnes avec des pouvoirs qui en abusent. C’est, en sommes, une accusation sans fondement. Et oui, c’est toi qui a la charge de la preuve. CECI EST UN RAPPEL À L’ORDRE. Si tu accuses quelqu’un de quelque chose, ne le fait pas sur place public sans preuve, ni sur un fil non dédié. Je te conseil à la place une démarche plus humble, un poil moins abjecte, en utilisant le MP aux membres du CVI, en transmettant tes inquiétudes au CRS, ou encore, en ouvrant un fil demandant des précisions sur l’action de modération en question, sans inférer quoi que ce soit au vu de tes opinions sur les personnes.

Merci maintenant de vous en tenir à l’objet de la motion, ou encore aux autres points d’argumentation.


#10

Bien, me voilà de retour parmi vous, les amis. On discutera effectivement de la modération mais ailleurs qu’ici. Focus.
J’ai rappelé les faits concernant la campagne 2014 en Occitanie pour alerter les pirates sur la réalité suivante : ça peut arriver qu’une campagne laisse une ardoise, voire une ardoise salée et ça s’est vu et c’est pas rigolo. Je rappelle qu’à l’époque j’ai voté pour qu’on aide Occitanie. Ce point étant établi, passons à la suite.

De mémoire, on était plutôt à 40 k€ en 2017 ( @Relaxx peux tu confirmer ? ). Dont une grosse partie collectée par des candidats pour les frais de leurs propres campagnes, donc avec des relais forts et des gens qui ont lâché jusqu’à plusieurs milliers d’euros. Et presque deux fois plus d’adhérents que maintenant.
Donc en l’état, j’aimerais me tromper mais estimer qu’on peut collecter 60k€ en 2019 me semble d’un optimisme exagéré.
D’autre part, s’il est un enseignement sur TOUS les précédents scrutins, c’est que la profession de foi est indispensable si on a l’objectif de toucher les électeurs. La différence de résultats entre les circonscriptions avec profession de foi et celles sans profession de foi est significative. Donc même avec 10 millions de bulletins dans des grandes villes, on ne pourra pas espérer qu’un résultat qui se comptera en dixièmes de points. Et sans doute sur les doigts d’une seule main.

Pas vraiment d’accord avec ça. Disons que je suis d’accord sur les faits, pas sur leur impact sur la campagne. La section Alsace n’a pas présenté de liste, on a fait sans et ni Occitanie, ni IDF (les seules sections qui ont fait réellement campagne) n’auraient fait spécialement mieux si il y avait eu une liste alsacienne. Pire, la section Bretagne a envoyé ses CERFAs en retard, sur le coup ça nous a tous énervés mais c’est pareil : une fois le coup de chaud passé, on a eu assez de listes pour avoir le clip de campagne.

Je vais le dire autrement : il y a eu beaucoup de pétouilles, beaucoup d’erreurs mais pas de faute majeure qui nous a frustré d’un résultat sensiblement supérieur à celui qu’on aurait pu avoir.


#11

Pour plus de clarté, je segmente. Après avoir expliqué pourquoi je pense qu’il ne faut pas dépenser de l’argent, je vais tenter de vous convaincre du fait que ne pas en dépenser peut être un atout dans notre campagne.

Une stratégie à zéro euro, pour quoi faire ?

Cette stratégie ne peut être réussie que si elle devient un choix positif. Entendez : autre chose que le pis aller d’un parti n’ayant pas les moyens de ses ambitions.

Nous avons une fenêtre de tir cohérente : le positionnement du Parti Pirate sur le bulletin unique. Et par prolongement, ce qui fait notre principal point fort : notre travail sur les nouvelles formes de démocraties. Ceci comme axe de campagne principal (premier contact avec le citoyen) et ensuite le reste de notre programme quand on l’a accroché.

En axant toute notre campagne, de nos production sur les réseaux sociaux à notre spot de campagne en passant par nos actions sur le terrain sur cette problématique, nous avons une chance d’avoir un discours suffisamment différent pour attirer l’attention. Le message, ça serait “Le Parti Pirate, vous pourrez pas voter pour nous” (message d’accroche, qui attire l’attention) > Pourquoi vous auriez pu (Bulletin unique, ses vertus au delà du PP) > Pourquoi ça aurait été bien que vous puissiez (Le renouveau de la démocratie) > Autres points du programme qui montrent qu’on a une vision des choses correctement construite.

La campagne à zéro euro devient à la fois une stratégie et une preuve/exemple de ce qui fonde notre principale critique contre les institutions actuelles : en gros, elles sont verrouillées. On devrait pouvoir participer à la démocratie même quand on a pas de fric. L’implication active des citoyens ne doit plus être conditionnée à leurs ressources.

Quels objectifs ?

Essentiellement, la visibilité. C’est un lieu commun que de le dire : dans un système représentatif électoral comme le nôtre, la politique est un marketing comme les autres.

En marketing, y’a plusieurs étapes. La première : faire connaître le produit. La deuxième : faire connaître les qualités du produit. C’est dur à dire, surtout pour quelqu’un qui, comme moi, a participé à de nombreuses campagnes depuis 2012 mais la première étape n’est pas encore atteinte. Quand je distribue des tracts dans la rue, je ne compte pas les réflexions du type “ah, vous existez aussi en france ?” “vous êtes comme les allemands et les suédois ?” Etc.

Du coup, pousser de façon synchrones plusieurs thèmes, c’est répondre de façon scolaire aux enjeux de la campagne. Les gens ont d’abord besoin de savoir que le Parti Pirate existe avant de savoir ce qu’on pense de la souffrance animale. Et là encore, c’est un lieu commun en communication : marteler un message unique, simple sans être simpliste et différenciant, c’est la meilleure façon de marquer les esprits.

Cette visibilité se mesurera, si au delà de nos réseaux habituels on obtient des articles, blog, presse, de nouveaux adhérents, etc.

Et pour finir, les efforts et l’énergie que nous passerions à trouver du financement pour imprimer des bulletins pourrait être utilisé à des actions de terrain, à de la com, etc.


#12

Vu qu’on m’appelle, c’est plutôt 50 000 €
D’après le rapport financier https://wiki.partipirate.org/AGD2018:Rapport_Financier


#13

Déjà, je ne suis pas trop d’accord avec le titre, parce que c’est simpliste et c’est jamais réellement zéro euro mais bon c’est que le titre :stuck_out_tongue:

Je ne suis pas opposé à faire une campagne “alternative” en faisant une communication décalée mais j’ai l’impression qu’on est tous d’accord pour dire que c’est risqué or là la stratégie reste floue. Si on se coupe les ailes, autant le faire avec une stratégie de communication béton. Et puis on peut faire une campagne décalée sans avoir à abandonner la possibilité d’un R39.

Qu’on abandonne l’impression du R39 face au coût, je peux le comprendre mais les affiches, c’est pas cher ça serait idiot de s’en passer.

Je suis d’accord pour être réaliste sur ce que nous pouvons faire mais je pense qu’il serait plus intelligent de faire une stratégie par palier en disant on vise haut mais on y va par étape. Avoir une stratégie modulable, se préparer autant à faire une petite campagne qu’une grosse.


#14

D’autant que les affiches, ça peut servir un happening. Ca, je suis d’accord.
Ce qui m’importe, c’est qu’on ait, pour une fois, un discours en cohérence avec la réalité. J’entends : avec notre réalité. Ca a pas grand sens d’expliquer en détails ce que nous ferons quand nous serons élus alors qu’on aura même pas les moyens d’avoir des bulletins sur tout le territoire.


#15

Je rejoins @Relaxx le terme zero euro nous vient de l’épisode des législatives 2012, mais il ,'est pas forcément si adapté ici. J’ai envie de dire, au contraire,on risque de vouloir mettre un peu d’argent dans justement ce qui ne sera pas le R39 .
Sinon, même dans cette stratégie, on peut imaginer vouloir “labourer” telle ou telle localité pour y construire une présence et fournir pour celle-ci un ou des éléments du R39. On communique alors un truc sur le thème: profitez de votre privilège, VOUS, vous pouvez voter pirate qui se rattacherait à la communication nationale.


#16

Suite à vos remarques - fondées - et à la réponse - très claire - que @npetitdemange fait sur son sujet, je suggère que le choix des stratégie soit :
Stratégie pour gagner
VS
Stratégie pour gagner en visibilité

Est ce que, avec ces intitulés, le choix vous paraît plus cohérent ?


#17

Bien sûr que non, étant donné que tu es le seul à croire que c’est une bonne stratégie. Mais après tout, tu as le droit de nommer ta motion comme tu veux, comme nous, nous avons le droit de faire de même.


#18

Je ne vais pas m’excuser de faire vivre le débat, tu sais.
L’idée c’est qu’on a deux propositions concurrentes : une modeste et une plus ambitieuse. L’idée est de rendre cette alternative intelligible, c’est tout.


#19

Alors moi, plus je réfléchis, plus je me dis que non et non.

Ça ne suffit pas comme explication ? Bon OK OK OK, je vais préciser.

En réalité, les deux stratégies ont un même objectif, faire parler du Parti Pirate, de son programme, de ses valeurs et de ses projets. Donc non, le choix stratégique n’est pas “gagné pour gagner” versus “gagner pour gagner en visibilité”.

Mais j’ai envie aussi de dire un gros NON (majuscule tavu) à l’opposition concrète de ses deux stratégies en réalité.
Je veux dire, dans la stratégie que l’équipage européenne propose, rien n’interdit (au contraire) de proposer une affectation des fonds par type de dépense et par palier.

Par exemple, on peut parfaitement avoir “2” collectes de don (en réalité une série de choix dans la collecte) :

  1. R39 ou communication
    1. Si R39, palier bulletin de vote (10.000 €, 25.000 €, etc.) // Palier profession de foi, etc.
    2. Si Communication, palier clip de campagne, palier événement, etc.

=> Naturellement, si un des deux choix n’atteint pas ses objectifs, on peut reverser dans l’autre (en toute transparence)

Donc en termes de gestion de fonds (qui semble quand même le gros point d’achoppement) on peut parfaitement avoir une “fusion” de ses deux propositions.

Reste l’acte de communication. On a ici, je vais le reconnaitre tout de suite, une vraie différence. D’une part on communique sur une vision d’échec de notre démocratie (et un peu de notre capacité a rassemblé) de l’autre on part sur une stratégie “On va le faire, mais pas sans vous”. On a d’un côté une communication positive et de l’autre, une communication plutôt négative (mon avis). Je reconnais que là, hormis faire évoluer notre communication tout au long de la campagne en rapport avec les résultats de notre collecte de don, je ne vois pas trop comment concilier les deux visions.

On a donc en réalité une stratégie “On se fera pas le R39, on ne fera qu’une campagne de communication” opposé a une stratégie “On ne s’interdit rien, on fait tout pour réussir”.
Je pense que le secrétariat devra, dans sa convocation au vote de la semaine qui arrive, exposer cela de manière plus sérieuse que silmplement un titre de toute façon. Cette décision décidant de nos actions pour l’année qui vient.


#20

Bjour,
j’ai entendu causé l’auteure de [Le prix de la Démocratie] (juste la fin) et du coup j’ai recherché son bouquin, pas (encore vu ni lu), mais sur ce site il y a un truc (j’ai pas trop compris la méthode) je vous laisse regarder (ICI)