Confiance et bienveillance versus marasme


#1

Bonjour,

depuis plusieurs années, je ne sais où parler de ça, ce sentiment que la France est mauvaise, nulle et râleuse. Ce n’est pas forcément faux, j’éprouve moi-même souvent cette colère contre mon pays, parce que je n’ai pas le contrôle des situations.

Cependant, il me semble qu’il faut cultiver une vision “humaniste” (dans le même sens que Roddenburry, auteur de Star Trek, l’imaginait). Nous sommes seuls dans notre système solaire et nos premiers voisins seraient à plusieurs années lumières. Aucune autre planète n’est habitable sans un effort considérable.

Ne pourrions-nous pas cesser de verser dans le marasme ambiant et trouver des groupes bienveillants de confiance ? cette question est évidemment impossible à répondre (répondre oui soulève de la méfiance, répondre non confirme le marasme). Sans tomber dans l’utopie, ne pourrions-nous pas orienter nos efforts dans la survie de la planète, l’éducation commune des enfants (avec une matière internationale, par exemple, une heure par mois d’un contenu rappelant que nous sommes ensemble sur une “petite” planète) et le partage des découvertes ?

Je réfléchis depuis des années sur une alternative au système économique actuel (celui de la surproduction, des intérêts personnels et de l’obsolescence programmée). Pour autant, je ne veux pas tomber dans l’excès inverse du communisme, de la standardisation et de la philosophie propagandiste.

Simplement, dans l’acceptation des autres, et dans les systèmes de décisions comme le vote de Condorcet pour conserver un équilibre et une équité.

Depuis quelques jours j’ai découvert le parti Pirate mais je n’ose pas encore croire que d’autres pensent aussi comme moi, je suspecte qu’il y a forcément des choses cachées, qu’un parti politique ou une personnalité politique va sortir du bois et se présenter comme un unificateur pour finir comme notre président Macron, enfermé dans un monde qui meurt.
Je voudrais retrouver de la bienveillance dans les rapports au monde (à commencer sur mon lieu de travail) mais aussi voir diminuer le nombre de personnes qui ne se battent plus pour améliorer les choses : il paraît que 40% des personnes en entreprise, freinent sa croissance, soit par intention, soit par erreur ou méconnaissance.

Bref, je voudrais apporter ma pierre à l’amélioration du monde.


#2

Quelques remarques en vrac, qui n’engagent que moi :

  • l’humanisme peut parfois être aussi cruel que d’autres idéologies : nous n’en serions sans doute pas à ce stade de destruction de la planète, si on n’avait pas mis l’homme au centre de du monde. Malheureusement, il y a dans chaque être humain une part plus ou moins grande d’agressivité, que l’on ne peut pas supprimer.
  • on aura beau enseigner ce qu’il faut faire ou ne pas faire, ça ne suffira pas. Part contre, je crois que rendre toute forme de savoir plus accessible peut permettre aux personnes d’agir plus consciemment.
  • chercher une alternative au “système” actuel n’est pas forcement la meilleure des solutions. C’est comme tenter de rentrer dans un train qui roule à 200km/h ! Ne serait-ce pas mieux de le pirater ? :smiley:

#3

Je sais que l’humanisme place la race humaine au centre du monde, ce n’est pas tout à fait le sens que je lui donne pour deux raisons :

  • En premier lieu, la race humaine ne peut survivre que dans un écosystème lui convenant, c’est-à-dire, avec une biodiversité importante. Il serait dangereux de croire que la technologie nous sauverait de tout. Roddenburry l’avait compris, en donnant un sens plus explorateur à l’humanité.
  • En deuxième lieu, parce que la nature peut se passer de l’Humanité, ce qui est bien la preuve que l’Homme n’est pas au centre.

Sur la remarque du piratage, c’est la ®évolution de Bernard Werber que j’envisage : je partage ici cet extrait que j’ai trouvé magnifique… http://golfy.free.fr/PositiVR_Bernard_Werber_®evolution.mp4
Ce morceau de texte choisi exprime bien ma vision et la volonté de ne pas en arriver à la violence, mais de trouver des solutions. Je ne vais donc pas monter dans le train à 200 km/h mais plutôt rechercher à en modifier ses caractéristiques ou à créer un autre train différent, pouvant s’inspirer de l’existant :wink:
Le plus important, est de ne pas le faire seul, mais avec d’autres personnes, car les effets de groupes sont importants (motivation, collaboration, etc.)

Pour la partie enseignement, je suis d’accord avec toi :slightly_smiling_face: