[Concept] OGM libres


#1

Ce matin, à Lyon, j’ai eu la visite du suppléant de Nicolas Romantzoff. On a parlé ensemble de plein de chose, mais il y a un point dont je voulais vous parler en particulier :
Il a évoqué le concept d’OGM Libres.

Ça m’a amené à reflechir un peu sur mon avis par rapport aux OGM. Moi, j’y suis opposé pour 3 raisons :

  • C’est verrouillé
  • C’est jouer à l’apprenti-sorcier
  • Ça peut entrainer l’apparition de parasites hyper-resistants, comme on l’a vu avec les antibiotiques et certaines bacteries.

Là, on parle donc d’OGM Libres, au sens de Logiciels Libres, c’est à dire en enlevant toute la partie verrouillage, de maniere à ce que “tout le monde” puisse recuperer les infos, reprendre les OGM, les modifier, etc…

Après, ça sera encore moins à la portée de “tout le monde” que n’importe quel code informatique libre, mais ça pourrait etre interessant. Que pensez vous de ce concept ?


#2

Alors :

La deuxième vidéo est intéressante parce qu’un vrai débat. Et malgré tout, le seul point qui inquiète dans ce débat éclairé sur les OGM est le côté privateur de la technique. Au final, c’est aussi un problème connexe aux vaccins (autre vaste sujet)

Ça en gros, c’est le premier point.

Comme croiser des espèces depuis qu’on fait de l’agriculture… qui des fois ont fait de sacrés dégâts. La différence c’est qu’aujourd’hui les OGM sont plus testés que les croisements maison.

Ça dépend beaucoup des mécanismes de protection mis dans l’OGM QUAND il y a un mécanisme de protection et non d’autres angles de modification comme la productivité, la forme, la consommation en eau…

Pour conclure, mon point de vue est qu’il faut faire des recherches sur les OGM (tout comme les recherches sur les engrais ont permis d’éviter des famines au début de XXème siècle), qu’il faut rester circonspects, scientifiques, rigoureux, MAIS qu’il faut accepter les résultats reproductibles même quand ils heurtent la sensibilité profonde que la nature c’est plusse mieux (je vous inviterai alors à dormir tout nu dans la neige et de reformuler votre proposition).
Le Parti Pirate pour le reste est contre les brevets en général, et encore plus contre ceux sur le vivant, donc le premier point est un pré-requis à tout le reste.


#3

Je rejoins les autres protagonistes. Modifier du code génétique, ce n’est pas mal en soi. Mais le système actuel donne des organismes privatisés ce qui est dangereux. Pour le moment les méthodes sont assez complexes et donc pas à porté de n’importe qui. Dans un futur plus où moins proche ou la modification génétique sera presque aussi facile que l’écriture de code informatique il faut s’intéresser sur les dangers et opportunités que ça représente.


#4

Si on part du principe que, pour donner un exemple tout con, le marron comestible est en fait une châtaigne génétiquement modifié, on peut affirmer qu’il y a déjà plusieurs types d’OGM, et que tout n’est pas forcément à jeter. En fait les OGM c’est un peu comme les chasseurs, il y en a des bons… :slight_smile:

Le problème qu’on a aujourd’hui avec les OGM, si j’en crois ce que j’en lis, c’est surtout une peur irrationnelle de l’innovation.

En soi, à mon sens, selon ce dont on parle, ce ne sont pas les organismes génétiquement modifiés qui posent réellement problème, c’est le sigle “OGM” qui a acquis une connotation trop négative dans nos esprits, un peu comme “Manif Pour Tous”.

Déjà, je ne me souviens pas avoir lu quoi que ce soit au sujet des semences libres dans le programme PP, bien que le concept soit très probablement compris dans la notion de “biens communs” présente dans le texte, mais si on doit parler de semences, et ce avant de s’attaquer aux OGM, je pense qu’on peut déjà facilement s’exprimer sur le principe de la semence libre. Vous connaissez Kokopelli ?

Après il y a la génétique des plantes et celle des animaux, et là c’est un tout autre problème (quoique…), il y a une question évidente éthique et philosophique (la nature n’est-elle pas parfaite de base ?) qui peut très vite se transformer en débat sur l’eugénisme. D’ailleurs c’est toujours très intéressant d’observer des gens en parler, ça dégénère à chaque fois… :smiley:

Bref, à mon avis, si on doit autoriser les OGM, alors on devra obligatoirement faire en sorte qu’ils soient libres, sinon nous finirons tous par vivre dans une grande nation capitaliste à manger de la merde sans savoir ce qu’il y a dedans.


#5

Ça y est.

D’abord en bien, et maintenant de plus en plus critique (entre harcèlement, gourouisme et escroquerie)

Euh, comment dire que la modification génétique sur les animaux par sélection et fécondation intensive est déjà effective : regardez chat, chien, vache, cochon… On a juste pas fait ça dans une éprouvette :smile_cat:

Oh le bel appel à la Nature. Réponse NON.

Doit-on, peut-on corriger un défaut génétique ? Si c’est non, j’aurai tendance à dire qu’il faut aussi renoncer à la chirurgie, à l’ophtalmologie, soyons fou, la médecine. Il faut raison garder.

Voilà :smiley_cat:


#6

Les modifications génétiques s’héritent et se transmettent, elles…


#7

Pour moi les OGMs ne posent aucun problèmes (voir vidéos publiées par farli).
Le parti pirate n’a aucune positions sur eux et je ne pense pas que ça soit nécessaire car, dans notre programme il y a des propositions qui interdisent leur mauvaise utilisations.

Les solutions ? On les a :

Interdiction de la Biopiraterie Pour les semences Libres
Pénaliser les dérives de type clones et semences stériles
Suppression de l’obligation d’inscription au catalogue des semences
(@Florie la position du parti à propos des semences libres)

Comme la chirurgie et la permaculture non ?

On a aussi la solution contre ça :
Transition pour une agriculture biologique
Les Produits Phytosanitaires

Sur ce dernier point c’est peut être là on peux faire des propositions plus précises et proposer l’interdiction de certaines caractéristiques d’OGM (les mécanismes de protections dont parle farli).

Perso je suis sceptique sur l’utilisation d’OGM en raison du manque de transparence de ces derniers ? Je ne veux pas manger de mais résistant au Round’Up par exemple. Car ça revient à manger du pesticide à la fin.

Enfin le dernier point qui n’a pas été évoqué sur les pesticides qui peux poser problème, c’est la pollinisation d’autres cultures par les OGMs. Là encore si c’est des OGMs non-nocifs, ça pose quand même moins de problèmes.


#8

La technologie OGM n’est pas problématique en soit, comme la stérilité mâle cytoplasmique, l’argent, l’informatique, le chanvre, la propriété privée mais on ne peut pas s’arrêter là dans la réflexion. On ne peut pas occulter le fait que les OGM sont un outils dans une politique commerciale de domination des semences, comme les hybrides F1. Donc oui il faut sortir les OGMs du carcan des grandes multinationales mais il faut faire attention à pas valider un “open source washing” comme ce que tente Microsoft depuis quelques années.

Maintenant même si la modification génétique, par croisement, est naturelle, ça ne permet pas d’évacuer le débat sur l’utilisation des OGMs, ne serait-ce que pour des raisons de responsabilité. Si une espèce disparaît naturellement, c’est dommage, si elle disparaît à cause d’un individu ou d’une entreprise qui porte la responsabilité et quel peut être la réparation apportée?


#9

Oui, mais être atteint d’une maladie génétique “naturelle” aussi peut se transmettre. Pour autant, on ne dis pas “c’est comme ça, c’est naturel, débrouille toi et en plus, tes enfants aussi aurons peut être la drépanocytose”.

Je pense que les OGM responsables d’une extinction d’espèce ne sont qu’un petit cas particulier des cas ou l’humain est responsable d’extinction. Une discussion plus générale sur le sujet me semblerait plus appropriée.


#10

Problème de stabilité à longue échéance.
Et le coton indien semble le prouver.
Coût et main mise sur les séances,augmentation de la precarisation des petits paysans.
Divagations de certains codons via Arn messager.

Seralini, gagnant ses procès, a prouvé le pouvoir cancérigène de certains maïs, et à surtout prouvé la mauvaise et foi de la pseudocomunauté scientifique face à des tests de toxicologie valables.

Recherche oui mais en entrepôts et milieu ultra confiné.
IL N Y A PAS DE BARRIÈRE DES ESPÈCES.
Cf passage du gène des plantes vers mauvaises herbe et resistance.
Se poser la question est ce vraiment utile avec toute la biodiversité que nous avons,pour le moment…
L homme fait et il ne sait pas ce qu il fait va faire…

Alors arrêtons les bombes génétiques, c est un bio technique sup de paillasse qui parle, et qui a quitté ce milieu de spéculateur de semances car ça sentait le roussi et la suffisance, mes 40 ans prouvent que j avais bien vu.
Rôle des exons et fonctionnement était pas clair pour jouer avec la bombe génétique.
Poursuivre l analyse et compréhension du vivant semble fort suffisant.Surtout pour le genie génétique, pour la biochimie c est autre chose.


#11

Pour conclure,
Les codant toxiques et cancérigènes du pesticide du maïs sont répartis dans la nature et sans doute reintingrerons les vecteurs E.Coli qui produiront la toxine. Et e. Colis est le principale bactérie de vos intestins…Je vous fait un dessin ou bien…
Alors il y a des milliers de problèmes à trouver, pourquoi recréer encore le même ?